Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 juillet 2010 1 19 /07 /juillet /2010 07:59

junjyou_romantica_v3_cover_a.jpgAujourd'hui je vais vous parler du tome 3 de Junjo Romantica de Shungiku Nakamura, qui contient les chapitres 4, 5 et 5.5 de Junjo Romantica et les chapitres 6 et 7 de Junjo Egoist.


Dans le chapitre 4 de Romantica, Misaki s'interroge sur sa relation avec Usami : seraient-ils un vrai couple ? et dans le 5, un problème se présente, car Takahiro, son frère, revient habiter à Tokyo et voudrait que Misaki viennent vivre avec sa femme et lui.


Dans le chapitre 6 d'Egoist, Hiroki se met en quatre pour prendre soin de Nowaki qui semble avoir un rhume, tandis que dans le chapitre 7, nous en apprenons plus sur le passé d'Hiroki, quand celui-ci aperçoit dans la rue un type qu'il a connu six ans plus tôt.


J'ai particulièrement aimé le chapitre 5 de Junjo Romantica, j'ai trouvé l'histoire assez émouvante, avec d'un côté Misaki qui croit qu'Usami veut qu'il parte parce qu'il est une nuisance, et de l'autre, Usami qui fait un effort pour ne pas priver Misaki du fait de vivre dans une une famille aimante. Mon moment préféré doit être quand Misaki téléphone à Usami et panique lorsqu'il croit qu'Usami ne veut pas qu'il revienne.

 

Pour ce qui est d'Egoist, j'ai bien aimé le flash-back qui nous entraînait six ans plus tôt et nous permettait de voir un peu plus l'histoire d'amour à sens unique entre Hiroko et Usami.

 

J'aime beaucoup les petits cross-over qui ont lieu par moment, ainsi dans le chapitre 4, on se rend compte que quand Misaki est en train de parler d'un prof de lettres qui lance des craies sur ses élèves, il parle d'Hiroki(aussi baptisé Kamijou le démon).

 

junjyou_romantica_v3_p096.jpg

 

J'ai également commencé à regarder l'animée mais je ne suis pas très loin vu que je tiens à lire les mangas d'abord. Le générique de début ne m'a pas vraiment plu, mais sinon pour le reste, j'aime bien cet animé et en particulier les petites scènes de fin d'épisodes qui raconte parfois des histoires qui ne sont pas dans le manga.

 

Challenge-BD-logo12/30

Repost 0
Published by The Bursar - dans Boy's love
commenter cet article
15 juillet 2010 4 15 /07 /juillet /2010 10:01

lovely teacherAprès quelques jours d'absence pour cause d'oraux et de fatigues(n'ayant pas hyper dormi pendant mes oraux...mais l'ice tea est mon ami donc ça a été), je suis de retour et pour passer le temps avant l'annonce des résultats(ceci explique pourquoi je suis levée à 10h du matin...), je vais vous parler du tout premier yaoi que j'ai lu et qui est aussi un de mes coups de coeur : Lovely Teachers de Nase Yamato.


Komori est instituteur depuis deux ans et demi, il est consciencieux et très investi dans son travail mais malgré ses effort, ses élèves de la CE1-B ne l'écoutent pas et ne le prenne pas au sérieux tandis que tout le monde le compare à Takigawa, le prof de la classe d'à côté qui sait se faire aimer de tous et qui est l'instituteur parfait. Un jour où ses élèves ont été particulièrement infernaux, il se retrouve à aller prendre un verre avec Takigawa pour vider un peu son sac. La soirée est un peu trop arrosée et Komori découvre que son collègue parfait a tout de même un secret...


J'avais bien accroché à cette histoire qui du coup m'a donné envie de me lancer dans la lecture des yaoi, avec les conséquences que nous connaissons tous à présent(normalement le tome 3 et 4 de Junjou Romantica arrive dans ma boîte aux lettres aujourd'hui !!! et j'ai bien acheté et lu le tome 4 de Rien n'est impossible et le tome 1 de The Tyrant !!!!!).


lovely-teachers-ch3-pg001.jpgJ'ai trouvé les personnages attachants, en particulier, Komori, le héros un peu dépassé par les événements, parce qu'il essaye d'être parfait, ce qui le rend inévitablement malheureux, puisqu'il y a toujours un petit grain de sable qui fait que tout ne se passe pas exactement comme il le voulait et qu'il a une tendance à se focaliser sur ses erreurs. J'adore sa volonté de bien faire.


J'aime aussi beaucoup l'autre histoire en parallèle de l'histoire d'amour qui est celle des progrès de Komori et de ses efforts pour devenir un meilleur professeur. J'ai trouvé très sympa les scènes avec ses élèves, ça donnait une petite touche comique, même si on peut constater qu'ils ne sont pas toujours très tendre avec lui.


Dans ce volume, il y a aussi une histoire sur un chapitre : the teacher's confession, qui porte sur une histoire entre un prof et son élève. En feuilletant, j'avais été mitigée sur le sujet à cause de la jeunesse du seme mais finalement au moment de la lecture, l'histoire m'a plutôt plu et j'ai particulièrement aimé les premières planches où le pauvre prof essaie de se débarrasser des attentions des lycéennes qu'il ne supporte pas, parce qu'elles ne pensent justement qu'à lui mettre le grapin dessus.


C'est donc un manga que j'aime beaucoup et j'ai hâte de lire la suite, car en dépit du fait qu'il soit présenté comme un one shot par l'éditeur, ce n'en est pas un(vu que j'ai déjà lu le premier chapitre du tome suivant. et que l'auteur  dit elle-même dans sa postface qu'elle compte faire plusieurs volumes et qu'elle nous donne rendez-vous dans le tome 2)et la suite a l'air également très intéressante.

 

Challenge-BD-logo11/30

Repost 0
Published by The Bursar - dans Boy's love
commenter cet article
6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 00:31

junjou_romantica_v02_004.jpgAujourd'hui je vais vous parler du tome 2 de Junjo Romantica de Shungiku Nakamura.Ce tome contient le chapitre 3 de Junjo Romantica et les chapitres 3 à 5 de Junjo Egoist(pour le fonctionnement des Junjo, je vous renvoie à mon article sur le tome 1).


Dans Romantica, Misahi est troublé par les sensations qu'Usami provoque en lui et se demande s'il n'y aurait pas quelque chose entre Usami et son éditrice.


Dans, Egoist, l'histoire se déroule six ans plus tard(par rapport au chapitre 1 et 2) et la situation est assez tendue, Nowaki est parti étudier un an à l'étranger sans le dire à Hiroki, qui à son retour pense qu'il est temps d'arrêter les frais.


J'ai bien aimé le chapitre 3 de Romantica, où Misaki est perturbé par les sentiments qu'il éprouve sans forcément comprendre ce qu'ils signifient.


Pour ce qui est d'Egoist, j'ai trouvé l'intrigue qui dominait ces trois chapitres très intéressantes, en particulier parce qu'Hiroki est un personnage assez fort, qui ne livre pas forcément ses sentiments aux autres mais l'auteur nous laisse suivre ses pensées. J'ai trouvé son combat intérieur très instant tout comme ses efforts pour essayer de sortir d'une relation qu'il pense ne plus pouvoir supporter. En plus, comme il est devenu professeur-assistant, on découvre un nouveau personnage, que j'ai énormément apprécié : le professeur pour qui il bosse et qui est complètement givré, venant d'être quitté par sa femme et essayant de séduire Hiroki.


Ce que j'aime aussi beaucoup dans cette série, c'est quand les héros ont un moment d'horreur quand ils réalisent qu'ils sont en train de se comporter comme des filles, c'est la petite touche intertextualité qui renvoie au comportement des héroïnes de Shôjo.


Les dessins laissent encore à désirer dans ce tome au niveau des proportions(on sent d'ailleurs l'importance qu'occupent les mains dans l'esthétique de l'auteur) mais ce n'est pas non plus désagréable, même si dans les scènes hot on peut éprouver quelques difficultés par moment à dire quel membre est où et s'interroger sur le degré de réalisme de ces scènes suite au mauvais positionnement d'un bras.


junjou_romantica_v02_025.jpgUn exemple de l'effet cheveu combiné à l'effet lunettes ^^


Pour le tome 3 et 4 il faudra attendre, car j'ai un délai d'un à deux mois avant qu'amazon ne puisse me les livrer, mais je pense réussir à être patiente(d'autant plus que j'ai déjà lu tous les chapitres suivants de Romantica...).

 

Challenge-BD-logo7/30

Repost 0
Published by The Bursar - dans Boy's love
commenter cet article
27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 00:33

Junjyou_Romantica_jap_1.jpgAujourd'hui je vais vous parler du premier tome de Junjo Romantica, manga que j'ai mentionné il y a quelques jours, à l'occasion de mon article sur Sekaiichi Hatsukoi, manga également de Shungiku Nakamura.

 

Misaki a perdu ses parents à l'âge de huit ans et a été élevé par son frère Takahiro qui a renoncé à faire des études pour s'occuper de lui. Il a présent dix-huit et voudrait intégrer l'université à laquelle son frère aurait dû aller mais les études ne sont pas son fort, il se retrouve donc à avoir pour tuteur le meilleur ami de son frère, Akihiko Usami, écrivain à succès mais aussi auteur de Boy's love dans laquelle il met en scène ses fantasmes, qui se trouve également être amoureux depuis des années du frère de Misaki sans aucun espoir d'être un jour aimé en retour. Le courant passe assez mal entre eux au départ, mais peu à peu Misaki s'attache à cet écrivain un peu bizarre qui a une obsession pour les ours en peluche et qui est prêt à taire ses sentiments plutôt que de perdre l'amitié de Takahiro. Misaki réussira-t-il à faire oublier Takahiro à Usami ou ne sera-t-il qu'un substitut ?


J'ai bien aimé ce manga qui est toujours en cours et a déjà douze tomes de publiés en anglais. Le point qu'il faut connaître sur ce manga et qui m'avait laissé perplexe au début est qu'un volume ne comporte pas seulement les chapitres de Junjo Romantica mais aussi de spin-off. Ainsi dans ce tome, nous avons les deux premiers chapitres de Junjo Romantica et un récit bonus mais aussi les deux premiers de Junjo Egoist. JunjoRomantica est centré sur l'histoire entre Misaki et Akihiko Usami tandis que Junjo Egoist se déroule huit ou neuf ans plus tôt puisque Usami qui apparaît aussi dedans, est encore en fac de droit, a déjà publié quelques livres et vient de se mettre à l'écriture de Boy's Love. Dans Egoist, on suit Kamijo Hiroki un étudiant en train d'achever sa thèse et qui  était amoureux de Usami mais sans espoir également, puisqu'il sait qu'Usami en aime un autre. Au début de l'histoire, il se fait une raison et fait la rencontre de Kusama Nowaki. C'est le couple Hiroki-Nowaki qu'on va suivre dans Egoist.


junjou_romantica_065.jpgLes dessins de ce premier tome ne sont pas très bons, l'auteur ayant du mal avec les proportions mais comme pour Rien n'est impossible, il faut faire preuve d'indulgence puisqu'il s'agit des débuts de ce mangaka dans ce type d'histoire. Le fait qu'il y ait deux histoires différentes dans le livre m'a un peu perturbé au départ et comme le couple principal m'avait captivé, j'ai lu tous les chapitres de Romantica la semaine dernière et ce n'est qu'à l'occasion de la relecture de ce premier tome que je lis Egoist. Finalement Egoist est très bien, même si pour l'instant ce n'est pas le couple Hiro-Nowaki qui m'intéresse mais plutôt Usami, puisque cela permet de voir le personnage tel qu'il était quelques années plus tôt. En même temps, les deux histoires se complètent assez bien puisque toutes deux sont autour du thème de l'amour à sens unique et de la sortie d'une telle situation, avec la question de savoir si le nouvel aimé est aimé pour lui-même ou seulement comme un substitut, mais en même temps, elles ne sont pas similaires, vu que dans Egoist, le héros est fier et refuse d'admettre ses sentiments, tandis que dans Romantica, la différence d'âge entre les deux personnages joue aussi un rôle.


Ce que j'aime particulièrement dans ce manga, c'est le personnage d'Usami, qui est plutôt excentrique, il se promène dans son hôtel particulier avec une énorme peluche appelée Suzuki et porte souvent une cravate. J'aime énormément le fait qu'il agit selon ses caprices et le fait qu'il reste un mystère car l'histoire est vue du point de vue de Misaki, donc on n'a jamais accès aux monologues intérieurs de Usami, ce qui ne peut manquer de susciter mon intérêt. J'aime aussi la manière dont le personnage est caricaturé dans les petits dessins humoristiques destinés à alléger l'histoire.


Junjo Romantica est un manga plaisant, qui plaira à celles qui aiment les histoires qui peuvent s'étendre sur un grand nombre de volume(mais ce n'est pas Grey's Anatomy non plus, ne vous inquiétez pas).

 

Challenge-BD-logo6/30

Repost 0
Published by The Bursar - dans Boy's love
commenter cet article
23 juin 2010 3 23 /06 /juin /2010 19:41

sekaiichi-hatsukoi.jpgAujourd'hui je vais vous parler d'un ouvrage de Shungiku Nakamura, l'auteur de Junjo Romantica : Sekaiichi Hatsukoi, The world's best first love ou the case of Onodera Ritsu.

 

Dix ans plus tôt, le jeune Onodera était tombé amoureux d'un élève plus âgé de son école et l'avait aimé en silence pendant trois ans. Mais un jour, il ne put s'empêcher de lui avouer son amour, sauf que tout n'a pas tourné comme il le souhaitait et toute sa foi en l'amour fut détruite par cette aventure. Sauf qu'à présent, il se trouve face à un sérieux problème, car ayant quitté la maison d'édition de son père pour essayer de faire ses preuves ailleurs, il se retrouve embauché par le département Shojo de la maison d'édition Marukawa, c'est-à-dire dans le département consacré aux mangas pour jeunes filles... or il ne connait rien aux mangas et ne croit plus en l'amour. Pour couronner le tout, son supérieur n'est autre que son premier amour et il est bien déterminé à le forcer à tomber à nouveau amoureux de lui.


C'est un manga qui n'a qu'un vague lien avec Junjo Romantica(dont je vous parlerai bientôt), mais tout comme dans Romantica, on est plongé dans le monde de l'édition Japonnais, dans Romantica, on a un aperçu des efforts que l'éditeur fait pour obtenir les manuscrits de son auteur à la date prévue, tandis que dans Sekaiichi Hatsukoi, nous sommes entraînés au coeur d'un département de publication de manga, et c'est ce qui fait l'intérêt de ce yaoi.

esekaiichi_hatsukoi_v01_ch01_pg003.jpg

Dans les mangas, il arrive qu'on entende parler dans les petites satires ou dans les mots de l'auteur, de la fatigue  que le manga à causé ou des efforts faits pour finir le chapitre, or là on découvre vraiment le côté exigeant de la profession de mangaka mais aussi du travail qui est imposé aux éditeurs. En plus, par le biais du héros qui ne connait rien au manga, nous apprenons peu à peu comment se fait un manga, que ce soit au niveau de la présentation ou des codes qui régissent les Shojo. Un de mes moments favoris est d'ailleurs le moment où notre héros réfléchit sur les codes qui régissent la scène de déclaration et reste perplexe face à la nécessité de dessiner le héros avec les cheveux au vent et une tendance à étinceler... Comme je lis pas mal de manga, j'apprécie énormément cette histoire qui nous fait découvrir l'envers du décor.


Sinon l'intrigue est prenante et le dessin est très agréable. C'est dommage que ce manga ne soit actuellement disponible ni en anglais ni en français, car c'est un manga que j'adorerai avoir dans ma bibliothèque. J'attends d'ailleurs avec impatience la suite du volume 2, car je suis très curieuse de connaître les prochaines péripéties qui vont mener à THE déclaration. La série comporte actuellement quatre tomes et est en cours. En plus, il semblerait qu'il existe un autre manga de l'auteur qui fasse pendant à celui-ci, en nous entraînant du côté du point de vue d'un mangaka mais il n'a pas encore été traduit en langue anglaise.

 

Challenge-BD-logo

5/30

Repost 0
Published by The Bursar - dans Boy's love
commenter cet article
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 13:38

hei sensei

Aujourd'hui nous allons parler d'un de mes coups de coeur, Hey Sensei ! de Yaya Sakuragi.


Le professeur Isa est gay, ce dont il s'est aperçu après l'échec de son unique relation amoureuse, où il s'était retrouvé incapable d'éprouver du désir pour sa petite amie.

Quelques années plus tard, un de ses élèves lui fait des avances, Isa ne sait pas trop comment réagir face à ce jeune homme qui se trouve être le petit frère de son ex, est-il en train de se jouer de lui pour venger sa soeur ou ses sentiments sont-ils sincères ?


Nous sommes là dans le cadre d'une relation prof-élève, où c'est l'élève qui joue le rôle du seme, ce qui inverse la structure, puisque normalement le seme est plus âgé,  lorsqu'on se trouve dans une structure initiatique. C'est un système d'attraction qui est fondé sur la beauté, même si ce n'est pas dit explicitement dans les yaoi, mais le uke est sensé avoir certaines caractéristiques physiques  qui vont le marquer comme partenaire passif tel que des traits efféminés ou une certaine délicatesse des traits, une faiblesse qui fait qu'il a besoin de la protection ou de des lumières que lui apporte son seme.

Or ici, le uke a dix ans de plus, est financièrement auto-suffisant et n'a pas besoin de son seme puisque c'est lui qui est plutôt détenteur des réponses par son âge et sa fonction sociale, mais il n'a aucune expérience dans un domaine spécifique(et je ne pense pas qu'il y ait besoin que je vous fasse un dessin pour que vous trouviez duquel je parle...), ce qui fait qu'on est tout de même dans une structure initiatique, puisque ce n'est pas celui qui détient le savoir qui détient l'expérience. Par contre, même si le uke possède ici une plus grande force physique que le seme, il est tout de même plus petit, car c'est assez rare d'avoir un uke plus grand que son seme.


C'est donc un retournement intéressant et qui du coup me fait pas mal penser à The Tyrant who fall in love(les paris sont ouverts, vais-je réellement tenir jusqu'au 8-9 juillet pour vous en parler et faire mon article sur le tome 1 ?) car dans les deux le uke est celui qui détient la position d'autorité et doit passer son temps à essayer de calmer les ardeurs du seme.


Ce qui m'a surtout séduit dans ce manga ce sont les graphismes, en particulier la manière dont Isa sensei est dessiné, je trouve que l'auteur lui a donné des expressions assez drôle, que ce soit quand il est gêné ou son look détaché-blasé avec la clope au bec.

En plus, on a quelques épisodes assez drôles, comme l'épisode du prof de sport ou le lendemain matin au réveil^^.


J'ai vraiment aimé cette histoire pour son retournement et les péripéties et questionnement qui en découlent. Le personnage d'Isa est vraiment intéressant par son côté terre-à-terre et par le côté adulte que son point de vue apporte à l'histoire.


Ce manga contient aussi une histoire courte intitulée Des Os Incassables, où l'on a cas de relation non initiatique.


Challenge-BD-logo

2/30

 

yaoi = manga écrit en général par des femmes pour un public féminin et mettant en scène des histoires d'amour entre hommes.

seme : le partenaire actif dans la relation.

uke = le partenaire passif.

Repost 0
Published by The Bursar - dans Boy's love
commenter cet article
15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 13:40

Tu-es-a-croquer.jpgJ'avais annoncé hier que je vous parlerai de Hei Sensei ! mais finalement je suis plutôt d'humeur à vous parler de Tu es à croquer(Soba ni Oitene) de Yaya Sakuragi.

 

Yuzu considère depuis toujours Icchan, son meilleur ami qui n'a eu de cesse de le protéger, comme son prince charment et rêve de ce fait d'être une princesse, mais à l'adolescence, c'est le drame, Yuzu fait une poussée de croissance et se retrouve plus grand qu'Icchan d'une taille. Comment Icchan pourrait-il continuer à l'aimer alors qu'il mériterait d'être avec une fille menue qui aurait tout d'une princesse ?

 

Dans ce yaoi, nous sommes en présence d'une histoire entre deux adolescents, amis depuis la plus tendre enfance et qui n'ignorent pas les sentiments qu'ils ont l'un pour l'autre.


Je l'ai trouvé sympa mais sans plus, c'est une histoire un peu délirante, par le fait que Yuzu rêve d'être une princesse ou une femme au foyer et agit de façon à atteindre ce but, or, le problème c'est qu'il est grand et n'a rien de délicat. C'est un peu le drame de l'histoire, il a tout du parfait uke(le personnage passif) sauf le physique.

Ici on a une transposition des codes des Shojo(manga pour jeune fille) dans un cadre yaoi, ce qui crée un effet comique par le décalage, puisque Yuzu prend des cours de cuisine et confectionne chaque jour le Bento(panier repas) de Icchan, ce qui est normalement la conduite d'une amoureuse, et il rêve d'être une princesse(oui, je sais, je l'ai déjà dit mais ça veut vraiment tout dire). Il est même très naïf, puisque ses sentiments pour Icchan sont purement platoniques et c'est Icchan qui va lui faire comprendre pourquoi le prof karate veut désespérément le recruter(le coup du prof de karate est particulièrement drôle), on retrouve aussi chez lui la capacité à baver d'admiration devant son petit-ami, ce qui est un trait d'héroïne de Shojo et non de yaoi. Du coup, il se met dans toutes sortes de situation idiote, donc c'est drôle par le décalage avec les codes habituels mais du coup, ça me laisse un brin insatisfaite, car c'est finalement assez niais, puisqu'on retrouve un peu le côté agaçant des héroïnes de Shojo.


C'est donc sympa, mais il n'y a rien transcendant, les héros n'évoluent pas vrai, Icchan essaie un peu de faire comprendre à Yuzu qu'il n'a pas à être complètement dans son rôle féminin, mais il n'y aura pas d'épiphanie, Yuzu reste complètement efféminé et dépendant d'Icchan du début à la fin.

 

Ce billet inaugure ma participation au challenge BD de Mr Zombi.

 

Challenge-BD-logo

1/30

Repost 0
Published by The Bursar - dans Boy's love
commenter cet article

Citations : Terry Pratchett

Interesting time, p.43
*****
Interesting Time p.19
*****
Le Huitième Sortilège p.87
*****
La huitième Couleur p.91
*****
*****

*****

*****
Apes had it worked out. No ape would philosophize, "The mountains is, and is not." They would think, 'The banana is. I will eat the banana. There is no banana. I want another banana."
Unseen Academicals p.76
*****
'I would like permission to fetch a note from my mother, sir.'
Ridcully sighed. 'Rincewind, you once informed me, to my everlasting puzzlement, that you never knew your mother because she ran away before you were born. Distincly remember writing it down in my diary. Would you like another try ?'
'Permission to go and find my mother ?'
Unseen Academicals,  p.187
*****
'The knees should be covered. It is a well-known fact that a glimpse of the male knee can drive women into a frenzy of libidinousness.'
Unseen Academiacls, p.130
*****
"Lord Vetinari's rules : if it takes an Igor to bring you back, you were dead. Briefly dead, it's true, which is why the murderer will be briefly hanged. A quarter of a second usually does it."
Unseen Academicals, p. 98
*****
"I'm a wizard ! We can see things that are really there, you know,"said Ridcully. " And in the case of the Bursar, things that aren't there too."
Hogfather, p 98

Perdu Dans La Vallée ?

Malakos is here too !!!

Archives

Le mot de l'auteur

 

Bienvenue au sein de la vallée des grenouilles séchées,  blog d'une prof de lettres classiques fan de Star Trek et de Terry Pratchett.
Vous trouverez ici mes impressions sur des ouvrages que j'ai lu, des films qui ont retenu mon attention et parfois des séries.
 
Sur ce, je vous souhaite une bonne navigation mais méfiez-vous d'une chose, j'ai une tendance à m'adresser plus à ceux qui ont lu ou vu ce dont je parle, donc quand ce n'est pas votre cas, évitez de continuer votre lecture quand vous atteignez le paragraphe commençant par "dans le détail" ou voici la partie spoiler mais dans la plupart des cas, les spoilers sont en surlignés.

The Bursar

Et pour me laisser un message sans lien avec un article c'est par là :



 
 

One Challenge to rule them All

logo fondcomble

 

Pour s'inscrire, c'est par là.


Pour consulter les billets publiés par les autres membres de la Communauté ou laisser les liens de vos article, c'est ici.


Pour les logos des différents niveaux c'est là.


Pour les différents logos généraux, c'est ici et .

 


***********************


De mon côté, je vais faire le challenge Valar !

 

Jusqu'ici j'ai peu avancé.

J'ai lu :

The Hobbit

Le Silmarillion

The Fellowship of the Ring

The Two Towers

 

L'adieu au Roi, chansons pour J.R.R. Tolkien

Beowulf

 

 

Challengevalar 2

mes coups de coeur

Mes coups de coeur 2009














Mes coups de coeur 2010

sherlock-holmes-2009

Homère et Shakespeare en banlieue
seigneursOlympe
team medical 01
koi-suru-bo-kun-kaiosha-1
starship troopers
lovely_teacher.jpg
hei-sensei.jpg
rocky-horror-picture-show-posters.jpg
petits meurtres à l'anglaise
galaxy-quest-deluxe-edition-dvd
Couverture-Princesse-Soso.jpg
maurice.jpg
Mes coups de coeur 2011
gemmell legende
bowie labyrinth jim henson movie poster
grammaire
st trinian
Mes coups de coeur 2012
Crimson Spell