Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 12:49

logo argonath

 

Avec les vacances de Noël, j'ai enfin le temps(et une connexion internet...)pour faire le récapitulatif des billets de The Middle-Earth Challenge. J'ai comme bonne résolution pour 2012 de le maintenir à jour... Ce qui m'amène à la seconde nouvelle du jour : Resmiranda et moi avons décidé de prolonger le challenge d'une année, avec un seul changement, à savoir que c'est désormais dans les commentaires de ce billet qu'il faudra me signaler vos nouveaux billets, puisque Resmiranda n'a malheureusement plus le temps de s'en occuper.


 

Les billets des participants

 

logo carte


 Les livres


Bilbo le Hobbit

Setsuka, Olya , Taline , Calenwen , Flo , Lebonsai , Ellcrys , Azariel , lebonsai ,  Jana , Sofynet , Clairdelune , Laure , Maria Russia , Talinou , Craklou , Chinchilla , Folfaerie , Taliesin , The Bursar , Celine , Julien le naufragé, Maribel, Eirilys, Acro,

 

La communauté de l'anneau

Karline ,  Le bonsai , Calenwen , Flo , Ellcrys , Clairdelune , Olya , Sollyne , Acro , Setsuka , Petite étoile Sadique , Jana , Taliesin , Morrison, The Bursar, Julien le naufragé, Nathalie, Shaya, Vanoou, Eirilys,

 

Les deux tours

Karline , Ellcrys , Olya , Calenwen , Flo , Morrison, Taliesin, The Bursar, Jana, Acro, Eirilys,


Le retour du roi

Karline , Ellcrys , Olya , Calenwen, Jana, Taliesin, Acro,Eirilys,

 

Le silmarillion

Misty dog , Taliesin , Céline , Folfaerie ,  Isil , Yueyin, Eirilys , Louisemiches , Shaya , Valentine , The Bursar , Calenwen , Flo, Sollyne, Acro,

 

Contes et légendes inachevés - Premier âge

Setsuka , Céline , Taliesin , Folfaerie , Shaya , Isil , Valentine , Calenwen

 

Contes et légendes inachevés - Deuxième âge

Taliesin , Céline , Folfaerie , Calenwen

 

Contes et légendes inachevés - Troisième âge

Calenwen, Taliesin,

 

****HOME**** 

Le livre des contes perdus

Calenwen

 

Le premier livre des contes perdus

Isil

 

Les Lais du Beleriand

Calenwen, 

 

La formation de la Terre du Milieu

Calenwen  ,

 

La route perdue

Calenwen, 

******** 

Les enfants de Hurin

Vanou, Frankie, Calenwen,

 

La légende de Sigurd et Gutrun

Calenwen,

 

Lettres au père Noël

Valentine , Olya , Calenwen,

 

Lettres

Calenwen,

 

Roverandom

Olya, Calenwen, Folfaerie,

 

Monsieur Merveille

Calenwen,

 

Faerie et autres textes

Calenwen, Acro,

 


Cahier de croquis du Seigneur des Anneaux – Alan LEE

Acro

****oeuvres sur Tolkien ou l'ayant inspiré***** 

Beowulf

Isil , Yueyin,

 

Chansons pour J.R.R. Tolkien - L'adieu au roi-Collectif

The bursar

 

Méditation sur la Terre du Milieu - Collectif

Valentine,

 

L'Edda

Isil, Calenwen,

 

JRR Tolkien, une Biographie de Humphrey Carpenter

Isil , Yueyin, Calenwen,

 

Tolkien and C.S. Lewis de Colin Duriez

Folfaerie,

 

Sur les rivages de la Terre du Milieu de Vincent Ferré

Calenwen,

 

Le kalavela, Elias Lönnrot

Flo

 

logo One ring

Les films


La communauté de l'anneau

Shaya , Olya

 

Les deux tours

Shaya , Olya

 

Le retour du roi

Shaya,

 

PS : Le billet n'est pas encore à jour, car aujourd'hui je n'ai fait que reprendre la liste qui existait chez Resmiranda en y ajoutant les différents liens laissés sur son blog et le mien. Je ferai le tour des blogs demain pour récupérer tous les billets manquants, donc s'il manque certains de vos billets, ne vous inquiétez pas, je compte réparer l'erreur d'ici une date incertaine. Par contre, si vous tombez sur des liens morts, n'hésitez pas à me le signaler.

PS 2 : j'en suis actuellement à la lettre M de mon reader pour les mises à jour.

Repost 0
4 décembre 2011 7 04 /12 /décembre /2011 10:15

agamemnon.gifAujourd'hui je vais vous parler de l'Agamemnon d'Eschyle, première partie de l'Orestie, tétralogie représentée en 458, dont il ne nous reste plus que les trois tragédies, puisque le drame satyrique Protée a disparu comme une bonne partie des pièces d'Eschyle.

 

Depuis dix ans, les habitants d'Argos attendent le retour de leur roi et de l'armée qu'il a mené à Troie pour récupérer Hélène. La crainte règne dans les coeurs : si Troie tombe, leurs guerriers réussiront-ils à jouir de leur victoire ou dépasseront-ils la mesure, provoquant ainsi la colère des dieux ? Ou bien, la justice pour des crimes passés finira-t-elle par les rattraper ?

A l'annonce de la victoire sur Troie, l'inquiétude est plus présente que l'espoir, d'autant qu'au coeur du palais, quelqu'un n'a pas oublié le crime d'Agamemnon : le sacrifice de la pure Iphigénie pour apaiser les vents et permettre d'aller récupérer la femme de plus d'un homme.

 

A l'occasion de la préparation de mes cours d'histoire de l'art, j'ai décidé de me replonger dans le théâtre grec et quoi de mieux que l'Orestie pour aborder le thème d'Art, État et pouvoir ?

 

Je me suis très vite rappelée pourquoi je ne lisais plus d'auteurs grecs : j'ai tenu treize pages avant de craquer et de sortir le Bailly, un carnet et de me mettre à faire le commentaire du texte... J'ai désormais de très intéressantes notes sur la χάρις chez Eschyle et le rapport qu'il existe entre elle et l'idée de "souffrir pour comprendre", j'ai aussi quelques détails sur le vocabulaire du désir et les épithètes utilisés pour qualifier Clytemnestre et Hélène...

et c'est comme ça qu'on met 5 heures pour lire une pièce de 60 pages...

 

agamemnon.jpgLe bilan de tout cela est que le style d'Eschyle est toujours aussi fascinant que ce soit par son usage des métaphores maritimes, sa capacité à exprimer l'angoisse de l'attente ou sa description de l'horreur de la guerre. La quête de la gloire fait pâle figure face à ces soldats qui regagnent leur patrie dans des urnes, au sang innocent versé pour récupérer la femme d'un autre, et pire, pour récupérer une adultère partie de son plein gré.

Eschyle montre toute l'absurdité de la guerre de Troie d'une façon terriblement émouvante, puis petit à petit on glisse vers l'inévitable châtiment d'Agamemnon, car l'hybris des vainqueurs, crainte au début de la pièce, se concrétise avec l'apparition du héraut, puis d'Agamemnon : l'armée n'a su profiter de la χάρις offerte par les dieux et a châtié Troie au-delà de ce que le crime de Pâris exigeait, le châtiment divin se fait alors inévitable.

La fin de la pièce nous montr l'apogée de la catastrophe avec la chute du pouvoir légitime et son remplacement par un nouveau pouvoir fondé uniquement sur la force, mais qui se sert d'une prétendue vengeance pour légitimer son acte. Pour assouvir sa vengeance Clytemnestre a été prête à tout, y compris à sacrifier sa cité.

 

C'est une pièce sombre et magnifique, où le lecteur assiste à l'accomplissement d'un destin que rien ne peut empêcher malgré les avertissements de Cassandre.


PS : je ne faisais que passer, cet article ne veut pas dire que je vais avoir le temps de répondre à mes commentaires et de publier à nouveau.

Repost 0
Published by The Bursar - dans Chante - déesse...
commenter cet article
29 novembre 2011 2 29 /11 /novembre /2011 11:15

En ce moment, je suis complètement débordée à cause des formations, réunions, paquets de copies et bulletins à remplir et bien que je continue à lire, je n'ai plus le temps de chroniquer. La semaine prochaine devrait être plus calme, donc j'espère trouver le temps de vous parler de mes dernières acquisitions mangas, du dernier Terry Pratchett et des Annales de la compagnie noire.

En attendant, je vous invite à aller jeter un oeil sur ce webcomic dessiné par petite étoile sadique et qui nous entraîne dans le quotidien de deux otakettes et de leur malheureux colocataire, C.Q.N.P.G.

 

 

http://3.bp.blogspot.com/-c7n6e8QBDg4/Tq2VK-G4wxI/AAAAAAAABWQ/dTI1NMdZMJw/s1600/banni%25C3%25A8re.JPG

 

Bonne lecture et à bientôt !

Repost 0
6 novembre 2011 7 06 /11 /novembre /2011 13:32

nAujourd'hui je vais vous parler de N. ou M. d'Agatha Christie.

 

Nous sommes en 1940, peu de temps avant la débâcle française. Tuppence et Tommy Beresford aimeraient participer à l'effort de guerre, sauf qu'à l'armée ou dans les hôpitaux on ne veut plus que des jeunes. Mais un jour, Tommy est recontacté par l'Intelligence Service pour aider à démasquer des agents de la cinquième colonne qui se sont infiltrés dans tous les rouages de l'Etat et empêcher un débarquement allemand en Angleterre. Tommy et Tuppence se retrouvent infiltrés dans une petite pension dans un village très calme de la côte à la recherche d'un espion ayant pour nom de code N. ou M.

 

Comme je l'ai sûrement déjà dit, j'aime beaucoup le couple Beresford et ce fut un plaisir de les retrouver dans une aventure se déroulant plusieurs années après Associés contre le crime et le crime est notre affaire.

 

Ils sont à présent parents de deux enfants qui sont  occupés à servir leur pays, et  sont pris de nostalgie, en pensant aux aventures vécues durant leurs jeunes années. Cela donne du coup quelques scènes assez drôles par l'écart qu'il y a entre les aventures qu'ils vont vivre et l'idée que leurs enfants se font de la manière dont ils passent leur temps.

 

L'enquête est plaisante, la pension offre toute une galerie de suspects plausibles et nos deux héros sont toujours aussi drôles, même si cette fois, nous n'avons pas eu droit à la tentative d'imitations de grands détectives. On retrouve cependant des éléments propres aux intrigues des Beresford en particulier au niveau du dénouement.

 

C'est un livre intéressant qui nous entraîne dans une chasse aux espions au début de la seconde guerre mondiale où personne ne sait comment la guerre va finir, puisque le livre fut publié pour la première fois en 1941. En tous cas, je ne me lasse pas du couple Beresford et j'ai vraiment envie de lire le reste de leurs aventures.

Repost 0
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 14:17

vacances_de_jesus_et_bouddha_001.jpgAujourd'hui, je vais vous parler des deux premiers tomes des Vacances de Jésus & Bouddha d'Hikaru Nakamura.

 

Après avoir bien travaillé à l'occasion de la fin du deuxième millénaire, Jésus et Bouddha décident de prendre des vacances sur la terre pour se reposer. Ils partagent alors un petit appartement à Tokyo et découvre les merveilles de la vie d'une 21ème siècle, tout en essayant de respecter leur budget.

 

Il y a quelques mois, lors de la sortie du premier tome, après avoir lu des critiques élogieuses de ce manga, j'ai eu envie de le découvrir et je dois dire que je ne l'ai pas regretté, les deux héros sont attachants : Jésus qui est porté sur les achats compulsifs et a une fascination pour Johnny Deep parce qu'il lui ressemble et Bouddha qui reste zen quoi qu'il arrive mais qui émet de la lumière lorsqu'il est contrarié. 

 

C'est un manga léger, avec des histoires assez drôles, car les intrigues n'ont rien d'exagérées. On suit les efforts de Jésus et Bouddha tandis qu'ils essaient de se fondre dans la masse et de découvrir le quotidien des mortels, ce qui n'est pas toujours facile, car parfois leur sainteté leur joue des tours, comme lorsque Jésus transforme son t-shirt en nouveau voile de Véronique. 

 

Jesus-2.jpgLe tome 2 est aussi bon que le premier et en plus, on y retrouve à nouveau le yakuza qui prend Jésus pour le fils d'un parrain de la mafia, qui je l'espère, sera encore présent dans la suite de leurs aventures, car ses méprises sur Jésus sont très savoureuses. Je suis fan de l'incident dans la boutique de costume.

 

Ces histoires sont vraiment sympas et ne parlent pas de religion. Les deux personnages sont en vacances et ne cherchent pas à transmettre une doctrine, par contre, on a droit à des commentaires sur des épisodes importants de leur vie, mais de façon assez drôle, car leur manière de voir les choses n'est pas toujours la même que celle de leurs fidèles. Les problèmes de Bouddha avec ses représentations sont souvent assez drôles.

 

J'aime beaucoup le décalage entre les deux personnages, car Jésus est assez distrait et insouciant, très fan des nouvelles technologies et surtout des ordinateurs, alors que Bouddha est plus posé, toujours prêt à faire un acte d'ascèse et préfère les objets utiles.

 

C'est une bonne série dont j'attends la suite avec impatience.

 

Repost 0
Published by The Bursar - dans In the mood for Japan
commenter cet article
31 octobre 2011 1 31 /10 /octobre /2011 10:08

contes-mephitiques.gifAujourd'hui dans le cadre du challenge Halloween 2011, je vais vous parler de Contes méphitiques, un recueil de nouvelles fantastiques qui propose des oeuvres peu connues d'auteur du dix-neuvième siècle.

 

Ce recueil contient :

- L'expédition de Georges Dobson en Enfer et Le Familier des tourbières noires de James Hogg.

- Un chapitre dans l'histoire d'une famille de Tyrone et le rêve de l'ivrogne de Joseph Sheridan Le Fanu

- Sandy le rétameur de Charlotte Riddell

- L'homme au nez de Rhoda Broughton

- Les confessions de Pelino Viera de William Henry Hudson

- La tordue de Robert Louis Stevenson

- Aux flux et reflux des marées, Pauvre vieux Bill et Au crépuscule de Lord Dunsany.

 

Dans l'expédition de Georges Dobson, le rêve de l'ivrogne et Sandy le rétameur, le fantastique s'invite par le biais de rêves où les héros visitent les enfers et sont persuadés de s'y être véritablement rendu. Le familier des tourbières noires est une histoire de haine qui tourne à l'obsession, tandis que dans la tordue, le diable est au rendez-vous. L'homme au nez et un chapitre dans l'histoire d'une famille de Tyrone mettent en scène des jeunes mariés, dans un cas, la jeune mariée craint d'être enlevé par un homme mystérieux, tandis que dans l'autre, elle constate d'étranges changements chez son époux. Les confessions de Pelino Viera nous entraîne à la découverte des sorcières d'Argentine, tandis que les trois nouvelles de Lord Dunsany nous offrent des rêves et des contes de marins.

 

C'est un recueil intéressant avec des histoires variées, mais il ne m'a pas non plus conquise, car je ne suis pas très portée sur le fantastique. J'ai cependant bien aimé Aux flux et reflux des marées, qui est plein de tristesse et amène à prendre en pitié cet être qui n'a droit à aucun repos. La tordue de Stevenson présente l'intérêt d'être écrite en patois, ce qui donne un côté pittoresque à son récit.  Le recueil manque un peu de fantômes par contre, car c'est surtout le diable qui est à l'honneur, et je n'aurais rien eu contre une bonne histoire de revenant.

Chaque nouvelle est précédée d'une présentation de son auteur, ce qui permet de découvrir les liens unissant une partie d'entre eux.

 

Ce billet clôt ma participation au challenge Halloween 2011.

 

halloween 2011

Repost 0
Published by The Bursar - dans Children of the Night
commenter cet article
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 23:30

g_gundam.jpgAujourd'hui je vais vous parler des épisodes 11 à 24 de Mobile Fighter G Gundam.Attention cet article peut contenir des spoilers.

 

Dans le futur, la terre a été désertée au profit de colonies spatiales et pour maintenir la paix, le dirigeant des colonies est choisi par le biais d'une lutte entre des pilotes de Gundam. Domon Kasshu, le champion de Néo-Japan, a d'autres motivations  il doit remporter le tournois pour obtenir la libération de sa père qui a été mis en stase pour le punir des expériences qu'il a mené. En effet, lui et Kyoji, le frère de Domon, ont tenté de créer un Gundam invincible, capable de se régénérer et d'assimiler d'autres organismes. Ses expériences ont réussi mais Kyoji s'est emparé de ce gundam, le transformant en Devil Gundam. Pour libérer son père, Domon doit remporter le tournois et arrêter le Devil Gundam.

 

Dans mon précédent billet, je vous avais parlé du début de la série où on assiste essentiellement aux combats entre Gundam dans le cadre des 13ème championnats. Dans les épisodes 11 à 24, les Gundam Fights deviennent secondaires, l'essentiel de l'intrigue tourne autour de la lutte entre Domon et le Devil Gundam.

 

God-et-Shining-gundam.jpgDans l'épisode 12, Master Asia fait enfin son apparition, mais il va vite apparaître que Master Asia n'est plus du côté des gentils, il est d'ailleurs parti pour être le grand méchant de la série. Dans l'épisode 15, on découvre the Shuffle Alliance et la signification du roi de coeur(Domon, étant le roi de coeur qui a succédé à Master Asia). Un mystérieux allié va ensuite faire son apparition, Schwartz Bunder, le pilote de Neo Germany, il va aider Domon à maîtriser le Super Mode de son Gundam mais va conserver son mystère, car il est toujours masqué et ne dévoile jamais ses projets.

 

L'épisode 24 qui marque la fin de la lutte contre le Devil Gundam est un bon épisode, j'ai adoré le passage du Shining Gundam au God Gundam et ce qui se passe entre Rain et Domon.

 

Cependant, j'ai été un peu déçue par la faiblesse scénaristique de ces épisodes, car on se retrouve dans un univers manichéen, avec d'un côté Domon et ses alliés et de l'autre, le Devil Gundam et Master Asia. Il n'y a pas cette complexité que l'on trouve dans les autres séries, où il n'y a pas vraiment de bon camp et où les personnages réellement noirs sont assez peu nombreux.

 

standard-anime-mobile-fighter-g-gundam.jpgPour les bons côtés, dans cette partie, on suit la progression spirituelle de Domon, qui va devoir apprendre à maîtriser ses émotions et à ne pas céder à la colère pour activer le Super Mode de son Gundam. Son cheminement initiatique est intéressant, même s'il n'est pas très élaboré. Autre point important est le rapprochement entre Domon, Chibodee, George, Argo et Saï Saici, qui vont devenir des alliés tout en conservant une grande rivalité, puisqu'à la fin, il ne peut y avoir qu'un vainqueur.

 

Malgré quelques déceptions, je continue d'apprécier cet animé, qui promet des moments cultes dans les épisodes à venir, car ce sont les derniers grands tournois qui promettent des Gundams très Kitsch. J'ai vraiment hâte de voir ce que peut donner le Hollanda Gundam dans un combat, car je reste sur le fait qu'un moulin n'est pas une forme pratique pour un Gundam(mais le Gundam espagnol n'a pas non plus l'air super efficace).

 

Aux vacances de Noël, je vous parlerai de la suite.

Repost 0
Published by The Bursar - dans J'aime les méchas
commenter cet article
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 12:12

quitte-rome.jpgAujourd'hui je vais vous parler de Quitte Rome ou meurs, roman épistolaire de Romain Sardou.

 

Présentation de l'éditeur : An 62 après J-C Néron règne en despote sur l'empire romain. Pour l'avoir offensé, le jeune patricien Marcus, condamné à mort, doit fuir Rome et ses plaisirs.  Trahi par sa famille, coupé de ses partisans, Marcus n'a plus qu'un seul allié, le grand philosophe Sénèque, avec qui il entame une correspondance secrète.

 Tout en déjouant les pièges de ses poursuivants, Marcus, jusque-là frivole et impétueux, va être guidé par les lettres de son illustre ami vers la réponse à cette question essentielle : qu'est-ce que vivre et comment être heureux ?

 

Nous avons là un roman philosophique qui nous entraîne dans la pensée de Sénèque, car Romain Sardou choisit d'exploiter certaines obscurités des Lettres à Lucilius, comme le fait que l'on ne dispose d'aucune de ses lettres et qu'il n'est pas certain qu'il s'agisse d'une véritable correspondance. Faire de Marcus le véritable destinataire des lettres amène une histoire intéressante, car on suit son parcours spirituel, ses errements, tout en ayant le plaisir de retomber sur certaines des véritables lettres de Sénèque et de plonger dans l'ambiance qui règne à Rome au temps de Néron. Je trouve très intéressant, cette intrigue créée à partir du silence de Lucilius.

 

Romain Sardou respecte très bien le ton des lettres de Sénèque et écrit un livre convaincant qui donne l'impression d'avoir une vraie correspondance, dans un style tout à fait approprié. La philosophie de Sénèque y est exposée convenablement, d'une façon qui correspond assez bien à ses véritables textes.

 

Ce livre est donc une bonne découverte et m'a donné envie de me replonger dans les lettres à Lucilius et surtout de les découvrir dans leur intégralité.

 

Repost 0
Published by The Bursar - dans Chante - déesse...
commenter cet article
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 16:46

auberge-rouge.gif

Aujourd'hui je vais vous parler de L'Auberge rouge d'Honoré de Balzac(oui, je suis toujours dans le programme de 4ème...).

 

Au cours d'un dîner, un négociant allemand raconte un fait divers survenu trente ans plus tôt dans une auberge du Rhin, où un riche négociant, qui partageait la chambre de deux jeunes Français est retrouvé décapité. Se pourrait-il que le coupable se trouve parmi l'assistance ?

 

Tout d'abord, il faut savoir que ce livre n'a aucun rapport avec le film l'auberge rouge, bien que certaines éditions se servent de l'affiche du film pour vendre le livre. Balzac ne s'inspire pas d'un fait réel pour raconter cette histoire qui sous des airs de roman policier va amener une question morale digne du Cid.

 

En lisant les premières pages, j'ai eu quelques appréhensions, car le style de Balzac y apparaissait dans toutes sa lourdeur, avec d'abondantes généralisations comme par exemple :

 

"Nous ne connaissons point d'homme qui se soit encore attristé pendant la digestion d'un bon dîner. Nous aimons alors à rester dans je ne sais quel calme, espèce de juste milieu entre la rêverie du penseur et la satisfaction des animaux ruminants, qu'il faudrait appeler la mélancolie matérielle de la gastronomie."

 

Je dois dire que c'est un point de Balzac qui a une tendance à me détourner de ses livres, mais une fois les faits posés, le drame se met en place et l'histoire avance dans un style plus agréable avec un crime sanglant puis quelques surprises dans la deuxième partie du récit. J'ai énormément aimé la chute.

 

Par moment, le style m'a amusée, surtout lorsque Balzac ne décrit pas la femme de l'aubergiste :

 

"Une grosse petite femme, ayant le bonnet de velours noir, la pièce d'estomac bleu et argent, la pelote, le trousseau de clefs, l'agrafe d'argent, les cheveux tressés, marques distinctives de toutes les maîtresses d'auberges allemandes, et dont le costume est, d'ailleurs, si exactement colorié dans une foule d'estampes, qu'il est trop vulgaire pour être décrit, la femme de l'aubergiste donc, fit patienter et impatienter les deux amis avec une habileté fort remarquable."

 

C'est une nouvelle agréable, qui pourra réconcilier avec Balzac, car il n'y a pas d'interminables descriptions dans ce livre et le comportement des personnages n'est pas atrocement prévisible.

 

 C'est une nouvelle qui est extraite du recueil Le chef d'oeuvre inconnu. J'ai eu plaisir à la lire, ce qui change, car j'avais vraiment détesté les illusions perdues, que j'ai dû abandonné au milieu du deuxième tome.

Repost 0
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 13:11

artlimited_img7581279.jpg

Lundi je suis allée faire un saut à Paris pour voir l'exposition Pompéi, un art de vivre, qui se déroule au musée Maillol du 21 septembre au 12 février. J'ai trouvé l'exposition intéressante, vu que je ne suis jamais allée à Pompéi ou à Naples. Cette exposition m'a permis de voir enfin des fresques romaines autrement qu'en reproduction, ce qui est effectivement assez différent.

Par contre, le site du musée  a comme phrase d'accroche : "L’exposition invitera le visiteur à circuler dans cette maison comme si elle était sienne, créant pour un instant l’illusion, malgré les 2000 ans qui nous séparent, d’être les invités des maîtres de maison." et je ne suis pas exactement d'accord, car en visitant, on a assez peu l'impression de se trouver dans une maison romaine. L'organisation par salle est en effet thématique, mais ce sont uniquement des vitrines. Il n'y a pas vraiment de reproduction d'une salle telle qu'elle aurait pu être. Sans compter que si on ne prend pas l'audioguide, il n'y a quasiment pas d'informations écrites, ce qui fait qu'on sent le côté commercial de cette exposition, qui atteint son comble dans la boutique souvenir, où il est presque impossible de trouver quelque chose qui n'a pas de rapport avec l'exposition même, ce qui fait qu'on ne pourra pas y trouver le dvd du documentaire de la BBC ou des ouvrages sérieux sur la catastrophe ou l'histoire de Pompéi. Du coup, j'ai acheté l'album de l'exposition, l'édition spéciale du Figaro qui en parlait, un livre qui permet de voir les ruines et leur reconstitution par des calques superposés et Fièvre électorale à Pompéi de Karl-Wilhelm Weeber.

 

Ensuite c'est une exposition qui attire pas mal de monde, ce qui n'est pas forcément agréable à l'intérieur, en tous cas, il vaut mieux acheter ses billets à l'avance pour ne pas avoir à faire la queue à l'entrée.

 

C'est une exposition qui vaut la peine à cause des fresques qui ont été prêtée par le musée de Naples, mais j'ai été très déçue par la salle sur l'érotisme, car le contenu était assez sage et il n'y avait même pas d'exemples de céramique érotique(j'aime les représentations de Banquet).

 

Cependant, j'ai aussi profité de ma venue à Paris pour faire un tour chez Gibert, ce qui fait que je me suis vite retrouvée les bras chargés de livre, vu que leur rayon antiquité est certainement un des mieux remplis de France(mais fait cependant pâle figure par rapport à celui de la librairie Blackwell à Cambridge). Voilà le bilan de mes achats avec quelques intrus issus d'amazon et de l'expo Pompéi :

 

SDC15027.JPG

J'ai fait quelques achats pour mes cours de latin avec :

- Vous reprendrez bien un peu de latin de Claude Terreaux

- trésors des racines latines, parce que j'ai des fanatiques de l'étymologie dans mes élèves

- une anthologie d'épitaphes latines, deux ouvrages de citations latines commentées pour enrichir mes phrases du jour et faire autre chose que comment dire je ne suis pas en train de voler cette voiture, je fais mes devoirs de mécanique.

J'ai aussi eu des achats plaisirs en découvrant une nouvelle collection de traduction tentant de rendre le caractère obscène de certains textes latins, ce qui fait que je possède maintenant : Martial ou l'épigramme obscène et Catulle ou l'invective sexuelle. Pour Catulle, je possèdais déjà une traduction mais la nouvelle vaut vraiment le détour. J'ai aussi mis la main sur Lasciva venus, petit guide de l'amour latin de Michel Dubuisson, qui m'a séduite parce qu'il s'intéresse à des questions lexicales et donc à leur intéprétation, puisque l'intérêt des textes obscènes antiques est justement dans le fait que leur degré de vulgarité est sujet à interprétation et dépend du traducteur, ce qui fait que l'on est toujours face à des énigmes.

Après, j'ai trouvé quelques romans historiques d'occasion :

- The Gates of Rome, 1er tome de la série Emperor qui a pour héros Jules César.

- A vote for Murder, A Marcus Corvinus Roman Mystery, série que je ne connais pas mais à 2euros, ça pouvait être intéressant d'essayer.

J'ai aussi profité de l'occasion pour acheter la suite d'Ilium et le tome qui me manquait des enquêtes de Lincoln Rhyme.

Au rayon manga, j'ai pu trouvé le tome 3 de Gundam Wings, série que je suis en train d'essayer d'acquérir ce qui n'est pas facile vu que c'est un manga qui commence à dater et que les Gundams n'ont pas un degré de popularité tel que l'on puisse s'attendre à une réédition. Comme à ce moment-là, j'avais déjà beaucoup de livres, je n'ai pas été plus loin dans mes achats mangas, alors qu'il y avait d'autres mangas tirés de Gundam et plein d'Evangelion en occasion.

 

Après, j'ai bien-sûr dû aller acheter un sac, puisque nous sommes allés chez Gibert avant d'aller à l'exposition, ce qui fait que j'ai maintenant un sac à livre... et des stylos rouges(oui, j'ai aussi profité du passage éclair au rayon papeterie pour me réapprovisionner.

 

Au niveau des intrus, vous aurez remarqué la présence de Snuff que je me réserve pour un moment de calme histoire de pouvoir bien le savourer, le calendrier Terry Pratchett 2012 et une édition qui regroupe Dracula, Frankenstein et l'étrange cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde.

 

Donc, ce fut une journée agréable à Paris.

Repost 0

Citations : Terry Pratchett

Interesting time, p.43
*****
Interesting Time p.19
*****
Le Huitième Sortilège p.87
*****
La huitième Couleur p.91
*****
*****

*****

*****
Apes had it worked out. No ape would philosophize, "The mountains is, and is not." They would think, 'The banana is. I will eat the banana. There is no banana. I want another banana."
Unseen Academicals p.76
*****
'I would like permission to fetch a note from my mother, sir.'
Ridcully sighed. 'Rincewind, you once informed me, to my everlasting puzzlement, that you never knew your mother because she ran away before you were born. Distincly remember writing it down in my diary. Would you like another try ?'
'Permission to go and find my mother ?'
Unseen Academicals,  p.187
*****
'The knees should be covered. It is a well-known fact that a glimpse of the male knee can drive women into a frenzy of libidinousness.'
Unseen Academiacls, p.130
*****
"Lord Vetinari's rules : if it takes an Igor to bring you back, you were dead. Briefly dead, it's true, which is why the murderer will be briefly hanged. A quarter of a second usually does it."
Unseen Academicals, p. 98
*****
"I'm a wizard ! We can see things that are really there, you know,"said Ridcully. " And in the case of the Bursar, things that aren't there too."
Hogfather, p 98

Perdu Dans La Vallée ?

Malakos is here too !!!

Archives

Le mot de l'auteur

 

Bienvenue au sein de la vallée des grenouilles séchées,  blog d'une prof de lettres classiques fan de Star Trek et de Terry Pratchett.
Vous trouverez ici mes impressions sur des ouvrages que j'ai lu, des films qui ont retenu mon attention et parfois des séries.
 
Sur ce, je vous souhaite une bonne navigation mais méfiez-vous d'une chose, j'ai une tendance à m'adresser plus à ceux qui ont lu ou vu ce dont je parle, donc quand ce n'est pas votre cas, évitez de continuer votre lecture quand vous atteignez le paragraphe commençant par "dans le détail" ou voici la partie spoiler mais dans la plupart des cas, les spoilers sont en surlignés.

The Bursar

Et pour me laisser un message sans lien avec un article c'est par là :



 
 

One Challenge to rule them All

logo fondcomble

 

Pour s'inscrire, c'est par là.


Pour consulter les billets publiés par les autres membres de la Communauté ou laisser les liens de vos article, c'est ici.


Pour les logos des différents niveaux c'est là.


Pour les différents logos généraux, c'est ici et .

 


***********************


De mon côté, je vais faire le challenge Valar !

 

Jusqu'ici j'ai peu avancé.

J'ai lu :

The Hobbit

Le Silmarillion

The Fellowship of the Ring

The Two Towers

 

L'adieu au Roi, chansons pour J.R.R. Tolkien

Beowulf

 

 

Challengevalar 2

mes coups de coeur

Mes coups de coeur 2009














Mes coups de coeur 2010

sherlock-holmes-2009

Homère et Shakespeare en banlieue
seigneursOlympe
team medical 01
koi-suru-bo-kun-kaiosha-1
starship troopers
lovely_teacher.jpg
hei-sensei.jpg
rocky-horror-picture-show-posters.jpg
petits meurtres à l'anglaise
galaxy-quest-deluxe-edition-dvd
Couverture-Princesse-Soso.jpg
maurice.jpg
Mes coups de coeur 2011
gemmell legende
bowie labyrinth jim henson movie poster
grammaire
st trinian
Mes coups de coeur 2012
Crimson Spell