Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 20:30

Revenants-de-Whitechapel1.gifPas d'arrêt du train fantôme sur le campus pour moi aujourd'hui, car j'ai laissé chez moi le recueil dont je voulais vous parler et bien-sûr, il n'y a pas moyen de trouver la liste des nouvelles qu'il contenait sur internet(car, oui, je fais partie des gens qui pensent que la liste des nouvelles d'un recueil est une information importante...). Du coup, plutôt que de faire un article que je serais obligée de corriger dans une semaine, je vais vous parler des Revenants de Whitechapel, premier tome des enquêtes extraordinaires de Newbury et Hobbes de George Mann.

 

Présentation de l'éditeur : Bienvenue dans un Londres victorien, étrange et dangereux. Chaque jour, de nouvelles découvertes technologiques viennent améliorer la vie des Londoniens: des dirigeables sillonnent le ciel alors que des automates sont à leur service. Mais sous le vernis du progrès se cachent de sombres événements.


Sir Maurice Newbury et sa charmante assistante Miss Veronica Hobbes doivent enquêter sur le crash d’un dirigeable et la disparition de son pilote automate, tout en investiguant sur les apparitions mystérieuses d’un policier fantôme à Whitechapel...

Comme vous l'aurez compris, ce roman nous offre une enquête dans une ambiance steampunk, avec une touche d'occultisme  et des zombies en prime. Sir Maurice Newbury est un spécialiste de l'occulte et un agent de la Reine Victoria, qui aide les forces officielles pour résoudre certaines affaires délicates. C'est un fervent admirateur du progrès, mais son assistante ne partage pas cette passion, bien qu'elle ait des idées progressistes quand il s'agit de la condition féminine.

L'ensemble est assez satisfaisant, le duo Newbury et Hobbes est intéressant, même s'il est complètement prévisible. L'intrigue est plutôt bien faite, on ne s'ennuie pas vraiment et le mystère est suffissamment bien développé pour que l'on ne puisse pas connaître à l'avance la solution. En plus, l'auteur ne maintient pas le suspens par le seul usage du cliffhanger de fin de chapitre.

C'est une lecture plaisante, je lirai peut-être la suite par curiosité(mais pas tout de suite, car ma pal est vraiment bien remplie en ce moment).
halloween 2011
Repost 0
Published by The Bursar - dans Children of the Night
commenter cet article
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 19:23

affiche-Blood-Forest-The-Seamstress-2009-1.jpgAujourd'hui pour l'arrêt en forêt du train fantôme, je vais vous parler de Blood Forest, film d'horreur que je me suis procurée spécialement pour ce challenge.

 

Suite à la disparition de son père, qui avait une obsession pour des meurtres d'enfants ayant eu lieu des années plus tôt et attribués à un tueur baptisé la couturière(Non, ça n'a aucun rapport avec la guilde du même nom et c'est bien dommage), Allie renoue avec ses anciens amis afin d'essayer de le retrouver. Mais voilà qu'ils se retrouvent bloqués sur l'île où ils se sont rendus et que cette île est sensée être hanté par le fantôme d'une institutrice qui fut lynchée par la population locale, sauf qu'elle était innocente des crimes de la couturière... et maintenant elle veut se venger.

 

Le meilleur de ce film est son affiche : l'intrigue est sans intérêt, les morts ne sont même pas gores(alors qu'on nous promettait un film d'horreur aux confins du sadisme et de la vengeance...)et ça ne fait pas peur.

 

En fait, on avait un concept de départ qui pouvait être sympa : un fantôme qui coue les orifices de ses victimes, mais on voit beaucoup trop  le fantôme, ce qui enlève toute l'attente qui crée la vraie tension dans un film d'horreur. Les personnages sont clichés à souhait, ce qu'ils font également, alors qu'on aurait pu avoir un truc potable avec cette idée d'enquête. Mais non, on se retrouve avec la traditionnelle bande de copains sur une île.

 

Le seul point intéressant de ce film a été ma découverte de James Kirk, je ne saurais pas dire qui c'est  dans le film, mais je trouve assez drôle le fait d'avoir soit choisi ce pseudo, soit d'avoir des parents assez fanatiques pour appeler leur enfant James(Heureusement qu'ils n'ont pas choisi TIbérius...).

 

Donc ce sera un arrêt en forêt pour le moins décevant.

 

halloween 2011

Repost 0
Published by The Bursar - dans Children of the Night
commenter cet article
16 octobre 2011 7 16 /10 /octobre /2011 15:59

martiens.gifAujourd'hui je vais vous parler de Martiens, go home ! de Fredric Brown, que j'avais repéré depuis quelques temps sur la blogosphère et qui vient de m'être conseillé par mon libraire(j'ai enfin officiellement un libraire).

 

Les Martiens ont débarqué, sauf que ce sont des petits hommes verts, intangibles, capable d'apparaître et de disparaître à leur gré, de voir à travers n'importe quelle surface, et n'ayant d'autres buts apparents que de pourrir la vie des humains. En effet, les voyant comme des êtres inférieurs, ils refusent d'établir des liens amicaux avec eux ou de donner la moindre information quant à leurs intentions, par contre, ils les harcèlent, révélant tous les secrets, ne laissant aucune intimité et ridiculisant quiconque croise leur route sans distinction de races ou de classes. Comment le monde va-t-il survivre à une telle catastrophe ? Et surtout, comment s'en débarrasser ?

 

J'ai dévoré ce livre, qui se lit très rapidement et offre une approche très orginale de la rencontre du troisième type, car ces martiens ne sont ni pacifiques ni hostiles, au sens où toute lutte est impossible pour les humains comme pour les martiens. Ces martiens sont une présence mystérieuse donc on ne connaîtra jamais les intentions, ni le degré de réalité. C'est une présence oppressante, mais pas angoissante. Il est simplement impossible de les ignorer, mais aussi d'intéragir avec eux, puisque le contact physique est impossible et le caractère des martiens empêche toute interaction sociale, car ils méprisent tout mais ça ne les empêche pas de rester pour critiquer.

 

C'est un livre assez drôle qui explore les conséquences inattendues d'une telle invasion. Dans certains chapitres, on suit les aventures de Luke Devereux, un auteur de science-fiction en quête d'inspiration mais dans d'autres, on assiste à l'illustration des conséquences de la présence des extra-terrestres, dans le domaine de la criminalité ou au niveau des dirigeants des deux blocs. On sent toutefois que le livre a été écrit par un américain en pleine guerre froide, car au niveau du bloc de l'Est, la présence des martiens apporte presque une amélioration. Le livre se moque aussi des scientifiques et des sectes avec leurs démarches pour expliquer ou résoudre le problème.

 

Ce livre est très savoureux et amène à se poser de nombreuses questions, car il possède une fin assez ouverte, qui permettra au lecteur sa propre explication. Personnellement, je suis fan de l'histoire du Juju.

Repost 0
Published by The Bursar - dans Retour vers le futur
commenter cet article
15 octobre 2011 6 15 /10 /octobre /2011 20:16

les-dents-de-la-nuit-petite-anthologie-vampirique-8616346.jpegAujourd'hui à l'occasion de l'arrêt du train fantôme au cimetière, je vais vous parler de vampires avec deux recueils de nouvelles : Les Dents de la Nuit et Contes de Vampires.

 

Les Dents de la Nuit, sous-titré Petite anthologie "vampirique" est un recueil de nouvelles réunies par S. Cohen-Scali et qui contient :

- La morte amoureuse de Théophile Gautier

- La Dame Pâle d'Alexandre Dumas

- La Famille du Vourdalak d'Alexis Tolstoï

- La Morte de Guy de Maupassant

- L'invité de Dracula de Bram Stoker

- L'Homme du Second de Ray Bradbury

- La Voix du Sang de Richard Matheson

- Processus de Sélection d'Ed Gorman

- Le Rapace Nocturne de Stephen King

- Le Choc de Sarah K.

 

Contes de Vampires contient :

- Le Vampire de Polidori

- La Morte Amoureuse de Théophile Gautier

- Le Mari Vampire de Luigi Capuana.

 

Pour commencer, je dois dire que du premier recueil, j'ai sauté La morte amoureuse et la Dame Pâle, car il s'agit de versions abrégées et je tenais à les lire en version intégrale, ce qui fait que j'ai pu relire la Morte Amoureuse par le biais de l'autre édition, et que je lirai la Dame Pâle, le jour où j'aurai envie de l'acheter. La famille du Vourdalak  et le Rapace nocturne sont également des versions abrégées.

 

contes-vampire.jpgJ'ai énormément aimé le premier recueil, qui a le mérite de mêler oeuvres classiques et oeuvres contemporaines. Autre intérêt, ce sont des nouvelles parfois méconnues d'auteurs connus, c'est ainsi que j'ai pu découvrir L'homme du second, la voix du sang et Rapace Nocturne. Cependant la nouvelle qui m'a le plus marquée est la morte de Maupassant qui a une chute d'une ironie mordante, ce qui fait que je suis désormais complètement réconciliée avec Maupassant, que j'avais toujours cru être rasoir vu que je n'avais pas aimé le Horla.

 

En tous cas, ce recueil présente différentes facettes du vampire et des histoires très variées, mais à mon grand regret, je ne vais pas pouvoir le faire lire à mes élèves, car j'ai découvert que certains parents trouvaient Naruto violent, donc je ne tiens pas à savoir ce qui se passerait s'ils tombaient sur certaines de ses nouvelles, car, dans la dernière, le mythe du vampire est abordé un peu pour son côté sensuel et nous offre une héroïne qui a un "appétit sexuel", et niveau scènes violentes ou trash, on en a dans l'Homme du Second, la Voix du sang et le rapace nocturne, et je ne crois pas qu'il ait des scènes d'automutilation et corps démembrés dans Naruto. Du coup, je suis obligée de renoncer à ce super recueil qui aurait sûrement conquis mes élèves, car là, c'était assez varié pour qu'il y ait au moins une nouvelle à leur goût.

 

Du coup, je ne ferai pas de séquence sur les vampires, car Contes de vampires sur lequel j'avais envie de me rabattre, m'a terriblement ennuyé, à l'exception du mari vampire, qui a un rythme beaucoup plus rapide et se focalise sur un événement surnaturel et est assez drôle par la dérision jetée sur les explications psychanalytiques du phénomène. J'avais déjà lu la Morte amoureuse, il y a des années, mais mon avis n'a pas changé, je n'arrive pas à me passionner pour cette nouvelle, même si le thème du dédoublement est exploité d'une façon intéressante. Le vampire ne m'a pas non plus captivé, car il ne s'y passe pas grand chose et le suspens n'est pas suffisamment entretenu, alors que dans Dracula, Harker va réaliser petit à petit que le Comte est bizarre et s'enfoncer dans l'angoisse à mesure que les détails s'accumulent.

 

Un premier recueil qui vaut le détour et donc je vous recommande particulièrement la morte de Maupassant, qui se lit très vite et qui peut se trouver sur internet.

 

halloween 2011

Repost 0
Published by The Bursar - dans Children of the Night
commenter cet article
14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 19:15

buzzati-recueil.jpgEn ce moment, comme je dois préparer mon cours de 4ème sur la nouvelle fantastique et décider de l'ouvrage à faire lire à mes élèves, j'ai mis la main sur toutes sortes de recueils pour parfaire ma culture en ce domaine, car je ne suis pas une grande lectrice de fantastique ni de nouvelle. Donc aujourd'hui, je vais vous parler d'un recueil de nouvelles de Dino Buzzati publié par les éditions Larousse : Douce Nuit et autres nouvelles cruelles.

 

Ce recueil contient :

- Douce nuit

- L'Oeuf

- La Chute du saint

- L'écroulement de la Baliverna

- Le Frère transformé

- Le Croquemitaine

- L'écueil

- Inventions

 

J'ai choisi ce recueil essentiellement parce que je n'ai rien lu de Dino Buzzati, qui fait partie des références que l'on croise quand on travaille sur le programme de 4ème, et que je n'avais pas réalisé que le K était également un recueil de nouvelles(personne n'a dit que la fnac d'Annecy était un endroit extrêmement riche pour faire son marché). Du coup, j'ai lu ce livre ce matin pendant qu'on changeait un des stores de mon appart, c'est un recueil qui se lit rapidement et qui arrive à susciter l'intérêt, même s'il ne m'avait pas vraiment captivée. Je ne peux pas dire que ces différentes nouvelles m'aient donné envie de lire les recueils dont elles sont tirées, ce n'est pas que c'est mauvais, car certaines histoires sont bien écrites et possèdent une bonne touche d'humour ainsi qu'une certaine noirceur, mais ça m'a bien moins séduite que Maupassant. C'est peut-être dû à la part de cruauté quotidienne qu'on y croise, car ce n'est pas forcément un sujet que j'ai envie de croiser dans mes lectures.

 

Ce sont des nouvelles bien écrites, avec des sujets intéressants. C'est un recueil plutôt bien fait avec une présentation de l'auteur et de son oeuvre, et un dossier pour approfondir sa lecture).

Repost 0
11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 18:20

yamada-taro-01.jpgAujourd'hui je vais vous parler du tome 1 de la série Le Fabuleux destin de Taro Yamada, d'Ai Morinaga.

 

Taro Yamada a tout pour lui, c'est un excellent élève, un sportif accompli, mais malheureusement, il est pauvre et doit trouver des moyens pour nourrir ses nombreux frères et soeurs, tandis que sa mère dilapide leur argent dans des achats d'oeuvres d'art. Un jour, une lycéenne lui offre un sac de farine et une enveloppe d'un million de yen...

 

C'est un manga qui m'a un peu fait penser à Switch Girl, en particulier avec l'histoire du chapitre 2, où la famille de Takako est un peu comme celle de la switch girl, mais cela m'a bien plus séduite, car le héros est moins dans l'excès et surtout est moins superficiel. En effet, il ne cherche pas à cacher sa pauvreté, c'est simplement les autres qui l'imaginent riche à cause de sa discrétion et de ses nombreuses qualités.

 

L'histoire est plutôt sympa, dans le premier chapitre on suit l'épisode du sac de farine et de l'enveloppe, qui nous permet de découvrir le talent très particulier de Taro, tandis que dans le chapitre, on suit Takako, une jeune fille qui voudrait faire un riche mariage afin de quitter son milieu et ne pas devenir aussi vulgaire que ses parents, et qui va jeter son dévolu sur Taro, le croyant riche. J'aime beaucoup cette deuxième histoire, parce que l'on voit l'héroïne se leurrer, car à ce point de l'histoire, le lecteur sait très bien pourquoi Taro apprécie autant les bentô qu'on lui offre.

 

Je me demande ce qui peut se passer dans la suite de ce manga, car le concept et les personnages sont sympas mais un tome est rarement suffisant pour juger d'une série, car il m'est déjà arrivée d'être déçue par la suite prise par une histoire.

Repost 0
Published by The Bursar - dans In the mood for Japan
commenter cet article
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 22:18

zombie_therapie.gifAujourd'hui, à l'occasion de la deuxième étape du train fantôme du challenge Halloween, je vais vous parler de Zombie Thérapie de Jesse Petersen.

 

Le mariage de Sarah et David va mal, ils sont à deux doigts du divorce et suivent depuis six mois une thérapie conjugale mais sans autre succès qu'un considérable allègement de leur compte en banque. Un jour, à l'occasion de leur séance hebdomadaire, leur thérapeute tente de les dévorer et ce n'est pas la seule. Lutter ensemble pour survivre au sein d'une apocalypse zombie sera peut-être la solution à leurs problèmes de couple ?

 

J'ai bien aimé ce livre qui apporte une pointe de changement dans l'horizon de la bit-litt(techniquement on pourrait pinailler sur le terme, mais j'ai encore du mal avec le concept d'urban fantasy), car notre couple de héros n'a rien de très glamour, puisqu'on les découvre à un moment où la magie a cessé de fonctionner. Monsieur passe son temps devant la télé ou les jeux vidéos et laisse la lunette des toilettes relevée, tandis que Madame fait des listes et pinaille sur le moindre défaut de sa moitié. On a une situation qui est assez normal et qui reste jusqu'au bout dans des proportions raisonnables, car, même si la fin est prévisible, nous n'aurons pas pour autant le truc plein de guimauve, où David deviendra un vrai prince charmant qui éblouira Sarah qui sera alors transformée en top model, et personne n'échangera des serments d'amour éternel.

 

Le périple est plutôt drôle avec en prime une rencontre avec des fanatiques religieuses qui amènent à se demander si les hommes ne sont pas pires que les zombies. Le coup  de la thérapeute était pas mal et les titres de chapitres sont souvent assez savoureux, offrant des conseils pour gérer son couple en de telles circonstances.

 

On a une histoire agréable, où tout n'est pas toujours prévisible, et avec un couple intéressant. Je compte lire la suite, mais pas tout de suite, car je suis allée à Dijon ce week-end... 21 Jump Street, c'est sympa.

 

halloween 2011

Repost 0
Published by The Bursar - dans Children of the Night
commenter cet article
1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 19:27

sundayswithvlad.jpgAujourd'hui, histoire d'inaugurer ma participation au challenge Halloween(et avant de retourner tenter de transformer un de mes sims en loup-gaou) je vais vous parler de Sundays with Vald, from Pennsylvania to Transylvaia, One Man's Quest to mess with the World of the Undead de Paul Bibeau.

 

Pour son voyage de noce, Paul Bibeau décide de partir visiter le château de Vald l'Empaleur... ce qui s'avère vite être une erreur, car le lieu n'a rien de touristique, mais de ce premier voyage, une question jaillit : pourquoi la Roumanie n'a-t-elle pas exploité le filon touristique que représente Dracula ? Paul Bibeau va donc se lancer dans une quête pour comprendre comment un dirigeant du moyen-âge est devenu une image connue internationalement.

 

Quand j'ai acheté ce livre, je m'attendais à un récit fictif racontant les aventures loufoques d'un fan de vampire et j'ai eu la bonne surprise de découvrir que ce n'est pas du tout ça. Il s'agit d'une véritable enquête sur l'image du vampire et l'exploitation commerciale de Dracula. Il y a des touches d'humour mais c'est un ouvrage sérieux qui s'intéresse à une question qui a le mérite de sortir de l'ordinaire.

 

L'auteur aborde différent point, le prologue raconte son voyage de noces catastrophique, le premier chapitre s'intéresse à la tentative avortée pour créer un parc d'attraction sur le thème de Dracula en Roumanie, le second s'intéresse aux liens entre Bram Stoker et Vlad l'Empaleur, dans le troisième, Bibeau part sur le site de Dracula Castle, un parc d'attraction du New Jersey qui a été détruit par un incendie. Dans le 4ème, Bibeau s'intéresse au cinéma, en particulier au Nosferatu de Murnau, au Dracula de Coppola, à Bela Lugosi et au film Van Helsing. J'ai trouvé dommage qu'il ne m'aborde absolument pas Christopher Lee et les films de la Hammer. Dans le cinquième, nous partons dans l'univers des jeux de rôles grandeur nature et dans le sixième, dans celui des Vampires de New York, c'est-à-dire les fameux groupes qui se prennent pour des vampires. Dans le septimèe, Bibeau s'interesse à Jonathon Sharkey qui tenta de devenir gouverneur du Minnessota pour le Vampyres, Witches and Pagans Party et avait promis de faire empaler les terroristes, les violeurs, les dealers et les pédophiles. Dans le huitième, on s'intéresse aux vampires qui boivent du sang(parce que tous ne le font pas) et dans le neuvième, aux spécialistes du Dracula littéraire. Ensuite, on passe à la question du marketing et des produits se servant de l'image du vampire pour vendre pour finir sur un nouveau voyage de l'auteur en Roumanie, cette fois en Transylvanie, là où se trouve le chateau du comte dans le livre.

 

sundays-with-vlad-from-pennsylvania-transylvania-one-mans-p.jpgA mon avis, ce qui fait l'un des grands intérêts de ce livre est qu'il nous entraîne dans la vision américaine du tourisme et de cette capacité à faire de l'argent avec n'importe quoi, ce qui est frappant lorsque l'auteur explique qu'il est étonné de ne trouver aucune boutique souvenir au château de Vlad. Par son étude, j'ai découvert pas mal de choses car je ne connais pas l'univers des GN américains ou n'ai eu des aperçus des sectes de vampire que par le biais des séries tv. Cela permet de découvrir l'importance du mythe du vampire aux USA, non pas au sens des superstitions mais des différentes manières dont il a pu être utilisé commercialement et se retrouver présent dans la vie d'êtres humains normaux.

 

C'est un livre que je recommande, car il apporte un bol d'air dans notre univers plein de vampires brillants ou d'histoires d'amour  pleine de guimauves avec des vampires. En effet, il ne sera nullement question de savoir si les vampires existent vraiment ou de partir en quête de récits surnaturels ou de faire un catalogue des attributs du vampire ou de la manière de la tuer. L'auteur étudie simplement comment son image à évoluer et s'est adapté. On revient à Dracula et cela m'a redonné envie de me plonger dans le livre, ce qui fait que je suis en train de le relire par petit bout sur internet via Dracula Blogged, qui repose sur une démarche intéressante : publier les chapitres de Dracula selon leur chronologie. Découvrir le livre sous forme de blog est une expérience intéressante, surtout qu'il y a des cartes. Je ne l'aurais pas découvert si Bibeau n'en avait pas parlé.

 

Une bonne lecture, qui permet de bien commencer le mois Halloween.

halloween 2011

Repost 0
Published by The Bursar - dans Children of the Night
commenter cet article
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 17:23

trinity-blood-reborn-on-mars-volume-1-star.jpgAujourd'hui je vais vous parler de The Star of Sorrow, premier tome de Trinity Blood : Reborn on the Mars, de Sunao Yoshida.

 

Istavan est une ville neutre, situé entre les territoires du Vatican et l'Empire, en apparence sous gouvernement humain mais en vérité sous la coupe du Marquis de Hongrie. Cependant, un groupe de terroristes s'oppose à son pouvoir et le tient responsable de la misère qui règne dans les rues.

C'est dans cette ambiance tendue que le père Abel Nightroad arrive à Istavan où il fait la connaissance d'Esther, une novice qui possède quelques secrets. La situation va vite devenir explosive, car le Marquis de Hongrie s'apprête à accomplir sa vengeance contre le Vatican.

 

Voici donc le premier tome de Reborn on the Mars(et j'ai quelques théories sur l'explication de ce titre), avec l'histoire de l'Etoile de la désolation sur laquelle le manga et l'animé commencent, parce qu'on y découvre Esther, personnage qui introduit une possibilité de romance dans l'histoire(par contre, dans le premier roman, rien n'indique que c'est une possibilité que l'auteur compte exploiter).

 

trinity blood r o m 1 - l etoile de la desolation 370Le roman est plus sombre que le manga ou l'animé, en particulier en ce qui concerne le sort du clergé. L'intrigue est également plus complexe, car le Vatican s'implique beaucoup plus ouvertement, préparant un mouvement de troupes contre la milice d'Istavan.

 

Un autre point de divergence important concerne Abel, car, dans le manga Esther ne découvre sa vraie nature que dans le tome 4 alors que là, elle le découvre durant le combat contre Gyula et d'ailleurs, c'est une partie qui suscite pas mal de nouvelles questions quant à la vraie identité d'Abel, car Gyula réagit d'une façon particulière lorsqu'il comprend qui il est vraiment et cela semble aller bien au-delà du simple fait qu'il soit un Crusnik ou de ce qui est sous-entendus dans le tome 5 du manga. Le plus gênant est que la réponse se trouve certainement dans un des tomes indisponibles de la série.

 

Sinon, concernant ce tome, il est à noter qu'il existe en version française, qui se trouve assez cher vu qu'il s'agit d'un roman court et qui du coup n'a pas du tout dû marcher, car les tomes suivants n'ont pas l'air d'avoir été édité, ce qui est dommage, étant donné que je serais effectivement prête à payer 17euros les tomes qui me manquent suite à la fermeture de la maison d'édition qui les publiait. Il reste le manga et l'animé, mais ce n'est pas pareil. Le roman a une ambiance propre et l'intrigue y est plus approfondie. En plus, le manga n'adapte que la série Reborn on the Mars et l'animé part de Rage against the Moons mais bifurque rapidement sur Reborn on the Mars, ce qui fait que tous les cas, je ne pourrai pas savoir comment finit la lutte entre le Vatican et New Vatican.

 

Cependant, quel que soit le format, Trinity Blood présente une approche intéressante du mythe du vampire.

Repost 0
Published by The Bursar - dans Children of the Night
commenter cet article
7 septembre 2011 3 07 /09 /septembre /2011 19:05

sundome_1.gifAujourd'hui je vais vous parler des quatre premiers tomes de Sundome de Kazuto Okada.

 

Hideo Aiba est le looser-type, élève discret et méprisé par ses camarades. Une des raisons de ce mépris est qu'il fait parti du Roman Club, une sorte de club littéraire où l'on cherche des preuves de l'existence des fantômes ou des extra-terrestres, et qui regroupe certains des individus les plus bizarres du lycée : Katsu, un voyeur, Tatsuya un fétichiste des jambes qui parle à une poupée et l'ancien président qui a une fascination pour tout ce qui est anal. A côté d'eux, Hideo semble normal, mais une nouvelle élève arrive dans sa classe et aussitôt il tombe sous son charme : elle devient l'objet de tous ses fantasmes et une seule chose compte pour Hideo, pouvoir rester à ses côtés. 

 

D'habitude, je me limite au yaoi mais je suis tombée un jour sur les scans de ce manga érotique et cela m'a rapidement plu, ce qui fait que j'ai acheté les quatre premiers tomes et ne le regrette pas. J'ai été assez surprise par ce manga, car, comme c'est érotique, je m'attendais à une histoire avec du sexe à tous les chapitres et des filles à gros seins. Or, il n'y aura pas de sexe, car Kurumi, l'héroïne, le dit tout net à Hideo, même s'il était le dernier homme sur terre, elle ne coucherait pas avec lui et en plus, les membres du club doivent rester vierges. Par contre, il sera abondamment question d'érection et de masturbation, puisque Hideo va passer son temps à être excité par Kurumi et va noué une relation plutôt S/M avec elle, mais du genre maître et esclave, sans qu'aucun fouet ou combinaison de latex soit impliqué. On a bien-sûr le droit à la mini-jupe et à tout ce qu'elle implique, et à une fille au gros seins, mais dont c'est une caractéristique qui est bien employé.

 

sundome2.jpgDans les différents tomes, on suit l'étrange relation qui se noue entre Hideo et Kurumi. Dans le premier tome, j'ai suivi la situation avec une étrange fascination, car les débuts sont assez cruels, Kurumi testant jusqu'où Hideo est  près à aller, ce qui fait que j'ai lu ces chapitres avec une certaine anticipation, car on se demande quel nouveau défi cruel elle va réussir à trouver. Mais les choses évoluent rapidement et les défis complètement sadiques cessent, même si on a de temps à autres des demandes humiliantes. Cette évolution est liée à l'arrivée d'un nouveau personnage dans leclub : Kyouko, la fille canon aux gros seins sans cervelle qui est jalouse de la popularité de Kurumi et qui va se mettre à traîner avec nos  otakus du Roman club. A partir de son arrivée, les choses prennent un tour intéressant, car le club va se mettre à organiser des expéditions en quête de fantômes et d'extraterrestres, ce qui donne des situations assez drôles.

 

Les personnages sont en fait assez intéressants, car certains sont des clichés comme Tachan qui est le pervers furtif, ou Aideo qui est l'élève-fantôme, mais l'auteur ne se limite pas à ce cliché et arrive à développer ses personnages, j'aime beaucoup l'évolution de Katsun et de Kyouko, la situation devenant assez drôle dans le 4. Les personnages sont assez attachants, car ce sont des loosers mais ils ne sont pas déconnectés de la réalité.

 

Je compte acheter les tomes suivants, car j'aimerais beaucoup percer le mystère qui entoure Kurumi et voir comment les choses évoluent pour le Roman club.

Repost 0
Published by The Bursar - dans In the mood for Japan
commenter cet article

Citations : Terry Pratchett

Interesting time, p.43
*****
Interesting Time p.19
*****
Le Huitième Sortilège p.87
*****
La huitième Couleur p.91
*****
*****

*****

*****
Apes had it worked out. No ape would philosophize, "The mountains is, and is not." They would think, 'The banana is. I will eat the banana. There is no banana. I want another banana."
Unseen Academicals p.76
*****
'I would like permission to fetch a note from my mother, sir.'
Ridcully sighed. 'Rincewind, you once informed me, to my everlasting puzzlement, that you never knew your mother because she ran away before you were born. Distincly remember writing it down in my diary. Would you like another try ?'
'Permission to go and find my mother ?'
Unseen Academicals,  p.187
*****
'The knees should be covered. It is a well-known fact that a glimpse of the male knee can drive women into a frenzy of libidinousness.'
Unseen Academiacls, p.130
*****
"Lord Vetinari's rules : if it takes an Igor to bring you back, you were dead. Briefly dead, it's true, which is why the murderer will be briefly hanged. A quarter of a second usually does it."
Unseen Academicals, p. 98
*****
"I'm a wizard ! We can see things that are really there, you know,"said Ridcully. " And in the case of the Bursar, things that aren't there too."
Hogfather, p 98

Perdu Dans La Vallée ?

Malakos is here too !!!

Archives

Le mot de l'auteur

 

Bienvenue au sein de la vallée des grenouilles séchées,  blog d'une prof de lettres classiques fan de Star Trek et de Terry Pratchett.
Vous trouverez ici mes impressions sur des ouvrages que j'ai lu, des films qui ont retenu mon attention et parfois des séries.
 
Sur ce, je vous souhaite une bonne navigation mais méfiez-vous d'une chose, j'ai une tendance à m'adresser plus à ceux qui ont lu ou vu ce dont je parle, donc quand ce n'est pas votre cas, évitez de continuer votre lecture quand vous atteignez le paragraphe commençant par "dans le détail" ou voici la partie spoiler mais dans la plupart des cas, les spoilers sont en surlignés.

The Bursar

Et pour me laisser un message sans lien avec un article c'est par là :



 
 

One Challenge to rule them All

logo fondcomble

 

Pour s'inscrire, c'est par là.


Pour consulter les billets publiés par les autres membres de la Communauté ou laisser les liens de vos article, c'est ici.


Pour les logos des différents niveaux c'est là.


Pour les différents logos généraux, c'est ici et .

 


***********************


De mon côté, je vais faire le challenge Valar !

 

Jusqu'ici j'ai peu avancé.

J'ai lu :

The Hobbit

Le Silmarillion

The Fellowship of the Ring

The Two Towers

 

L'adieu au Roi, chansons pour J.R.R. Tolkien

Beowulf

 

 

Challengevalar 2

mes coups de coeur

Mes coups de coeur 2009














Mes coups de coeur 2010

sherlock-holmes-2009

Homère et Shakespeare en banlieue
seigneursOlympe
team medical 01
koi-suru-bo-kun-kaiosha-1
starship troopers
lovely_teacher.jpg
hei-sensei.jpg
rocky-horror-picture-show-posters.jpg
petits meurtres à l'anglaise
galaxy-quest-deluxe-edition-dvd
Couverture-Princesse-Soso.jpg
maurice.jpg
Mes coups de coeur 2011
gemmell legende
bowie labyrinth jim henson movie poster
grammaire
st trinian
Mes coups de coeur 2012
Crimson Spell