Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 21:52
Après avoir lu l'article de Neph(link), j'ai éprouvé le désir de voir moi aussi l'adaptation de Northanger Abbey, version itv. C'est une assez bonne adaptation, bien que je m'attendais à mieux d'Andrew Davies, qui est à l'origine de mes deux adapations favorites de Jane Austen, Sense & Sensibility et Pride & Prejudice, les versions bbc. En effet, je me serais bien passée des séquences où l'on voit les films que se fait Catherine et surtout le caractère érotique de ceux-ci, car Austen parle des romans gothiques mais essentiellement pour leur côté terrifiant, je ne me rappelle pas qu'il soit question à un seul endroit des histoires d'amour qui vont avec, ni qu'il soit question de the monk(d'ailleurs, j'ignorai que dans the Monk, il y avait des scènes un peu hot, Mme R. a oublié de mentionner cet aspect du livre et de même pour les romans gothiques, n'est-ce pas Neph ?), alors que là dans les films qu'elle se fait, dans les premiers, elle finit toujours par faire un joli sourire au bandit, on se croirait un peu dans la série des Angéliques(je parle des films), ensuite elle se promène dans des robes blanches comme celles que l'on trouve parfois pour les vampires femelles dans le château de Dracula qui mettent rudement à l'épreuve la vertu de Jonathan Harker et elle lit un passage de The Monk où le moine semble être sur le point de prouver qu'un moine peut ne pas respecter le voeux de chasteté... En plus de ça Isabella couche avec le capitaine Tilney, alors que moi je ne pensais pas, comme je suis très innocente, qu'elle avait pu perdre sa vertu pendant l'affaire. Les décolletés à Bath, aussi, était très sympa, ce qui fait que je te confirme, Neph, avec mes tendances un brin non fixées actuellement(quoique la gent masculine a perdu énormément de points cette semaine...) que oui, ça présente un certain agrément et tout particulièrement la scène où elles sont en corset toute mouillées.

Mais en dehors de ces points de détail - car ce sont des points de détail, contrairement à Mansfield Park où se genre d'infidélité au roman est passé au premier plan... surtout que je n'ai pas lu de romans gothiques donc je suis mal placée pour dire si cette interprétation du rapport de Catherine aux romans gothiques n'est pas une chose qui pourraient être venue à l'esprit des lectrices de lépoque - j'ai trouvé que c'était une bonne adaptation, j'ai passé un moment agréable. On a un narrateur, ce qui permet de récupérer un peu de l'humour d'Austen, bien qu'il soit dommage qu'on ait perdu la réflexion sur la valeur littéraires des romans et la reflexion que Catherine se fait après son mea culpa quant aux régions où il est possible de voir se produire les crimes affreux des romans gothiques.

Je trouve l'actrice qui interpête Catherine, excellente, elle est jeune mais en même temps assez jolie(je ne m'y attendais pas, je trouve qu'elle est pas extra sur les photos), j'ai été aussi sous le charme de Mr Tilney dès sa première apparition, j'aime son esprit et je pense qu'il me rappelle Jude Law, parce que j'ai été un peu perturbée par l'acteur vu que j'avais l'impression de l'avoir déjà vu. Je m'imaginais Miss Tilney plus jeune, on remarquera qu'ils ont choisi d'intégrer son histoire d'amour à l'histoire à la différence du livre où on découvre tout à la fin, ce qui atténue le côté lapin-que-l'on-tire-du-chapeau de la fin du livre. Mr Thorpe est effectivement très laid, un peu trop peut-être, enfin là, on est sûr de le prendre en dégoût. J'ai adoré le couple Allen, il est extrêmement drôle, surtout Mrs Allen lors du soir où l'on rencontre Mr Tilney, l'art d'essayer de faire admirer sa tenue par tous.

Je suis assez satisfaite de cette adaptation, même si elle est classifié comme "fit for viewing by persons generallyn but in the case of a child under the age of 12 years under parental guidance".

Repost 0
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 19:25

Voici donc le résultat du quizz que j'ai découvert grâce à Neph dont vous trouverez l'article ici : link. J'ai donc eu la joie de découvrir que j'étais une fois de plus Elisabeth Bennet, puisque moi, j'avais déjà obtenu Elisabeth Bennet sur un des quizz de facebook. La description est plutôt flatteuse :

"You are Elizabeth Bennet of Pride & Prejudice! You are intelligent, witty, and tremendously attractive. You have a good head on your shoulders, and oftentimes find yourself the lone beacon of reason in a sea of ridiculousness. You take great pleasure in many things. You are proficient in nearly all of them, though you will never own it. Lest you seem too perfect, you have a tendency toward prejudgement that serves you very ill indeed."

 

I am Elizabeth Bennet!

Take the Quiz here!

Repost 0
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 19:21
Contrairement à mes habitudes, je vais vous parler d'une de mes lectures philosophiques, à savoir le nouvel ordre écologique de Luc Ferry. C'est un livre très agréable, bien que ça ne fasse pas partie des livres que je prends le temps de lire vu que je préfère travailler directement sur les auteurs, car je trouve qu'utiliser des connaissances de seconde main dans une dissertation est risqué. Luc Ferry explore les différents courants de l'écologismes, avec ceux qui ont une perspective anthropocentrique c'est-à-dire qu'il faut protéger la nature parce qu'elle nous est nécessaire ou les courants extrêmes comme la deep ecology où l'on accorde une valeur excessive à la nature. Il y a aussi la présentation de l'écologie nazie avec ses origines dans la conception romantique de la nature et le fait qu'on retrouve beaucoup de point communs dans les théories de l'écologie profonde, car dans les deux cas, il y a une remise en question de l'uniformisation instaurée par la modernité et la république. La partie sur l'écoféminisme est aussi intéressante, en deux mots, il s'agit d'un courant qui met sur le même plan la domination de la femme par l'homme et celle de la nature, sur l'idée que notre rapport à la nature n'est pas anthropocentrique mais androcentrique, car tout est marqué par la domination des mâles, Ferry montre d'ailleurs assez bien quelles dérives dangereuses pour la condition des femmes une telle théorie peut entraîner, car à force d'insister sur la différence homme/femme ont fini par relégitimer les vieux préjugés comme l'intuition féminine.
Ferry est très clair dans sa présentation des arguments des différents courants et j'aime assez son style, vu que certaines de ses remarques ironiques viennent rejoindre les reflexions que je me faisais également face à certaines des doctrines présentées.
j'ai adoré l'avant-propos, vu qu'au tout début, Ferry nous raconte les procès qui furent intentés aux seizième siècle à des animaux, où les paysans ont perdus face à la colonie de charençon tandis que les sansues du lac de Berne furent excommuniées. Les doctrines écologiques ont un côté vexant, car un de leurs arguments est que puisque l'on a reconnu le droit des noirs, celui des femmes, il est temps de reconnaître celui des animaux ou des arbres et des rochers. Je trouve en soi très flatteur que l'on considère mes droits comme tombant autant sous le sens que ceux des rochers... L'écoféminisme est un mouvement qui me déplaît particulièrement, vu que moi quitte à choisir je préfère passer du côtés des mâles, vu qu'on reconnaît qu'ils sont rationnels, tandis qu'on colle les femmes du côté du sentiment et je ne vois pas pourquoi je n'aurai pas le droit d'être rationnelle comme les mecs ! Concernant les théories du pacte naturel(à l'image du pacte social, je trouve cela absurde car pour qu'il y ait pacte, il faut que chacun des contractants s'engagent de façon égal, or je ne vois pas comment on peut expliquer à un chien ou à un rocher quels sont ses droits et donc quelles actions il ne doit pas commettre envers moi...
Bref c'est un ouvrage intéressant pour comprendre les différentes tendances de l'écologie du vingtième siècle et il propose des sujets de réflexion intéressant.

Repost 0
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 16:08
Après une poignée de seigle, je suis passée au mystérieux mr quinn, vu que j'avais déjà lu Parker Pine donc je me suis dit que ça pouvait être intéressant et je n'ai pas été déçue. Il s'agit moins d'un roman que d'une série de nouvelles qui forment un ensemble car elles nous amènent à nous demander qui est Mr Quinn.
Il y a 6 histoires :
- L'arrivée de Mr Quinn
- L'ombre sur la vitre
- L'auberge du fou aux clochettes
- Un signe dans le ciel
- Un soir à Monte-Carlo
- L'homme de la mer
Dans ses six histoires, on suit Mr Satterthwaith, un gentleman qui a la soixantaine passée et qui a un grand intérêt pour la vie des autres mais pas comme une vulgaire commère, il aime asister aux drames humains et donc ces six histoires racontent des drames auxquels il a assisté ou qu'on est en train de lui rapporter, c'est assez varié entre l'explication d'un suicide qui a eu lieu dix ans plutôt, la recherche d'un meutrier ou des histoires d'amour un peu tragique. Dans toutes ces histoires, un certain Mr Quinn arrive et par sa présence et ses questions, il rend Mr Saterthwaith  capable de voir quels détails dans ses souvenirs ou ceux des autres lui avaient échappés et permettent de faire la lumière sur le mystère présent. On ne peut pas ne pas penser à Socrate, c'est vraiment le côté accoucheur de l'esprit. Du coup, on a deux mystères, celui de l'histoire et celui de l'identité de Mr Quinn car Mr Quinn débarque toujours au bon moment et semble toujours ne faire que passer, du coup on se demande comment il fait pour toujours être là quand Satterwaith a besoin de lui. On a une progression dans l'histoire car au fur et à mesure Mr Quinn incite Mr Satterthwaith a ne plus être un simple spectateur de ses drames mais aussi à occuper une part active dans ses drames.
Par contre, je suis déçue par la réponse qui semble s'esquisser quant à l'identité de Mr Quinn, je la trouve trop peu dans le style d'Agatha Christie mais du coup j'ai envie de lire le second volume des aventures de Mr Quinn car c'est vraiment un personnage intrigant.
Repost 0
10 mai 2009 7 10 /05 /mai /2009 12:35
Eh bien voilà, suivant l'exemple de Neph, j'ai décidé de jeter un coup d'oeil du côté des quelques Agatha Christie qui se trouvent chez mes parents et de me mettre à la lecture de ceux que je n'ai pas lu. Il s'agit de livre trouvé dans des brocantes mais que je n'avais jamais lu jusqu'ici parce que j'ai énormément le petit détective Belge au crâne en forme d'oeuf et qu'aucun d'eux ne parlait de lui. Je me suis portée cette fois sur une poignée de seigle qui fait partie des enquêtes de Miss Marple. La traduction française est assez désagréable avec par exemple l'usage de passé simple dans les discours et de certaines expressions qui montre que la traduction n'est pas d'une grande qualité.

L'histoire : Mr Fortescue meurt empoisonné, l'inspecteur Neele suspecte un des membres de la famille, entre Adèle, la nouvelle épouse de Fortescue, 20ans plus jeune et volage, Elaine, la fille de Fortescue dont le père refusait de consentir à son mariage, le fils aîné Percival, qui ne semble pas être si honnête et obéissant que ça, son épouse que le vieux Fortescue n'aimait pas, Lancelot le fils cadet, qui vient d'être rappelé de son exil en Afrique dû à une histoire de chèque imité, miss Ramsbottom la vieille belle-soeur fervente lectrice de la bible qui pense que les pêcheurs doivent payer, les domestiques, l'amant d'Adèle et le futur époux d'Elaine, il y a là l'embarras du choix  sans compter les possibles ennemis que Fortescue a dû se faire à travers les années n'ayant jamais été d'une très grande honnêteté, mais qu'est-ce qui explique que le vieux Fortescue ait une poignée de seigle dans sa poche ? L'affaire se complique quand l'un des suspects est assassiné ainsi que la petite bonne qui semblait savoir quelque chose. C'est là que Miss Marple entre en jeu et vient fourrer son nez dans l'affaire car elle avait employé la petite bonne et est bien déterminé à trouver qui l'a tuée et lui a mis un cintre à vêtement dans le nez; l'inspecteur Neele étant un peu largué, il est heureux de recevoir l'aide de la vieille fille, sachant qu'il y a des chances qu'elle apprenne ce qu'on ne veut lui dire.

On a là un Agatha Christie assez traditionnel, avec la galerie de suspect au sein d'un univers clos. Miss Marple apparaît peu vu que ce n'est pas son enquête que l'on suit mais celle de l'inspecteur Neele. Le fait de suivre surtout l'histoire du côté de Neele est assez sympa, vu qu'on a, par exemple, son opinion sur Miss Marple qui n'est pas toujours très charitable. Je me suis bien amusée des réflexions sur les vieilles filles, on est vraiment dans une période où le célibat des femmes reste mal vu. J'ai adoré le personnage de Miss Ramsbottom, la vieille tante qui sait un peu tout et qui passe son temps à porter des jugements bibliques. En tous cas, ce livre m'a donné envie de lire d'autres Miss Marple, car elle semble être assez marrante, j'ai envie de découvrir comment elle tient sa maison et les petits crimes qui ont lieu à St Mary Mead. Finalement cette petite vieille qui mène l'enquête a l'air marrante. I
l est d'ailleurs à remarquer que les deux grands enquêteurs d'Agatha Christie sont tous les deux d'apparence médiocre, Poirot a un crâne d'oeuf, un accent prononcé et est belge au sein d'une Angleterre qui reste assez fermée envers les étrangers tandis que Miss Marple est une petite vieille, qui ne s'est jamais mariée.



Repost 0
9 mai 2009 6 09 /05 /mai /2009 12:20
J'ai fini hier de lire le quatrième opus des enquêtes de Lincoln Rhyme, The Stone Monkey. Dans cet opus, Rhyme est recruté par l'INS et le FBI pour découvrir où un bateau plein de sans-papiers chinois doit débarquer car dans ce bâteau se trouve un passeur, the Ghost, qui est recherché pour divers meutres et affaires de convois d'immigrés. L'histoire commence avec le fait que Rhyme a trouvé où le bâteau doit débarquer et on attend le résultat de l'arrestation par les garde-côtes mais elle tourne mal, the Ghost fait exploser le bâteau après avoir enfermé l'équipage et sa cargaison dans la câle. Deux familles réussissent à s'échapper the Wus et the Changs. The Ghost se lance à leur poursuite, du coup le livre nous fait suivre les Wus et les Changs dans leur tentative pour se cacher du Ghost, le Ghost dans sa recherche des immigrés et l'enquête menée par Rhyme pour retrouver les Wus et les Changs avant le Ghost et essayer de l'attraper.

On retrouve les personnages habituels Dellray, le grand noir aux chemises très colorés, pour le FBI, Selitto pour la police de New York et Cooper comme expert scientifique qui vient donner un coup de main à Rhyme, Roland Bell est absent car en visite en Caroline du Nord, ce qui est une petite référence au livre précédent, The Empty Chair.
Au quatrième opus, on commence à avoir l'habitude du style de Deaver et de son type d'intrigue, c'est-à-dire le fait que tout n'est pas comme on le pense, Deaver ne ment pas au lecteur mais joue avec lui car il y a toujours un des personnages qui va se révéler être le tueur ou un complice mais comme Deaver nous fait voir l'histoire aussi du côté du tueur ou de quelqu'un qu'on considère comme tel, on est persuadé que c'est un personnage à part et à la fin on découvre qu'en fait le tueur a pris l'identité d'un tel ou qu'un tel n'est pas le vrai tueur. Dans ce quatrième volume, la situation est donc plus piquante parce qu'on sait qu'un des personnages ne sera pas ce qu'il semble, du coup une partie du suspens tourne autour de qui est le traître, car le Ghost n'est pas seul, il a un Bangshou, un assistant et il est sensé aussi avoir des connexions dans les hautes sphères, du coup on se demande quand Sonny Li, le flic chinois également rescapé du naufrage, s'il n'est pas le Bangshou ou si un des autres personnages participant à l'enquête ne fait pas partie des hommes à la solde du Ghost. Comme toujours la fin surprend, car Deaver arrive toujours à ménager une fin que l'on ne peut deviner à l'avance mais qui pourtant fait sens par rapport au reste. Tout nous est donné pour trouver le résultat mais en général on se laisse tromper par les apparences.

Du côté personnel, on a aussi une intrigue car au début on apprend qu'un médecin doit annoncer une mauvaise nouvelle à Amelia en rapport avec Rhyme, mauvaise nouvelle qui perturbe Amelia mais on ne sait pas avant longtemps quelle est cette nouvelle.
J'aime beaucoup la fin, c'est-à-dire la décision de Rhyme et de Sachs, je trouve ça bien et l'intrigue est elle aussi très intéressante, bref c'est toujours aussi intéressant au quatrième volume.

Repost 0
8 mai 2009 5 08 /05 /mai /2009 22:50
Continuant dans la lignée star trek, j'ai regardé ce soir Star Trek III : the search for Spock. Donc voici mon article bourré de spoiler sur la question.

A la fin de la colère de Kahn, Spock meurt et son corps est abandonné sur Genesis, la planète fraîchement créée dans le cours d'une expérimentation menée par une ex de Kirk et le fils de Kirk.
Dans le trois, il y a plusieurs histoires qui vont converger, d'un côté une ligne narrative autour du Lt Saavik et de David, le fils de Kirk, qui sont à bord de l'USS Greesom pour observer la tournure de l'expérimentation et qui découvrent une forme de vie sur la planète à proximité de la capsule contenant le corps de Spock alors que c'est impossible et qui vont ainsi découvrir que cette forme de vie est Spock  ou du moins son enveloppe charnelle, qui a été régénéré par l'effet genesis mais qui est en train de vieillir au même rythme que la planète car David a commis une erreur avec le projet et la planète est en train de se détruire. 
La deuxième ligne narrative  est autour d'un vaisseau Klingon dont le chef est joué par Christopher Lloyd qui cherche à mettre la main sur genesis, percevant genesis comme l'arme de destruction massive la plus puissante jamais créé et qui refuse d'imaginer le nombre de planète viable qui pourraient venir grossier les rangs de la Fédération.  Il va détruire l'USS Greesom par accident puis tuer le fils de Kirk dans une tentative pour forcer kirk à lui donner genesis
En troisième, la ligne principale autour de Kirk qui va tenter de récupérer le corps de Spock et qui va voler l'enterprise en compagnie de Sulu, Chekov, Scotty et McCoy avec la complicité d'Uhura qui va rester aux côtés de Sarek, le père de Spock, pour s'occuper des préparatifs liés à la cérémonie qui doit avoir lieu sur vulcain.
Résultat du film, Kirk est obligé de détruire l'enterprise et ils regagnent Vulcain à bord de l'oiseau de proie klingon avec le corps de Spock qui a fini par se régénérer jusqu'à l'âge qu'est sensé avoir Spock mais c'est une enveloppe vide puisque le katra est toujours en McCoy, du coup sur Vulcain, la prêtresse, à la demande De Sarek, va se lancer dans un rite qui n'a jamais été pratiqué(vu aussi que ça doit être la première fois qu'on arrive à ravoir un corps en état)et on va replacer le katra en Spock, le ressucitant de cette manière.

C'est un film qui nous emmène au coeur du mysticisme vulcain, car Kirk doit récupérer le corps de Spock car celui-ci est nécessaire pour pratiquer les rituels funéraires vulcains et c'est une nécessité de les accomplir car Spock a laissé son katra, ce qui est un peu l'équivalent de son âme puisque c'est ce qui contient tout ce que Spock a été, dans l'esprit de McCoy qui du coup expérimente les effets secondaires comme le fait que par moment la personnalité de Spock prend le dessus et donc McCoy se retrouve à faire des commentaires avec la voix de Spock et avec sa logique mais sans avoir de pouvoir dessus, donc pour libérer McCoy il est nécessaire de ramener le corps de Spock et son katra au sein d'une montagne sacrée de Vulcain. Le Kathra est ce qui constitue l'immortalité de l'âme vulcaine, ce qui explique la fureur de Sarek face au fait que kirk n'a pas ramené le corps, car seul le corps de Spock était mort et il semble que les vulcains ont par le katra accès à la mémoire de ceux qui les ont précédé, donc un vulcain qui meurt sans avoir pu mettre son katra en lieu sûr manque son immortalité car sa vie ne sera pas intégrée à la mémoire de son peuple.

Ce film n'est pas forcément mon préféré puisque Spock en est grandement absent mais c'est un beau film, j'aime le moment où Kirk vole l'enterprise, après que Scotty ait trafiqué l'USS Excelsior pour qu'ils ne puissent les poursuivre et c'est un film qui laisse une grande place à l'amitié entre les personnages puisque Kirk met sa carrière en jeu et même plus pour pouvoir aller récupérer le corps de Spock alors que lui-même n'est pas vraiment convaincu par le mysticisme vulcain, mais c'est son ami donc il doit le faire, McCoy lui n'a pas le choix puisqu'il ne peut pas vivre avec le katra de Spock, mais Sulu, Uhura, Chekov et Scotty suive par loyauté et aussi par affection pour Spock mais surtout pour Kirk, ils sont là pour le soutenir.
J'aime la fin avec la cérémonie sur Vulcain, le paysage est magnifique. La mort de Spock est la première étape de la réconciliation entre Sarek et Spock, car dans Journey to babel, la situation s'est améliorée mais il faut attendre Star Trek IV pour qu'enfin Sarek accepte le fait que Spock est choisi de rejoindre Star Fleet. La mort de Spock permet de montrer les sentiments du père pour le fils(de façon vulcaine bien-sûr) et j'aime quand il dit à la prêtresse qui lui fait remarquer que le rite qu'il veut n'est pas une demande logique,"mais quand mon fils est concerné, la logique a peu de prise" ou quelque chose d'approximatif.
Ensuite il y a le moment où on voit Spock en tenue de cérémonie(la photo ci-dessus) et où il semble avoir un brin perdu la mémoire ou du moins éprouver des difficultés pour se rappeler qui il est, ce qui est intéressant car ça montre qu'on ne revient pas d'entre les morts sans séquelles, à la différence de Buffy, où l'on réssucite sans effets secondaires. Là Spock fait un premier tour de l'équipage de l'enterprise mais sans les reconnaître et s'arrête sur Kirk parce que son père lui a dit ce qui s'est passé et Spock ne comprend pas pourquoi Kirk est venu le sauver puisque ça va à l'encontre de la logique et Kirk lui répond "because the needs of the one outweigh the needs of the many" retournant par là le principe d'action au nom duquel Spock est mort. Du coup Spock se rappelle d'une phrase "I have been and ever shall be your friend", ce qui explique pourquoi cette phrase reprise dans Star Trek Xi est si importante pour moi, car c'est de là que Spock se rappeler un peu qui est Kirk.
Une question qui m'est venu devant le film concerne le moment où Spock est en train d'endurer le pon farr, une fièvre qui frappe les mâles vulcains tous les sept ans, je me demande si Saavik ne couche pas avec Spock, parce que dans l'épisode où Spock endure le pon farr, on comprend qu'il n'est pas possible de résister et il est obligé de retourner sur Vulcain pour accomplir les rituels liés à la reproduction chez les Vulcains, du coup je me demande si elle ne couche pas avec pour éviter qu'il ne meurt sous l'effet du pon farr, surtout que le geste qu'elle fait avec ses doigts et que Spock répète ensuite est le même que celui qui a lieu dans l'épisode où Spock se fait draguer par une romulienne et que Spock est obligé de jouer le jeu pour le bien de la mission mais où on se demande s'il n'est pas aussi attirer par la romulienne mais ce sont les mêmes gestes et l'épisode laisse entendre que c'est un peu notre équivalent d'un baiser.
J'ai aimé ce film, les personnages sont attachants et on sent la présence de Spock même s'il n'est pas là.


Pour Neph, spécial dédicace, la photo du mindmeld qui a lieu dans le film, pratiqué par Sarek sur Kirk dans le but de vérifier que Spock n'a pas laissé son katra en Kirk... il faudra encore attendre pour le mindmeld destiné à apprendre le grec ancien ^^
Repost 0
Published by The Bursar - dans Live Long and Prosper
commenter cet article
7 mai 2009 4 07 /05 /mai /2009 00:37
Suite à la visualisation de Star Trek 11, j'ai eu envie de me replonger dans Star Trek et surtout les films et après quelques hésitations, car j'avais envie de regarder le 4, je me suis décidée à aller dans l'ordre et donc ce soir j'ai regardé Star Trek II : the Wrath of Kahn et je n'ai pas regretté, car c'est peut-être le film qui a fourni le plus de référence à Star Trek XI. Ainsi c'est dans Star Trek II, que pour la première fois, la voix de Spock se substitue à celle de Kirk pour dire le fameux "Space the final frontiere..." qui clos le film mais aussi dans le II qu'il est question du Kobayashi Maru et du fait que Kirk a réussi à la troisième fois en trichant et dans Star Trek XI on a la joie d'assister à cette fameuse troisième tentative où Kirk mange une pomme ce qui fait écho au moment dans le 2 où il est également en train d'en manger une pendant qu'il explique à Saavik pourquoi il a triché et le fait qu'il refuse une situation où personne ne gagne.

Maintenant j'entre dans les détails de la colère de Kahn et donc dans la partie spoiler.

The Wrath of Kahn est dans l'univers des trekkies un des films les plus important car c'est celui de la mort héroïque de Spock, mais j'y reviendrai. Star Trek II est sorti en 1982 et au niveau de l'histoire il se passe 15ans après la saison 1, puisque dans ce film, Kahn est un des méchants d'un des épisodes de la série qui vient se venger de Kirk mais il n'est pas nécessaire d'avoir vu l'épisode pour comprendre le film vu que Kahn explique très clairement pourquoi il veut se venger de Kirk. Kirk, comme dans le 1, est toujours amiral et continue de soupirer après le temps où il était capitaine, car à présent il s'occupe d'évaluer les cadets en compagnie d'Uhura, de Sulu et de McCoy essentiellement par le biais de similutateurs, donc il s'ennuie et à l'impression de prendre de l'âge(d'autant que c'est son anniversaire au début). C'est à l'occasion d'un de ses exercices qu'il retrouve Spock, à présent capitaine de l'enterprise, servant désormais de vaisseau de formation pour les Cadets et Scotty est le seul membre de l'ancien équipage qui reste sur l'enterprise. Chekov, lui, sert à présent à bord de l'USS Reliant et c'est de là que va venir la menace. A noter dans ce film, on passe aux uniformes rouges avec en-dessous un pull blanc, beaucoup plus classe que ceux du film précédent qui me faisait penser à la croisière s'amuse.
USS Reliant est en mission pour repérer une planète dénué de toute trace d'existence afin de permettre l'expérimentation de la troisième phase du projet Génesis, un projet destiné à créer de la vie là où il n'y en avait pas(mais le problème est que pour créer, il y a destruction et que lancé sur une planète habitée, genesis détruirait la planète...), le problème est que le vaisseau trouve une trace de vie sur la planète qui avait l'air d'avoir les caractéristiques requises pour l'expérimentation. Chekov et le capitaine du Reliant se téléporte sur la planète pour identifier cette vie et voir s'il est possible de la transplanter, or sur la planète, il découvre un abri en métal et en fouillant Chekov découvre le nom Botany Bay et tente d'essayer d'évacuer en vitesse mais c'est trop tard, ils tombent entre les mains des habitants de l'abri et on découvre très vite pourquoi il était si important de fuir.
le Botany Bay était un vaisseau datant de la fin du 20ème siècle découvert errant par l'Enterprise et à bord duquel se trouvaient 70 individus génétiquement supérieurs, fruits des guerres eugéniques. Après que Kahn, leur chef, ait tenté de s'emparer de l'Enterprise, Kirk décide d'abandonner Kahn et son équipage ainsi que l'historienne de l'enterprise qui est tombée amoureuse de Kahn et qui refuse de le quitter sur une planète inhabitée mais favorable afin qu'il puisse tenter d'avoir une nouvelle vie. ça c'est ce qui c'est passé dans la série, or dans le film on apprend quel fut le désir de ces colons. Six mois après avoir été débarqué, la planète voisine a implosé, détruisant ainsi toute vie sur leur planète et personne n'est jamais revenu voir comment la colonie s'en sortait, du coup la femme de Kahn(l'historienne) est morte, car la seule chose qui a survécu est un insecte dans les larves pénètrent dans le cerveau par l'oreille et rendent la personne infectée très docile avant de la faire mourir dans d'atroces souffrances.
Du coup c'est de cette larve(qui n'est en fait pas la même que celle utilisée dans Star Trek XI) que se sert Kahn pour contrôler Chekov et le capitaine du Reliant et ainsi s'emparer du vaisseau. Tout va se corser à cause de Genesis, car en plus de la vengence va s'ajouter le fait que Kahn va chercher à s'emparer de genesis dans l'espoir d'attirer Kirk, ce qui va marcher. Kirk est en train de profiter de l'inspection qu'il mène sur l'enterprise pour aller faire un tour dans l'espace, profitant du fait que Spock n'irait pas se plaindre d'abus de pouvoir parce que Kirk en profite pour faire faire une sortie à l'enterprise, lorsqu'il reçoit un message paniqué de la scientifique en charge du projet, qui se trouve être une des ses ex(ça, Star Trek en est bourré car Kirk est très séducteur) parlant du fait que l'on cherche à s'emparer de genesis, du coup Kirk décide d'aller voir ce qui se passe. La conversation qui a lieu entre McCoy et Spock au sujet de Genesis est assez drôle, puisque comme toujours McCoy s'emporte contre l'approche rationnelle de Spock, qui met de côté la morale tandis que Spock lui reproche d'être trop peu maître de ses émotions. Mais il y a aussi la scène va voir Spock dans ses quartiers, alors que Spock est en train de méditer-j'adore cette tenue qu'il porte à ce moment-là- et c'est le moment où Spock dit pour la première fois "the needs of the many outweigh the needs of the few" et kirk "or the one" ce qui a lieu dans le cadre d'une discussion où Spock cède volontiers le commandement de l'enterprise à Kirk et essaye de le convaincre d'accepter, sur le motif qu'il n'a pas à craindre de blesser son égo, puisque c'est un sentiment et que s'ils vont au combat, il préfère être sous ses ordres, puisque c'est son supérieur et son ami et il lui dit "I have been and shall always be yours", j'aime cette marque de loyauté de la part de Spock, loyauté que Kirk n'a jamais été capable de questionner, même dans Star Trek I où McCoy met en question la loyauté de Spock.
Du coup ils arrivent à la station, après avoir été attaqué par Kahn et ne s'en être sorti que par le biais d'une ruse. C'est une scène assez drôle car elle se fait au dépend de Saavik, la vulcaine qui est la protégée de Spock mais qui agit beaucoup trop selon les procédures, ce qui est un trait que l'on retrouve chez le jeune Spock dans Star Trek XI et qui témoigne de cette faiblesse chez les vulcains, qui est d'être d'une trop grande droiture donc Star Trek II, ce qui est jouissif c'est le contraste entre Spock et Saavik, car Spoke, lui, a appris avec les années à mentir où comme ici il le formule "j'ai juste exagéré" mais c'est assez drôle de voir à quel point Spock est devenu rusé au contact de Kirk.
Kirk accompagné de Saavik et McCoy explore la station et découvre les cadavres des chercheurs massacrés par Kahn dans sa recherche de Genesis mais le Dr Marcus n'est pas là. Kirk découvre par contre Chekov et le capitaine du Reliant mais ne se doute pas qu'il s'agit d'un piège de Kahn pour permettre la main sur genesis, du coup, Kirk les emmène avec lui là où se cache le Dr Marcus, ainsi Kahn récupère genesis mais ne parvient pas à éliminer Kirk car la capitaine du Reliant préfère se suicider que de tuer Kirk et sous le coup du choc, la créature qui infestait Chekov meurt. Pendant qu'ils attendent que Spock vienne les récupérer Kirk découvre que le fils du Dr Marcus est également le sien, qu'il a dû avoir avant de devenir capitaine de l'enterprise et dont il ignorait l'existence. Spock finit par arriver et téléporte tout le monde à bord de l'enterprise. Mais un nouveau combat s'engage entre le Reliant et l'enterprise, les deux vaisseaus sont très abîmés mais Kirk parvient à avoir le dessus parce que Kahn n'est pas assez familier avec ce genre de vaisseau. Mais Kahn refuse de s'avouer vaincu et décide d'entraîner Kirk avec lui dans la tombe et il enclenche genesis et si l'enterprise ne parvient à s'échapper rapidement elle sera détruit avec le reliant. Or à bord de l'enterprise, il y a un problème de radiation en salle machine qui empêche de faire les réparations nécessaires pour atteindre la bonne vitesse, du coup pendant que Kirk est occupé à essayer de sortir l'enterprise de là, Spock se rend en salle machine, Bones essaye de l'empêcher de pénètrer dans la pièce où se trouve les radiations mais Spock le rend inconscient et procède à un mind-meld(la phot ci-dessous) dont on comprendra l'importance dans le trois, puis portant seulement des gants, il pénètre dans la pièce(j'aime beaucoup d'ailleurs le fait que Bones lui dit "you are out of your vulcan mind" quand il essaye de l'en empêcher et Spock fait remarquer que c'est justement parce qu'il est vulcain qu'il peut faire ça. Du coup, Spock fait les réparations nécessaire pendant que Scotty est en train d'hurler après la vitre en le voyant en train de sacrifier. L'enterprise repart et Kirk ne s'est pas aperçu que Spock n'était plus là, donc il y a un moment de joie, au moment où le vaisseau est sauvé et où on assiste à la création de la vie sur planète par le biais de genesis. C'est le côté terrible de cette scène et très émouvant, Kirk félicite intérieurement Scotty pour avoir réparer l'enterprise, puis il tente d'entraîner en contact avec Scotty pour le féliciter et c'est bones qui répond d'une voix complètement éteinte, Jim tu ferais mieux de descendre maintenant et là Kirk lève la tête et voit le siège vide de Spock, et il sait qu'il est arrivé quelque chose à Spock, donc on le voit se précipiter en salle machine, puis être retenu par Bones pour l'empêcher de pénétrer dans la pièce où Spock est en train d'agoniser.
La mort de Spock est magnifique, il souffre de brûlure à cause de l'iradiation et là il dit à nouveau à Kirk "don't grieve, admiral, that's pure logic, the needs of the many outweigh..."Kirk complète "the needs of the few" et Spock finit "or the one" et tout cela justifie son sacrifice, il présente son sacrifice comme sa réponse au Kobayashi Maru et demande à Kirk ce qu'il en pense et avoue que lui, ne l'avait jamais passé(et je ne pense pas non plus que ce soit lui qui l'ait programmé mais après tout, pourquoi pas) et après il prononce cette phrase que le vieux Spock dira au jeune Kirk dans Star Trek XI "I have been and always shall be your friend" et ses derniers mots sont le salut vulcain "Live Long and prosper" Il a une mort très belle, se sacrifiant pour l'enterprise et le faisant dans le silence en sachant que sinon les autres l'en empêcherait. Ses funérailles sont émouvantes, même drôle dans la mesure où Kirk finit son éloge en disant que Spock l'être le plus humain qu'il a jamais rencontré, ce qui pour Kirk est le plus grand compliment mais qui pour un vulcain serait une insulte et en arrière-fond on a Scotty qui joue Amazin Grace sur sa Cornemuse et on abandonne le corps sur la planète à présent nommé Genesis.

J'aime ce Star Trek à cause de la mort héroïque de Spock mais aussi pour les moments où il enseigne à Saavik, comme au début, où il répond à Saavik que personne n'est parfait, parce qu'elle vient de lui faire remarquer qu'elle n'imaginait pas Kirk si humain, et Spock prend ça avec amusement car avec les années il a appris à reconnaître la valeur de ce trait chez Krik. C'est un beau film aussi pour ce qu'il montre de la relation entre Kirk et Spock.


Repost 0
Published by The Bursar - dans Live Long and Prosper
commenter cet article
6 mai 2009 3 06 /05 /mai /2009 18:31
Voilà l'article spoiler consacré à Star Trek XI, si vous étiez à la recherche simplement d'une critique générale, c'est sur mon article précédent qu'il convient de vous diriger : Le début d'une nouvelle ère ? car à présent je vais m'intéresser aux détails du films, les points que j'ai aimé, les références que j'ai repéré et la raison pour laquelle j'ai trouvé le scénario brillant, or je ne peux pas le faire sans spoiler, vu que le simple fait de parler de l'histoire est un spoiler, puisque cela enlève le charme de découvrir par soi-même à quel point les bandes-annonces nous donnait de fausses pistes quant au contenu du film, puisqu'au départ, j'y suis allée convaincu que je n'allais pas aimé puisque la bande-annonce laissait présager une relation entre Kirk et Uhura et que je trouvais louche le fait que comme de juste le futur équipage de l'enterprise se soit connu avant, et une partie du film, j'étais encore en train de repérer les points qui marquaient une trahison, jusqu'au moment où (attention, ça y est c'est partie pour le spoiler donc vous ne pourrez pas dire que vous n'avez pas été prévenu...) le jeune Spock comprend que l'ennemi vient du futur et que par son intervention 25 ans plus tôt, en détruisant l'USS Kelvin et en tuant le père de Kirk l'histoire a changé et que nous nous trouvons donc dans une réalité paralèlle. Après ça, j'ai eu bien-sûr l'espoir qu'à la fin tout rendre dans l'ordre mais au moment où le Spock du futur refuse d'accompagner Kirk, on comprend que l'avenir tel que nous le connaissions ne reviendra pas. C'est ça le tour d'adresse du film, c'est qu'introduisant un nouveau présent, tout le reste va changer, ce qui permet d'explorer de nouvelles pistes, donc de s'écarter de la série originale sans la trahir, car tout ce qu'on voit dans le film c'est cette réalité paralèlle qui va remplacer celle que nous connaissions, c'est pour ça que j'espère qu'il va y avoir un autre film ou une nouvelle série, car maintenant il est possible de raconter de nouvelles aventures, puisque l'avenir tel que nous le connaissions n'existe plus, tout est à réécrire, ce qui me remplit de joie, vu que je ne suis accro qu'aux aventures de Mr Spock et donc je n'ai jamais réussi à réaccrocher aux autres séries même si elles sont agréable mais ce n'est pas pareil. J'aime cependant énormément Enterprise, car j'aime beaucoup le fait qu'on explore ainsi comment la federation s'est formé avec les problèmes de relation entre humain et vulcain qu'on trouvait déjà  en arrière-fond dans la série originale.

Le suspens dans le film est pas mal, car au début on ne comprend pas l'importance de la destruction de l'USS Kelvin et de la mort du père de Kirk, qui ouvre le film, on pense que c'est juste un élément de la biographie de Kirk et  que ça permet d'introduire la menace du vaisseau Romulien, rappelant par là le début de Star Trek I avec ce vaisseau venu de nulle part et qui sème la destruction or c'est cet élément qui va changer toute l'histoire, car l'histoire de Kirk change, dans la version originale, il a vécu dans un ranch, c'est le parfait capitaine, il est très maître de lui-même, il a du charme, c'est quelqu'un qui est à la place où il est par son sérieux car dans le premier épisode, il est dit clairement qu'il a étudié énormément pour réussir. La mort du père change tout cela, car la scène où le jeune Kirk vole la voiture de son beau-père -scène que j'ai trouvé très drôle d'ailleurs - nous apprend que Kirk n'a plus une enfance très sympathique, car le beau-père a l'air clairement de ne pas apprécier Kirk et de ne pas forcément être un chic type et du coup, Kirk devient une espèce de brute, en rébellion avec le monde qui l'entoure, en colère parce qu'il a perdu son père et que la vie dont il devrait être reconnaissant est minable.

Du coup, il y a des changements dû au fait que Kirk va empreinter des voies différentes, car on peut suspecter le fait que Kirk a dû postuler plus tôt à Starfleet, alors que là il faut l'intervention du capitaine Christopher Pike pour qu'il décide de rejoindre Star Fleet, or dans la version originale Kirk connaît Pike, certainement seulement au moment où il prend la relève de Pike et par ouï-dire car Pike apparaît dans la ménagerie, le seul épisode en deux parties de la série originale et qui en fait est une réutilisation des scènes du premier pilote de Star Trek, qui n'a pas été retenu et dans cette version c'était Pike le héros et Spock est le seul personnage à être présent dans les deux versions même si il n'était pas le First Officer dans la première version. Bref les scènes furent réutilisées pour l'épisode la ménagerie, où Spock détourne l'Enterprise(eh oui, qui a dit que les Vulcains ne mentaient jamais ?)et enlève le Capitaine Pike qui suite à un accident est prisonnier de son corps, c'est-à-dire qu'il ne peut plus bouger, parler, son seul contact avec le monde réside dans une machine qui lit les ondes cérébrales et qui émet un bip donc tout ce qu'il peut faire c'est dire oui ou non. Donc Spock l'enlève pour le conduire sur une planète qui a été classée interdite par la fédération, risquant par là la cours martiale et donc les deux épisodes racontent l'enlèvement et le passage en cour martial ede Spock car Spock a monté tout un stratagème pour détourner l'enterprise de façon à ce que personne ne puisse changer la trajectoire du vaisseau et aussi de façon à ce que Kirk n'ait pas d'ennui, puisque s'il connaissait les motifs de la conduite de Spock, il aurait accepté d'être son complice. Du coup, sur le trajet pour la planète interdite Spock est jugé et se sert d'une technologie de la planète en question pour montrer à Kirk les images de la mission à laquelle il a participé des années plus tôt sous les ordres du capitaine Pike et où on découvre que les extra-terrestres de cette planète sont une race si avancée qu'ils sont capables de créer des illusions par le simple pouvoir de leur esprit, et Spock a enlevé Pike par fidélité envers lui car sur cette planète Pike pourra à nouveau avoir une vie grâce aux illusions des extra-terrestres. Bien-sûr après tout s'arrange pour Spock à la fin. Mais c'est un épisode important pour ce qu'il nous apprend du passé de l'enterprise, car Spock semble être le seul officier à bord de l'enterprise qui ait appartenu à l'équipage précédent, puisqu'aucun des autres n'est allé sur cette planète et donc n'est capable d'éclairer Kirk sur la raison pour laquelle, un vulcain, race connue pour sa droiture morale et sa loyauté, aurait commis un tel acte. Du coup, j'avais toujours eu dans l'idée que l'amitié de Spock et de Kirk ainsi que celle des autres dataient du moment où Kirk prend le commandement de l'enterprise.

Mais le génie du film est qu'il place l'histoire dans une réalité paralèlle, du coup, ça n'apporte pas de réponse quant à la manière dont dans la série orginale chacun s'est rencontré, ou sur la manière dont la carrière de chacun s'est déroulé avant d'être sur l'enterprise, et je trouve ça génial, car ça permet de continuer de rêver, c'est un point que j'avais déjà soulevé sur la question de la manière dont Jane Austen traite la fin de ses histoires, c'est-à-dire la nécessité de ne pas trop en dire, qui fait que par exemple je n'ai aucune envie de lire Hannibal Rising parce que je préfère spéculer sur le sujet.
Or là on n'a pas de réponse, tout reste ouvert, et ce changement est dans l'esprit de la série, vu qu'on a un aperçu d'une des réalités paralèlles dans la série originale, il y a deux épisodes au moins et un film qui ont traits à des voyages dans le temps, donc ça n'arrive pas comme dans Buffy où du jour au lendemain on se retrouve avec une frangine en rab, ici c'est construit comme quelque chose de logique qui découle de l'accident initial, c'est-à-dire le trou noir qui conduit la foreuse romulienne et le vaisseau de Spock plus de 130ans dans le passé et ensuite la vengeance du chef Romulien qui va altérer le cours des choses et donc expliquer pourquoi tout n'est plus comme avant et rendre possible la constitution de l'équipage de l'enterprise à partir d'un très jeune équipage.
L'enterpise est un des meilleurs vaisseaux de la flotte, donc il est normal que les meilleurs éléments de Starfleet y soit affecté, et ici nous sommes dans une situation d'urgence, puisque il s'agit de répondre à l'appel à l'aide de Vulcain, du coup c'est normal si l'on remplit les vaisseaux de Cadet, dans Star Trek I l'Enterprise part alors que les réparations ne sont pas tout à fait achevée et qu'on a pas fait les vérifications d'usage pour le nouveau système installé parce que c'est le seul vaisseau suffisamment proche pour pouvoir aller intercepter la menace, dans le 2 Kirk part à bord de l'Enterprise alors que son équipage est composé de Cadet vu que c'est désormais un vaisseau d'enseignement commandé par Spock, donc vu la situation, il n'y a rien d'étonnant à la jeunesse de l'équipage.
Bones fait parti de l'équipage de l'enterprise en tant qu'un des médecins secondaires et c'est celui qui va trouver un subterfuge pour faire monter Kirk à bord, Spock y est aussi comme c'est logique puisqu'il est affecté à ce vaisseau dans la série originale et Uhura y arrive parce qu'elle est une élève de Spock(ce rapport entre Spock et Uhura fait écho à ce qui se produit dans Star Trek II et Star Trek VI où on voit Spock avec une de ses élèves prometteuses, car il a un don pour l'enseignement en vieillissant)Sulu est là parce que le pilote habituel est malade, CHekov parce que c'est un surdoué et on recrute Scotty en chemin, c'est un peu le fruit du hasard mais aussi l'intervention du vieux Spock qui va permettre de créer l'équipage, puisque c'est lui qui va permettre à Kirk et au jeune Spock de devenir amis, ce qui va entraîner tout le reste et en même temps, c'est ce qu'ils ont vécu touts ensemble dans la lutte contre le vaisseau Romulien qui va créer l'union entre eux, et qui a dû se produire autrement dans la version originale, mais qui ici est créé et justifie le fait qu'ils vont désormais être l'équipage de l'enterprise, puisque Pike semble avoir perdu l'usage de ses jambes à la fin et doit passer le commandement à Kirk qui devient capitaine sans même avoir à passer par des années de service à bord d'un autre vaisseau dû à la bravoure de ce qu'il a accompli, ce qui va même assez bien, car je ne suis jamais parvenue à imaginer Kirk autrement qu'en capitaine, c'est le genre de personnage qui est fait pour commander.

J'aime énormément la manière dont est fait le film et dont il intégre les détails de la série originale, car à part, Kirk qui est différent, mais en même temps il est nécessaire qu'il le soit, puisque, lui, a été directement influencé par l'arrivé du vaisseau Romulien, les autres personnages sont assez bien respecté. Chekov est jeune, il ne fait pas partie des premiers épisodes de Star Trek, il est apparu, je crois, dans la saison 2, comme le personnage jeune auquel pourrait s'identifier les enfants, ce qui explique pourquoi il n'a que 17ans dans le film(puisqu'on est au minimum 5 ans avant la série originale) et il est russe et ne cesse de déclarer qu'une chose est d'invention russe, donc dans le Film son accent est hilarant, j'adore le moment où la reconnaissance vocale échoue à cause de cela. Sulu est silencieux comme dans la série originale et fan d'escrime, j'adore le moment où il dit que sa spécialité de combat c'est l'escrime(surtout la tête de Kirk, genre mais qu'est-ce qu'on va faire d'un type qui sait se battre à l'épée ?). Bones est super, déjà parce que la première scène où il apparaît est celle où il se plaint de la dangerosité des voyages dans l'espace et parle aussi de son peu d'inclination pour Star Fleet, ce qui est dans Star Trek I, où on le voit débarquer avec une barbe et une chemise hawaïenne parce qu'après ses années de service sur l'enterprise, il est parti exercer dans le privé et peste parce qu'il a été rappelé de force au service de Star Fleet à ce moment-là(par Kirk en fait qui réunit l'ancien équipage pour la mission de Star Trek I) et fait un drame à cause du téléporteur(là il a un peu raison, vu que l'officier scientifique de l'enterprise se fait tué par un accident de téléporteur au début de star trek I). J'aime énormément le fait qu'il rejoint star fleet à cause d'un divorce donc parce qu'il est sur la paille, explication qui permet d'ailleurs de découvrir pourquoi Kirk l'appelle Bones. Le personnage a tout de ce qu'il était dans la série originale, un début d'animosité pour Spock et son absence de sentiment, un côté grognon mais en même temps très bon vivant. Scotty est hilarant, exilé dans un trou paumé pour avoir tenté une téléportation à distance avec pour cobaye le beagle de l'amiral Archer(ce qui est à mon avis juste un clin d'oeil puisque Archer doit être mort à l'époque de Kirk et Spock, mais ce qu'il faut savoir c'est que le premier capitaine d'un vaisseau de type enterprise est Jonathant Archer et qu'il a un beagle du nom de Porthos). Scotty est toujours un petit génie de la mécanique, surtout intéressé par la technologie mais aussi assez gai, j'adore son accent.

Uhura était déjà dans la série originale une femme sexy avec un bon sens de la répartie, ici la différence est qu'elle tombe amoureuse de Spock, dans l'épisode Charlie X, elle chante une chanson à propos du charme de Spock, donc c'était possible, et dans le film, s'il n'y avait eu la destruction de Vulcain, leur relation serait restée ce qu'elle était, parce qu'ils auraient été séparés durant des années et donc l'attirance aurait passé, alors que là, Uhura est touché par la force de Spock qui prend le commandement de l'enterprise après une tentative héroïque pour sauver les sages de Vulcains, la mort de sa mère et la destruction de Vulcain, dans la scène de l'ascenceur, elle est repoussée finalement par Spock, car il se raccroche encore à la raison et donc tout aurait pu tourner entre eux comme dans this Side of Paradise, où l'on rencontre une jeune femme qui était amoureuse de lui mais lui, il lui est impossible de l'aimer. et il refuse de l'aimer et de faire une place à ses sentiments.
Ce qui va changer, c'est l'intervention du vieux Spock qui va révéler la faiblesse du jeune Spock à Kirk pour qu'il oblige Spock à extérioriser ses sentiments et la destruction de Vulcain fait que Spock s'est réconcilié avec son père et le fait que son père lui révèle qu'il a épousé sa mère par amour(ce dont on se doutait tous dans la série mais il n'admet jamais), c'est ce qui va autorisé Spock a aimé Uhura, ce qui n'est pas contraire à l'esprit de la série, car le traumatisme de le destruction de Vulcain fait que Spock arrive à un rapport aux émotions et à son père qui n'a lieu que lors de Star Trek IV, mais il ne faut pas oublié que le vieux Spock a une part là-dedans et lui il a fait tout le cheminement qui l'a mené à trouver un équilibre entre raison et sentiment et à reconnaître que les sentiments sont nécessaires. Le film rappelle bien le fait que les vulcains ont des émotions plus puissantes que les humains et que c'est pour ça qu'ils ont dû réprimer leur sentiments mais on a plusieurs cas dans la série où on voit bien que les émotions ont beau être refoulée, elles existent, comme lorsque Spock se réconcilie enfin avec son père.
J'aime beaucoup la relation entre Spock et Uhura, Spock amoureux est assez drôle, surtout la scène du téléporteur où ils s'embrassent sous les yeux médusés de Kirk, qui se voit préféré Spock, et le moment où Spock utilise le prénom d'Uhura et son fameux "sans commentaire", d'une certaine manière Spock a enfin trouvé le bonheur, et c'est ce qu'on avait dans All our Yesterdays, quand Spock et Mccoy se retrouve dans le passé d'une planète sur le point d'être détruit mais où ils sont tellement loin dans le passé que Spock est en train de regresser à un stade antérieur du développement des vulcains où le contrôle des sentiments n'a pas encore lieu et où il tombe terriblement amoureux de la jeune femme qui les a recueilli mais quand ils retournent dans le présent, elle ne peut venir avec eux mais on sent que lorsque retour dans le présent, Spock constate qu'elle est morte il y a très longtemps, il l'aime toujours et si elle avait pu les accompagner, ils seraient peut-être ensemble. Je suis contente que dans ce film Spock trouve enfin un peu la paix.

Concernant Spock, j'aime beaucoup le fait que le début retrace l'enfance de Spock et la cruauté des enfants vulcains envers lui, car le fait qu'il soit mi-vulcain, mi-humain fait qu'il n'est pas accepté vraiment par l'équipage de l'enterprise dans la série originale, quand il est aux commandes, Bones est souvent là pour remettre en question de ses décisions parce qu'il est vulcain et le rejet par les Vulcains est aperçu dans Star Trek V, où est évoqué le fait que le père de Spock est déçu par Spock dès sa naissance parce qu'il est trop humain, mais aussi un peu dans le premier film quand la cérémonie du Kholinar échoue à cause de la part humaine de Spock et dans Journey to Babel, je crois que la mère de Spock fait référence au fait qu'il était rejeté par les autres enfants. Donc j'aime beaucoup, ce début, où on nous montre l'enfant des deux mondes et le fait qu'il est rejeté à cause de ça mais qu'il va choisir d'être un vulcain, ainsi que le moment où il va intégrer Star Fleet qui souligne son caractère brillant. La raison pour laquelle Spock rejoint Star Fleet fait parti des rares points de divergences, car c'est un des cas où on peut considérer qu'il ne devrait pas encore y avoir d'altération dû à l'intervention des Romuliens, puisqu'il rejoint Star Fleet parce qu'il pense que Star Fleet offre de meilleurs opportunités pour explorer la galaxie, car Spock est avant tou un scientifique d'une curiosité insatiable(j'ai été enchanté quand il a enfin dit Fascinating dans le film, car ça fait partie de ses répliques habituelles, ce qui est souvent drôle vu que Spock c'est tout de même le type qui alors qu'un extra-terrestre menace de détruire l'enterprise au bout d'une heure, bidouille le système de communication juste pour voir à quoi ressemble l'extra-terrestre), alors qu'ici il y a le fait d'être toujours vu comme un demi-vulcain qui fait qu'il va quitter Vulcain.
Il a un côté désagréable au début, car c'est le type qui applique les procédures à la lettre, un génie et il est normal qu'il se heurte à Kirk, j'aime beaucoup le fait qu'il est capitaine, car Spock au départ dans la série, dans le Galiléo ne répond plus, Spock a dû mal à commander et devenir un bon capitaine va demander du temps et des efforts de sa part mais il est toujours brillant, car il n'y a que lui pour comprendre que le Romulien vient du futur et réaliser au moment où il monte à bord du vaisseau du vieux Spock, que Kirk a rencontré le Spock du futur et que c'est grâce à ça qu'il a pu se téléporter à bord de l'enterprise alors que ce n'est pas encore possible.
J'adore le vieux Spock, quand il rencontre Kirk et lui dit  "I  have been and always shall be your friend" c'est magnifique, c'est le renouvellement de son serment d'amitié qu'il énonce dans Star Trek II et III, cette loyauté incroyable qu'il a pour Kirk. J'aime beaucoup son intervention, autour du fait que Kirk et Spock sont nécessaires l'un à l'autre et d'une certaine manière, ici nous sommes dans le film mirroir de Star Trek I, dans le I, on découvre que Kirk n'est pas un très bon capitaine sans Spock et ici on découvre que Spock ne peut pas non plus être l'excellent officier qu'il sera, sans Kirk, car chacun tempère les excès de l'autres, Kirk empêche Spock de n'agir que par la raison et quand le vieux Spock dit au jeune tout cela, on retrouve le personnage de Spock tel qu'on l'avait laissé dans le sixième film, car le fait de tricher, il l'a appris de Kirk, dans la série, à travers les divers bluff de Kirk et son humour est présent dans le 6, quand à la fin il dit "if I were human, I would say go to hell, if I were human", j'adore quand il explique qu'il a manipulé Kirk en invoquant les risques de paradoxe temporel mais qu'il va finalement voir Spock en disant que vu le nombre de Vulcains qui restent ils ne pourront pas s'ignorer longtemps mais qui est un trait du vieux Spock, c'est-à-dire celui qui s'est libéré du culte de la logique qui afflige encore le jeune Spock, mais le vieux Spock doit la vie au fait que Kirk dans Star Trek III est allé à l'encontre du principe selon lequel les besoins du plus grand nombre priment sur le besoin de l'individu et que Spock finira par reconnaître dans le IV car sans cette évolution, j'imagine bien Spock resté en exil sur la planète glacée pour être sûr de ne pas intervenir dans le nouveau futur, mais son évolution est telle qu'il est capable de se faire une place au sein de cette réalité où il est désormais bloqué.
La scène où Spock raconte à Kirk ce qui c'est passé 129 ans plus tard et qui explique sa présence est aussi une scène que j'aime beaucoup car elle traite des sentiments de Spock de façon indirecte comme ça a toujours été le cas dans la série, car Spock a beau avoir trouvé l'équilibre entre la raison et la passion, il n'est pas devenu humain pour autant et donc la douleur qu'il ressent face à la perte de sa planète nous est montré par le biais de Kirk, car Spock s'excuse parce que le mindmeld a pour effet secondaire de transmettre aussi les émotions et on voit Kirk submerge pendant quelques instants par une douleur terrible qui est en fait celle de Spock mais que Spock ne peut exprimer(ça me rappelle un passage dans Fool's Fate quand le Fou se retrouve dans le corps de Fitz et tout d'un coup expérimente toute l'étendue des sentiments humains et  c'est trop pour lui). et ça permet ainsi de menr à ceux du jeune Spock, par contre le vieux Spock s'abstient de prévenir Kirk du fait qu'en provoquant les émotions de Spock il pouvait être tué dans l'affaire, car dans This Side of Paradise, Kirk est obligé de provoquer chez Spock un excès d'émotion mais il a fait équipe depuis suffisamment longtemps pour savoir le danger qu'une telle action comporte. Les deux scènes sont très similaires, car le point faible de Spock c'est sa mère et l'affection qu'il n'a jamais eu le droit de lui témoigner parce qu'il est Vulcain. Le fait d'ailleurs qu'après avoir agressé Kirk, Spock renonce par lui-même au titre de capitaine selon la régulation en vigueur, est réellement dans le personnage car il fait une chose similaire dans the Amok Time, c'est ce respect du droit qui fait le personnage et son aura.

Ensuite, j'adore comment le film tourne quand Kirk devient capitaine du vaisseau et que Spock se met à son service, car à ce moment-là c'est l'ambiance de la série qui est là car quand ils font équipes ensemble c'est ce qu'on a dans la série. Et finalement j'aime le fait que malgré les différences, l'avenir va suivre un chemin qui ne sera pas trop différent de la série, car à la fin, les Vulcains qui restent vont s'installer sur une nouvelle planète, l'enterprise va avoir l'équipage de la série, par le fait qu'un incident fait que Pike doit renoncer au commandement et Kirk malgré tout se retrouve comme étant le plus jeune capitaine de Star Fleet.

J'ai aussi aimé les petits clin d'oeil, j'en ai mentionné déjà pas mal, on a aussi le fait que la créature qui est implanté en Christopher Pike par les Romuliens et certainement la même que dans Star Trek 2, je me demande si la planète où  Kirk est abandonné n'est pas une planète qui est apparu déjà auparavant.

Bref c'est un film que j'ai beaucoup aimé, car il joue avec les codes de la série originale tout en explorant les possibilités d'une réalité paralèlle et j'espère donc qu'il y aura donc un autre film avec ce nouvel équipage, ce serait dommage de ne pas explorer les possibilités qui sont à présent offertes même si la relation entre Spock et Uhura risque de poser problème si elle continue dans la suite car ça créerait un écart trop grand avec l'image habituelle de Spock bien que ce serait drôle de voir comment Spock se comporerait avec une épouse.
Repost 0
Published by The Bursar - dans Live Long and Prosper
commenter cet article
6 mai 2009 3 06 /05 /mai /2009 17:16
Eh bien, voilà j'ai vu le nouveau star trek, et je suis encore bouleversée par la séance, j'ai terriblement envie de pleurer, tellement ce film est merveilleux. ça fait des mois que j'attendais ce moment et comme beaucoup d'autres trekkies, j'ai été angoissée, découragée en voyant les bandes-annonces qui donnaient tellement l'impression que le film trahissait la série originale, et il n'en a rien été et le moment à la moitié du film où l'on découvre pourquoi il y a une divergence entre la série et le film est vraiment splendide, ce fut un tel soulagement. J.J. Abrahms est un génie, car il a trouvé comment redonner  vie aux personnages originaux sans pour autant trahir, or il était certain qu'il trahirait mais il a trouvé comment lancer un nouveau star trek, comment faire passer l'univers des années 60 à notre époque, donc à l'adapter aux changements d'attente du public(c'est-à-dire dépoussiérer car-mais je ne vise personne- beaucoup de gens n'accrochent pas à la série originale car les décors, les costumes sont trop datés) et ouvrir une nouvelle ère, car je ne peux m'empêcher de penser que ce film n'est qu'un début, car maintenant la route ouverte pour de nouvelles aventures du vaisseau enterprise avec à son bord le Capitaine James T. Kirk et comme First Officer le commander Spock. J'espère très sincèrement que d'autres films voire même une nouvelle série vont voir le jour.

Du point de vue casting, rien à redire, Zacharie Quinto aka Sylar dans Heroes, incarne à merveille le nouveau Mr Spock, bien qu'il ne déloge pas de mon coeur Leonard Nimoy l'interprète original, qui apparaît également dans le film. Il est à noter que Jennifer Morrisson aka le dr Cameron dans Dr House joue la mère de Kirk et je crois que c'est Wynona Rider qui joue la mère de Spock. Karl Urban -Eomer dans les Seigneur des Anneaux-joue McCoy.

Ce film est destiné à faire venir un nouveau public au sein de star trek, donc il n'est pas nécessaire d'être un trekkie pour aller le voir, car, tout ce qu'il est nécessaire de savoir est expliqué, par exemple, le rapport au sentiment des Vulcains(qui est une chose que j'ai découvert patiemment car ce n'est jamais exposé de façon si explicite dans la série vu que Spock essaye de nier le fait qu'il a des sentiments) est donné clairement, ainsi que l'enjeu représenté par la maîtrise des sentiments pour Spock. Après la seule chose, c'est comme la question du vaut-il mieux lire le livre d'abord ou voir l'adaptation d'un Jane Austen, c'est le même problème, c'est-à-dire que si vous allez voir le film sans connaître la série, vous aurez plus de mal à accrocher à la série des années 60 vu que le caractère des personnages est un peu changé(surtout Kirk vu qu'ici Kirk est un rebelle, un peu mauvais garçon, alors que dans la série c'est le contraire d'un rebelle, c'est un type droit, un peu trop parfait et qui ne correspond plus tout à fait à ce que nous attendons maintenant d'un héros mais l'aspect rebelle est présent déjà dans la série vu qu'il viole à plusieurs reprises the Prime Directive, celle de non-ingérence dans les affaires d'une planète et va même jusqu'à voler l'enterprise dans Star Trek III)mais en même temps, il faut aimer les séries des années 60 pour aimer la série originale, car si pour vous les effets spéciaux doivent être impressionnants tout comme les costumes et les décors, vous n'accrocherez jamais. Moi qui ait vu les trois saisons, les six premiers films, la première saison de Voyager et d'Enterprise, un ou deux épisodes de Deep Space Nine et la moitié de la première saison de Next Generation, j'ai adoré, vu que le film est truffé de référence à la série originale ainsi qu'au film pour ceux qui sont capables de les voir mais sans que ça pose un quelconque problème pour ceux qui ne connaissent pas, c'est un peu comme les différents niveau de lecture dans Shrek ou la famille Addams, quand on est gamin, on comprend les blagues de base et quand on est adulte on repère les références ou on découvre certains jeu de mots comme lorsque Gomez dit à l'oncle Fétide qu'il a déjà la chose sur le sujet du besoin de Fétide d'avoir une compagne. Dans les deux cas, on n'est pas lésé, mais c'est ce qui fait la richesse du film car je ne pense pas avoir repérés toutes les références, du coup je le reverrai encore avec avec plaisir et ce soir je regarde soit Star Trek II(si vous avez un peu suivi, j'ai regardé Star trek I, il n'y a pas longtemps) soit certains épisodes de la série, et je viens de commander la saison 5 de Next Génération car c'est la saison où Spock fait une apparition donc je veux voir les épisodes en question même si je n'en suis pas là dans next generation vu que je ne suis pas très accro de next generation.

Il faut aussi absolument voir le film en vo car l'accent russe de Chekov est terriblement hilarant de même que l'accent écossais de Scotty. J'y suis allée à la séance de 14h20(j'ai pas réussi à me réveiller pour la séance du matin) et la salle était presque pleine, c'est-à-dire qu'il ne restait de place libre que dans les endroits difficile à voir.

Voilà pour les remarques générales, je pourrai vous raconter l'histoire mais je ne peux pas le faire sans spoiler, en plus je pars du principe que si vous m'avez lu jusqu'ici vous avez déjà une petite idée de l'histoire par les bandes-annonces. Si vous tenez vraiment à avoir le détail du film, lisez le billet suivant où je vais m'intéresser aux détails et à la liste des références que j'ai repéré, et aux rapport entre la série originale et le film.
Repost 0
Published by The Bursar - dans Live Long and Prosper
commenter cet article

Citations : Terry Pratchett

Interesting time, p.43
*****
Interesting Time p.19
*****
Le Huitième Sortilège p.87
*****
La huitième Couleur p.91
*****
*****

*****

*****
Apes had it worked out. No ape would philosophize, "The mountains is, and is not." They would think, 'The banana is. I will eat the banana. There is no banana. I want another banana."
Unseen Academicals p.76
*****
'I would like permission to fetch a note from my mother, sir.'
Ridcully sighed. 'Rincewind, you once informed me, to my everlasting puzzlement, that you never knew your mother because she ran away before you were born. Distincly remember writing it down in my diary. Would you like another try ?'
'Permission to go and find my mother ?'
Unseen Academicals,  p.187
*****
'The knees should be covered. It is a well-known fact that a glimpse of the male knee can drive women into a frenzy of libidinousness.'
Unseen Academiacls, p.130
*****
"Lord Vetinari's rules : if it takes an Igor to bring you back, you were dead. Briefly dead, it's true, which is why the murderer will be briefly hanged. A quarter of a second usually does it."
Unseen Academicals, p. 98
*****
"I'm a wizard ! We can see things that are really there, you know,"said Ridcully. " And in the case of the Bursar, things that aren't there too."
Hogfather, p 98

Perdu Dans La Vallée ?

Malakos is here too !!!

Archives

Le mot de l'auteur

 

Bienvenue au sein de la vallée des grenouilles séchées,  blog d'une prof de lettres classiques fan de Star Trek et de Terry Pratchett.
Vous trouverez ici mes impressions sur des ouvrages que j'ai lu, des films qui ont retenu mon attention et parfois des séries.
 
Sur ce, je vous souhaite une bonne navigation mais méfiez-vous d'une chose, j'ai une tendance à m'adresser plus à ceux qui ont lu ou vu ce dont je parle, donc quand ce n'est pas votre cas, évitez de continuer votre lecture quand vous atteignez le paragraphe commençant par "dans le détail" ou voici la partie spoiler mais dans la plupart des cas, les spoilers sont en surlignés.

The Bursar

Et pour me laisser un message sans lien avec un article c'est par là :



 
 

One Challenge to rule them All

logo fondcomble

 

Pour s'inscrire, c'est par là.


Pour consulter les billets publiés par les autres membres de la Communauté ou laisser les liens de vos article, c'est ici.


Pour les logos des différents niveaux c'est là.


Pour les différents logos généraux, c'est ici et .

 


***********************


De mon côté, je vais faire le challenge Valar !

 

Jusqu'ici j'ai peu avancé.

J'ai lu :

The Hobbit

Le Silmarillion

The Fellowship of the Ring

The Two Towers

 

L'adieu au Roi, chansons pour J.R.R. Tolkien

Beowulf

 

 

Challengevalar 2

mes coups de coeur

Mes coups de coeur 2009














Mes coups de coeur 2010

sherlock-holmes-2009

Homère et Shakespeare en banlieue
seigneursOlympe
team medical 01
koi-suru-bo-kun-kaiosha-1
starship troopers
lovely_teacher.jpg
hei-sensei.jpg
rocky-horror-picture-show-posters.jpg
petits meurtres à l'anglaise
galaxy-quest-deluxe-edition-dvd
Couverture-Princesse-Soso.jpg
maurice.jpg
Mes coups de coeur 2011
gemmell legende
bowie labyrinth jim henson movie poster
grammaire
st trinian
Mes coups de coeur 2012
Crimson Spell