Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 12:23

l-etreinte-de-nemesis.jpgContinuant ma découverte des romans se déroulant dans la Rome antique, je vais aujourd'hui vous parler de l'étreinte de Némesis de Steven Saylor, second tome de la série Les mystères de Rome, où l'on suit les enquêtes de Gordien, le Limier.

 

Nous sommes en plein pendant la révolte des esclaves et Crassus cherche à obtenir du sénat le droit de lever des troupes pour aller affronter Spartacus. Au beau milieu de la nuit, Gordien reçoit un mystérieux visiteur, qui lui propose une très forte somme, s'il accepte de le suivre sans poser de question et ainsi s'absenter de Rome pendant cinq jours. De nombreuses vies sont en jeu et Gordien va avoir besoin de tout son flair s'il veut empêcher le massacre qui s'annonce.

 

Autant les calendes de septembre d'Anne de Leseleuc ne m'avait pas passionné, autant ce livre m'a plu. J'ai deviné quelques points à l'avance(je suis une grande fan de Barnaby donc je suis une pro maintenant pour repérer qui a une tête de prochaine victime...)mais sinon, l'intrigue était prenante car on a une galerie de suspect, ce qui permet de ne pas se laisser porter par l'histoire mais d'essayer de repérer les indices dans le texte et en plus, l'enquête se déroule avec une échéance, car si Gordien ne parvint à élucider le mystère avant la date fatidique, tout cela n'aura servi à rien, ce qui augmente l'intérêt.

 

L'auteur a une plume agréable, ponctuant son récit de description qui n'ont pas forcément d'utilité au niveau de l'intrigue mais qui rendent le personnage plus vivant(le récit est à la première personne). Steven Saylor a aussi su respecter les moeurs de son époque, puisque le héros est très superstitieux et croit dans les manifestations divines, ce qui correspond assez bien à un romain du Ier siècle avant notre ère. Le livre repose sur une documentation sérieuse, qui est d'ailleurs indiquée à la fin et qui permet de créer des personnages vivants, en particulier Crassus, le troisième membre du triumvirat et qui était connu pour sa richesse.

 

Ce livre est donc une bonne découverte et je compte lire la suite, car je suis assez curieuse de voir ce qui se passe dans le tome 3, l'énigme de Catilina : Gordien va-t-il croiser César ?

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 17:48

calendes.jpgEn ce moment, je suis dans ma période découverte des romans qui se déroulent dans la Rome Antique, ce qui fait que j'ai enfin lu un livre qui traînait dans ma pal depuis quelques mois : Les Calendes de Septembre d'Anne de Leseleuc.

 

Marcus Aper est un gaulois qui fait une brillante carrière à Rome en tant qu'avocat. Suite à la réussite de sa précédente affaire, il se voit confier la défense de Gordianus, le légat d'Illyrie. Mais l'affaire qui semble être une simple histoire de tension dans une province autour d'un impôt va vite se compliquer avec l'assassinat du légat.

 

C'est un roman assez court, puisqu'il fait 174 pages. L'enquête mêle problèmes historiques avec la situation en Illyrie sous le règne de Titus et problèmes personnels avec les ennuis de l'ami de Marcus.

 

Niveau intrigue, j'ai été un déçue car j'avais deviné assez vite un des points du dénouement. En plus, je dois dire que l'Empire n'est pas une de mes périodes préférées. Petit bonus, on assiste à l'éruption du Vésuve et à la destruction de Pompéi, ce qui me donne envie de mettre la main sur les lettres de Pline le jeune.

 

Je ne sais pas trop si je vais lire la suite, d'autant que le héros est très porteur des valeurs de notre époque, alors que ce qui m'intéresserait plus c'est de lire un roman où le héros serait un peu comme docteur House, c'est-à-dire un personnage avec des zones d'ombre et qui ne se comporte pas forcément moralement d'une façon que nous puissions approuver.

 

Si vous aimez les policiers historiques, ce roman peut vous plaire mais ne vous attendez pas à une intrigue à couper le souffle. En tout cas, ce livre me permet d'avoir ma lettre L pour le challenge ABC, ce qui est une bonne chose car le temps passe et il me reste encore sept livres à lire(heureusement l'auteur de mon livre décevant du RAT est en K, ce qui me permettra d'écouler aussi le K et j'ai quelques auteurs en D dans ma Pal).

 

challenge-Abc-2010.jpg

 


Partager cet article
Repost0
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 00:20

croque-mort-2.jpgAujourd'hui je vais vous parler du second tome des aventures du séduisant croque-mort de Baltimore, avec le Croque-mort préfère la bière de Tim Cockey.


Nous sommes à peu près un an après les événements du tome 1, Hitchcock a une nouvelle petite amie, Bonnie, qui présente la météo sur la chaîne locale, mais elle est complètement incompétente et après une nouvelle prévision complètement à côté de la plaque, elle ne pense plus qu'à trouver un moyen de donner un coup de pouce à sa carrière et par chance, il se trouve que quelqu'un a abandonné le cadavre d'une jeune femme sur le pas de la porte de Hitch en plein pendant des funérailles. Voilà donc, notre pauvre Hitch poussé par sa petite amie à mener son enquête sur cette inconnue.


L'humour est toujours au rendez-vous dans ce nouvel opus et l'intrigue est tordue à souhait, entraînant notre pauvre Hitch dans des bars à strip-tease et l'amenant une fois de plus à risquer sa peau pour avoir voulu mettre son nez là où il ne fallait pas. Dans ce tome, nous retrouvons Julia, Alcatraz, l'inspecteur Kruk et le personnel du funérarium.


J'ai cependant un peu moins aimé ce livre, mais c'est essentiellement à cause du personnage de Bonnie, auquel je n'ai pas du tout accroché. En plus de ça, on ne sait même pas comment ils se sont retrouvés ensemble, ce que je trouve dommage.


C'est cependant une série agréable à lire, où l'on suit notre apprenti-enquêteur avec plaisir tandis qu'il tente tant bien que mal d'obtenir des réponses.

Partager cet article
Repost0
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 13:38

associes-crime.jpgAujourd'hui nous allons parler d'un des livres que j'ai ramené de mon séjour en Belgique(c'est par là si vous voulez voir la couverture kitsch de mon édition), il s'agit d'Associés contre le crime d'Agatha Christie, un recueil de nouvelles autour de Tommy et Tuppence Beresford, qui en France est publié en deux volumes. Il s'agit ici de la première partie de Partners in Crime. Le couple Beresford a inspiré les deux films avec Catherine Frot et André Dussolier. La différence entre les deux est que dans les livres, c'est un jeune couple dans l'entre-deux guerre, tandis que dans les films ce sont des retraités, mais on y retrouve cependant toute la saveur des livres.


Ce recueil compte huit nouvelles :


- Une fée dans l'appartement

- Une tasse de thé

- L'affaire de la perle rose

- L'aventure du sinistre étranger

- L'homme habillé de Journaux

- La femme disparue

- Colin-Maillard

- L'homme dans le brouillard


Ces nouvelles ne sont pas exactement indépendantes les unes des autres, car tout tourne autour de l'intrigue de départ qui est que Tuppence s'ennuie, son bonheur l'ennuie et elle rêve d'aventure, regrettant le temps où Tommy et elle recherchaient les espions allemands. Elle est finalement exaucée lorsque l'ancien chef de Tommy les contacte pour lui proposer de se faire passer pour Théodore Blunt, un homme à la tête d'une agence de détective, qui est sensé recevoir certains courriers sur lesquels les services secrets britanniques voudraient mettre la main. Voilà donc Tommy et Tuppence occupés à jouer les détectives en attendant ces fameuses enveloppes. Les nouvelles sont parfois liés aux enveloppes et parfois à de simples petits mystères à éclaircir.


Ce qui fait le côté particulièrement savoureux de ces nouvelles, c'est leur côté parodique, car nos deux héros ont lu quantité de romans policiers et du coup, passent leur temps à essayer d'imiter les enquêteurs de ces romans. Ainsi pour chaque nouvelle, il y a un nouveau détective fictif qui va servir de modèle. Sherlock Holmes est celui de la femme disparue mais on le retrouve périodiquement dans tout le recueil, car il est vraiment le grand modèle de nos détectives, Tommy ayant même un violon dans son armoire.


"De temps a autre, nous devrions consacrer une demi-heure aux grands Maîtres du roman policier car, voyez-vous, Tuppence, je suis obligé de constater que nous ne sommes que des détectives amateurs. Évidemment nous n'y pouvons rien, mais il serait bon que nous acquérions une technique. Ces romans comme le chien des Baskervilles, ont été écrits par les plus éminents auteurs de cette spécialité. J'ai l'intention de lire plusieurs écrivains et d'établir des comparaisons entre les méthodes employées pour résoudre les problèmes criminels."


En dehors de Sherlock Holmes, je ne connais pas les autres détectives qui apparaissent dans le recueil, mais j'ai bien aimé le clin d'oeil qui vient ensuite :


"A présent, mon amie, faites fonctionner vos petites cellules grises... Que vous suggère ceci ?"


C'est vraiment amusant de voir nos deux détectives en herbe essayer de résoudre des enquêtes alors qu'ils n'ont finalement pas plus de talents que vous et moi. C'est amusant de les voir ensuite faire des remarques sur les romans policiers.


C'est un petit recueil savoureux et je vous reparlerai sûrement bientôt des Beresfords, vu que j'ai le crime est notre affaireMon petit doigt m'a dit dans ma pal.

 

EnglishClassicsMaxi-copie-1.jpg

Partager cet article
Repost0
26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 18:01

croque-mort-1.jpgAujourd'hui nous allons parler de Le croque-mort a la vie dure de Tom Cockey, premier livre d'une série policière mettant en scène les aventures de Hitchcock Sewell, croque-mort à Baltimore.

 

Tout va pour le mieux pour Hitchcock, son entreprise est florissante, les morts se succède mais son quotidien va se trouver perturber par l'enterrement de Carolyn James, une jeune femme qui s'est suicidée. Rien de bizarre là-dedans, sauf que la veille une autre Carolyn James est passé au funérarium pour s'informer dnas l'idée de plannifier ses propres funérailles. Hitchcock va alors se lancer dans sa petite enquête pour comprendre ce qui a poussé Carolyn James à mettre fin à ses jours mais surtout découvrir l'identité de la jeune femme, passée à son salon.

 

Ce livre nous offre une histoire pleine d'humour,  où l'on suit les aventures de Hitch entre l'évolutions de la production de la pièce de théâtre locale où Hitch s'est trouvé embarqué tout comme son ex-femme aux moeurs libres, la succession des enterrements, avec la variété qu'ils offrent, la campagne electorale qui bat son plein et l'enquête elle-même.


Initialement, ce livre m'avait tapé dans l'oeil, parce que le héros n'est autre qu'un croque-mort, or un croque-mort qui mène l'enquête ce n'est pas banal, et le concept est finalement très satisfaisant, j'aime beaucoup le récit des différents enterrements et les petites plaisanteries de Hitch sur le sujet.


Mais ce qui fait la particularité de cette série, c'est son style, car les descriptions sont souvent faites sur un ton ironique, qui change du style souvent sérieux des policiers :


Je déambulai dans la pièce et serrai quelques mains. On m'assura à chaque fois que le pompier retraité avait été "un brave homme." C'est assez courant. Il n'y a que de rares illuminés pour venir vous susurrer à l'oreille que le mort était un ignoble fils de pute.


Bref c'est un policier plaisant et je pense que je lirais les autres.

Partager cet article
Repost0
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 00:00

SDC13267.JPGAujourd'hui nous allons parler du cheval Pâle d'Agatha Christie, puis je vous présenterais le résultat de ma sortie shopping de vendredi.


Le cheval pâle est un Agatha Christie qui traîne depuis longtemps dans ma bibliothèque et que je n'avais jusqu'ici pas lu parce que je n'étais intéressée que par les Hercule Poirot, mais ces derniers temps j'ai décidé de m'intéresser un peu aux autres et le fait de n'avoir pas prévu assez de livres pour le week-end de Pâques(car j'espérais que ça me forcerait à avancer la Pierre et le sabre...) ont fait que j'ai pioché dans ma réserve d'Agatha Christie(qui servent justement pour ce genre d'occasions).


Mark Easterbrook est un auteur en mal d'inspiration qui est témoin d'une dispute entre deux jeunes femmes, ce qui le marque parce qu'il apprend le décès de l'une quelques temps plus tard, d'une mort naturelle. Puis le père Gorman est assassiné après avoir pris la confession d'une vieille femme et sur lui on retrouve une liste de nom. Easterbrook entend parler de cette liste et s'aperçoit que le nom de la jeune femme figure dessus, ainsi que celui de sa tante décédée elle aussi de mort naturel. Il s'aperçoit que c'est également le cas des autres noms de la liste et est conduit à s'interroger sur le lien que ces morts pourraient avoir avec le Cheval pâle, une ancienne auberge habitée par trois vieilles filles dont l'une est médium, l'autre la sorcière du village et la troisième qui prétend qu'il est possible de tuer à distance.


L'histoire est un peu lente à démarrer mais une fois que Mark commence à comprendre ce qui se passe, les choses deviennent intéressantes et la fin réserve quelques surprises. C'est un roman sympa, où on aborde un peu les superstitions de la campagne anglaise et ça change de l'univers des Hercule Poirot qui se passe dans les couches aisées de la société.


CLAP-Donnie



Ce livre a été lu dans le métro sur divers trajets, en particulier celui conduisant à la boutique Disney et au cinéma avant le début d'Alice in Wonderland.




Maintenant passons à mes achats de vendredi. En effet, je suis allée faire une petite promenade shopping avec une amie, nous sommes allées à W.H.Smith, dans différentes boutiques spécialisées dans les figurines et les comics, où nous avons vu des Totoro en peluche et même un chat-bus, par contre les prix étaient très élevés, les peluches Disney sont moins cher, et nous avons fini chez Gibert où je voulais voir s'ils avaient les Oiseaux d'Aristophane en occasion. Ce n'était pas le cas.

Le bilan est celui-ci :


SDC13266.JPG

Chez W.H. Smith :

-un oeuf en chocolat parce qu'à moitié prix c'était très tentant(jai hésité avec l'oeuf Cadbury).

- 3 DVD, puisqu'ils en proposaient 3 pour le prix de 2. Il y avait beaucoup d'adaptations d'Austen, y compris une vieille version de Sense and Sensibility mais après David Morrissey et Alan Rickman, je doutais vraiment qu'elle puisse faire le poids et donc finalement j'ai opté pour des DVD que je n'avais pas vu, donc Miss Austen Regrets, parce qu'on m'en parle depuis longtemps, un dvd de sketch de Monty Python et an ideal Husband parce qu'il y a Jeremy Northam dedans et que ça avait l'air d'être une comédie très sympa.


Chez Gibert, j'ai succombé devant un coin de table, où il y avait HP2 en latin et HP1 en grec ancien, ainsi que tout plein d'Astérix. HP était très tentant  mais comme je ne pourrais pas les lire sans utiliser un dictionnaire, ça risque de me lasser vite, donc j'ai opté pour Astérix, parce que je suis sûre de pouvoir aller jusqu'au bout(en plus il y a une feuille de vocabulaire dedans)donc c'est une manière sympa de se remettre au latin. J'ai hésité avec Astérix gladiator, qui est un de mes favoris avec Asterix légionnaire, mais j'ai pris finalement apud Britannos, le premier que j'avais vu, parce que je suis curieuse de voir comment peut être rendue la manière de parler des Bretons. Si jamais la lecture se passe bien, j'achèterai peut-être Asterix gladiator, mais c'est tout de même dommage que ce soit si cher.


J'ai aussi pris Le père Noël est une ordure, le texte de la pièce qui m'avait tapé dans l'oeil lors d'une précédente sortie shopping.

Partager cet article
Repost0
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 14:52

mathematique-du-crime.gifAujourd'hui, je vais vous parler de Mathématique du crime de Guillermo Martinez.


Cette histoire relate une série de crime qui a eu lieu à Oxford pendant l'été 1993, et nous raconte les efforts du narrateur, un jeune mathématicien argentin venu faire sa thèse à Oxford, pour percer le mystère de ces crimes, qui se présentent comme une suite logique et semblent être un défi lancé à Arthur Seldom, un éminent logicien qui a traité dans son dernier livre des crimes en série.


J'ai voulu lire ce livre, parce que j'avais vu le film, Crimes à Oxford, lors de sa sortie et il m'avait pas mal plût avec ses références à la philosophie de Wittgenstein, j'avais d'ailleurs lu le Tractatus Logico-philosophicus à cause de film.

Comme en ce moment, je suis plus ou moins en train de réviser pour l'agrégation de philosophie et que Wittgenstein est au programme, je me suis rappelée que je n'avais toujours pas lu le livre, donc à quelques jours des écrits, je me suis dit que ce serait une lecture adaptée aux circonstances.


Par rapport au film, c'est différent, au sens où ce n'est pas autant axé sur Wittgenstein, alors que dans le film, tout commence par une opposition entre Seldom et le narrateur sur Wittgenstein, or là, il n'y a pas de réflexions sur le Tractatus et le narrateur ne cherche pas à avoir Arthur Seldom comme directeur de recherche.

Il n'est pas nécessaire de s'y connaître en philosophie ou en mathématique pour suivre l'intrigue, car ce n'est pas comme le nom de la rose, où l'on va s'enfoncer dans les querelles théoriques entre les différents ordres religieux. Ici les discussions sur les théories mathématiques ou logiques ne sont jamais trop longues et comme tous les personnages ne sont pas des mathématiciens, on a des explications abordables qui permettent de comprendre un peu les efforts faits pour résoudre l'énigme.


affiche-Crimes-a-Oxford.jpgUniquement pour ceux qui ont vu le film ou lu le livre


Je me souvenais suffisamment du film pour me rappeler de la clef de l'intrigue et du dernier meutre. j'avais juste oublié le rôle que jouait Seldom dans cette affaire, du coup j'ai trouvé très intéressant, de voir comment le narrateur allait tout de suite partir sur la mauvaise piste et ne jamais envisager avant la fin que tout ceci était une mise en scène destinée à couvrir le premier crime et croire que les deux meurtres suivants sont des meutres sans envisager la possibilité d'une mort naturelle déguisée en meutre. J'ai trouvé cette fausse piste très intéressante et assez flagrante quand on sait qu'il ne faut pas croire tout ce qu'on nous raconte.

J'ai aussi aimé le doute qui subsiste à la fin, quant au fait que le narrateur n'aurait peut-être même pas tout découvert.

 

Fin de la partie rouge.


C'est donc une intrigue que j'ai suivi avec plaisir et qui recèle pas mal de surprises, et en plus, c'est une intrigue qui se passe à Oxford, ce qui donne un cadre assez intéressant à l'histoire avec le milieu des mathématiciens.

Partager cet article
Repost0
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 13:33

Vous le savez peut-être déjà si vous fréquentez le blog de Neph, mais Neph aime les couvertures kitsch et en particulier celles des vieilles éditions du masque, donc aujourd'hui, pour satisfaire le goût de Neph en ce domaine je vous dévoile ma collection d'Agatha Christie.


SDC13215


Voilà, là où ils sont rangés, il en manque un ou deux en ce moment, vu que certains sont à Paris, je n'en ai donc pas énormément, et je ne les ai même pas tous lu, car mis à part les éditions france loisir, les dix petits nègres et le Harper & Collins, tous les autres ont été acheté sur des brocantes, et comme j'avais un faible pour les Hercule Poirot, je ne lisais que ceux-là, du coup, il m'en reste quelques uns à lire que je garde en réserve pour les fois où j'ai fini un livre plutôt que prévu.

Au-dessus, il y a ma collection d'éditions françaises d'Anne perry, les volumes qui manquent pour les Charlotte et Thomas Pitt sont ailleurs, puisque je suis ensuite passée aux éditions anglaises. Il ne manque que l'étrangleur de Cater Street, qui fait partie des livres prêtés et jamais récupérés.

Au bout des Anne Perry, il y a mes 4 Ellis Peters, tous les 4 étant des enquêtes du Frère Cadfael, ils viennent d'arriver à cet endroit, puisqu'auparavant se trouvaient là une partie de mes Arthur Conan Doyle en français, mais comme je les ai tous donnés à ma belle-soeur quand j'ai acheté l'intégrale en anglais, il me fallait trouver quelque chose pour combler le trou.


Maintenant niveau couvertures, voici celles de mes Agatha Christie, qui témoignent des évolutions au sein du Masque :


SDC13216.JPG


A gauche, ce sont les couvertures France Loisirs, puis the Mystrerious Affair at Styles, ma première édition anglaise, puis celles du masque.

L'édition la plus ancienne est celle des indiscrétions d'Hercule Poirot, qui date peut-être de 1959 et a au dos le prix en franc et en nouveau Franc.

Ensuite c'est la maison du péril et le vallon qui datent de 71 et 74, la couleur est mal passée sur la photo, car les deux livres sont à présent orange foncés.

Puis on passe à un autre style de couverture pour la période de publication entre 1976 et 1982, avec les couvertures de Christmas pudding, destination inconnue, pourquoi pas Evans, je ne suis pas coupable et le mystérieux Mr Quinn.

Pour les années 80 et le début des années 90, on a les couverture du club des Masques, avec ici Poirot quitte la scène, Mr Parker Pyne, le flux et le reflux et le cheval Pâle.

Pour le début des années 90, on trouve aussi les couverture jaune des éditions le masque, pour le Crime de l'orient-express et une poignée de Seigle.

Mon édition des dix petits nègres date de l'an 2000.


Mon style-kitsch préféré est celui du milieu-fin des années 70, avec ensuite le style de l'an 2000, mais les jaune sont bien aussi. Comme nous avons un peu discuté avec Neph du premier, voici une photo, combinant mes Agatha Christie et les exbrayat(déterrés d'un recoin de ma bibliothèque et que je n'ai jamais lu)de cette période :


SDC13220.JPG


On remarquera qu'un de mes Barnaby s'est glissé sur la photo, mais je trouvais que la couverture allait bien avec notre thème de la couverture kitsch.


Et vous, quels trésors de kistchitude renferme votre bibliothèque ?

Partager cet article
Repost0
1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 14:00
Imogene-1.gifAujourd'hui, comme première contribution au challenge On veut de l'héroïne, je vais vous parler de Ne vous fâchez pas Imogène ! d'Exbrayat, premier livre d'une série de sept livre racontant les aventures d'une fière écossaise aux cheveux rouges, amatrice de whisky, vieille fille au sale caractère, toujours prête à en découdre avec les anglais et qui ne cesse de semer le trouble dans le paisible petit village de Callender au grand désespoir du chief-constable, Archibald McClostaugh.

Dans ce premier tome, Imogène ne cesse de taper sur les nerfs de son chef de service, au point d'attirer sur elle l'attention de Sir David Woolish, le grand patron à l'Amirauté, mais au lieu d'être renvoyée pour manque discipline, Imogène se voit confier une mission secrète : elle doit aller apporter une enveloppe à sir Henry Wardlaw, qui se trouve avoir loué une maison dans le petit village de Callender. Mais quelqu'un va bien-sûr voler l'enveloppe durant le trajet et Imogène devra tout faire pour récupérer l'enveloppe, tout en essayant d'identifier l'auteur du billet doux qu'elle a trouvé dans son sac, pendant que le reste du village croit qu'elle a perdu la raison.

Imogène me fait terriblement penser à l'inspecteur gadget, mais un inspecteur gadget porté sur le whisky, car elle a la même discrétion, une certaine maladresse et s'en sort à chaque fois, plus par chance que par une quelconque aptitude. En plus, si on y regarde bien, un des personnages est l'équivalent de Fido(oui, j'aime l'inspecteur gadget, le vieux dessin animé, pas la version 3D).

Je ne suis pas une fan des personnages ridicules, ce qui fait que j'ai mis un peu de temps à lire l'histoire, mais c'est très agréable et assez drôle, avec la manière dont les cadavres se mettent à pleuvoir, le désespoir du chef-constable qui espérait être tranquille, le côté anti-anglais et anti-Gallois d'Imogène et la manière dont les situations dangereuses se succèdent tandis que notre héroïne se heurte à l'incrédulité des villageois.

Imogène c'est une héroïne au tempérament de feu et qui enverrait bien vertement promener Edward, si celui-ci tentait de régenter sa vie, d'autant plus qu'il n'est pas écossais, des Highlands, donc il n'est pas question qu'une fille des Highlands reçoive des ordres d'un étranger. Bella devrait en prendre de la graine.

on veut de l'héroïne
CLAP-Donnie

Ce livre a été lu essentiellement dans le métro sur toutes sortes de trajet, en allant en cours particulier, en cours et au salon du livre.
Partager cet article
Repost0
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 00:00
les-larmes-de-Machiavel.gifAprès la passionnante discussion d'hier, sur l'utilité du chat en cas de siège, nous allons aujourd'hui parler par du roman Les larmes de Machiavel de Raphaël Cardetti, dont j'avais entendu parler il y a quelques temps, quand j'avais découvert les sept crimes de Rome de Guillaume Prévost, où Léonard de Vinci menait l'enquête.

Nous sommes en 1498, les Médicis ont été chassé de Florence, la jeune république cherche à maintenir comme elle peut son indépendance et Savonarole a de plus en plus de fidèles. L'échiquier politique va se voir déstabiliser par une série de meutres, où les victimes sont retrouvées terriblement mutilées avec les yeux crevées. Le jeune Machiavel, secrétaire de la chancellerie, se trouve témoin d'un des meutres et, avec l'aide de ses amis et de Marsilio Ficino, il décide de mener l'enquête pour découvrir le lien entre ces crimes et le vol du De Monarchia de Dante.

Je suis partagée sur ce livre, du point de vue de l'enquête, c'est digne d'un Agatha Christie, au sens où on ne devine pas avant la fin la clef de toute l'histoire et ça colle à merveille. L'ambiance est intéressante, avec les luttes de pouvoir dans Florence et le décor en lui-même avec ses fresques et peintures.


Cependant j'ai eu un petit problème avec le non-usage des noms français, mon problème étant que l'auteur a choisi de garder Machiavel, tout en utilisant la forme italienne de son prénom, de même on trouve Pic, pour Pic de la Mirandole, au lieu de Pico della Mirandola, ainsi que Laurent de Médicis Je trouve dommage que l'auteur n'ait pas utilisé la forme française pour tous les noms connus, parce que ça fait un peut bizarre d'avoir d'un côté Machiavel et de l'autre Marsilio Ficino, au lieu de Marcille Ficin.

Mon principal problème pour juger ce livre est que mes connaissances de la vie politique Florentine de l'époque et de la biographie de Machiavel sont insuffisantes pour me permettre de faire la différence entre vérité historique, invention romanesque et incertitude historique, au sens où certaines choses pourraient être la mise en application de certaines théories pour expliquer les zones d'ombre que peut receler notre connaissance des personnages de l'époque.
Du coup, ce livre me donne envie de me replonger dans l'histoire de Florence à cette époque, de lire une biographie de Machiavel et de lire le De Monarchia de Dante que j'ai dans ma bibliothèque depuis des années mais que je n'ai pas eu le temps de lire, gardant mon intégrale de Dante pour un jour où je serais sortie de l'univers merveilleux de la préparation des concours et donc où je pourrais prendre le temps d'apprécier Dante.
J'ai aussi quelques réserves quant au personnage de Machiavel, mais c'est vrai que je ne connais pas l'homme, je ne connais que le penseur, mais je ne suis pas sûre que le personnage colle avec le Prince, je ne pense pas que l'auteur du Prince aurait pu agir ainsi, je suis tout de même biaisée vu que Machiavel est le philosophe que j'apprécie le plus.

Ce livre présente une enquête intéressante, avec une galerie de personnages bien développés et la Florence de la fin du XVème siècle est représentée de façon très vivante.

Partager cet article
Repost0

Citations : Terry Pratchett

Interesting time, p.43
*****
Interesting Time p.19
*****
Le Huitième Sortilège p.87
*****
La huitième Couleur p.91
*****
*****

*****

*****
Apes had it worked out. No ape would philosophize, "The mountains is, and is not." They would think, 'The banana is. I will eat the banana. There is no banana. I want another banana."
Unseen Academicals p.76
*****
'I would like permission to fetch a note from my mother, sir.'
Ridcully sighed. 'Rincewind, you once informed me, to my everlasting puzzlement, that you never knew your mother because she ran away before you were born. Distincly remember writing it down in my diary. Would you like another try ?'
'Permission to go and find my mother ?'
Unseen Academicals,  p.187
*****
'The knees should be covered. It is a well-known fact that a glimpse of the male knee can drive women into a frenzy of libidinousness.'
Unseen Academiacls, p.130
*****
"Lord Vetinari's rules : if it takes an Igor to bring you back, you were dead. Briefly dead, it's true, which is why the murderer will be briefly hanged. A quarter of a second usually does it."
Unseen Academicals, p. 98
*****
"I'm a wizard ! We can see things that are really there, you know,"said Ridcully. " And in the case of the Bursar, things that aren't there too."
Hogfather, p 98

Perdu Dans La Vallée ?

Malakos is here too !!!

Archives

Le mot de l'auteur

 

Bienvenue au sein de la vallée des grenouilles séchées,  blog d'une prof de lettres classiques fan de Star Trek et de Terry Pratchett.
Vous trouverez ici mes impressions sur des ouvrages que j'ai lu, des films qui ont retenu mon attention et parfois des séries.
 
Sur ce, je vous souhaite une bonne navigation mais méfiez-vous d'une chose, j'ai une tendance à m'adresser plus à ceux qui ont lu ou vu ce dont je parle, donc quand ce n'est pas votre cas, évitez de continuer votre lecture quand vous atteignez le paragraphe commençant par "dans le détail" ou voici la partie spoiler mais dans la plupart des cas, les spoilers sont en surlignés.

The Bursar

Et pour me laisser un message sans lien avec un article c'est par là :



 
 

One Challenge to rule them All

logo fondcomble

 

Pour s'inscrire, c'est par là.


Pour consulter les billets publiés par les autres membres de la Communauté ou laisser les liens de vos article, c'est ici.


Pour les logos des différents niveaux c'est là.


Pour les différents logos généraux, c'est ici et .

 


***********************


De mon côté, je vais faire le challenge Valar !

 

Jusqu'ici j'ai peu avancé.

J'ai lu :

The Hobbit

Le Silmarillion

The Fellowship of the Ring

The Two Towers

 

L'adieu au Roi, chansons pour J.R.R. Tolkien

Beowulf

 

 

Challengevalar 2

mes coups de coeur

Mes coups de coeur 2009














Mes coups de coeur 2010

sherlock-holmes-2009

Homère et Shakespeare en banlieue
seigneursOlympe
team medical 01
koi-suru-bo-kun-kaiosha-1
starship troopers
lovely_teacher.jpg
hei-sensei.jpg
rocky-horror-picture-show-posters.jpg
petits meurtres à l'anglaise
galaxy-quest-deluxe-edition-dvd
Couverture-Princesse-Soso.jpg
maurice.jpg
Mes coups de coeur 2011
gemmell legende
bowie labyrinth jim henson movie poster
grammaire
st trinian
Mes coups de coeur 2012
Crimson Spell