Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 décembre 2009 6 05 /12 /décembre /2009 00:35
Le détective privé Garrett essayait de soigner tant bien que mal sa gueule de bois quand les ennuis vinrent frapper à sa porte et qu''il se trouve embaucher pour retrouver la femme à qui un de ses anciens compagnons d'armes à légué une immense fortune. Le problème est que cette fortune intéresse beaucoup de monde, de la frangine colérique aux anciens associés, et que l'héritière se trouve quelque part dans le Cantard, une région où la guerre fait rage et qui est peuplée de toutes sortes de créatures, telles les licornes(mais pas la version gentille qui s'attire avec une vierge, la version féroce comme le lapin du sacré Graal), des centaures ou des vampires., mais bon, l'héritière se trouve être un des premiers amours de Garrett  donc il ne parvient à refuser l'affaire.
Ainsi en compagnie du demi Elfe noir Morlet Dotes, le pro du combat, végétarien et toujours prêt à offrir des conseils en matière d'hygiène alimentaire, de Dojango, Marsha et Doris, des triplés grolls nés de mères différentes, Garrett va se mettre en route et faire tout son possible pour rester envie, ce qui ne sera pas aussi évident qu'il y paraît.

Je ne connaissais Glen Cook que de nom et seulement en tant qu'auteur de la compagnie noire, avant de tomber sur ce livre chez Gibert qui avait attiré mon regard parce qu'un titre comme Garrett, détective privé, ce n'est pas forcément ce qu'on attend à trouver dans le rayon Fantasy et SF. La couverture m'a pas mal branchée, parce qu'elle représente assez bien ce qui est dit du style de ce livre sur la quatrième de couverture, c'est-à-dire un mélange de Raymond Chandler et Terry Pratchett, ce qui s'avère être une description assez juste. Si vous ne connaissez pas Raymond Chandler, je vous renvoie chez Neph qui a écrit un article sur un de ses livres et si vous ne connaissez pas Terry Pratchett, je ferais comme si je n'avais rien entendu.

Le livre présente toute l'ambiance des polar, la narration à la première personne est pas mal, nous faisant profiter de la vision du monde de Garrett et tout se déroule dans un univers de Fantasy plutôt noire puisque là les licornes n'ont rien à voir avec des mon petit poney, les demi elfes peuvent être de gros bourrins  et qu'on est en plein dans une guerre qui n'a rien de manichéenne, mais qui n'est qu'une histoire de tentative d'obtention de la principale source d'Argent du territoire. Ma préférence va à Morlet et ses différents discours sur les effets nocifs de la consommation de viande, combiné à son parfait cynisme, il me fait pas mal penser à Marvin, un des personnages de la bande-dessinée Donjon, qui est également un pro du combat, végétarien et avec pas mal de succès auprès des femmes.

C'est donc un livre assez drôle et qui réussit assez bien le mélange entre Fantasy et polar. Par conséquent, j'ai envie de me plonger dans les autres livres de la série mais aussi dans la compagnie noire.

Je vous laisse sur un de ces grands moments de Morlet :
"Tu sais quoi, Garrett ? Tu t'obstines à cause de ce que tu manges : cette viande rouge marinée dans le jus de panique de la bête assassinée. Et toi qui ne fais rien pour débarasser ton propre organisme de toute cette adrénaline...
-Je m'en serais douté Morlet. Tu oublies le trop-plein de bière conjugué au trop peu de légumes et d'herbes en sauce.
- Le coeur de palmier, Garrett, sa moelle blanche au bord de la racine des jeunes plantes, en dés dans la salade. Savoureux, et son pouvoir quasi mystique pour apaiser la conscience tourmentée des carnivores."

Repost 0
6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 11:01
"In the land of Ingary, where such things as seven-league boots and cloaks of invisibly really exist, it is quite a misfortune to be born the eldest of three. Everyone knows you are the one who will fail first, and worst, if the three of you set out to seek fortunes."

J'ai découvert ce livre, il y a peu et je me suis empressée de l'acheter(ma bonne excuse étant que j'ai changé de relais de colis donc il valait mieux tester l'adresse avec un colis de peu de valeur...), il s'agit du livre qui a inspiré le film de Hayao Miyazaki, le château ambulant, film que j'avais adoré pour son héroïne qui savait si bien affronter les événement qui lui tombe dessus sans jamais se plaindre. J'ai donc retrouver Sophie avec plaisir.

L'histoire la voilà, Sophie Hatter est l'aîné de trois filles et selon le concept énoncé au début de cet article et qui ouvre le livre, elle est destinée à vie ennuyeuse et à être un échec ambulant. Sophie a tout à fait accepté cet état de chose et s'est fait à l'idée que sa vie serait ainsi, ce qui fait qu'elle est très gentille et a une tendance à se laissé exploiter, puisqu'elle ne voit pas comment elle pourrait lutter contre la fatalité de sa naissance, elle prend donc la vie comme elle vient. A la mort du père, Fanny, la belle-mère, est obligée de mettre les trois filles en apprentissage, la dernière chez une sorcière, la seconde dans une hôtellerie et Sophie reste comme son apprenti parce que c'est elle qui héritera un jour du magasin de chapeau. Sophie au fil des mois prend de plus en plus des habitudes de petite vieille à force de rester en recluse et de parler aux chapeau qu'elle fabrique, et un jour, la sorcière du Désert(the Witch of the Waste) débarque dans le magasin et la transforme véritablement en petite vieille et c'est le début de l'aventure pour Sophie, qui, se rendant compte qu'il vaut mieux qu'elle parte car son apparence ne pourrait qu'effrayer ses proches, fait son baluchon et se met en route et sa route va croiser celle du très vain mage Hurle et de son jeune apprenti Michael qui vivent dans un chateau ambulant où Sophie trouve refuge et passe un pacte avec le démon du feu qui fait fonctionner le chateau, Calcifer, dans l'espoir qu'il lève un jour le sort qui l'accable. Elle va donc s'incruster dans le château comme femme de ménage dans l'espoir de découvrir et de briser le pacte entre Calcifer et Hurle, afin de remplir sa part du marché.

J'ai vraiment adoré ce livre, chaque chapitre a un titre commençant par In which... tel que "In which Sophie talks to hats" ou "Which is far too full of washing". J'aime ce côté un peu compte que l'on trouve dans Bilbo le hobbit, et que l'on retrouve ici avec cette idée que si l'on suit la logique narrative, l'aîné ne peut être que destinée à une vie ratée(postulat de départ qui n'est pas sans rappeler Terry Pratchett et son jeu sur les règles narratives ou la chance sur un million). L'héroïne me plaît particulièrement par son obstination et son pragmatisme, j'aime beaucoup la manière dont elle accepte ce qui lui arrive et jamais son complexe d'infériorité du au faut qu'elle est l'aîné et donc destinée à l'échec ne m'a agacé, c'est présent mais sans jamais être excessif et donner envie de secouer l'héroïne(comme c'est par moment le cas avec Fanny Price dans Mansfield Park), au contraire je trouve son enfermement dans cette croyance très touchante.
Un autre élément assez drôle est que le fait d'être une très vieille dame change sa perspective sur le monde(aussi très Pratchéien sur l'idée que le receptacle façonne la pensée)et qu'elle se met à regarder le monde par les yeux d'une petite vieille très énergique. Par contre ce n'est pas Blanche-neige, elle propose d'abord ses services de femme de ménage puis fait le ménage, et non l'inverse.

Par rapport au film, ça apporte une autre perspective, déjà parce qu'il y a pas mal de différence, le film étant destiné à un public plus jeune, donc les intentions de la sorcières sont différentes et on n'a pas le droit au côté don juan de Howl qui passe son temps à être amoureux mais sans jamais réussir à se fixer, car une fois que la belle tombe sous son charme, elle cesse de l'intéresser. Dans les autres différences, on a le coup des trois soeurs, qui explique aussi la résignation de Sophie face au sortilège, Calcifer est différent, il est plutôt bleu comme il apparaît sur la couverture et non jaune comme dans le film, car c'est tout de même un démon et la gentille créature du film(mais c'est pour les enfants donc on peut pas avoir un Calcifer tout droit sorti de chez Tim Burton). Le livre nous permet de comprendre davantage l'intrigue. J'ai en général quelques réserves sur le mélange entre notre monde et un monde imaginaire(sauf chez Pratchett, bien-sûr) mais là finalement ça passait bien et c'était drôle de voir celui-ci par le regard de Sophie, même si je n'ai sais pas la logique qui impliquait qu'il y ait notre monde, mais l'effet comique en valait la peine.

C'est donc un livre que je relirai avec plaisir, rien que parce que connaître la fin chance en partie la manière de lire l'histoire et je compte lire la suite, the house of many ways.
Repost 0

Citations : Terry Pratchett

Interesting time, p.43
*****
Interesting Time p.19
*****
Le Huitième Sortilège p.87
*****
La huitième Couleur p.91
*****
*****

*****

*****
Apes had it worked out. No ape would philosophize, "The mountains is, and is not." They would think, 'The banana is. I will eat the banana. There is no banana. I want another banana."
Unseen Academicals p.76
*****
'I would like permission to fetch a note from my mother, sir.'
Ridcully sighed. 'Rincewind, you once informed me, to my everlasting puzzlement, that you never knew your mother because she ran away before you were born. Distincly remember writing it down in my diary. Would you like another try ?'
'Permission to go and find my mother ?'
Unseen Academicals,  p.187
*****
'The knees should be covered. It is a well-known fact that a glimpse of the male knee can drive women into a frenzy of libidinousness.'
Unseen Academiacls, p.130
*****
"Lord Vetinari's rules : if it takes an Igor to bring you back, you were dead. Briefly dead, it's true, which is why the murderer will be briefly hanged. A quarter of a second usually does it."
Unseen Academicals, p. 98
*****
"I'm a wizard ! We can see things that are really there, you know,"said Ridcully. " And in the case of the Bursar, things that aren't there too."
Hogfather, p 98

Perdu Dans La Vallée ?

Malakos is here too !!!

Archives

Le mot de l'auteur

 

Bienvenue au sein de la vallée des grenouilles séchées,  blog d'une prof de lettres classiques fan de Star Trek et de Terry Pratchett.
Vous trouverez ici mes impressions sur des ouvrages que j'ai lu, des films qui ont retenu mon attention et parfois des séries.
 
Sur ce, je vous souhaite une bonne navigation mais méfiez-vous d'une chose, j'ai une tendance à m'adresser plus à ceux qui ont lu ou vu ce dont je parle, donc quand ce n'est pas votre cas, évitez de continuer votre lecture quand vous atteignez le paragraphe commençant par "dans le détail" ou voici la partie spoiler mais dans la plupart des cas, les spoilers sont en surlignés.

The Bursar

Et pour me laisser un message sans lien avec un article c'est par là :



 
 

One Challenge to rule them All

logo fondcomble

 

Pour s'inscrire, c'est par là.


Pour consulter les billets publiés par les autres membres de la Communauté ou laisser les liens de vos article, c'est ici.


Pour les logos des différents niveaux c'est là.


Pour les différents logos généraux, c'est ici et .

 


***********************


De mon côté, je vais faire le challenge Valar !

 

Jusqu'ici j'ai peu avancé.

J'ai lu :

The Hobbit

Le Silmarillion

The Fellowship of the Ring

The Two Towers

 

L'adieu au Roi, chansons pour J.R.R. Tolkien

Beowulf

 

 

Challengevalar 2

mes coups de coeur

Mes coups de coeur 2009














Mes coups de coeur 2010

sherlock-holmes-2009

Homère et Shakespeare en banlieue
seigneursOlympe
team medical 01
koi-suru-bo-kun-kaiosha-1
starship troopers
lovely_teacher.jpg
hei-sensei.jpg
rocky-horror-picture-show-posters.jpg
petits meurtres à l'anglaise
galaxy-quest-deluxe-edition-dvd
Couverture-Princesse-Soso.jpg
maurice.jpg
Mes coups de coeur 2011
gemmell legende
bowie labyrinth jim henson movie poster
grammaire
st trinian
Mes coups de coeur 2012
Crimson Spell