Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 juillet 2011 7 10 /07 /juillet /2011 21:42

gundam-00-1435909615.jpgAprès Neon Genesis Evangelion, j'ai eu envie de me replonger dans la franchise Gundam, que j'avais découvert, il y a quelques années, lors de la diffusion sur M6 de Gundam Wings. Donc aujourd'hui je vais vous parler de la saison 1 de Mobile Suit Gundam 00, série qui m'a totalement conquise.

 

Suite à la raréfaction des sources d'énergie, un dispositif fut construit pour utiliser l'énergie solaire. Le monde s'est alors divisé en trois puissances : l'Union qui correspond à l'Amérique du Nord,  l'Human Reform League qui comprend la Chine, la Russie et l'Inde, et l'AEU, qui correspond à l'Europe. Le reste du monde a sombré dans la misère, puisqu'ils n'ont pas accès à l'énergie solaire, et que celle-ci a entraîné la dévaluation du pétrole.

Mais alors que ces trois blocs croyaient leur pouvoir établi, un groupe de terroristes appelé Celestial Beings fait son apparition et proclame oeuvrer pour établir la paix dans le monde : partout où il y aura la guerre, ils enverront des Gundams pour y mettre un terme.

 

Tout d'abord, un Gundam c'est une armure mobile d'une mobilité et d'une puissance hors du commun, qui a la capacité de voler. Ici, les pilotes de Gundam sont quatre et ont chacun un passé qui les a amené à être choisi pour piloter des Gundams. Celestial Being est un groupe qui suit le plan d'Aeolia Schenberg, un homme mort deux cent ans plus tôt et qui a créé les Gundams afin d'établir la paix sur terre(même si à mesure que la série avance, on s'aperçoit que les choses sont bien plus compliquées que ça.)

 

tieraL'histoire est vite complexe et donc prenante, car tout ne se résume pas à des combats d'armure mobile(même si j'admets que je suis extrêmement bon public en ce domaine et que cette série offre de très beaux combats...). On s'aperçoit vite qu'il y a plusieurs groupes, les quatre Gundams Meisters et l'équipage du Ptolemaios, qui tentent de suivre le plan d'Aeolia Schenberg, sans forcément tout savoir, puis ceux qui gravitent autour d'eux, étant la confidence du plan.

Côté ennemis, on va suivre des combattants des trois blocs : le colonel Smirnoff et la jeune lieuntenant qu'il va prendre sous son aile, Graham Aker, un pilote de talent qui va tenter de se mesurer à Setsuna et le savoureux Patrick Colasour, personnage extrêmement hilarant par son orgueil démesuré et sa capacité à perdre tous ses combats contre les Gundams.

Du point de vue des noms combattants, on suit les efforts de la princesse Marina Ismail pour sauver son royaume menacé par la guerre civile  et on a le couple d'amoureux Louise et Seiji, qui ne semblent pas avoir grand chose à voir avec le conflit(donc on se doute qu'une catastrophe va fini par les frapper.

 

Ce qui est intéressant dans cette série, est le fait que les combats ne sont pas manichéens et on s'attache vite aux soldats qui se battent face aux gundams(à part les grands méchants comme Ali), car ce sont des hommes d'honneur qui vont s'affronter parce qu'ils ont le malheur de ne pas être dans le même camp, ce qui donne des combats passionnants, car parfois on arrive à un point où l'on n'a pas forcément envie que les gundams gagnent, l'ultime combat entre Setsuna et Graham est vraiment très prenant pour cette raison, car Graham a d'excellente raison de vouloir se battre, ce qui amène à un conflit inévitable.

 

gundam-00-trans-am.pngMon personnage préféré est Tieria Erde, le plus mystérieux des Meisters(mais on comprend mieux pourquoi dans la saison 2), il ne vit que pour la réalisation du plan et se montre impitoyable envers les autres quand leurs actions peuvent mettre en péril la mission. J'avais adoré le fait qu'il était prêt à tuer Setsuna et sa réaction lorsqu'il doit révéler les vrais pouvoirs de Virtue alors que ce n'est pas en accord avec le plan. C'est ce côté froid et inhumain du personnage que j'ai vraiment aimé et qui fait que j'ai énormément accroché à cette série. J'aime aussi beaucoup la relation qu'il a avec Lockon.

 

L'autre point qui m'a énormément séduite, c'est les problèmes moraux liés à la mission de Celestial Being, car au nom de la paix, ils doivent commettre des massacres, ne prenant partie pour aucun camp, ce qui constitue une forme de fardeau et amène à s'interroger sur la valeur de leur mission.

 

L'intrigue de cette première saison est très prenante et j'ai trouvé les derniers épisodes très émouvants. C'est un animé qui a un bon scénario, la stratégie joue un rôle important tout comme la psychologie des personnages. J'ai hâte que les coffrets sortent à un prix abordable, car c'est vraiment un animé que j'ai envie de revoir.

Repost 0
Published by The Bursar - dans J'aime les méchas
commenter cet article
9 juillet 2011 6 09 /07 /juillet /2011 18:55

the-philosophy-club.jpgAujourd'hui je vais vous parler du premier tome des enquêtes d'Isabel Dalhousie, The Sunday Philosophy Club d'Alexander McCall Smith.

 

Isabel Dalhousie est éditrice de la très sérieuse revue d'Ethique appliquée. Un soir, alors qu'elle assistait à un concert, sous ses yeux, un homme tombe d'un des balcons. Isabel considère aussitôt qu'elle a l'obligation morale envers ce mort de faire la lumière sur ce qui s'est passé.

 

C'est une série qui au départ, m'avait été conseillée par Cachou, car l'héroïne est une philosophe, qui face aux situations quotidiennes, ne cesse de se poser des questions éthiques et qui s'interroge sur l'amour, par le biais des déboires amoureux de sa nièce Cat, qui enchaîne les petits amis désastreux et qu'Isabel voudrait bien voir retourner avec son ex, le gentil Jamie.

 

Je n'ai pas accroché tout de suite à ce livre, car le début était un peu lent et qu'un type poussé d'un balcon n'est pas ce qu'il y a de plus palpitant, quand les seuls éléments que l'on a en main, sont que l'héroïne l'a vu tomber. Mais à mesure que l'histoire avance, je me suis prise d'intérêt pour cette écossaise qui se mêle de ce qui ne la regarde pas et surtout essaie désespérement de faire que sa nièce se remette avec le beau et gentil Jamie.

 

L'enquête nous entraîne dans l'univers plutôt conservateur d'Edimbourg et tout le long de l'histoire nous profitons des réflexions de l'héroïne. L'histoire ne part cepdendant pas dans des grandes digressions philosophiques, mais c'est parfois mieux d'avoir quelques connaissances dans le domaine afin de comprendre les remarques faites sur Kant ou Wittgenstein. L'héroïne ne fait jamais un cours, elle se contente d'émettre des avis fondés sur sa culture et ses opinions philosophiques.

 

Le point qui m'a laissé perplexe et qui m'a un peu déçue est le fait que l'on ne voit jamais The Sunday Philoophy Club(que je suspecte d'être un équivalent de la femme de Columbo), car en voyant ce titre, j'avais espéré rencontrer un groupe de personnages excentriques, et à la place, il y a seulement, Grace, la gouvernante aux idées très arrêtées sur le monde.

 

Comme j'ai déjà beaucoup de série en cours, je doute de poursuivre celle-ci, d'autant plus que mon principal intérêt réside dans le fait de savoir si Jamie était vraiment amoureux de Cat ou si en fait, son affection s'est transférée à Isabel, car un type qui ne cesse de fréquenter la tante de son ex et débarque au moindre appel, c'est louche.

 

kiltissime ewan

Repost 0
Published by The Bursar - dans Kiltissime
commenter cet article
8 juillet 2011 5 08 /07 /juillet /2011 17:05

OhMyGoddess2.jpgAujourd'hui je vais vous parler de la saison 1 de l'animé Ah! My Goddess que j'ai trouvé dans ma bibliothèque.

 

Keichi est malchanceux, mais un jour, alors qu'il tente de passer un appel, il joint le bureau d'Intervention Divine, qui s'occupe d'établir un équilibre au niveau du destin. La déesse qui lui apparaît alors, lui propose de faire un voeu et Keichi, époustouflé par sa beauté et sa gentillesse, fait le souhait de l'avoir toujours à ses côtés, mais à partir de ce moment, sa vie va prendre un tour particulier. En effet, le voeu va être validé et Belldandy va rester à ses côtés, ce qui l'oblige à tenter de trouver un nouveau logement, car il se fait mettre à la porte de sa pension pour y avoir amener une fille... c'est ainsi que commencent leurs aventures pleines de romances, de déesses(car Belldandy a en fait des soeurs pots de colle)et de magie.

 

C'est un animé sympathique, mais que je n'aurais pas vu si j'avais dû l'acheter, car c'est très gentil et pas forcément dans mon style de manga. Belldandy est d'une naïveté incroyable et elle ne vit que pour servir Keichi(donc niveau image de la femme, ce n'est pas vraiment ça).

 

Nos deux héros sont très gentillets, ils ne font de mal à personne et ont même du mal à s'avouer leurs sentiments. Il leur arrive cependant des aventures, soit sous la forme de Maller, un démon qui veut se venger de Belldandy, ou de ses deux soeurs dont l'une essaie de favoriser leurs amours et l'autre de les empêcher, ou encore de la reine et du don Juan du campus qui sont tous deux jaloux de Belldandy et de sa popularité. On a aussi de temps à autres des histoires impliquant les membres du club auto, ce qui est assez sympa, car on a dans le lot un duo plutôt comique.

 

Les dessins sont plutôt jolis et les histoires sont sympathiques, il n'y a rien d'excessif et certains personnages sont intéressants, j'aime en particulier Urd, la grande soeur de Belldandy, qui n'est pas du genre à se laisser faire. L'épisode où il est question de son ange est mon préféré, l'histoire y est intéressante.

 

Ce n'est pas un animé qui va énormément me marquer et je ne compte pas me lancer dans le manga, car ce n'est définitivement pas trop mon style d'histoire.

Repost 0
Published by The Bursar - dans In the mood for Japan
commenter cet article
5 juillet 2011 2 05 /07 /juillet /2011 20:07

embalming.jpgAujourd'hui, en ce 600ème billet, je vais vous parler d'un manga que j'ai découvert à la Japan Expo, alors que nous faisions la queue pour la dédicace d'Hinako Takanaga, il s'agit d'Embalming, de Nobuhiro Watsuki, l'auteur de Kenshin le vagabond, qui revisite ici le mythe du monstre de Frankenstein.

 

Cinq ans plus tôt, les parents de Fury ont été tué par un monstre et depuis, il ne vit plus que pour une chose se venger et ce moment est enfin venu. Mais sa confrontation avec le monstre va lui faire découvrir l'existence de créatures appelées des Frankenstein...

 

Je me suis laissée tenter par ce manga, parce que j'aime beaucoup Kenshin mais aussi le mythe de Frankenstein(mais à cause des versions Hammer). Au niveau du mythe de Frankenstein, ma curiosité a été piquée, même si dans ce premier tome, les choses ne sont pas très développées, donc il faudra attendre le deuxième tome pour avoir vraiment une idée sur cette série, car il y a des points concernant les Frankenstein qui ont du potentiel. Les Frankenstein sont des créatures qui ont été créées par des médecins qui ont décidé de poursuivre les travaux de Victor Frankenstein. Ces créatures m'intéressent car par certains points, elles me rappellent les chimères de Fullmetal Alchemist, et je suis assez curieuse de voir comment les choses vont tourner à Londres.

 

EMBALMING-2.jpgNiveau dessin, il ne faut surtout pas acheté ce manga en espérant retrouver ce qui faisait le charme de Kenshin, car l'auteur aime changer de style, ce qui fait qu'on a ici un style différent et qui est décevant par rapport à ce à quoi le manga Kenshin nous avait habitué. Ce n'est pas mauvais pour autant, c'est juste différent(mais je n'aime pas le look du héros). C'est un univers plus sombre.

 

Un point qui m'a énormément plu et que j'aimais beaucoup aussi dans Kenshin, c'est qu'à chaque fin de chapitre, on a trois pages de textes. Sur les deux premières, c'est un dialogue entre les personnages destinés à expliquer certains aspects de l'Angleterre à l'époque victorienne et sur la dernière, l'auteur revient sur les personnages et la création du manga, ce qui est très intéressant et permet de comprendre certains de ses choix.

 

Le personnage qui a surtout capté mon attention est le Dr Peaberry, qui se promène en sous-vêtement, ce qui donne un côté très décallé au personnage.Wraith Allen était aussi intéressant et les motivations de certains personnages ont de quoi susciter l'intérêt.

 

Un autre point à savoir est que ce n'est pas un manga qui vise le réalisme historique et l'auteur s'amuse à mettre des anachronismes ou des petites références comme le fait qu'il faut 1,21 gigawatts pour créer un Frankenstein... Par contre, la grande découverte que j'ai faite grâce aux textes en fin de chapitre, est que ce manga se passe en Ecosse. En effet, on voit tellement peu le paysage que c'est difficile de s'en rendre compte et la chose n'est pas exploitée(il n'y avait d'ailleurs pas la moindre trace de kilts...), donc il va encore falloir chercher avant de trouver un manga se déroulant en Ecosse avec des vrais écossais.

 

Je lirai certainement la suite par curiosité, mais je ne suis pas non plus complètement conquise.

 

kiltissime ewan

Repost 0
Published by The Bursar - dans Children of the Night
commenter cet article
1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 22:48

teleny-or-reverse-medal-oscar-wilde-paperback-cover-art.jpgAujourd'hui c'est lecture commune avec Teleny or the reverse of the Medal, attribué à Oscar Wilde, plus quelques mains anonymes, sur une initiative de Lou qui a voulu donner un poco de calor à ce mois de juillet.

 

Alors qu'il assiste à un concert, Camille Des Grieux tombe sous le charme du pianiste, René Teleny, avec lequel il s'avère avoir une connexion télépathique. Cette première soirée va lui ouvrir les yeux quant à la nature de ses préférences sexuelles, mais la sodomie est considérée comme un crime, donc Camille va essayer de lutter contre l'inclination qu'il ressent.

 

Ce livre est un roman érotique ou homoerotique qui raconte l'amour profond qui lie Camille et Teleny, au sein d'une société qui condamne ce type de comportement. C'est un roman très intéressant, car il est écrit dans un style de qualité et tout ne tourne pas autour du sexe. Par delà, l'amour qui les unit, c'est la société victorienne qui est mise en question avec ses moeurs hypocrites, où ce qui compte surtout est l'apparence de la moralité et le fait d'éviter tout scandale. Le narrateur s'interroge souvent sur le mal que Teleny et lui font à la société, afin de mettre en avant l'absurdité de la condamnation religieuse de la sodomie, où l'on voue aux enfers et à l'opprobre public des gens qui ne dérangent personne.

 

Ce livre contient une histoire d'amour qui repose sur toute une théorie de l'amour qu'il vaudrait la peine d'approfondir et sur un ensemble de références littéraires(je soupçonne d'ailleurs que le prénom de Teleny est une référence au René de Chateaubriant). Par le biais de l'amour, le personnage se met à vivre et à découvrir une nouvelle facette du monde, il comprend l'absurdité des contraintes qui jusqu'ici l'empêchaient d'être lui-même et d'atteindre son bonheur, et celui des autres, car ses tentatives pour être dans la norme ont des conséquences catastrophiques.

 

C'est donc un livre qui m'a énormément plu et qui me change des boy's love que je lis de temps à autres et qui sont assez ternes en comparaison, puisqu'ils reposent sur un message simpliste. Je remercie donc Lou de m'avoir donné l'occasion de découvrir ce livre.

Repost 0
Published by The Bursar - dans Boy's love
commenter cet article
1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 10:43

vampire_host_01.jpgLe week-end dernier, lors de mon passage à Dijon, petite étoile sadique en a profité pour me filer une pile de manga à lire, donc aujourd'hui je vais vous parler du premier tome de Vampire Host de Kaori Yuki.

 

Rion est une lycéenne pleine d'énergie. Un jour, sa meilleure amie disparaît, laissant derrière elle la carte de visite d'un hôte du club Kranken House. Rion décide de s'y rendre pour enquêter mais les hôtes de ce club sont d'un genre particulier...

 

Ce manga raconte différentes histoires liées aux catastrophes que Rion provoque(j'ai adoré le troisième chapitre où elle se retrouve transformée en homme)et a pour fil directeur la légende d'Ellone, la vierge au sang pur que les vampires recherchent, et qui semble liée à Rion.

 

J'ai été séduite par le graphisme et la narration de cette histoire. L'humour est au rendez-vous et les différentes hôtes sont très intéressants, j'espère qu'on aura l'occasion d'en apprendre davantage sur eux dans les tomes suivants.

 

Mes personnages préférés sont Sakura et Tienran dont j'aime beaucoup le look. En règle générale, j'aime beaucoup les histoires se déroulant dans ce type d'ambiance, surtout parce que cela donne souvent lieu à des personnages excentriques comme Moegi, le vampire à l'apparence juvénile et qui fait un stip-tease dès qu'il est ivre. Cela me rappelle la manga Au café Kichijôji, que j'avais bien aimé et qui avait des serveurs encore plus excentriques.

 

C'est un manga qui repose sur une idée intéressante mais il faut voir ce que ça donne sur la durée. Je ne pense pas lire la suite dans un futur immédiat vu que j'ai déjà beaucoup de séries en cours(sans compter celles que petite étoile sadique m'a prêtées).

 

 quinzaine-nippone

Repost 0
Published by The Bursar - dans Children of the Night
commenter cet article
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 13:00

kenshin1.jpgAujourd'hui je vais vous parler du tome 1 de Kenshin le Vagabond, Kenshin dit Battosaï Himura, de Nobuhiro Watsuki.

 

A la fin de l'ère Edo, un tueur sans égal se fit connaître, un patriote appelé Battosai l'assassin. Lorsque les combats cessèrent, il disparut.

Dix ans plus tard, à Tôkyo, Kaoru Kamiya, maître assistant de l'école de l'esprit vivant Kamiya, fait la rencontre d'un mystérieux vagabond aux cheveux roux, avec une cicatrice en forme de croix sur la joue, et qui se promène avec un sabre à lame inversée. Ensemble, ils vont essayer de redonner vie à l'école de l'esprit vivant.

 

Kenshin est un des tout premiers mangas que j'ai lu et c'est la première série que j'ai suivi avec assiduité car ma bibliothèque avait presque tous les tomes. Depuis quelques années ont passé et j'ai eu envie de m'y remettre, ce qui fait que je viens d'acheter les deux premiers en occasion chez Gibert(la série est beaucoup trop longue pour que j'achète les nouvelles éditions qui ont l'air très belles mais plus chers). C'est ce manga qui m'avait donné envie de découvrir l'histoire du Japon et d'en apprendre plus sur la fin de l'ère Edo et les débuts de l'ère Meiji.

 

Ce premier tome nous permet de découvrir Kenshin, l'homme au regard de tueur qui se cache sous une apparence inoffensive et qui n'aspire plus qu'à défendre ceux qui lui sont chers, sans chercher les honneurs que son nom et sa lame pourraient lui offrir.

 

C'est un tome d'introduction, on y découvre Kaoru, Yahiko et enfin Sanosuke, et l'on est entraîné dans la société japonaise du début de l'ère Meiji, où règne l'envie de goûter à la paix mais où il reste de nombreux problèmes, en particulier au niveau des samouraïs, qui ont perdu le droit de porter le sabre et qui n'ont souvent plus d'autres ressources que de devenir des hors-la-loi.

 

Je me suis replongée dans ce premier tome avec un grand plaisir, j'avais oublié à quel point les dessins étaient soignés et le fait que Kenshin passait son temps à dire Oyo, au grand désespoir de ses compagnons qui s'attendaient à une remarque plus héroïque. C'est un bon Shonen, les combats sont intéressants, l'équilibre entre sérieux et comique est bien établi, et les aspirations des personnages donnent de la profondeur à l'histoire et font qu'il ne s'agit pas juste d'une série de combats de samouraï. C'est donc un manga à connaître, surtout si vous avez envie d'en apprendre plus sur le Japon du 19ème siècle.

 

quinzaine-nippone

Repost 0
Published by The Bursar - dans In the mood for Japan
commenter cet article
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 04:45

trinity-blood-rage-against-moons-volume-4-judgment-sunao-yo.jpg

Aujourd'hui je vais vous parler du tome 4 de Trinity Blood : Rage Against the Moons de Sunao Yoshida.

 

Suite aux événement du tome précédent, Catherina Sforza est arrêtée par l'Inquisition qui la suspecte d'être une Alliée de New Vatican. Pour prouver son innocence, les agents de l'Ax partent pour Tallinn afin de mettre la main sur Cheribum, la seule personne capable de prouver que le cardinal Sforza est victime d'une machination. Une course contre la montre se met en place, d'autant que les Forces de l'Inquisition se dirigent également sur Tallinn.

 

C'est un tome très satisfaisant où l'on a pour une fois l'essentiel des forces de l'Ax et où l'on découvre pourquoi Léon a  été condamné à la prison à vie(cependant il reste beaucoup de zones d'ombre à son sujet). J'ai bien aimé les rapports entre Catherina et Abel dans ce tome, et j'ai trouvé très agréable de voir Hughes faire équipe avec les autres membres de l'Ax. 

 

Au niveau de l'histoire, nous en sommes arrivés à un point où il n'est pas possible de lire ce tome sans avoir lu les précédents. Le point que j'ai le plus apprécié ont été les combats de type guérillas, car cela apporte une touche nouvelle au récit et les stratégies employées réservaient de bonnes surprises(mais Abel se débrouille aussi pas mal).

 

Comme dans les tomes précédents, le dernier chapitre poursuit le récit de la quête de vengeance de Hughes de Watteau en Belgique. Cette fois, le récit se déroule en même temps que les événements du premier chapitre du tome 3. Ce chapitre est extrêmement frustrant car il ne clôt pas l'histoire, ce qui fait qu'on ne sait toujours comment Hughes finit par revenir au sein de l'Ax et pourquoi on le retrouve à Talinn en compagnie de Dandelion. C'est frustrant parce que le tome 5 et le tome 6 ne sont pas disponibles, donc je ne suis pas prête d'avoir ces réponses, et je ne saurais pas non plus si dans le tome suivant le cardinal de Médicis met en place un nouveau plan pour se débarasser de Catherina.

 

C'est un bon tome, avec une postface de l'auteur assez sympathique, qui nous apprend que le tome suivant se passe sur une île, malheureusement, je ne suis pas prête de vous en parler.

 

quinzaine-nippone

Repost 0
Published by The Bursar - dans Children of the Night
commenter cet article
28 juin 2011 2 28 /06 /juin /2011 10:56

bakuman_1.jpgAujourd'hui dans le cadre de la quinzaine nippone, je vais vous parler du tome 1 de Bakuman, manga que m'a fait découvrir Ambroisie et que l'on peut obtenir en ce moment gratuitement pour l'achat de deux mangas Kana(ce qui fait que j'ai acheté les trois premiers tomes).

 

Mashiro a un don pour le dessin, mais il sait que son destin est tout tracé et qu'il deviendra un employé de bureau comme la plupart de ses camarades. Pendant les cours il dessine sur son cahier le portrait de Miho, la fille dont il est amoureux.

Un jour, il oublie son cahier en classe et c'est Takagi, le premier de la classe qui tombe dessus. Il lui propose alors de faire équipe, car son rêve est devenir mangaka, mais Mashiro hésite car il sait à quel point devenir mangaka est difficile.

 

J'avais eu envie de découvrir ce manga, parce qu'il nous entraîne dans les coulisses de la production d'un manga, ce qui est un sujet qui m'intéresse énormément. Ce manga explore une partie que je ne connais pas encore très bien, puisque dans Sekaiichi Hastukoi, nous suivons des auteurs qui ont percés et des éditeurs qui n'ont pas de soucis à se faire quant à leur travail, en dehors de ceux créés par leurs auteurs qui ne respectent pas les planning, et dans Not ready, sensei !?, nous suivons un futur mangaka qui a déjà fait son entrée dans l'univers des mangas tandis que dans Otaku Girls, nous découvrons l'univers des fan et des doujinshi. Ici, nous suivons les efforts des deux héros pour réussir à se faire publier et par le biais de l'oncle mangaka de Mashiro, nous découvrons qu'il y a assez peu de mangaka, car réussir à publier une série ne veut pas dire que l'on pourra vivre de ce métier.

 

J'ai trouvé  ce premier tome très instructif et l'histoire de l'oncle est passionnante. J'ai découvert un certain nombre de choses que j'ignorais, en particulier les nemus, qui sont une sorte de story-bord réalisé par le scénariste(car comme Takagi, je croyais qu'un scénariste pouvait se contenter d'écrire une description). En plus, à chaque fin de chapitre, les auteurs ont joints les nemus qu'ils ont chacun réalisés pour une page, ce qui permet de voir la différence entre les deux mangakas.

 

Le dessin est vraiment bon, avec beaucoup de détails, ce qui n'étonne pas vu qu'il s'agit des auteurs de Death Note, il y a d'ailleurs quelques clins d'oeil à cette oeuvre dans les premiers chapitres. L'histoire est assez belle avec une romance platonique, comme on en voit peu et qui est charmante.

 

C'est donc une série que je conseille à tous les amateurs de manga qui ont envie d'en savoir plus sur le métier de mangaka.

 

quinzaine-nippone

Repost 0
Published by The Bursar - dans In the mood for Japan
commenter cet article
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 01:22

id-1-taifu.jpgAujourd'hui je vais vous parler manga des deux premiers tomes d'ID de Akira Kanbe.

 

Hinari Kohara vient juste d'être assigné à la première unité d'investigation du département de la police métropolitaine de Tokyo. Il est plein de bonne volonté et encore tout innocent.

C'est alors que son supérieur l'envoie livrer des échantillons à Yasoshima Shiro, un des chercheurs du laboratoire médico-légale. Il va découvrir que Yasoshima est un pervers qui collectionne les échantillons d'adn et qui va se prendre d'affection pour lui.

 

J'avais accroché au premier tome, ce qui fait que j'ai acheté le second ce week-end à l'occasion de mon passage à Dijon, où je suis allée faire les librairies avec Petite étoile sadique à l'occasion de son retour en France. Je suis d'ailleurs rentrée chez moi avec 26 mangas, une certaine personne ayant profité de l'occasion pour faire de la place dans sa bibliothèque en encombrant la mienne(mais je me vengerai le week-end prochain).

 

Ce qui m'a attirée dans ce manga est bien évidemment au départ, vous vous en doutez, la coupe de cheveux de Yasoshima Shiro ! et surtout le fait qu'il a un look qui fait penser à Sempai. Quand je l'ai lu, j'ai beaucoup aimé la manière dont il fait sa cour et la situation absurde dans lesquelles se retrouve Hinari. Hinari est un uke traditionnel, mais tout de même intéressant par son côté fragile et sa bonne volonté. Le deuxième tome est sympa mais a des situations moins comiques et le défaut du dessin m'ont beaucoup plus frappé, par contre, il contient le très courte nouvelle La parade des Hamsters écrite par Minori Shima, qui est assez drôle.

 

Le gros défaut de ce manga est que la mangaka dessine les bulles sans le trait qui indique à quel personnage elles sont à attribuer, ce qui m'a un peu dérangé à un moment dans le deux, car je n'arrivais pas à savoir qui parlait. L'autre point un peu décevant est que l'auteur a adopté le style poupée barbie pour les nus, ce qui fait que certaines cases sont ratées, car on a du vide où il ne faudrait pas, ce qui fait ridicule... cela donne des scènes très décevantes au niveau graphique, puisque ce n'est plus du tout réaliste, alors qu'il y a tout de même des manières de dessiner des nus avec une censure plus discrète...

 

C'est un manga sympa, qui est intéressant parce qu'il se passe dans le domaine de la police, mais qui sinon n'est pas d'une originalité exceptionnelle et qui a un dessin assez quelconque.

 

quinzaine-nippone

Repost 0
Published by The Bursar - dans Senpai !!!!!!!!!!!!!
commenter cet article

Citations : Terry Pratchett

Interesting time, p.43
*****
Interesting Time p.19
*****
Le Huitième Sortilège p.87
*****
La huitième Couleur p.91
*****
*****

*****

*****
Apes had it worked out. No ape would philosophize, "The mountains is, and is not." They would think, 'The banana is. I will eat the banana. There is no banana. I want another banana."
Unseen Academicals p.76
*****
'I would like permission to fetch a note from my mother, sir.'
Ridcully sighed. 'Rincewind, you once informed me, to my everlasting puzzlement, that you never knew your mother because she ran away before you were born. Distincly remember writing it down in my diary. Would you like another try ?'
'Permission to go and find my mother ?'
Unseen Academicals,  p.187
*****
'The knees should be covered. It is a well-known fact that a glimpse of the male knee can drive women into a frenzy of libidinousness.'
Unseen Academiacls, p.130
*****
"Lord Vetinari's rules : if it takes an Igor to bring you back, you were dead. Briefly dead, it's true, which is why the murderer will be briefly hanged. A quarter of a second usually does it."
Unseen Academicals, p. 98
*****
"I'm a wizard ! We can see things that are really there, you know,"said Ridcully. " And in the case of the Bursar, things that aren't there too."
Hogfather, p 98

Perdu Dans La Vallée ?

Malakos is here too !!!

Archives

Le mot de l'auteur

 

Bienvenue au sein de la vallée des grenouilles séchées,  blog d'une prof de lettres classiques fan de Star Trek et de Terry Pratchett.
Vous trouverez ici mes impressions sur des ouvrages que j'ai lu, des films qui ont retenu mon attention et parfois des séries.
 
Sur ce, je vous souhaite une bonne navigation mais méfiez-vous d'une chose, j'ai une tendance à m'adresser plus à ceux qui ont lu ou vu ce dont je parle, donc quand ce n'est pas votre cas, évitez de continuer votre lecture quand vous atteignez le paragraphe commençant par "dans le détail" ou voici la partie spoiler mais dans la plupart des cas, les spoilers sont en surlignés.

The Bursar

Et pour me laisser un message sans lien avec un article c'est par là :



 
 

One Challenge to rule them All

logo fondcomble

 

Pour s'inscrire, c'est par là.


Pour consulter les billets publiés par les autres membres de la Communauté ou laisser les liens de vos article, c'est ici.


Pour les logos des différents niveaux c'est là.


Pour les différents logos généraux, c'est ici et .

 


***********************


De mon côté, je vais faire le challenge Valar !

 

Jusqu'ici j'ai peu avancé.

J'ai lu :

The Hobbit

Le Silmarillion

The Fellowship of the Ring

The Two Towers

 

L'adieu au Roi, chansons pour J.R.R. Tolkien

Beowulf

 

 

Challengevalar 2

mes coups de coeur

Mes coups de coeur 2009














Mes coups de coeur 2010

sherlock-holmes-2009

Homère et Shakespeare en banlieue
seigneursOlympe
team medical 01
koi-suru-bo-kun-kaiosha-1
starship troopers
lovely_teacher.jpg
hei-sensei.jpg
rocky-horror-picture-show-posters.jpg
petits meurtres à l'anglaise
galaxy-quest-deluxe-edition-dvd
Couverture-Princesse-Soso.jpg
maurice.jpg
Mes coups de coeur 2011
gemmell legende
bowie labyrinth jim henson movie poster
grammaire
st trinian
Mes coups de coeur 2012
Crimson Spell