Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 16:44

DragonKeeper-UK.jpgCela fait longtemps que je ne me suis occupée de ce lieu mais n'ayant pas le courage de tout supprimer, j'ai décidé de revenir publier des critiques de temps à autres et, en cette période où l'on ne parle que de R.R.Martin et de Game of Thrones, je vais vous parler d'un auteur de Fantasy que je trouve bien meilleur, avec le premier tome de The Rain Wild Chronicles, The Dragon Keeper.

The Rain Wild Chronicles est une série en quatre tomes de Robin Hobb, qui fait suite aux événements des aventuriers de la mer(ou The Liveship Traders trilogy)et très lègèrement à ceux de The Tawny Man trilogy, donc attendez-vous à quelques spoilers sur les Aventuriers de la mer dans ce qui suit.

 

The Dragon Keeper raconte l'histoire de dragons nés malformés, dotés des souvenirs de leur race et conscients de l'écart entre ce qu'ils sont et ce qu'ils auraient du être. Ces dragons, qui représentaient l'espoir d'un retour de leur race sur la terre, s'avèrent être incapable de subvenir à leurs besoins.

L'histoire va se focaliser principalement sur plusieurs personnages :

- Sintara, une femelle dragon hautaine.

- Thymara, une adolescente qui selon les coutumes des Rain Wilds aurait dû être exposée à la naissance parqu'elle a des griffes à la place de ses ongles.

- Alise Kincarron, une jeune femme, qui, persuadée de rester vieille fille, a decidé de se consacrer à l'étude des dragons et des Elderlings.

- Leftrin, le capitaine du Tarman, une vivenef un peu particulière.

 

Ce livre traîne depuis plusieurs années dans ma bibliothèque car, je m'étais empressée de l'acheter lors de sa sortie anglaise en poche mais voyant que le livre portait sur les Rain Wilds et qu'il n'y avait aucun espoir que le Fou y soit, je m'en étais désintéressée car on était encore trop prêt de la fin de The Tawny Man Trilogy qui était sensée marquer la fin des aventures de Fitz et du Fou.

robin-hobb-dragon-keeper-cover-usCependant les choses viennent de changer puisque The Fool's Assassin est annoncé pour le mois d'août et mes deux personnages favoris vont enfin revenir, alors que j'avais perdu tout espoir de les retrouver un jour ! Comme les différentes trilogies de Hobb sont souvent liées entre elles, je me suis dit qu'il fallait donc que je m'attaque à The Rain Wilds Chronicles, d'autant qu'après avoir achevé le tome 4 de Game of Thrones(A Feast for Crows), je commençais à avoir envie de lire de la Fantasy où il se passe des choses, parce que, oui, j'en ai marre de suivre des personnages qui passent leur temps à marcher dans les bois, à gérer n'importe comment des royaumes et qui agissent si peu ou avec un tel succès que l'on pourrait croire avoir dans les mains un récit de Fantasy écrit par Flaubert. J'ai donc profité des vacances pour attaquer The Dragon keeper et finalement je l'ai dévoré ainsi que le tome suivant que j'avais également dans ma bibliothèque.

 

Au départ, mon intérêt pour l'histoire était limité, vu qu'on ne suit aucun des personnages des anciennes trilogies mais finalement, je me suis vite attachée aux nouveaux personnages et j'ai été enchantée par la perspective d'en apprendre plus sur les Elderlings et les Rain Wilds. L'intrigue est lente à se mettre en place, car, comme à son habitude, l'auteur prend son temps pour poser les personnages, mais à la moitié du livre, l'intrigue est lancée et le lien entre les différentes trames apparaît.

J'ai été assez surprise de découvrir que l'histoire reprenait là où The Liveship Traders finissait, car, je m'étais attendue à ce que cela se passe après The Tawny Man Trilogy. Cependant, au début, le temps s'écoule vite et on arrive assez rapidement aux changements liés à la fin de The Tawny Man Trilogy. Finalement, c'est plutôt bien que l'on assiste à la sortie des cocons et à la déception provoquée par les dragons difformes. J'ai bien aimé la manière dont fonctionnait la narration, car avant chaque nouveau chapitre, on suit les messages que s'envoient deux préposés à l'entretien des "pigeons voyageurs", ce qui permet par moment d'avoir un aperçu sur ce qui se passe à Bingtown.

 

The Dragon Keeper est un livre assez prenant et je trouve l'idée de suivre des dragons malformés assez intéressante, surtout qu'ils sont à la fois agaçants et intriguants. J'ai vraiment apprécié cette lecture et j'ai hâte de voir comment cela va se finir.

18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 09:34

last-man-in-the-world.jpgAujourd'hui je vais vous parler de The Last Man in the World une variation d'Orgueil et Préjugé, écrite par Abigail Reynolds.

 

Je vous avais déjà parlé d'Abigail Reynolds avec une précédente variation, Impulse and Initiative, où l'auteur explorait ce qui se serait passé si Mr Darcy était revenu faire sa cour à Elizabeth après le rejet de sa première demande en mariage. The Last Man in the World nous fait découvrir ce qui se serait passé si Elizabeth avait accepté la première demande en mariage de Mr Darcy. En effet, dans cette version, Mr Darcy, trop persuadé de son succès, ne se rend pas compte que ses sentiments ne sont pas partagés et au lieu d'attendre une réponse à sa demande, il embrasse Elizabeth. Malheureusement pour elle, le colonel Fitzwilliam et deux serviteurs de Lady Catherine sont témoins de la scène. Ainsi, pour sauver son honneur, mais surtout pour celui de sa famille, elle est obligée de confirmer qu'elle a accepté la demande en mariage de Mr Darcy.

 

Le livre commence par l'arrivée à Pemberley des jeunes mariés, pour passer rapidement à un retour en arrière où l'on découvre comment Elizabeth en est arrivé à épouser l'homme qu'elle détestait le plus. Ce qui est intéressant est que Lizzie va vite prendre en pitié Mr Darcy, parce qu'il l'aime véritablement et qu'il ne se rend absolument pas compte de la froideur de ses propres sentiements. Elle va culpabiliser à cause de sa propre duplicité.

 

Ce que j'ai aimé dans ce livre, c'est le côté extrêmement malheureux d'Elizabeth, qui se retrouve toute seule à Pemberley, avec presque aucun contact avec sa famille, et qui est obligée de faire semblant d'aimer Mr Darcy, jusqu'au moment où la vérité va éclater au grand jour et où Darcy va découvrir pourquoi elle l'a épousé. Dans la suite de l'histoire, on va suivre les efforts de Lizzie pour se réconcilier avec Mr Darcy, car, elle va bien évidemment finir par éprouver des sentiments pour lui, mais à ce moment-là, il est trop tard, Mr Darcy refuse de croire qu'elle puisse lui exprimer autre chose que ce que son devoir lui commande.

 

J'ai vraiment aimé la fragilité du personnage dans ce tome, car Lizzie va manquer de confiance en elle, ne comprenant pas ce que Darcy attend d'elle, et la situation va finir par être si étouffante qu'elle va songer au suicide. J'ai du coup préféré cette version à la précédente, car l'ambiance y est plus sombre et la reconquête de Mr Darcy va se faire lentement, et si l'on excepte l'épisode de l'accident de cheval qui est un peu cliché, les choses évoluent de façon assez vraisemblables. On va aussi bien-sûr retombé sur des passages obligés du roman comme la fuite de Lydia avec Whickam ou le mariage de Bingley avec Jane, mais ceux-ci s'insèrent très bien dans l'histoire et sont traités d'une façon satisfaisante.

 

Voilà une lecture très plaisante qui me donne envie de me relancer dans les réécritures de Jane Austen.

29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 12:44

Crimson_Spell.jpgAujourd'hui je vais vous parler du tome 1 de Crimson Spell d'Ayano Yamane, le créateur de Viewfinder.

 

Pour repousser les démons qui attaquaient son royaume, Vald a dû utiliser une épée magique conservée par sa famille depuis plusieurs générations. Cette épée offre la puissance à son porteur mais fait de lui le réceptacle d'une force démoniaque. Etant désormais maudit, Vald doit quitter son royaume et part à la recherche du mage Haldir dans l'espoir de lever la malédiction. Cependant, Haldir est un excentrique, uniquement intéressé par les artéfacts magiques. Pour obtenir son aide, Vald est obligé de l'accompagner dans une quête qui sera le début d'une aventure plus vaste destinée à lever sa malédiction.

 

Je dois dire que ça faisait longtemps que je n'avais pas accroché autant à un yaoi. Comme il s'agit d'une série d'héroïc fantasy, je m'attendais vraiment à une histoire où le pauvre uke passe son temps à se faire violer par toutes les créatures magiques qui passent et où les combats ne sont que les amuses-gueules avant des scènes d'amour torrides et finalement cette série s'avère beaucoup plus complexe que cela(parce que, oui, j'ai craqué et lu les scans... ce qui ne m'empêche pas d'attendre avec impatience la sortie des versions papiers).

 

crimson-spell-l0.jpgTout d'abord, voyons la partie fantasy du manga. J'ai aimé la situation initiale : le prince noble et vaillant qui doit se sacrifier pour son royaume en prenant sur lui une souillure qu'il va devoir purifier, ce qui va entraîner sa quête. Ce qui est intéressant, c'est que ce n'est pas un récit initiatique, le héros n'est pas un gringalet avec une merveilleuse destinée et qui reçoit une épée magique. Le héros est maudit et l'a été en toute connaissance de cause. C'est un personnage qui n'a rien de la demoiselle en détresse. Pour la suite de l'intrigue, le personnage va obtenir des compagnons de route, le mage Haldir, puis Rucca, alias le lapin, une créature magique dans la tradition des créatures mignonnes et en apparence inutiles. Ensuite, on va suivre sa quête pour en apprendre davantage sur le sort, ce qui va entraîner des scènes de combat et pas mal de magie. L'intrigue est plutôt intéressante, surtout parce que le sexe n'y a pas une grande part, ce qui fait qu'on n'a pas l'impression de se trouver face à une intrigue dont le seul but est de meubler entre deux scènes de sexe.

 

Côté yaoi, les scènes de sexe ne sont pas trop présentes, il y en a plusieurs car la solution trouvée par le mage Haldir pour contenir le démon qui habite le corps de Vald est de coucher avec, car c'est un des moyens les plus simples pour lui de s'emparer d'une partie de l'énergie magique du démon. Ce qui va être intéressant est le fait qu'il fait cela à l'insu de Vald, qui ne se souvient pas de ce que fait le démon qui prend le contrôle de son corps lorsqu'il dort(d'où la nécessité de lever la malédiction). Ainsi un lien va se nouer entre Haldir et la forme démoniaque de Vald, et c'est ce qui m'a passionnée dans cette série : Haldir va développer des sentiments pour Vald mais ne lui dira rien de peur d'être rejeté, ce qui fait que la grande question qui se pose est de savoir quand Vald va finir par comprendre ou quand Haldir va se trahir. En plus, au début, coucher avec le démon apparaît un peu comme la corvée.

Sur le plan de l'histoire d'amour, c'est assez approfondi, on suit la lente évolution qui se fait chez les personnages. C'est vraiment intéressant, car l'histoire n'est pas trop cliché, la répartition semé/uke n'est pas trop marquée et révèle même parfois des surprises et le changement qui s'opère chez les personnages ne se fait pas brusquement.

 

C'est une série qui est vraiment un coup de coeur pour moi et j'ai hâte que la suite sorte en France, d'autant que les dessins sont magnifiques.

Published by The Bursar - dans Boy's love
commenter cet article
18 août 2012 6 18 /08 /août /2012 16:38

YAOI_StupidStory-01.jpgAujourd'hui je vais vous parler de la série Stupid Story d'Anna Hollmann.

 

Alan est un beau gosse, poursuivi sans cesse par des hordes d'admiratrices. A une soirée, il croit avoir trouvé son idéal féminin, sauf que ce n'est autre que le looser qu'il a embrassé devant toute l'école quelques jours plus tôt pour se débarasser de ses prétendantes et qui a été forcé de se travestir par un de ses amis. Suite à cet incident, Alan va essayer de devenir l'ami de Yannick mais il ne peut s'empêcher de repenser à la fille qu'il avait rencontré à cette soirée. Tout ceci le trouble : est-il amoureux de Yannick ou de son fantasme ?

 

C'est un manga à l'origine en deux tomes avec une fin ouverte, mais suite à l'intérêt des fans, l'auteur a fait un troisième tome qui est sorti récemment, ce qui a été pour moi l'occasion de me replonger dans cette série que j'avais énormément appréciée.

 

Il s'agit d'un yaoi soft, où les personnages masculins ont des traits très féminins mais c'est loin d'être gênant. La situation part d'un quiproquo qui amène le beau gosse de l'école à s'intéresser au looser de l'école qui ne comprend pas la raison de cet intérêt, d'autant qu'il manque de confiance en lui, ce qui va permettre certains rebondissements au sein de l'intrigue. Alan est un beau gosse, qui se croit tout permis mais qui va voir sa belle assurance voler en éclats à cause d'une attirance qu'il ne comprend pas au départ.

 

Stupid-Story-02.jpgCe qui m'a plu dans ce manga est qu'il repose sur une situation d'une terrible ironie au départ : le héros croit avoir trouvé la femme idéale mais celle-ci est un homme. Il  est donc amoureux d'une chimère et l'intérêt va être de voir s'il va poursuivre cette chimère ou réussir à s'en détacher, tandis que de l'autre côté, la question va se poser de savoir si ses sentiments sont motivés uniquement par cette chimère ou si elle n'est que l'expression de quelque chose de plus profond.

 

La suite de l'intrigue est intéressante, parce qu'elle ne repose pas sur des situations invraisemblables(à part peut-être l'histoire de la vieille sur son scooter), les choses avancent doucement avec leur dose de quiproquos et d'occasions manquées. Le troisième tome est plaisant, les choses évoluent et on arrive à une conclusion qui laisse tout de même beaucoup de place à l'imagination.

 

C'est un manga qui contient pas mal d'humour et où on ne s'ennuit pas. C'est une histoire qui vaut la peine d'être lue, car elle n'est pas aussi terne que beaucoup de yaoi en ce moment où l'intrigue se résume par "X est attiré par Y, X force Y, Y tombe sous son charme" et où tout peut être bouclé en deux chapitres.

Published by The Bursar - dans Boy's love
commenter cet article
2 août 2012 4 02 /08 /août /2012 11:57

Detective_Conan_Volume_1.pngComme ce mois-ci, c'est quartier libre pour le thème du challenge sur les pages du Japon, je vais vous proposer un mois spécial policier Japonais et je vais commencer avec les deux premiers tomes du manga Détective Conan de Gosho Aoyama.

 

Shinichi Kudo a dix-sept ans et de grandes capacités de déduction qui le mène souvent à prêter son concours à la police pour résoudre des affaires délicates, suivant les pas de son idôle : Sherlock Holmes. Un jour, il assiste à une scène qu'il n'aurait pas dû voir et de mystérieux hommes en noir tentent de l'éliminer en essayant sur lui un nouveau poison.

A son réveil, Shinichi s'aperçoit qu'il a rajeuni, le poison lui a donné l'apparence d'un garçon de six ou sept ans. Pour protéger les siens, il est obligé de garder le secret sur sa mésaventure. Sous le nom de Conan Edogawa, il est confié à la garde de Ran, sa meilleure amie dont le père est détective. Par le biais des enquêtes du père de Ran, il espère pouvoir retrouver la trace des hommes en noir et ainsi obtenir un antidote, mais ce n'est pas évident, car le père de Ran est un imbécile et que plus personne ne prend au sérieux ses déductions. Heureusement, il peut compter sur l'aide du Docteur Agasa, un inventeur farfelu qui va lui fournir toutes sortes de gadget.

 

Comme son nom l'indique, c'est un manga qui présente un héros inspiré de Sherlock Holmes mais avec ce point de divergence, tel Cassandre, personne n'écoute ses prédictions. Comme il est dans un corps d'enfant, il va devoir élaborer des stratagèmes pour mener les adultes sur les bonnes pistes et trouver des moyens de compenser sa faiblesse physique, car désormais son action est limitée sur de nombreux plans. En prime, pour maintenir sa couverture, il est obligé de retourner en primaire, ce qui va amener aussi des intrigues de ce côté-là.

 

J'ai trouvé ce manga sympathique, plus sombre que je ne m'y attendais, car on tombe sur pas mal de cadavres sanglants. Le côté comique est apporté par les deux détectives incompétents que Conan aide à leur insu. J'aime aussi le désespoir de Conan quand il est à l'école, car ce qui l'entoure est terriblement en-dessous de ses propres capacités intellectuels.

 

Un manga policier agréable avec des affaires de meurtres, de disparitions, un détective brillant, bref un ensemble dans la tradition des enquêtes de Sherlock Holmes ou d'Hercule Poirot.

 

challenge-sur-les-pages-du-japon

Published by The Bursar - dans Science of deduction
commenter cet article
30 juillet 2012 1 30 /07 /juillet /2012 14:14

negima_03.jpgAujourd'hui je vais vous parler du tome 3 du maître magicien Negima ! Pour l'intrigue de départ, je vous renvoie à mon billet sur les deux tomes précédents.

 

C'est la rentrée et Negi est désormais le professeur principal des 3A. Tout va pour le mieux jusqu'au moment où un vampire se met attaquer des jeunes filles. Negi est pour la première fois confronté à une véritable épreuve. Réussira-t-il à surmonter sa peur et à vaincre sans l'aide d'un minister ?

 

Ce troisième tome poursuit la trame amorcée à la fin du second tome : la nécessité pour le maître-magicien de trouver un partenaire. Les choses évoluent beaucoup plus vite que je m'y attendais, car je pensais que l'intrigue autour du minister traînerait davantage en longueur.

 

Pour la première fois, Negi doit affronter un ennemi et ce qui va faire l'intérêt de cette histoire va être de nous permettre de découvrir comment notre petit prof de dix ans va réagir face à un véritable danger et quelles solutions il va trouver pour faire face.

 

L'intrigue ne m'a pas énormément passionnée même si elle permet d'en apprendre davantage sur maître Thousand. Dans ce tome, les faiblesses de ce manga apparaissent davantage : la moindre broutille entraîne une situation où l'on voit des filles nues. L'autre point qui a fait que ce tome m'a moins plu que le précédent est qu'il y a moins de chapitres qui nous entraînent à la découverte des différentes élèves de la 3A. Par contre, un nouveau personnage arrive qui pimente un peu la situation : Camo, une hermine perverse et manipulatrice.

 

Comme je l'ai dit, c'est un manga qui permet de passer un bon moment, si l'on cherche quelque chose qui ne fait pas réfléchir, avec des gags simples. 

 

Banniere-Juillet

Published by The Bursar - dans Du coté des bulles
commenter cet article
22 juillet 2012 7 22 /07 /juillet /2012 00:21

Ratman_Volume_1.pngAujourd'hui, dans le cadre du challenge sur les pages du Japon, je vais vous parler du tome 1 de Ratman.

 

Grâce aux progrès de la technologie, le monde connaît un grand boom des super-héros et les grandes compagnies lancent leurs propres représentants.

Shûto Katsuragi, 15 ans, rêve de pouvoir obtenir son permis de super-héros, mais, malheureusement, il est trop petit et tout le monde se moque de lui. Un jour, il est enlevé par les membres d'une organisation criminelle et se voit contraint de la rejoindre. Au lieu d'être un super-héros, il devient Ratman et se voit obligé de commettre contre son gré des crimes.

 

Ce qui m'a séduite dans l'idée de départ, c'est le fait que le héros se retrouve malgré lui dans le rôle du grand vilain. A la lecture, le concept s'est avéré intéressant, en particulier parce qu'il amène à s'interroger sur la notion de super-héros. En effet, on va vite s'apercevoir que les super-héros ont été corrompus par la société de consommation, car ce n'est plus une question de vocation mais business. Du coup, la question se posera de savoir qui est véritablement le vilain dans l'affaire.

 

Jacky.jpgDu point de vue de l'interaction entre les personnages, on a un trio amoureux qui se dessine déjà et qui n'a rien de très originale. Par contre, les membres de l'organisation Jackal sont géniaux, en particulier les Jacky, qui sont les sous-fifres décalés, déguisés en squelettes et qui ne cessent de se retrouver dans des situations improbables(le coup des châtons est génial).

 

Un point aussi à noter est bien-sûr Ratman, que j'ai trouvé intéressant niveau design parce qu'il me rappelle l'Eva 01, ce qui le rend assez effrayant. Le héros est aussi attachant, parce qu'il veut faire le bien, mais est obligé d'obéir à Jackal, il voudrait être un justicier mais sous sa forme normale, il est maladroit et plus faible que les autres. En plus, c'est un otaku des super-héros, ce qui conduit à quelques scènes particulières...

 

C'est un premier tome qui a du potentiel. Il faudra voir si le côté décalé et sombre se maintient par la suite. En tous cas, c'est très intéressant de voir l'univers des super-héros revu et corrigé à la sauce manga.

 

Banniere-Juillet

Published by The Bursar - dans Du coté des bulles
commenter cet article
19 juillet 2012 4 19 /07 /juillet /2012 22:52

negi-ma-1.jpgAujourd'hui, dans le cadre du challenge sur les pages du Japon, je vais vous parler des deux premiers tomes du manga le Maître Magicien Negi Ma !

 

Negi Springfield est un petit génie de 10ans qui vient de recevoir son diplôme de l'école de magie, mais pour devenir un grand maître de magie, il lui faut d'abord réussir son stage... et Negi a été nommé prof d'anglais dans un collège japonais !

Negi se retrouve donc prof principal de la 4èmeA qui est composée de 31 filles. Réussira-t-il à accomplir son stage et à se faire accepter de ses élèves malgré son jeune âge ?

 

Malgré la couverture, il faut savoir que c'est bien un shônen(et il suffit de tourner quelques pages pour en avoir la confirmation car le nombre de plans impliquant des petites culottes, des jeunes filles dévêtues ou en train de se baigner est très important). Le concept de départ est assez invraisemblable, puisqu'il s'agit d'un gosse de 10ans qui arrive à faire cours à des collégiennes. Mais si on fait abstraction de ce point, c'est un manga agréable. Il n'a rien de transcendant, on sent bien que beaucoup d'actions sont motivées par le simple fait de permettre aux adolescents de se rincer l'oeil, en particulier par les éternuements de Negi qui ont la capacité d'arracher les vêtements de quiconque se trouve à proximité, mais cependant c'est assez drôle et en particulier par le côté excessif des situations.

 

NegimaLeMaitreMagicien2.jpgLe tome 1 ne m'avait pas entièrement convaincu, mais c'était le temps de poser les personnages et surtout d'installer la relation entre Negi et Asuna(que je m'obstine à appeler Asuka car il y a beaucoup de ressemblances entre ces deux personnages). Le second m'a plus intéressée parce qu'on y trouve cette histoire : les Baka Rangers et le secret de l'île-bibliothèque, le défi de l'examen trimestriel. Il s'agit de cinq chapitres se déroulant dans une ambiance de jeux de vidéos et dans des décors improbables mais intéressants. L'autre intérêt est qu'avec le second tome, on commence mieux à cerner l'orientation que va prendre le manga, c'est-à-dire que l'on va découvrir petit à petit les différentes élèves de la classe, et d'un autre côté on va suivre les efforts de negi pour devenir un magister. Je pense que l'intrigue concernant le minister ne va pas réserver beaucoup de surprises, car j'ai une assez bonne idée de qui cela va être.

 

Les décors de ce manga sont assez soignés, la ville où se trouve l'école ressemble étrangement à Florence, et l'on découvre d'autres lieux comme la fameuse île-bibliothèque. Les gags sont faciles mais agréables. Negi fait beaucoup de gaffes et surtout il n'est pas pris au sérieux, ses élèves lui obéissent simplement parce qu'il est chou, c'est le mini-prof. Du coup, il est l'objet de toutes sortes de plaisanteries, sans compter que certaines sont prêtes à lui faire des avances, malgré son jeune âge.

 

C'est un manga divertissant, si l'on cherche une intrigue simple, des situations légères et improbables. C'est plaisant à lire, mais est-ce que ça l'est encore au bout du dix ou du trentième tome ? c'est à voir.

 

Banniere-Juillet

Published by The Bursar - dans In the mood for Japan
commenter cet article
9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 17:06

From_Eroica_With_Love_1.jpgAujourd'hui dans le cadre du challege sur les pages du Japon, je vais vous parler du tome 1 de From Eroica with Love.

 

Le comte Dorian Red Gloria est un esthète qui ne recule devant rien pour obtenir ce qu'il désire. Tout ce qu'il veut, il l'obtient, car c'est un voleur d'oeuvres d'art qui signe ses forfaits par "From Eroica with love". Son amour de la beauté va des tableaux aux beaux garçons, mais quand sa route va croiser le Major Klaus, son complet opposé, il va y avoir des étincelles.

 

J'ai découvert ce manga par une critique de magazine. Il date des années 70 et il semble toujours en cours. Par contre, il n'a pas été traduit en français. La première histoire ne m'avait pas réellement convaincue car Eroica fait face à un trio de jeunes prodiges dotés d'habileté psychique, ce que je trouvais un peu ridicule, mais dans l'histoire suivante, le major Klaus arrive et la situation prend un tour beaucoup plus passionnant, car le major va faire d'Eroica son ennemi juré.

 

Niveau style, c'est très proche de Lady Oscar, le côté féminin des personnages masculins atteint son paroxysme dans le personnage de Caesar Gabriel, un jeune prodige très naïf et qui niveau dessin n'a rien de masculin, mais donne une touche comique quand il apparaît, car il est d'une sensibilité excessive. Je me demande combien de temps il va être l'objet de l'attention du Comte, car dès le premier tome, on sent que le Major pique sa curiosité.

 

C'est un manga plaisant malgré le style ancien, mais ce qui est surtout intéressant c'est la relation qui s'établit entre le Comte et le Major, car le Comte est très efféminé et prend un malin plaisir à faire des avances au Major lorsqu'il croise sa route, tandis que le Major considère le Comte comme un dégénéré et se sent souillé par son contact, ce qui donne des scènes assez sympa.

 

Du point de vue de l'histoire, l'essentiel tourne autour des efforts du Comte pour se procurer la dernière oeuvre d'art qui a attiré son regard, tandis que les forces de police ou le Major Klaus cherchent à l'en empêcher. C'est Cat's Eye mais avec un héros gay, manipulateur et qui croit avoir un droit sur toutes les belles choses, bref c'est un concept qui ne se voit pas souvent(car non, il ne met pas le major dans son lit au bout de la deuxième rencontre comme dans un yaoi de base).

 

Un manga à essayer, les dessins plairont aux fans de Lady Oscar et l'histoire est drôle. Je déplore juste qu'il ne soit pas possible de l'avoir en format papier.

 

Banniere-Juillet.jpg

Published by The Bursar - dans Boy's love
commenter cet article
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 15:55

tottori.jpgAujourd'hui je vais vous parler des Dunes de Tottori de Kyotaro Nishimura.

 

présentation de l'éditeur : Pour éponger une partie de son déficit, la Compagnie nationale des chemins de fer japonais organise des excursions surprises, dont le principe est le suivant : à une heure précise, le samedi soir, les voyageurs se présentent en gare de Tôkyô et montent dans le train dis «du Mystère». Où ira-t-on, personne ne le sait, cette interrogation constituant un des attraits majeurs de l'affaire. Retour le lundi matin avec, on l'espère, de beaux souvenirs en tête. La formule - bien réelle - a un tel succès qu'il faut s'inscrire quatre mois à l'avance.

Parmi les visites surprises figure souvent celle des célèbres dunes de Tottori. Mais un jour, le «train du Mystère» n'arrive pas dans cette localité/ Averti, le directeur de la CNCFJ croit à une plaisanterie, puis reçoit une demande de rançon... d'un milliard de yens.

Les inspecteurs Honda et Totsugawa parviendront-ils à empêcher les kidnappeurs d'exécuter leurs 407 otages, à récupérer le convoi disparu et à arrêter les gangsters avant que les parents et amis des voyageurs ne découvrent l'horrible tragédie ?

 

Ce roman policier nous entraîne dans l'univers dans l'univers des chemins de fer japonais et de ses passionnés. Toute l'intrigue repose sur la manière dont on peut faire disparaître un train et pour suivre, il faut faire attention au fait que le livre se déroule au début des années 80, car si on perd ce point de détail de vue, certains piétinements de l'enquête deviennent difficilement compréhensible.

 

C'est un livre qui a vieilli, peut-être pas forcément en bien, car le dénouement peut sembler évident à notre époque où ce genre de rebondissement est monnaie courante, alors que dans le livre, on sent que c'était un point qui ne devait pas être si évident pour le lecteur de l'époque. Du coup, la fin est un peu décevante. L'intrigue en elle-même est prenante, on suit les efforts des inspecteurs pour essayer de retrouver la trace des voyageurs, tout en se demandant comment les ravisseurs ont pu réussir à faire disparaître discrètement 407 personnes.

 

Je ne dirai pas que c'est un livre marquant mais il est tout de même intéressant, bien que certains points ont mal vieilli et peuvent déconcerter un lecteur qui n'a pas connu le début des années 80.

Citations : Terry Pratchett

Interesting time, p.43
*****
Interesting Time p.19
*****
Le Huitième Sortilège p.87
*****
La huitième Couleur p.91
*****
*****

*****

*****
Apes had it worked out. No ape would philosophize, "The mountains is, and is not." They would think, 'The banana is. I will eat the banana. There is no banana. I want another banana."
Unseen Academicals p.76
*****
'I would like permission to fetch a note from my mother, sir.'
Ridcully sighed. 'Rincewind, you once informed me, to my everlasting puzzlement, that you never knew your mother because she ran away before you were born. Distincly remember writing it down in my diary. Would you like another try ?'
'Permission to go and find my mother ?'
Unseen Academicals,  p.187
*****
'The knees should be covered. It is a well-known fact that a glimpse of the male knee can drive women into a frenzy of libidinousness.'
Unseen Academiacls, p.130
*****
"Lord Vetinari's rules : if it takes an Igor to bring you back, you were dead. Briefly dead, it's true, which is why the murderer will be briefly hanged. A quarter of a second usually does it."
Unseen Academicals, p. 98
*****
"I'm a wizard ! We can see things that are really there, you know,"said Ridcully. " And in the case of the Bursar, things that aren't there too."
Hogfather, p 98

Perdu Dans La Vallée ?

Malakos is here too !!!

Archives

Le mot de l'auteur

 

Bienvenue au sein de la vallée des grenouilles séchées,  blog d'une prof de lettres classiques fan de Star Trek et de Terry Pratchett.
Vous trouverez ici mes impressions sur des ouvrages que j'ai lu, des films qui ont retenu mon attention et parfois des séries.
 
Sur ce, je vous souhaite une bonne navigation mais méfiez-vous d'une chose, j'ai une tendance à m'adresser plus à ceux qui ont lu ou vu ce dont je parle, donc quand ce n'est pas votre cas, évitez de continuer votre lecture quand vous atteignez le paragraphe commençant par "dans le détail" ou voici la partie spoiler mais dans la plupart des cas, les spoilers sont en surlignés.

The Bursar

Et pour me laisser un message sans lien avec un article c'est par là :



 
 

One Challenge to rule them All

logo fondcomble

 

Pour s'inscrire, c'est par là.


Pour consulter les billets publiés par les autres membres de la Communauté ou laisser les liens de vos article, c'est ici.


Pour les logos des différents niveaux c'est là.


Pour les différents logos généraux, c'est ici et .

 


***********************


De mon côté, je vais faire le challenge Valar !

 

Jusqu'ici j'ai peu avancé.

J'ai lu :

The Hobbit

Le Silmarillion

The Fellowship of the Ring

The Two Towers

 

L'adieu au Roi, chansons pour J.R.R. Tolkien

Beowulf

 

 

Challengevalar 2

mes coups de coeur

Mes coups de coeur 2009














Mes coups de coeur 2010

sherlock-holmes-2009

Homère et Shakespeare en banlieue
seigneursOlympe
team medical 01
koi-suru-bo-kun-kaiosha-1
starship troopers
lovely_teacher.jpg
hei-sensei.jpg
rocky-horror-picture-show-posters.jpg
petits meurtres à l'anglaise
galaxy-quest-deluxe-edition-dvd
Couverture-Princesse-Soso.jpg
maurice.jpg
Mes coups de coeur 2011
gemmell legende
bowie labyrinth jim henson movie poster
grammaire
st trinian
Mes coups de coeur 2012
Crimson Spell