Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 03:00

ds9-season1-235x300Aujourd'hui je vais vous parler de la première saison de Star Trek : Deep Space Nine.

 

Star Trek : Deep Space Nine, à la différence de toutes les autres séries de la franchise, raconte le quotidien de la station spatiale DS9, qui se trouve à proximité d'un vortex stable qui mène au Gamma Quadrant ainsi que de la planète Bajor, qui sort de plusieurs années de colonisation par les Cardassiens. C'est un point important politiquement, car la présence du Vortex en fait un lieu important pour le commerce et l'exploration spatiale.

 

Dans cette première saison, les intrigues tournent pour la plupart soit autour des problèmes causés par l'arrivée d'entitées inconnues ou par une combine de Quark, soit autour de Bajor, qui essaie de se reconstruire après des années de domination cardassiennes.

 

Les personnages sont :

- Benjamin Sisko, qui est à la tête de DS9 et qui s'est retrouvé désigné comme l'Emissaire des Prophètes à son arrivée, ce qui est un titre important aux yeux du peuple de Bajor. Sisko a une tendance à ne pas se laisser marcher sur les pieds et sait élaborer des stratagèmes efficaces et pas toujours en accord avec the Prime Directive.

- Jake Sisko, le fils de Benjamin, qui a pour meilleur ami un ferengi et se comporte comme un ado normal(ce qui fait que lui on n'a pas envie de le téléporter au milieu du vide sidéral comme ça pouvait être le cas avec Wesley Crusher dans TNG).

- le major Kira Nerys, qui s'est battu dans la résistance durant la domination cardassienne et qui est à présent la liaison entre DS9 et Bajor, c'est le bras droit de Sisko. Elle est prompt à la colère et il vaut mieux être de ses alliés.

- Odo, le chef de la sécurité, qui est l'unique représentant de sa race et a pour aptitude de changer de forme à son gré. Il est plutôt grincheux mais est très rationnel.

- le docteur Bashir, le beau gosse qui n'a pas forcément le succès qu'il voudrait auprès des femmes et qui court vainement après Jadzia Dax. Il se retrouve sur DS9 par envie de pratiquer la médecine dans des conditions extrêmes.

- Jadzia Dax, qui est un trill, c'est-à-dire qu'elle héberge une entité qui survit en passant d'hôtes et hôtes et dont l'hôte précédent était un très bon ami de Sisko. Elle est l'officier scientifique de la station et a un bon sens de l'humour.

- le chef O'Brian, qui s'occupe de tous les problèmes techniques de la station et qui a par moment des problèmes avec sa femme;

- Quark, un ferengi, qui possède le bar de la station et qui trempe dans la plupart des combines louches qui s'y déroule, puisque tout profit est bon. Il est souvent au prise avec Odo, qui rêve de le mettre derrière les barreaux. Il est d'ailleurs joué par Armin Shimmerman que l'on retrouvera dans Buffy dans le rôle du principal Snyder.

 

Quark-star-trek-deep-space-nine-8476342-579-729.jpgAu début, j'ai eu mes réserves vu que le casting impliquait un ado et qu'il y avait pas mal de lien avec TNG, puisque la femme de Sisko a été tuée par une attaque des Borgs menée par Jean-Luc Picard(ne me demandez pas d'explications, je ne suis pas allée aussi loin dans TNG) et que Picard est présent dans le pilote, qu'on avait en plus le chef O'Brian dans les personnages principaux et qu'en prime, on avait droit à une apparition de Lwaxana Troy et de Q.

 

Finalement, le courant est passé dès le premier épisode, car la série se démarque énormément de TNG : il n'y a pas d'épisodes se déroulant dans les holodecks et il n'y a pas non plus de Conseiller, ce qui permet de ne pas avoir de casse-pied venant se mêler des problèmes psychologiques d'autrui et de ne pas avoir d'intrigues pleines de bons sentiments(non, je ne me suis toujours pas remise des épisodes sur les problèmes de Worf avec son rejeton). Ensuite, l'épisode avec Q marque bien la différence entre les deux séries et permet de montrer à quel point Sisko n'est pas Picard.

 

L'autre point qui fait qu'elle se démarque de TNG et ne m'a donné l'impression d'avoir une version fade de TOS(comme c'était le cas pour TNG) est lié aux personnages.

Sisko est du genre énergique et souvent quand il a son air souriant c'est qu'il prépare en fait un coup bien pourri pour coincer son adversaire. J'ai beaucoup accroché à Bashir, Odo et Quark. Cependant il n'y aucun personnage que je n'apprécie pas(à part peut-être la femme d'O'Brian), chacun a un trait qui le rend intéressant et surtout il n'y a pas de véritable Don Juan, car, Bashir est certes un peu vain mais c'est ce qui le rend attachant, car la plupart de ses efforts ne mènent à rien.

 

Les intrigues sont assez diverses et Quark apporte souvent une bonne pointe d'humour par ses efforts pour tirer profit de n'importe quelle situation. Certaines intrigues sont assez sombres et j'aime beaucoup le fait qu'on ne cherche pas à nous faire la leçon. Suivre la vie de la station est intéressant surtout que les scénaristes exploitent assez bien la diversité qu'une station comme DS9 rend possible et ne font pas trop dans les grandes séquences émotions larmoyantes. En plus, j'adore le design de DS9.

 

C'est une première saison très satisfaite et qui du coup fait de DS9, ma série préférée de la franchise après TOS(car rien ne peut détrôner TOS).

ds9station.jpg

Repost 0
Published by The Bursar - dans Live Long and Prosper
commenter cet article
15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 11:08

meurtres-vulcain.jpgAujourd'hui je vais vous parler de Meurtres sur Vulcain de Jean Lorrah dans le cadre de Summer Star Wars.

 

Suite à une attaque de klingon, un des membres de l'équipage a été gravement blessé et son seul espoir de guérison réside dans une technique expérimentale développée sur Vulcain. Amanda, la mère de Spock, bénéficie également de ce traitement, ce qui amène Kirk, Spock et McCoy à faire un séjour sur Vulcain, mais ça ne sera pas de tout repos car un assassin rôde dans l'Académie des Sciences de Vulcain.

 

Ce livre se passe avant les films et contient quelques références à the Amok Time et à Journey to Babel ainsi qu'à un des livres précédents que je n'ai pas lu. La couverture ne montre pas une scène qui a lieu dans le film, ce qui est dommage car je n'aurais rien eu contre un combat entre Spock et une créature féroce.

 

C'est un livre qui est centré sur les Vulcains et le lien mental qui unit des époux, ainsi que sur Spock et sa relation avec son père(thème avec lequel j'ai toujours du mal puisque j'ai toujours eu l'impression que leur relation ne s'améliore véritablement qu'à partir de Star Trek IV).

 

Je n'ai pas été conquise par ce livre, car, comme pour Sarek, je n'arrive pas à accrocher aux livres sur les Vulcains mais je pense que le problème est dû à la focalisation, car on suit à chaque fois les pensées d'un personnage et je n'aime pas suivre les pensées des Vulcains, car c'est souvent trop clichés et tournés vers la démonstration du "voyez les vulcains ont des sentiments", or dans la série, c'est quelque chose qui est laissé à l'interprétation du spectateur, donc avoir les pensées de Sarek ou de Spock me prive de mon jeu préféré qui est d'essayer de deviner leurs vrais sentiments, ce qui est mieux que d'y avoir accès car ça laisse beaucoup plus à l'imagination, sans compter qu'il y a trop de bons sentiments.

 

Au niveau de l'intrigue, je l'ai trouvé décevante, car j'ai très vite trouvé le mobile et l'identité du tueur, l'auteur ayant donné beaucoup trop tôt certains éléments, car la simple présentation du personnage suffit pour comprendre qu'il y a quelque chose de louche.

 

Ce n'est pas un livre complètement mauvais, mais on ne peut pas dire qu'il m'a passionnée.

 

summer star wars V

Repost 0
Published by The Bursar - dans Live Long and Prosper
commenter cet article
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 09:26

startrek4Aujourd'hui je vais vous parler de Star Trek IV que j'ai regardé jeudi soir alors que j'avais besoin d'un peu de réconfort, et quoi de mieux que Spock faisant the  vulcan nerve pinch à un punk. Attention cet article contient des spoilers sur les films précédents.

 

Alors que Kirk et ses officiers s'apprêtent à retourner sur Terre pour affronter les conséquences de leurs actes, une mystérieuse entité menace de détruire la planète si rien ne vient répondre à son signal. Le seul problème est que le message s'adresse à une race de baleine éteinte depuis quatre siècles. Il ne reste plus qu'une solution pour sauver la Terre : retourner dans le passé pour en ramener des baleines.

C'est ainsi que Kirk, Chekov, Sulu, McCoy, Uhura, Scotty et Spock se retrouvent dans les années 80 à la recherche d'une baleine.

 

J'adore ce quatrième opus, dont l'ambiance est assez différente des précédents qui n'étaient pas d'une grande gaieté. Le comique de ce film m'a énormément séduite, car certaines situations sont parfaitement hilarantes comme lorsque Chekov avec son accent russe à couper au couteau demande aux passants de San Francisco où se trouvent les "nuclear vessels", ou quand Spock tente d'imiter Kirk et de se lancer dans l'utilisation de "colorful metaphor".

 

star trek ivUn des points que j'ai préféré dans ce film est Mr Spock, qui n'a vraiment pas de chance, puisqu'il avait atteint la paix intérieure dans Star Trek II et que, suite à sa résurrection, tout est à recommencer. Ce film a un côté initiatique, car Spock va devoir réapprendre ce que c'est qu'être humain, car il n'a été rééduqué que selon les principes vulcains, ce qui fait qu'au début, on se demande si McCoy et Kirk ne regrettent pas le sacrifice qu'ils ont fait pour le sauver, car le Spock qu'ils ont sauvé n'est plus leur Spock, et du coup, McCoy est gentil avec Spock. Cela donne des scènes assez drôles, car Spock prend au pied de la lettre certaines expressions et a un comportement qui peut paraître excentrique. Mais au fur et à mesure que le film avance, Spock va réussir à trouver l'équilibre entre sa part humaine et sa part vulcaine, j'aime énormément le moment où il justifie le fait se sauver Chekov par ce fait : "It's the human thing to do", ainsi que ce qui se passe à la fin entre lui et son père, dommage que ça ne dure pas(c'est une de mes déceptions dans Star Trek : next generation).

 

C'est un film qui met  en avant les liens qui unissent les différents officiers de l'Enterprise, tout en essayant de dénoncer la tendance de nos sociétés à chasser des espèces jusqu'à leur extinction. J'ai beaucoup ri devant, car la confrontation entre la culture des années 80 et celle de la Fédération est vraiment savoureuse. C'est un film qui nous ramène dans l'ambiance d'épisodes comme The Trouble with Tribbles.

Repost 0
Published by The Bursar - dans Live Long and Prosper
commenter cet article
10 janvier 2011 1 10 /01 /janvier /2011 14:53

larmes-baladins.jpgAujourd'hui, je vais vous parler des Larmes des baladins de Melinda Snodgrass, livre que j'avais acheté il y a plusieurs mois, lors d'une de mes visites chez Cachou.

 

Une distortion spatio-temporelle dans le système Taygeta menace l'ensemble de la galaxie. L'Enterprise est donc envoyée pour enquêter. Rapidement Mr Spock pense que la situation pourrait être liée aux créatures d'une des planètes du système : les baladins, des boules de fourrure blanche qui passent leur temps à chanter et qui en mourrant sécrète une larme très convoitée. L'Enterprise ne va donc avoir d'autres choix que de réussir à décrypter leur mystérieux chant, s'ils veulent sauver le système et ses habitants. Mais c'est sans compter sur l'équipage klingon qui se trouve également là pour étudier le pénomène et où souffle un vent de mutinerie contre Kor, le capitaine prêt à travailler avec les humains.

 

Ce tome est plutôt axée sur Uhura, qui va tomber amoureuse de Maslin, un virtuose de la musique au sale caractère et qui va servir de consultant à l'enterprise, parce que, oui, il y a des choses que Mr Spock ne sait pas faire.

 

C'est une histoire qui mêle menace klingonne et mystère à résoudre pour sauver la galaxie. Je l'ai trouvé plutôt intéressante, par contre, je n'ai pas pu m'empêcher de me représenter les Baladins sous les traits de bibi phoque.

 

C'est donc un roman qui m'a fait passer un bon moment et où on retrouve une partie du charme de la série.

Repost 0
Published by The Bursar - dans Live Long and Prosper
commenter cet article
12 décembre 2010 7 12 /12 /décembre /2010 18:05

galaxy-quest-deluxe-edition-dvd.jpgIl y a quelques jours, je suis tombée sur Galaxy Quest dans ma bibliothèque et je n'ai pu m'empêcher de regarder ce film le soir même.

 

Galaxy Quest était une série très populaire mais depuis son arrêt, la carrière des différents membres du casting est au point mort et leurs apparitions publiques se limitent aux conventions et autres événements où ils sont obligés d'endosser à nouveau leurs personnages. Entre ses acteurs, il y a des fortes rivalités et jalousies en particulier entre Jason Nesmith, l'acteur principal de la série à l'égo surdimensionné, Alexander Dane, l'acteur anglais qui se retrouve à jouer un alien et Gwen Demarco qui est la blonde de l'histoire, mais les choses vont tourner de façon imprévue, lorsqu'un groupe d'alien qui a suivi toute la série en croyant qu'il s'agissait d'un documentaire, vient demander l'aider du commandant Peter Quincy Taggart et de son équipage. Les acteurs vont alors devoir endosser leur rôle pour de vrai.

 

J'ai réellement adoré ce film qui est une brillante parodie de Star Trek. Elle est brillante au sens où le film a une véritable histoire, avec des personnages qui ne sont pas de purs clichés et où on n'a pas l'impression d'être face à une succession de gags plus ou moins lourds que l'on ne peut supporter que parce que l'on connait le film original. Les références sont plutôt bien intégrées dans le film, donc c'est un vrai plaisir d'essayer de les repérer.

galaxy_quest_2.jpgOn retrouve par exemple la rivalité qu'il y avait dans Star Trek entre Shatner et les autres acteurs(et le fait que Shatner avaient une tendance à essayer des répliques des autres, par crainte de la popularité de Spock), on a aussi l'ambiance des conventions mais aussi la parodie d'épisodes.

 

En plus, on a Alan Rickman dans le rôle de l'acteur anglais qui fait l'extraterrestre qui est une sorte de Mr Spock avec un code d'honneur beaucoup moins pacifique. J'ai aussi beaucoup aimé Guy, l'acteur qui avait joué un membre de l'équipage dans un épisode et qui s'incruste parmi le casting principal, puis fait tout un drame lorsque les ennuis commencent, parce qu'il est persuadé qu'il va mourir, puisque c'était le destin inévitable du type de personnage qu'il incarnait(et finalement, il n'a pas tord quand il casse l'ambiance lors de l'épisode des mineurs...). J'ai aussi apprécié Tony Shalhoub dans le rôle de l'ingénieur en chef très zen et déconnecté de la réalité, il fait d'ailleurs partie des raisons pour lesquelles j'aime cette adaptation : je n'arrive pas du tout à savoir s'il parodie un personnage ou si c'est un gag original(je penche pour la seconde hypothèse).

 

Bref, c'est un film qui s'avère être une très bonne surprise(après si vous n'avez pas vu Star Trek, je suis incapable de vous dire si ce film peut vous plaire), c'est une parodie bien faite et comme j'aimerais en voir plus souvent.

Repost 0
Published by The Bursar - dans Live Long and Prosper
commenter cet article
3 juillet 2010 6 03 /07 /juillet /2010 17:54

book_troublesomeminds.jpg

Aujourd'hui, profitant d'une pause café, je vais vous parler de Troublesome Minds de Dave Galanter, un des livres inspirés de Star Trek TOS que j'ai acheté lors d'une de mes dernières visites à W.H.Smith.

 

Tout commence par un appel de détresse auquel l'Enterprise a le malheur  de répondre, car il va vite s'avérer que Berlis, l'extra-terrestre télépathe qu'ils ont sauvé, avait été abandonné par son peuple, les Istiris pour une bonne raison, car malgré son apparence innocente, Berlis est  un fléau, car sa télépathie est telle qu'il peut soumettre à son influence une planète entière.

 

J'ai aimé ce livre car il est centré sur le trio Spock-Kirk-McCoy et rend assez bien l'ambiance de la série. L'intrigue est assez intéressante avec son point de départ dans un acte de sauvetage qui semble être l'action juste à faire et qui va se révéler avoir des conséquences désastreuse aussi bien sur le plan planétaire, puisque cette décision met en péril toute une planète, que sur le plan personnel, car Spock, par ses aptitudes télépathiques va également tomber sous l'emprise de Berlis, ce qui va donner lieu à une lutte pour le soustraire à cette emprise mais aussi toute une série de doute quant au fait de savoir si Mr Spock est toujours Mr Spock.

 

Au niveau des personnages, je trouve que Spock a été assez bien cerné et en particulier sa solitude que rien ne peut jamais combler, parce qu'il est de deux mondes sans être d'aucun(bien que le vieux Spock semble avoir résolu le problème, mais le vieux Spock est fun et a des circonstances atténuantes qui font qu'il n'est plus tout à fait le même que dans la série...), j'ai apprécié les différentes situations dans lesquelles se retrouvent Spock dans cette histoire, tandis que Kirk est aussi très intéressant, puisqu'il se retrouve dans une situation où il doit trouver une solution sans pouvoir se fier à Mr Spock et où il doit faire face aux conséquences de sa propre morale(The needs of the one outweigh the needs of the many VS the needs of the many outweigh the needs of the few).


J'ai donc apprécié ce roman à peu près autant que le Pacte de la Couronne, mon favori actuel dans les livres issus de Star Trek, même si l'humour y est moins présent mais la fin est très émouvante.

 

summer star wars

Repost 0
Published by The Bursar - dans Live Long and Prosper
commenter cet article
17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 18:23

Imogene_affiche.JPGJe vous avais parlé, il y a quelques temps, de Ne vous fâchez pas Imogène, d'Exbrayat et aujoud'hui, je suis allée voir l'adaptation cinéma avec Catherine Frot et Lambert Wilson.


Nous sommes dans les années 60 et Imogène est une fière écossaise qui travaille à l'Amirauté. Après une remarque de trop contre son gallois de supérieur hiérarchique, Imogène est convoqué chez Sir Woolish. Mais au lieu de se voir renvoyer, Imogène se voit confier une mission secrète : transporter les plans d'un nouvel avion jusqu'en Ecosse.


Attention spoiler sur le livre et un peu le film car je vais comparer les deux.

L'intrigue est finalement beaucoup plus réduite que dans le livre, on sait dès le premier mort qu'Imogène est poursuivi par des bolchéviques et on n'a pas le mystérieux inconnu qui suit Imogène. Le mot doux aussi disparaît et donc on ne voit pas Imogène s'imaginer que l'un des trois hommes avec qui elle a voyagé est amoureux d'elle. Dans le film, la gouvernante se révèle être la vraie mère d'Imogène, ce qui ne fait pas partie des changements qui m'ont plût, étant donné qu'on apprend que Imogène n'est pas de sang entièrement écossais, ce qui amène nécessairement l'héroïne à revoir ses préjugés. Autre élément qui a disparu c'est la lutte entre Imogène et les forces de police locale ou plus exactement le fait qu'elle les martyrise, ça m'a manqué, car j'adore le désespoir d'Archibald McClostaugh à mesure que l'histoire avance.

imogene.jpgLe personnage de Samuel Tyler a bien changé, dans le livre, il fait seulement partie de la police locale, alors que là il est un mélange de différent personnage, c'est à la fois l'un des anciens prétendants d'Imogène qui a été chassé en quelque sorte par le père, c'est le mysérieux inconnu qui se révèle être l'auteur du billet doux et l'ange-gardien d'Imogène et le sergent local. Ce changement ne m'a déplût, j'ai trouvé Lambert Wilson assez drôle et j'ai bien aimé la relation qui existe entre eux(et j'ai basiquement un faible pour Lambert Wilson qui joue très bien Racine).


Fin des spoilers.


J'ai bien aimé l'ouverture du film au match de rugby qui raconte un événement qui se passe normalement quelques années plus tôt dans le livre mais qui montre l'étendu de l'intolérance du personnage. J'ai adoré le fait de faire que toutes les collègues ou presque d'Imogène sont toutes des vieilles, pas très avenantes. Les flashback étaient sympa car ils permettaient de rendre l'influence paternelle, mais j'ai regretté que l'on ait pas le rituel matinal d'Imogène avec sa gymnastique parce qu'il faut se tenir prêt pour le cas où l'Ecosse prendrait les armes, le portrait du père dans la chambre...


 Le film était sympa mais sans plus, mais je serais tenté de dire que c'était déjà le cas du livre. Le fait que le village de Callender soit devenu Faukland et Imogène devenue une descendante des McLeod m'ont agacé, mais sinon j'ai passé un bon moment et la manière dont Imogène se débarasse des deux premiers poursuivants était chouette(j'ai adoré le coup des moutons).


Maintenant passons à ma visite chez W.H.Smith. J'y allais en quête swapesque, donc théoriquement, ça devait être rapide mais surtout ne pas impliquer de visite dans d'autres rayons, ce fut raté... mais ce n'est pas ma faute. En gros, ce qui s'est passé, c'est que j'ai eu le malheur de jeter un coup d'oeil au rayon fantasy-sf-truc à base de zombie, histoire de voir ce qui venait de sortir, pensant ne pas courir trop de risque vu qu'en général les livres qu'ils ont sont marrants mais sans forcément me donner l'envie de repartir avec, surtout vu le prix. Ainsi j'ai découvert qu'il existait à présent The Little Women and the Werewolves, et des romans avec le Onzième Docteur, jusque-là tout va bien, je ne suis fan d'aucun des deux, mais ensuite...

SDC13437.JPG

Ben oui, c'est Star Trek... et vous avez vu les couvertures ? c'est des images tirées de la série originale ! et c'est des tout nouveaux, d'habitude je n'en trouve jamais, c'est juste la novelisation de Star Trek XI que l'on trouve dans les rayons anglais. Ce n'est vraiment pas faute... en plus Children of Kings se passe quand Spock servait sous les ordres du Capitaine Pike, période qui m'a toujours fascinée, parce qu'on a seulement un aperçu de celle-ci dans la saison 1 et vu les risques que prend Spock pour le capitaine Pike dans la série, ça donne envie d'en savoir plus. Pour inception, ben, il y a Leila Kalomi, la bonatiste super amoureuse de Spock que l'on rencontre dans l'épisode où Spock est infecté par des Spores qui rendent heureux, et donc comment résister à ce qui montre comment elle a dû tomber amoureuse de Spock(bien que je sois sceptique quant au fait que l'histoire mêle aussi Kirk) et pour ce qui est de Troublesome Minds, déjà la couverture est prometteuse et d'après Spock va subir les effets de la présence d'un puissant télépathe à bord... Donc ce n'est pas ma faute. Sinon je pense que les trois livres se passent dans l'ancienne chronologie trekkienne, parce qu'avec seulement Star Trek XI, ce n'est pas évident de faire le récit des aventures de l'enterprise, même si Troublesome Minds pourrait se situer dans la nouvelle chronologie, vu qu'il n'implique pas de personnages  secondaires de Star Trek TOS.


Après ça, je suis tombée sur le numéro de Sfx avec Pratchett en éditeur invité, je ne pense pas pouvoir mettre la main dessus, donc du coup, je n'ai pas résisté. Après ça, ça a été.


Mais je serais plus raisonnable samedi à Lille, je ne compte que compléter ma collection de Conan, de romans inspirés de Star Trek Tos et trouvé N ou M d'Agatha Christie. Les seuls autres livres qui pourraient me tenter étant des ouvrages de latin et de grecs pour préparer mes oraux. Donc mon porte-feuille ne devrait pas courir trop de risques.

Repost 0
Published by The Bursar - dans Live Long and Prosper
commenter cet article
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 18:33
SDC13005Aujourd'hui, continuant ma découverte des romans inspirés de Star Trek TOS, je vais vous parler de l'Appel du sang de J.M. Dillard.

L'Enterprise répond à un message de détresse venu de la planète Tanis et y découvre deux cadavres ayant été vidés de leur sang et un survivant, le Docteur Adams. Le docteur Adams a-t-il assassiné ses deux collègues chercheurs ? Quel est le lien avec le virus dont Adams est atteint ? Que faisaient ces chercheurs sur une planète classée inhabitées ? Cette base aurraient-elles pu servirà l'élaboration d'une arme bactériologique ?

Vous l'avez certainement deviné, ce livre introduit le mythe du vampire dans l'univers de Star Trek, ce qui ne pouvait que susciter ma curiosité. Cependant l'histoire ne m'a pas passionnée(oui, Spock a un rôle très minime dans cette histoire), parce qu'elle n'était pas centrée sur le trio Spock-McCoy-Kirk, comme dans un épisode classique. On suit des membres de l'équipage inconnus au bataillon et McCoy et Chapel, donc ça ne m'a pas captivé, vu que ce que j'aime justement dans TOS c'est le fait que les histoires sont centrées sur le trio(ou le duo Kirk-Spock) et non sur les problèmes du reste de l'équipage(un de mes problèmes avec the Next generation).

C'est une histoire sympa, dans la mesure où le mythe du vampire est présenté comme étant tombé dans l'oubli, Kirk par exemple croit qu'un vampire c'est seulement une race de chauve-souris, donc c'était amusant de voir Chekov expliquer à Sulu ce qu'est un vampire, Chekov étant prêt à croire dans cette superstition, mais j'aurais préféré que l'histoire se centre plus sur les personnages centraux de la série : Spock, Kirk, Chekov, Scotty, McCoy, Sulu et Uhura plutôt que sur des personnages inconnnus.

Demain nous parlerons de Dead until Dark.




Repost 0
Published by The Bursar - dans Live Long and Prosper
commenter cet article
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 18:00
Spock_doit_mourir.jpgCette histoire commence par une discussion entre McCoy et Scotty sur cette question : comment puis-je être sûr que le moi qui est rematérialisé par le téléporteur est le même moi que celui qui s'est dématérialisée ? tout aurait pu s'arrêter là sans une attaque massive des Klingons contre la Fédération en parfaite violation avec le Traité de Paix Organien. Pourquoi les Organiens, entités extra-terrestres immatérielles aux pouvoirs pouvant d'étendre au-delà de leur propre planète, ne sont-ils pas intervenus ? Pour sauver la Fédération, la seule solution qui s'offre à l'Enterprise est d'entreprendre un voyage de plusieurs mois pour atteindre Organia et découvrir la vérité. Mais Scotty a l'idée de modifier le téléporteur pour essayer d'envoyer quelqu'un sur Organia, l'expérience rate et Mr Spock, volontaire pour l'expérience, se retrouve avec un double. Lequel est le vrai Spock ? sont-ils tous deux Spock ou l'un d'eux est-il un danger pour l'Enterprise ?

Eh oui, c'est le retour des romans inspirés de Star Trek Tos, mais dans la mesure où je continue d'écouter en boucle Ministry of Magic, ça aurait pu être pire. Aujourd'hui nous parlons de Spock doit mourir de James Blish, livre publié un an après l'arrêt de la série et donc l'action se déroule quelques part durant la deuxième saison. Ce livre ne m'a pas hyper enthousiasmé, même s'il ne m'a pas agacé comme Sarek, parce que ce livre est bourré de référence à des événements des épisodes comme le mariage raté de Spock, alors qu'elles ne sont pas nécessaires à l'histoire et parce que je trouve que ça casse l'ambiance, car dans la série il n'y a jamais de référence à ce qui s'est passé dans les autres épisodes, du coup, j'ai l'impression qu'ici c'est déplacé et que l'auteur cherche à trop en faire.
Ensuite le thème du dédoublement n'est pas non plus original, puisque Kirk se retrouve dédoublé par un incident de téléporteur dans un des premiers épisodes tandis que l'on rencontre un double de Spock, dans un épisode où Kirk se retrouve dans un univers paralèlle suite à un nouvel incident de téléporteur(finalement McCoy n'a peut-être pas tord de se méfier du téléporteur...)donc le concept de départ a beau être intéressant : que se passerait-il s'il y avait deux Spock à bord de l'Enterprise ?, ce concept ne m'a pas convaincu, j'ai eu du mal à me dire que le vrai Spock agirait comme ça, même si je suis heureuse de dire que je suis parvenue à reconnaître le vrai dès le départ. 
Pour ce qui est de l'intrigue avec les Organiens, j'ai aussi eu du mal, c'était trop invraisemblable, mais peut-être est-ce aussi dû aux films, où l'on voit que les Klingons sont des gens très occupés, ou parce que l'idée d'une force extra-terrestre qui empêche les Klingons et la Fédération de se faire la guerre un peu trop facile, parce que dans ce cas pourquoi les Organiens n'interviennent pas plus ?

Bref ce livre est plutôt décevant même si les points où McCoy réfléchit sur les conséquences que pourraient avoir sur Spock le fait d'avoir un double, ou les discussions sur l'âme et le téléporteur sont intéressantes, et en plus nous avons même le droit à une réflexion sur "mais pourquoi les femmes sont-elles attirées par Spock ?" avec une réflexion très sympa de McCoy :

"M.Spock, aussi pénible me soit-il de l'admettre, est tout simplement un être de grande qualité, et un remarquable spécimen de mâle. Il est courageux, intelligent, raisonnable, loyal et vient d'une famille placée au sommet de la société vulcaine. Quelle femme sensée refuserait un tel homme ?"

Le livre m'a déçue mais je ne perds pas espoir, ayant déjà un autre volume dans ma pal : l'appel du sang, où il est question de cadavres exsangues... y aurait-il un vampire à bord de l'Enterprise ou le problème est-il autre ?
Repost 0
Published by The Bursar - dans Live Long and Prosper
commenter cet article
9 janvier 2010 6 09 /01 /janvier /2010 17:36
Normalement le samedi après-midi, je donne un cours particulier de philosophie, mais j'ai appris un peu à la dernière minute qu'il était annulé, du coup, j'ai décidé de partir jeter un oeil dans les comic store de la rue Saint-Jacques afin de trouver un objet sur le thème d'X-files, mais c'était les soldes... et une chose en entraînant une autre, je suis ressortie du magasin avec ceci :

Original Spock
Que dire ? Il n'y avait rien sur X-files(par contre, dans un autre j'ai découvert l'existence de sorte de Barbie Mulder et Scully...)et il y avait -50% dessus, donc une figurine Leonard Nimoy a moins de 9euros, c'était trop tentant...

SDC12984

Mais j'ai tout de même été raisonnable, je n'ai pas acheté de Tribble en peluche(si vous ne savez pas ce que c'est qu'un Tribble, je vous renvoie chez Cachou qui a un article avec une image magnifique de Kirk enseveli sous les tribbles ou presque), alors que j'étais toute contente dans le magasin quand j'ai découvert qu'ils en vendaient, mais ils n'étaient pas soldés... je n'ai pas non plus acheté de Phasers ou d'autres figurines, même si je commence à regretter de ne pas avoir aussi pris Spock jeune, car il était fourni avec un tricordeur et un phaser en accessoire... mais il y avait aussi Kirk sur son fauteuil(non, Cachou, il ne se passe rien sur ce fauteuil...) et surtout les figurines de Kirk et Spock tels qu'ils sont dans Star Trek IV, celles-là me tenteraient bien parce que Spock est vraiment génial dans ce film.

SDC12985
Pour en revenir à ma figurine, c'est une figurine articulée avec la main interchangeable et le détail est assez soigné puisque l'on peut même voir les rides sur la main de la figurine.

SDC12983
"Good Luck"

Donc on peut modifier la position de la figurine et le manteau de Spock a une texture très particulière au touché mais qui permet au pan du manteau de ne pas gêner le mouvement de la jambe, donc je me suis un peu amusée :

SDC12986
Spock en plein footing ce qui rend les prises de vue difficile.



Spock et Malakos
La rencontre entre Spock et Malakos, après les Tribbles, Spock va-t-il découvrir le caractère apaisant de Malakos ?

Et pour satisfaire la curiosité de Cachou, voici la figurine en situation sur mon étagère :

SDC12991

Bilan des courses, je ne suis pas plus avancée pour mon swap, par contre, j'ai enfin une figurine Star Trek !!!!!
Repost 0
Published by The Bursar - dans Live Long and Prosper
commenter cet article

Citations : Terry Pratchett

Interesting time, p.43
*****
Interesting Time p.19
*****
Le Huitième Sortilège p.87
*****
La huitième Couleur p.91
*****
*****

*****

*****
Apes had it worked out. No ape would philosophize, "The mountains is, and is not." They would think, 'The banana is. I will eat the banana. There is no banana. I want another banana."
Unseen Academicals p.76
*****
'I would like permission to fetch a note from my mother, sir.'
Ridcully sighed. 'Rincewind, you once informed me, to my everlasting puzzlement, that you never knew your mother because she ran away before you were born. Distincly remember writing it down in my diary. Would you like another try ?'
'Permission to go and find my mother ?'
Unseen Academicals,  p.187
*****
'The knees should be covered. It is a well-known fact that a glimpse of the male knee can drive women into a frenzy of libidinousness.'
Unseen Academiacls, p.130
*****
"Lord Vetinari's rules : if it takes an Igor to bring you back, you were dead. Briefly dead, it's true, which is why the murderer will be briefly hanged. A quarter of a second usually does it."
Unseen Academicals, p. 98
*****
"I'm a wizard ! We can see things that are really there, you know,"said Ridcully. " And in the case of the Bursar, things that aren't there too."
Hogfather, p 98

Perdu Dans La Vallée ?

Malakos is here too !!!

Archives

Le mot de l'auteur

 

Bienvenue au sein de la vallée des grenouilles séchées,  blog d'une prof de lettres classiques fan de Star Trek et de Terry Pratchett.
Vous trouverez ici mes impressions sur des ouvrages que j'ai lu, des films qui ont retenu mon attention et parfois des séries.
 
Sur ce, je vous souhaite une bonne navigation mais méfiez-vous d'une chose, j'ai une tendance à m'adresser plus à ceux qui ont lu ou vu ce dont je parle, donc quand ce n'est pas votre cas, évitez de continuer votre lecture quand vous atteignez le paragraphe commençant par "dans le détail" ou voici la partie spoiler mais dans la plupart des cas, les spoilers sont en surlignés.

The Bursar

Et pour me laisser un message sans lien avec un article c'est par là :



 
 

One Challenge to rule them All

logo fondcomble

 

Pour s'inscrire, c'est par là.


Pour consulter les billets publiés par les autres membres de la Communauté ou laisser les liens de vos article, c'est ici.


Pour les logos des différents niveaux c'est là.


Pour les différents logos généraux, c'est ici et .

 


***********************


De mon côté, je vais faire le challenge Valar !

 

Jusqu'ici j'ai peu avancé.

J'ai lu :

The Hobbit

Le Silmarillion

The Fellowship of the Ring

The Two Towers

 

L'adieu au Roi, chansons pour J.R.R. Tolkien

Beowulf

 

 

Challengevalar 2

mes coups de coeur

Mes coups de coeur 2009














Mes coups de coeur 2010

sherlock-holmes-2009

Homère et Shakespeare en banlieue
seigneursOlympe
team medical 01
koi-suru-bo-kun-kaiosha-1
starship troopers
lovely_teacher.jpg
hei-sensei.jpg
rocky-horror-picture-show-posters.jpg
petits meurtres à l'anglaise
galaxy-quest-deluxe-edition-dvd
Couverture-Princesse-Soso.jpg
maurice.jpg
Mes coups de coeur 2011
gemmell legende
bowie labyrinth jim henson movie poster
grammaire
st trinian
Mes coups de coeur 2012
Crimson Spell