Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 17:27

compagnie-noire.jpgAujourd'hui je vais vous parler du Château Noir, second tome des Annales de la compagnie noire de Glen Cook.

 

Nous sommes quelques années après la fin du tome 1, la compagnie est toujours au service de la Dame, mais le moral est au plus bas, la lassitude a gagné les anciens de la compagnie qui regrette amèrement leur venue dans le Nord. Mais une plus grosse menace risque de planer sur la compagnie, lorsque celle-ci est envoyée par la Dame à Génepi pour prêter main forte au duc en place face à la mystérieuse menace que représente un château noir qui se dresse au-dessus de la cité et qui est peuplé par d'étrange créature.

 

J'avais lu le tome 1, il y a un an donc j'ai eu un peu de mal à me remettre dans l'histoire. Le point qui m'a aussi gênée au départ est que nous ne suivons pas uniquement la compagnie noire, comme dans le 1 où le seul narrateur est Toubib, l'annaliste de la compagnie. Ici on a une alternance entre les chapitres racontés par Toubib et ceux où l'on suit Marron Shed, un tavernier de Génepi, qui va croiser la route de Corbeau. 

 

Une fois, les premiers chapitres passés, je suis bien rentrée dans l'histoire et j'ai suivi avec intérêt les efforts de la compagnie pour essayer de sauver sa peau ainsi que la lente descente aux enfers de Marron Shed.

 

J'aime toujours autant la manière dont Toubib raconte les faits avec les désillusions qui se sont accumulées depuis la bataille de Charme et les problèmes qui touchent à l'avenir de la Compagnie.

 

Mon intérêt pour les annales de la compagnie noire est toujours le même à la suite de ce second tome, et j'ai assez envie de lire la suite afin de savoir comment la compagnie s'en sort et surtout quels vont être les développements liés à la Rose blanche.

Repost 0
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 16:59

druss-la-legende-10.jpgSuite à mon enthousiasme pour Légende de David Gemmell, je n'ai pu m'empêcher d'acheter un des autres livres de la série, que j'ai dévoré dès que j'ai eu fini le monde perdu. Je vais donc aujourd'hui vous parler de Druss la Légende.

 

Druss est un paisible bûcheron mais sa force colossale et son sens de l'humour réduit font de lui une sorte de paria au sein de son village. La seule chose qui l'empêche de se laisser aller à ses penchants brutaux est sa femme Rowena. Aussi lorsqu'une bande de pillards massacre l'essentiel de son village et enlève les jeunes femmes pour les vendre comme esclaves, une seule option s'offre à Druss : poursuivre les pillards et délivrer sa femme. Mais sa quête pour retrouver son épouse s'avèrera plus longue que prévue et fera de lui une légende.

 

J'ai adoré ce livre, où j'ai eu la joie de voir que réapparassaient certains des personnages de Légende auxquels je ne m'attendais pas. Je dois dire que lorsque j'ai découvert que le Comte apparaissait dans le livre et qu'on allait avoir le récit de la passe de Skeln ainsi que des détails sur la raison de la brouille entre Druss et le Comte, j'étais tout à fait aux anges, car je ne m'attendais pas du tout à ce que le récit de la passe de Skeln se trouve dans ce livre, par contre, j'ai été un peu déçue par sa brièveté, car je ne m'en lassais pas.

 

J'ai été extrêmement heureuse de découvrir que le poète Sieben était présent dans l'histoire, car j'avais hâte de découvrir ce personnage. J'ai bien aimé le récit des aventures de Druss et la manière dont il devient un héros, avec ses efforts pour coller à son code d'honneur et ne pas se laisser aller au mal.

 

Pour le moment, ma découverte de David Gemmell s'avère très satisfaisante. J'aurais bien enchaîné sur la légende de Marche-Mort, mais comme je ne l'ai pas trouvé en librairie, j'ai dû me rabattre sur Waylander, car à défaut de Druss, comment résister à un résumé qui commence par "Le Roi de Drenaï a été assassiné." ? Je le lirai certainement dès que j'aurai fini à l'Assaut du Khili-Khili et le tome 2 de la compagnie noire.

Repost 0
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 13:27

gemmell-legende-copie-1.jpgAprès une absence d'une semaine due à un problème de connexion, je vais vous parler de mon premier coup de coeur de 2011 : Légende de David Gemmell, livre que j'avais acheté au salon du livre et qui avait depuis dormi dans ma PAl.

 

L'empire Drenaï est en plein déclin, sa fin est peut-être même proche si Ulric et son immense armée parvienne à pénétrer dans le royaume. Sur sa route se dresse Dros Delnoch, la forteresse aux six remparts dirigée par le Comte de Bronze, mais le Comte se meurt et le moral est au plus bas parmi les soldats qui se savent trop peu nombreux pour affronter l'armée qui s'avance et qui sont pour l'essentiel des fermiers.

Le seul espoir de la forteresse réside dans Druss, un vieux guerrier dont les exploits ont fait de lui une légende. Mais sa venue sera-t-elle suffisante ?

 

Légende est une histoire prenante, où l'on suit les efforts de Druss et d'autres pour maintenir le moral des troupes et faire croire dans la possibilité que la forteresse tienne, alors que tout le monde sait, y compris Druss, que la forteresse ne pourra que tomber. J'ai aimé suivre cette histoire d'une résistance sans espoir, où l'on finit par s'interroger sur la raison qu'il y a de se battre quand ça ne sert plus rien, sur ce qui fait qu'une bataille est perdue d'avance et sur la nature du héros.

 

J'ai aimé aussi bien la partie préparation que celle qui raconte les combats. La galerie de personnage m'a énormément plu. J'ai aimé l'absence de manichéisme, car Ulric n'est pas plus mauvais qu'un autre, il cherche simplement à faire ce que Drenai a fait les siècles passés.

 

Le personnage que j'ai particulièrement aimé c'est Rek, le lâche, qui est capable de devenir berserk et qui n'avait aucune envie au départ de se retrouver à Dros Delnoch. En ce qui concerne Druss, il m'a terriblement fait penser à Cohen le barbare, d'autant que la situation rappelle parfois les Tribulations d'un mage en Aurient.

 

C'est donc un livre que j'ai dévoré, au point que je viens d'acheter Druss la légende car j'ai envie de découvrir les autres histoires écrites par David Gemmell, donc là c'est une bonne découverte dans le cadre du challenge la Fantasy pour les nuls.

 

Fantasypourlesnuls

Repost 0
11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 07:46

la-chanson-de-roland.jpgLe gros problème de l'après-Rat, c'est qu'on se retrouve avec une masse de livres en attente d'être chroniqué, déjà que j'avais un peu de retard dans les miennes... On verra bien si j'arrive à tout chroniquer ou non. Il faut remarquer que pour ce Rat, j'ai fait l'effort de ne pas lire Rabelais, bon, par contre, on est toujours dans le domaine de l'édition bilingue. Je n'ai évidemment pas lu la partie en vieux français.

 

Charlemagne fait la guerre depuis sept ans en Espagne et il n'y a plus que Saragosse qui lui résiste. Marsile, le roi d'Espagne, craignant de perdre son royaume, réunit ses vassaux et élabore un plan pour faire partir Charlemagne : il envoie des messagers proposer sa soumission et sa conversation. Les conseillers penchent pour l'acceptation de cette proposition, et lorsqu'est venu le moment de choisir le messager, Roland, le neveu du Roi, propose Ganelon à cause de sa sagesse, mais Ganelon s'emporte contre Roland pour avoir oser le désigner, car Ganelon, en son coeur, est un couard et craint d'être tué par Marsile, comme l'ont été deux messagers précédents. Il décide donc de provoquer la perte de Roland et pour cela, s'allie avec Marsile pour tendre un piège à l'arrière-garde de Charlemagne et ainsi tuer Roland.

 

J'ai vraiment bien aimé ce texte en fait, j'aime son côté tragique, car on comprend très vite que les élèments vont s'enchaîner de telle sorte que le héros n'aura aucune échappatoire malgré sa résistance héroïque mais en même temps, c'est le héros qui provoque sa propre perte et celle de ses compagnons par son propre hybris, puisque c'est son refus de sonner le cors pour alerter Charlemagne qui fait que l'arrière-garde va se retrouver en train d'assurer une résistance héroïque.

 

Par contre, la partie après la mort de Roland m'a moins intéressée, car il n'y avait plus ce sentiment de destin en marche. J'ai trouvé la description de certaines scènes émouvantes et j'ai particulièrement aimé le personnage d'Olivier. Sur certaines points, ça m'a rappelé l'Iliade avec la violence des combats et les cervelles qui giclent abondamment.

 

C'était donc une bonne lecture pour cette rentrée littéraire de 1220 environ et qu'en plus j'ai lu avec une ambiance musicale moyen-âgeuse.

 

rentree-litteraire-1220

 

Olivier dit : " Les païens viennent en force,

et nos français, il me semble qu'ils sont bien peu.

Roland, mon compagnon, sonnez donc votre cor :

Charles l'entendra et l'armée reviendra."

Roland répond : "Ce serait une folie !

En douce France j'en perdrais ma gloire.

Aussitôt de Durendal, je frapperai de grands coups ;

sa lame en saignera jusqu'à la garde d'or.

Les paiens félons ont eu tort de venir aux cols :

je vous le jure, tous sont condamnés à mort."

Repost 0
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 21:52

inconnu-donjon.gifEn ce moment, entre la fatigue des cours, les cours à préparer, mon avancée dans Dr House(je suis maintenant au début de la saison 3...)et dans Tolkien(devinez qui va encore manquer la lecture commune ?), et ma découverte de Jules César(j'aime Jules César, on croirait un héros de roman mais j'y reviendrai...), je n'ai pas énormément le temps de chroniquer ni d'ailleurs de trouver matière à chronique mais aujourd'hui comme je viens de finir (enfin !) l'inconnu du donjon d'Evelyne Brisou-Pellen, je vais pouvoir vous en parler et vous dire que Non, je n'ai point changé, je ne suis toujours pas une adepte des romans jeunesses, c'est juste que je suis dans un collège et que je suis consciencieuse, donc je l'ai lu dans le bus(oui, parce que c'est pas transcendant donc je préfère consacrer mon vrai temps libre au Silmarillion et à jules).

 

Nous sommes en 1354, Français et Anglais se battent pour la succession au trône de Bretagne. Garin, un jeune scribe, se trouve malgré lui entraîné dans ce conflit lorsqu'il se fait malencontreusement capturer en même temps qu'une troupe d'anglais, parmi lesquels se trouve un homme à l'identité inconnue qui prétend être amnésique. Garin ne va pas pouvoir s'empêcher de fourrer son nom là où il ne faut pas...

 

Ce livre appartient à une série qui a pour héros Garin Trousseboeuf, scribe itinérant et menteur éhonté. Du point de vue, roman jeunesse, c'est sympa, je pense que ça peut plaire à un public de collégien vu qu'il y a un humour pas compliqué, un vocabulaire pas compliqué, qui permet de s'approprier un peu le vocabulaire médiéval, et puis il n'y a pas trop de personnages. Bref, ça ne m'a pas passionné, le style ne m'a pas captivé mais en même temps, je n'ai pas douze ans et je préfère les enquêtes du frère Cadfael(mais il est vrai que là, par contre, c'est invendable à des collégiens, parce qu'il y a des vrais descriptions, des cadavres, des luttes de pouvoir bien compliquée...). Mais pour des gosses, c'est chouette, il y a des images et ça ne fait que 199 pages, écrit gros.

 

Comme vous vous en doutez, je ne lirai pas la suite, bien que le mystère du crâne percé d'un trou doit sûrement être plus passionnant. Par contre, ce ne sera pas ma dernière incursion dans le roman jeunesse car j'en ai encore d'autres dans ma pal à tester dans le monde merveilleux des aventures de la table ronde.

Repost 0
19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 13:50

nicolas-cage-se-montre-dans-l-apprenti-sorcier1.jpgComme j'étais à Paris ce mardi avec pas grand chose à faire, je suis allée voir l'Apprenti sorcier, car en dépit de mon peu de goût pour les films pour ado, les affiches avaient attirées mon attention, tout comme la présence de Nicolas Cage.

 

Au Moyen-Âge, alors que les guerres entre sorciers faisaient rage, Merlin forma trois apprentis, mais l'un d'eux trahit et Merlin fut terrassé par Morgane. Alors par le sacrifice de Véronica, l'une des apprentis, Morgane parvint à être emprisonnée dans une poupée gigogne, mais pour la vaincre définitivement, Baltazar, l'apprenti restant, doit trouver le garçon qui sera le Prime Merliner, l'héritier de Merlin et de ses pouvoirs. Pendant des siècles, Baltazar l'a recherché et c'est finalement à New York qu'il trouve le Prime Merliner, mais tout ne se déroule pas comme prévu, et Baltazar aura fort à faire, s'il veut empêcher le retour de Morgane et former son apprenti, plus intéressé par le fait d'obtenir la fille de ses rêves que par les enseignements de Baltazar.

 

J'ai aimé ce film. Le scénario est certes, très convenu, mais il n'y a là rien de surprenant, puisque c'est un film pour ado mais je l'ai trouvé très drôle, avec les clins d'oeil à d'autres Disney comme le réveil Buzz l'éclair du début et surtout la scène où Dave tente de faire le ménage par magie, ou les différentes discussions sur les chaussures de vieux(j'adorerais d'ailleurs en avoir des comme ça...). Mais surtout les personnages m'ont énormément plu et en particulier le héros, qui n'a physiquement rien pour lui(du début à la fin, car avoir des pouvoirs magiques ne le transforme pas en top model, d'ailleurs Baltazar a aussi un côté miteux que j'aime beaucoup), est un mordu de physique et ne s'en cache pas(et il arrivera à séduire la fille sans avoir à renier son intérêt pour la physique). J'ai bien aimé son côté type normal, sur qui s'abat toute sorte de tuiles et qui va prendre peu à peu confiance en lui, je l'ai trouvé attachant.


L-Apprenti-Sorcier-Affiche-Baltazar.jpgMais surtout, j'ai eu un gros faible pour Baltazar, qui a effectivement tout du mentor traditionnel, mais qui avait un superbe manteau(car mis à part Van helsing, il est rare que le manteau n'ait pas son effet sur moi), une voiture magnifique, une bonne dose d'excentricité et qui surtout s'est révélé ne pas attendre l'élu, simplement par pur souci d'accomplir sa mission, car à un point du film, j'ai eu l'impression que s'il continuait à chercher l'héritier de Merlin, c'était surtout pour pouvoir se débarrasser de son fardeau, ce qui me l'a rendu encore plus sympathique.

 

Pour le reste du casting, j'ai bien aimé les différents personnages, à l'exception de Merlin qui ne faisait pas assez mage pour moi et avait plutôt l'air d'un vieillard miteux.


Ensuite je suis une grande adepte des combats à base de boules de feu ou d'énergie, c'est d'ailleurs ce qui m'avait motivé pour voir le film, car Harry Potter est un peu décevant en ce domaine, car on ne peut pas dire que la magie de combat y soit très impressionnante(et Harry combat de façon gentillette, ce qui n'arrange pas les choses), alors que là dans l'apprenti sorcier, j'ai eu exactement ce que j'avais envie de voir, c'est-à-dire des sorts impressionnants, à base de boules de feu ou de métamorphoses, qui n'étaient d'ailleurs pas sans rappeler le combat entre Merlin et Mim dans Merlin l'enchanteur. J'ai par exemple bien aimé la manière dont Baltazar transforme sa voiture pendant le film ou les sorts à base de miroirs.

 

J'ai donc passé un bon moment devant ce film, où les scènes de combat sont très intéressantes tout comme la relation entre l'apprenti et son maître.

Repost 0
18 juillet 2010 7 18 /07 /juillet /2010 12:21

conan1.jpgAujourd'hui je vais vous parler de Conan de Robert E. Howard. Il s'agit d'un recueil de nouvelles qui ne sont pas toutes de Robert E. Howard, car Robert E. Howard s'est suicidé à l'âge de trente ans laissant un certain nombre de récits inachevés, qui furent alors continué par d'autres auteurs de même que des pastiches furent composés à partir des notes d'Howard de façon à combler les lacunes laissées dans l'épopée. Ainsi ce recueil comporte :


- La chose dans la crypte de Lin Carter et L. Sprague de Camp.

- La tour de l'Elephant de Robert E. Howard

- La chambre des morts de Robert E. Howard et L. Sprague de Camp

- Le dieu dans l'urne de Robert E. Howard

- Le rendez-vous des bandits de Robert E. Howard et Lin Cater

- La Main de Nerval de Robert E. Howard et Lin Carter

- La cité des crânes de Lin Carter et de L. Sprague de Camp


"Le plus célèbre héros de l'époque hyborienne n'était pas un Hyborien, mais un barbare, Conan le Cimmérien, dont le nom est au centre de cycles entiers de légendes. Sur les antiques civilisations de l'âge révolu des Hyboriens et des Atlantes, seuls nous sont parvenus quelques récits fragmentaires, à demi légendaires."


conan_frazetta.jpgDans ce recueil nous rencontrons Conan, alors qu'il n'a que seize ans, ce qui ne l'empêche pas d'être déjà une véritable masse de muscle. Ayant quitté sa tribu, il voyage à travers les différents royaumes civilisés qui entourent la Cimmérie, faisant profession de voleur et de mercenaire, affrontant des divinités, des magiciens et toutes sortes de créatures mystérieuses...

 

Conan incarne le Barbare, l'homme qui va réussir là où les autres échouent car ils ont été amollis par la civilisation, c'est l'homme qui vit par d'autres règles, sans attaches, et qui n'est pas dénué d'un certain sens pratique.

 

Je connaissais les films, que j'apprécie d'ailleurs énormément, mais je n'avais jamais lu les livres jusqu'ici donc cette lecture fut pour moi une heureuse surprise, car le personnage de Conan est assez loin de l'image du barbare que l'on a maintenant à cause des différentes parodies et où le barbare est un gros demeuré qui ne cesse que taper. Par contre, j'ai pu constater à quel point Terry Pratchett, lui, a été fidèle au personnage, lorsqu'il a créé Cohen le Barbare.


L'écriture est très agréable et j'ai particulièrement aimé la nouvelle la tour de l'Elephant, qui m'a même surpris par le caractère réellement émouvant de l'histoire.

 

Ce livre fut donc une bonne découverte et inaugure ici ma contribution au challenge la Fantasy pour les nuls.

 

Fantasypourlesnuls

Repost 0
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 12:18
bitter-gold-hearts.jpgAujourd'hui nous allons parler de Bitter Gold Hearts de Glen Cook, deuxième livre de la série des Garrett, détective privé.

Pendant que la Stormwarden Raver Styx est au loin, quelqu'un kidnappe son fils et une forte rançon est demandée. Garrett n'est au départ embarqué dans cette affaire que pour faire peur aux ravisseurs et les décourager de faire du mal à Karl mais la situation va vite devenir plus qu'une simple histoire de kidnapping plus ou moins douteux, quand Amiranda Crest se fait tuer. L'affaire devient personnelle pour Garrett et il est bien décidé à aller jusqu'au bout pour retrouver qui a donné l'ordre de la faire tuer.

Dans ce volume nous suivons une enquête de garrett qui le mène à fourrer son nez dans une des familles les plus dangereuses de TunFaire. L'enquête est intéressante, assez complexe et on y retrouve les personnages du précédent tome comme Morley Dotes, mais surtout l'Homme Mort, avec qui Garrett vit à présent et qui occupe une plus grande place dans ce livre.

Dans ce tome, on n'a pas vraiment de grands conseils diététiques de Morley mais davantage de scènes sur les particularités de l'Homme Mort, ce qui me convient vu que j'aime beaucoup l'Homme Mort.

Ce qui est aussi satisfaisant, c'est l'absence de répétition, car Glen Cook arrive à introduire ses personnages sans répéter les informations du tome précédent, ce qui est une faute que l'on trouve par contre dans les Anita Blake.

Ce tome nous fait découvrir encore une autre facette de Tunfaire avec cette fois la Stormwarden Raver Styx et des ogres.


C'est une lecture agréable, où Fantasy et vieux Polar se mêlent à merveilles.

C'est la lette C de ma liste pour le challenge ABC 2010.

challenge-Abc-2010.jpg 
Repost 0
23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 13:33
legende-escrime.gifEn ce 200ème billet, je vais vous parler d'un livre que j'ai eu le mois dernier pour mon anniversaire : La légende de l'escrime de Maître Jacques Castanet.
C'est un livre sympathique de vulgarisation qui s'adresse autant aux escrimeurs qu'aux non-escrimeur, les chapitres sont très cours et les images en abondance, ce qui le rend très agréable parce qu'en dehors des diverses représentations d'escrimeurs sur gravure ou peinture, il y a aussi les cartes postales et les réclames publicitaires. Sinon, ce livre, comme les livres sur le duel, part de l'antiquité, aborde les duels judiciaires du moyen-âge. Le livre retrace l'évolution des armes de l'épée à deux mains à la rapière, puis au fleuret, comment le matériel d'escrime que nous connaissons à l'heure actuelle est apparu, il fait aussi le lien entre les événements historiques et l'escrime, et montre comment l'escrime est peu à peu devenu autre chose qu'une simple technique pour remporter un duel
.

Comme j'avais déjà lu il y a quelques années un livre très complet sur les duels, la partie sur son histoire ne m'a pas appris grande chose, par contre j'ai trouvé très intéressant les passages spécifiquement sur l'escrime et donc sur l'apprentissage des armes en vue du duel. J'ai trouvé très intéressantes les descriptions relatives aux ancêtres de la tenue actuelle. Un des éléments intéressants aussi est la bibliographie a la fin car ce livre donne envie de se plonger dans d'autres afin d'en savoir plus.

C'est donc un livre plaisant qui retrace à grands traits l'histoire de l'escrime, très bien si l'on veut en apprendre  un peu plus sur ce sport.
Repost 0
22 décembre 2009 2 22 /12 /décembre /2009 18:18
CompagnieNoire.jpgAujourd'hui je vais vous parler de la Compagnie noire de Glen Cook.

La Compagnie noire est une troupe de mercenaires qui existe depuis de nombreux siècles et dont le seul honneur consiste dans le fait de toujours rester fidèle à leur employeur, quelles que soient les circonstances. Les activités de la Compagnie sont sans cesse consignées dans des annales et nous suivons donc l'histoire telle qu'elle est consigné par Toubib, le médecin et l'annaliste de la compagnie. Dans cette période de son histoire, la Compagnie est sur le déclin, au service du Syndic de la Beryl mais la situation leur déplaît, donc quand un mystérieux émissaire venu du Nord vient leur offrir une porte de sortie et un nouveau contrat, le capitaine est amené à accepter et la Compagnie se retrouve au service de la Dame. Entre la lutte contre les Rebelles qui veulent renverser la Dame et les querelles de pouvoir entre les Asservis - les sorciers au service de la Dame - la Compagnie aura fort à faire pour rester en vie.

C'est différent de Garrett détective, mais pas tant que ça, car on retrouve l'ambiance assez sombre, où aucun des personnages n'est un héros et d'ailleurs Toubib, nous rappelle de temps à autres qu'il s'agit d'une vraie troupe de mercenaire, c'est-à-dire des dépravés, qui pillent, qui violent, qui torturent pour le plaisir et que si ça ne ressort pas dans les Annales, c'est simplement parce qu'il les édulcore, parce que comme il le dit si bien, on ne doit pas dire du mal de sa famille. Je trouve que la Compagnie noire est assez orignale, parce que nous suivons finalement les méchants, car la Compagnie se fiche de savoir qui elle sert ou plus exactement de savoir s'ils vont servir la justice ou des seigneurs maléfiques qui devraient être anéantis. Donc ça change des histoires d'élus qui vont défaire le seigneur maléfique du royaume d'à côté ou des soldats qui se battent au nom de la Justice.
La-Compagnie-noire.-Les-Livres-du-Nord.jpgLe fait que nous suivions une compagnie de mercenaire m'a beaucoup plu, car j'avais aimé cet aspect dans By the sword ou de Oathbreakers de Mercedes Lackey, où l'on suit les missions d'espionnages, la dureté des campagnes, les différentes stratégies, mais ici ce qui est intéressant c'est qu'on suit le camp d'en face, avec des vrais mercenaires débauchés et cruels, ce qui donne toute une série de réflexion sur le bien et le mal, car le narrateur va s'interroger de temps à autres sur celle qu'ils servent.
J'ai aussi beaucoup aimé les personnages et surtout leurs noms : Toubib, Qu'un oeil, Corbeau... Volesprit est mon asservi préféré, je le trouve intrigant avec ses voix multiples et il a la classe. Toubib est aussi un personnage que j'aime, avec son mélange de romanesque et de cynisme, il est aussi assez différent du personnage traditionnel du médecin, car il ne passe pas son temps à donner des conseils aux autres, et j'ai bien aimé les conséquences de ses saynettes.

Ce premier livre a été une bonne découverte, même si je préfère Garrett Détective, mais c'est dur de rivaliser avec Morlet et son petit footing de 14km. Je lirai la suite avec plaisir pour savoir comment la situation va tourner pour la Compagnie et sur ce qui va se passer au retour de la Rose Blanche.
Repost 0

Citations : Terry Pratchett

Interesting time, p.43
*****
Interesting Time p.19
*****
Le Huitième Sortilège p.87
*****
La huitième Couleur p.91
*****
*****

*****

*****
Apes had it worked out. No ape would philosophize, "The mountains is, and is not." They would think, 'The banana is. I will eat the banana. There is no banana. I want another banana."
Unseen Academicals p.76
*****
'I would like permission to fetch a note from my mother, sir.'
Ridcully sighed. 'Rincewind, you once informed me, to my everlasting puzzlement, that you never knew your mother because she ran away before you were born. Distincly remember writing it down in my diary. Would you like another try ?'
'Permission to go and find my mother ?'
Unseen Academicals,  p.187
*****
'The knees should be covered. It is a well-known fact that a glimpse of the male knee can drive women into a frenzy of libidinousness.'
Unseen Academiacls, p.130
*****
"Lord Vetinari's rules : if it takes an Igor to bring you back, you were dead. Briefly dead, it's true, which is why the murderer will be briefly hanged. A quarter of a second usually does it."
Unseen Academicals, p. 98
*****
"I'm a wizard ! We can see things that are really there, you know,"said Ridcully. " And in the case of the Bursar, things that aren't there too."
Hogfather, p 98

Perdu Dans La Vallée ?

Malakos is here too !!!

Archives

Le mot de l'auteur

 

Bienvenue au sein de la vallée des grenouilles séchées,  blog d'une prof de lettres classiques fan de Star Trek et de Terry Pratchett.
Vous trouverez ici mes impressions sur des ouvrages que j'ai lu, des films qui ont retenu mon attention et parfois des séries.
 
Sur ce, je vous souhaite une bonne navigation mais méfiez-vous d'une chose, j'ai une tendance à m'adresser plus à ceux qui ont lu ou vu ce dont je parle, donc quand ce n'est pas votre cas, évitez de continuer votre lecture quand vous atteignez le paragraphe commençant par "dans le détail" ou voici la partie spoiler mais dans la plupart des cas, les spoilers sont en surlignés.

The Bursar

Et pour me laisser un message sans lien avec un article c'est par là :



 
 

One Challenge to rule them All

logo fondcomble

 

Pour s'inscrire, c'est par là.


Pour consulter les billets publiés par les autres membres de la Communauté ou laisser les liens de vos article, c'est ici.


Pour les logos des différents niveaux c'est là.


Pour les différents logos généraux, c'est ici et .

 


***********************


De mon côté, je vais faire le challenge Valar !

 

Jusqu'ici j'ai peu avancé.

J'ai lu :

The Hobbit

Le Silmarillion

The Fellowship of the Ring

The Two Towers

 

L'adieu au Roi, chansons pour J.R.R. Tolkien

Beowulf

 

 

Challengevalar 2

mes coups de coeur

Mes coups de coeur 2009














Mes coups de coeur 2010

sherlock-holmes-2009

Homère et Shakespeare en banlieue
seigneursOlympe
team medical 01
koi-suru-bo-kun-kaiosha-1
starship troopers
lovely_teacher.jpg
hei-sensei.jpg
rocky-horror-picture-show-posters.jpg
petits meurtres à l'anglaise
galaxy-quest-deluxe-edition-dvd
Couverture-Princesse-Soso.jpg
maurice.jpg
Mes coups de coeur 2011
gemmell legende
bowie labyrinth jim henson movie poster
grammaire
st trinian
Mes coups de coeur 2012
Crimson Spell