Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 mars 2010 7 28 /03 /mars /2010 15:55
lunatic-cafe.jpgAujourd'hui je vais vous parler de the Lunatic Cafe, vu que finalement j'ai décidé de ne pas retourner au salon du livre, parce qu'il faudrait tout de même que je bosse l'agrégation de philo, vu que les épreuves sont la semaine prochaine, et en plus de cela avec le changement d'heure, je me suis réveillée assez tard.

Dans ce quatrième tome, Anita enquête avec la police sur un corps retrouvé dans les bois qui a tout l'air d'avoir été victime d'une attaque de Garou(Garou=Shapeshifters, je trouve ça plus joli comme traduction)tandis que le chef des Loup-Garous lui demande de faire la lumière sur la disparition de sept Garous. D'un autre côté, sa situation amoureuse se complique, à mesure que sa relation avec Richard devient plus sérieuse : sera-t-elle capable d'accepter la Bête de Richard ? et comment faire pour éviter que Jean-Claude ne tue Richard ?

J'ai bien aimé ce tome, car il nous entraîne du côté des Loup-Garous et on y découvre le caractère très hierarchisé de la communauté des Garous, les jeux de pouvoir sont une des choses que j'aime le plus dans la série, vu que dans les précédents tomes nous suivions les efforts de Jean-Claude pour s'emparer du pouvoir chez les vampires et le consolider. Mon seul regret est le fait que dans ce tome, on ne sait pas où en est la situation de Jean-Claude, est-ce que le grand combat du tome 3 a réussi à l'imposer définitvement comme maître de la ville au niveau des autres vampires ? On sait juste à un moment qu'il a besoin de certaines alliances.

Jean-Claude est toujours aussi savoureux, continuant ses efforts pour obtenir Anita, ce qui va amener à un trio amoureux tordu à souhait(bon, moi, j'aurais préféré un duo mais malheureusement on ne se débarassera pas facilement de Richard).

La série ne prend peut-être pas forcément le tour que j'espérais quand j'ai lu le premier tome, mais je l'apprécie tout de même, car Anita est une héroïne intéressante, qui n'hésite pas à tirer sur toutes les créatures surnaturelles qui la menace et qui a le mérite de ne pas envoyer promener Jean-Claude parce qu'il est cruel. Anita ne demande pas que les communautés vampires et Garous se transforment en pays des bisounours. Et en plus, la collection de pingouin d'Anita est toujours présente dans ce tome.

J'ai lu ce livre dans le cadre du Dark Side Challenge et je suis déjà en train de lire le suivant(car je suis pressée d'arriver au tome 6... merci les spoilers).


Dark-side-challenge.jpg
Repost 0
Published by The Bursar - dans Sexy Undead
commenter cet article
27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 20:02
magasin-des-suicides.jpgAujourd'hui je vais vous parler du magasin des Suicides de Jean Teulé, que j'ai acheté et lu parce qu'il me fallait un livre pour la lettre T du challenge Abc.

La famille Tuvache est une famille d'honnêtes commerçants qui tiennent de génération en génération le Magasin des Suicides, un endroit où l'on trouve le nécessaire pour mettre fin à ses jours selon ses choix. Mais la vie du magasin va se trouver boulverser par la naissance du petit dernier, un être monstrueux(oui, je ne supporte pas Alan et je pense que l'on aurait dû le noyer à la naissance) qui est l'incarnation de la joie de vivre et qui va petit à petit contaminer le reste de la famille.

J'avais choisi initialement ce livre parce qu'on me l'avait vanté pour son humour et le fait que l'histoire se passait dans un magasin consacré au suicide. J'aimais beaucoup ce concept assez décalé d'une famille à l'humeur toujours sombre, le cliché gothique mais la manière dont tourne l'histoire ne m'a pas séduite, je n'ai pas aimé ce triomphe de l'optimisme, pour moi, c'est un peu comme si la Famille Addams décidait de s'habiller en blanc et d'aller emménager dans un loft à la décoration moderniste.

Par contre, les jeux sur l'intertextualité étaient très intéressant, avec par moment des morceaux de poésies introduits dans les paragraphes et j'ai bien aimé le nom de la famille tiré de Flaubert, nom complètement marqué par la matérialité et tout à fait non gothique.

J'ai bien aimé les différents passages sur les descritpions de suicides, mais j'aurais préféré que les choses tournent plutôt façon Les valeurs de la famille Addams, que façon bisounours.

challenge-Abc-2010.jpg
C'est un livre dont j'attendais davantage et qui ne me marquera pas.


CLAP-Donnie

Ce livre a été acheté au salon du livre et lu l'après-midi même dans la file d'attente pour les dédicaces du dessinateur de Litteul Kevin, Coyote.
Repost 0
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 20:16
SDC13206.JPG
Aujourd'hui, je suis allée pour la première fois au salon du livre de Paris, grâce à Petite étoile Sadique, qui m'a proposé de me joindre à Bloody Selena et elle-même lors de leur visite du salon. Nous avons passé deux heures très sympas au milieu des livres et je ne vous dirais pas quels livres ont retenu le plus notre attention, car certaines choses sont faites pour ne pas sortir des murs du salon, n'est-ce pas petite étoile ? Nous avons aussi pu voir comment petite étoile réussissait à n'acheter que pour 30euros de livres...

Pour ma part j'ai été relativement raisonnable :

SDC13209.JPG

Au stand Bragelonne, j'ai acheté Légende de David Gemmell(pour le challenge la Fantasy pour les nuls) et Les mémoires de Zeus(pour le challenge Mythes et Légendes)de Maurice Druon, parce que j'étais assez curieuse de trouver un livre écrit par un académicien chez Bragelonne.
Chez Pocket, jai trouvé le Magasin des Suicides de Jean Teulé(ma lettre T du challenge ABC)et j'ai craqué pour Ilium de Dan Simmons, simplement parce qu'Olympos me plaisait et que je pensais qu'il convenait de commencer par Ilium.
Chez J'ai Lu, je me suis contenté de pester contre la manière tout à fait honteuse dont est publié l'oeuvre de Robin Hobb, vu que, alors que je croyais qu'on avait touché le fond, j'ai découvert les livres appartenant à The Farseer Trilogy et ceux de The Tawny Man Trilogy sont présentés comme appartenant à un seul et même cycle nommé l'assassin royal, ce qui est complètement faux, car les aventuriers de la mer sont entre les deux et lire les livres appartenant à the Tawny Man trilogy avant les aventuriers de la mer, c'est se faire en grande partie spoilier les aventuriers de la mer et en plus on perd l'effet de surprise qui est sensé se produire dans the Tawny Man Trilogy.
J'ai enfin acheté 2 bandes-dessinées : le tome 8 de Litteul Kevin, parce que je voulais le faire dédicacer et les voisins du 109, parce que je n'ai pas résisté au couple gothique.

SDC13211.JPG

L'après-midi, comme Selena et Petite étoile sont parties vers d'autres visites, j'ai fait quatre heures de queue pour obtenir une dédicace de Coyote ♥ ♥ ♥, je suis très heureuse d'avoir pu approché cet auteur de bandes-dessinées que j'apprécie énormément, ça valait vraiment la peine de patienter. Si vous ne connaissez pas du tout ce dessinateur, vous trouverez son site ici.

Et si vous êtes un peu observatrices, vous aurez remarqué que quelque chose s'est glissé parmi mes achats : Petite étoile m'a donné l'original du dessin qui a servi pour le logo de la team Severus !!!!! Mon seul regret est que je n'ai pas pensé à lui demander de le dédicacer, ça l'aurait fait non ?

J'ai donc passé une bonne journée au salon du livre et j'espère y retourner dimanche pour la dédicace de Laurell K. Hamilton.
Repost 0
25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 13:23
barry-trotter-2.jpgAujourd'hui, je vais vous parler de Barry Trotter and the Unnecessary Sequel, parce que demain le livre part en vacances chez petite étoile sadique et que je suis en train de relire HP5 (ce livre est vraiment une torture, je rêve qu'un hyppogryffe en furie débarque et éventre Umbridge, tandis qu'Harry me tape sur les nerfs avec sa grande rébellion, et Ron et Hermione aussi avec leur tendance à regarder Harry comme une bête furieuse.) donc j'ai besoin de me changer les idées.

Dans ce second tome, Barry a 38 ans, il est marié à Ermine Cringer et Nigel, leur fils de 11 ans qui n'a strictement aucune once de magie en lui, s'apprête à entamer sans enthousiasme sa première année à Hogwash(oui, car lui, en fait, il voudrait être dentiste comme ses grand-parents). Harry et Ermine sont de retour à Hogwash, à l'occasion d'un week-end d'anciens élèves mais tout ne tourne pas comme prévu et Dorco Malfeasance, le directeur actuel, meurt dans un accident suspect. Barry et Ermine sont alors nommés co-directeurs de l'école, au grand désespoir de Snipe qui convoitait le poste, sauf que le poste recèle plus de danger que prévu et pourrait être fatal à Barry.


Dans Harry Potter, nous découvrons ce que c'est que rentrer à Poudlard quand on a un vrai talent pour la magie, dans Barry, c'est l'inverse, c'est comment est la vie à Hogwash ou même dans l'univers des sorciers quand on ne possède absolument aucune aptitude magique mais que l'on se retrouve forcé d'y vivre parce qu'il ne convient pas que l'on sache que le fils du grand Barry n'est pas magique. C'est intéressant de découvrir cet aspect qui n'est pas énormément développé dans les livres de Rowling. Le livre nous fait aussi découvrir l'univers magique selon Gerber, un univers qui est plus proche de Pratchett que Rowling, au sens poù Michael Gerber développe davantage son monde  et d'une façon plus réaliste, vu qu'on va avoir un apeçu des prostituées magiques, de paris sportifs et même une visite dans un bar pour mort-vivant, donc c'est beaucoup plus sombre et le taux de mortalité de Poudlard est beaucoup plus élevé.

On va aussi explorer les relations entre sorciers et Muddles, en nous montrant la vision que les sorciers ont des Muddles et les tensions qui apparaissent entre les deux communautés.

J'ai trouvé ce livre encore meilleur que Barry Trotter and the Shameless parody, qui était plutôt axé sur la dénonciation du marchandizing qui s'est développé autour des films, tandis que ce second tome, bien que le thème de l'exploitation des fans n'y soient pas complètement absent, comme avec la création d'un parc d'attraction, Hogwash : the experience, mais ici c'est beaucoup plus la structure des romans de J.K.Rowling qui est tourné en dérision, et en particulier le 1, à mon avis, parce que dès le chapitre 4, on peut deviner quel personnage a une fausse identité et est le coupable, mais bien-sûr malgré l'évidence Barry ne voit rien et suspecte Snipe. Voici deux extraits pour illustrer la parodie des structures des premiers livres :

ReReading-HP---Team-Severus-fond-logo.jpg"I'd like to welcome you back to Hogwash where, as we all know, horrible things happen all the time," Snipe began, and Barry could swear that the Notions professor looked at him ; true, the school had become incredibly lethal since he had enrolled. "Before you go to your rooms to discuss who might be responsible for this incredibly tragic and untimely death'"- he nodded to Dorco -"who might be the next to die, and set a million idiotic plans in motion" - Snipe definitely looked at Barry this time - "I have a few annoucements I'd like to make."

Decades of being world famous had turned Hogwash, the tumbledown shitpile where you went to learn magic, into HOGWASH, the place to become the next Barry Trotter, wealthy world-saving wizard beloved by millions. Students were so enthralled by the mythology that each one would him/herself a Barry,  or an Ermine, or a Lon ; and these atoms would connect each other in molecules of three. Each students would then roleplay for their entire career, the Ermines studying hard, the Barrys causing trouble, and the Lons being doggish, the three occasionally springing into action to scour the school for 'mysteries' inevitably of the most contrived and in fantile sort.

This constant hunting for imagined plots not only gave the school an absurdly high fatality rate, but parents were also required to sign papers waiving any right to sue if "your son or daughter dies in the course of miscellaneous mystery-solving behaviour, including but not limited to snooping, spying, finding 'clues' or misinterpreting same, confronting dangerous animals, antagonising not-so-dangerous animals, rummaging, escaping, exploring or bothering Professor Snipe".


Niveau parodie, les révélations sur les personnages sont assez sympa, j'ai particulièrement Girlrboy Rockhard, acteur porno, auteur de Copulating with Creatures. Et le livre est une fois de plus bourrée de plaisanteries cachées, comme par exemple dans la page où habituellement il y a tout le baratin légal sur les droits de publication du livre et à la fin, on trouve un "Thumbnail guide to the sordid sexual encounters edited out of this book et un index renvoyant aux pages d'un pseudo manuscrit original de ce livre en 2800pages et qui mentionne des choses qui ne sont pas dans le livre.


-Re-Reading-HP-logo.jpg

Ce second tome de la parodie d'Harry Potter est d'une grande qualité, avec une grande richesse de détails. C'est un livre qui vaut la peine d'être lu, mais peut-être pas en même temps que le tome 5 d'HP, car il risque de souligner encore plus tous les défauts du tome 5(oui, car si on lachaît Barry dans Poudlard, le tome 5 serait clairement moins chiant et Umbridge aurait certainement connu une mort original et particulièrement gore dès le chapitre 12).

CLAP-Donnie


J'ai commencé ce livre lors du Rat, ensuite j'ai lu la plus grande partie de celui-ci dans le bus et avant les épreuves du capes de philo. Je l'ai peut-être aussi lu au cinéma, mais je ne sais plus pour quel film.
Repost 0
Published by The Bursar - dans (Re) Reading Hp
commenter cet article
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 23:00
Harry-Potter-et-la-coupe-de-feu 1Hier, j'avais la crève, donc j'ai regardé HP4 vu que je n'étais pas bonne à grand chose et qu'il me fallait un truc pas compliqué à regarder. Tout comme HP3, je n'ai pas aimé, parce qu'une fois de plus le livre n'est pas respecté et l'accent n'est pas mis sur les bonnes choses.

Pour le résumé de l'histoire, je vous renvoie à mon article sur le livre.

Passons directement à mes reproches. Je pense qu'un des gros problèmes de la franchise est le changement de réalisateur, parce que les films y perdent de la cohérence vu que chacun met l'accent sur ce qui lui plaît sans se soucier du fait que l'histoire s'inscrit dans une trame plus large.
Ici, le film insiste bien sur la dispute entre Ron et Harry, alors que dans l'histoire ça ne sert à rien, mis à part à meubler un peu en attendant la première tâche et à donner un peu de profondeur à Ron qui n'est de ce fait plus un simple toutou(désolé c'est l'influence des Barry Trotter, où Ron s'est fait greffé le cerveau d'un golden retriever suite à un accident de quichecuite)qui suit Harry, mais du point de vue de l'intrigue, ça aurait pu être un point sur lequel on aurait pu prendre des raccourcis.
De même, on a le droit à Rita Skeeter(personnage qui me gonfle prodigieusement et dont je rêve de voir la tête au bout d'une pique), mais pas au fait qu'elle révèle qu'Hagrid est un demi-géant, ni quand Harry s'écroule à cause de sa cicatrice, et ça ne sert absolument pas à montrer que Harry est décrédibilisé par ses articles, du coup je ne vois pas pourquoi s'encombrer de ce personnage, parce qu'en dehors de son rôle dans la campagne contre la crédibilité d'Harry, elle ne sert qu'à meubler entre les épreuves.
affiche_usa_de_harry_potter_et_la_coupe_de_feu.jpgPour finir, il y a aussi le coup du bal, qui est effectivement très sympa, sauf que le but du bal est de permettre à Harry et Ron de surprendre une discussion entre Karkaroff et Snape, donc au lieu de nous montrer la crise de jalousie de Ron, ça n'aurait-il pas été plus utile de nous montrer la discussion sur la Marque des mange-morts, d'autant que ça aurait été assez drôle de voir Rogue en train d'écarter les buissons pour surprendre les couples.
Mon problème est que ces scènes prennent la place de scènes plus utiles, car là, on ne verra absolument pas la réactivation de l'ordre du Phénix, le fait que Rogue est un ex-mange-mort et qu'on pourrait avoir quelques doutes à son sujet  ou ce qu'implique pour lui le retour de Voldy a disparu ou presque, c'est mentionné brièvement dans l'épisode de la pensive où Béatrice Lestrange a disparu, et on a vite fait la scène entre Karakoff et Rogue au moment du bal, beaucoup plus tard, le fait que Karkaroff a fuit n'apparaît pas, tout comme le fait que Moody passe son temps à tyranniser Rogue sous prétexte que c'est un ancien mange-mort.

En plus, il n'y a pas vraiment de mystères dans ce film, car on voit Barty dès le début(et je ne suis pas fan de Dr Who, donc l'argument ça fait plus de David Tennant ne marche pas), du coup on n'a plus tout le mystère autour de l'identité de celui qui en veut à Harry, car on sait déjà que ce sera pas Karkaroff ou Rogue, selon le bon vieux principe selon lequel on accuse Rogue dès qu'il y a un truc tordu. Finalement, il n'y a pas non plus l'explication de sa présence ou de la raison pour laquelle il a tué son père(car à quoi cela sert-il de tuer Barty Crouch dans le film ? dans le livre, on comprend pourquoi et le personnage sert à nous montrer une partie plus sombre du monde des sorciers et de sa justice). Et il n'y a pas non plus le fait que Fudge ordonne qu'il reçoive le baiser du dementor, pour essayer de couvrir la faire.

harrypotter402.jpgEt c'est une impression, où le réalisateur était radin ? parce qu'on ne retrouve ni Mrs Weasley, ni Trelawney, ni Percy, ni vraiment Sirius, ni Béatrice Lestrange : est-ce vraiment un choix scénaristique ou simplement éviter de payer ces acteurs ? Bizarrement, je n'ai pu m'empêcher de penser que certains choix étaient purement motivés par des questions financières, comme par exemple, l'épisode du Labyrinthe qui est un brin radin aussi, parce qu'il n'y a pas la Sphinge ni l'affreuse créature d'Hagrid, alors que ça aurait été cool comme scène, parce que le Labyrinthe dans le film est bof, ça aurait été mieux, si on avait moins accordé de temps au fait de nous montrer une course-poursuite sur les toits de Poudlard avec un dragon(à ce propors, il est passé où le concept de "ne vous inquiétez pas, des mesures de sécurité ont été prises pour éviter la mort d'un champion" parce que là, le fait qu'on sort de l'arène devrait valoir comme cas nécessitant l'intervention des profs.) et qu'à la place on aurait eu une plus grande attention accordée au Labyrinthe. Dans la même lignée, on a aussi eu la disparition de Dobby et des elfes de maisons.

Dans la série des petits détails stupides, j'ai relevé le fait qu'Harry aime tellement ses lunettes qu'il ne s'en sépare jamais. Eh oui, Harry descend sous l'eau avec ses lunettes et surtout Harry garde ses lunettes pour prendre un bain... j'admets, dans le livre, il n'est nullement mentionné qu'il les enlève, mais je pense que ça fait partie des détails qui ont pu échapper à Rowling. Mais bon, le coup de je garde mes lunettes pour prendre un bain, c'est tout de même pas réaliste, surtout que dans le livre il nage un peu, donc inévitablement ses lunettes se seraient retrouvées avec des gouttes dessus(même si elles peuvent toujours être sous l'influence du sort d'Hermione du tome 3).

Sinon, comme à l'accoutumé, je n'ai pas aimé Michael Gambon en Dumbledore, en plus il faudra m'expliquer pourquoi il le joue avec un accent écossais. Je trouve son Dumbledore flippant, le fait qu'il s'énerve contre Harry au moment où son nom est sorti de la coupe de feu est complètement déplacé, car Dumby est assez calme et son côté sombre n'apparaît qu'à la fin du 4, pas avant.
Et je n'ai pas non plus aimé Madame Maxine, on la croirait échappée de la Famille Addams. Je la trouve trop grande.

karkaroff-mcgonagall-dumbledore.jpg


Je n'ai tout de même pas tout détesté, j'ai aimé le décor de l'owlery, j'ai trouvé grandiose le moment où Rogue finit par appuyer un grand coup sur la tête de Harry et Ron pour les faire taire pendant l'heure d'étude, la discussion entre Rogue et Karkaroff qui mène au moment où Rogue met en garde Harry contre le fait de venir voler dans sa réserve d'ingrédients. J'aime aussi la discussion qui a lieu dans le bureau de Dumby où Rogue propose d'utiliser Harry comme appât, où McGonagall s'y oppose mais où Dumby accepte de suivre Severus.

Je me suis aussi fait mon petit délire devant le film au moment où McGonagall apprend à danser aux Gryffondors, parce que je me suis dit que si elle faisait ça, c'est parce qu'elle est le chef de leur maison, donc chaque chef de maison a dû s'assurer que ses élèves sachent comment danser, donc Rogue a dû apprendre aux Serpentards à danser. Je me suis imaginée l'expression que Rogue aurait eu s'il s'était retrouvé dans cette situation et le côté un peu flippant de la chose, parce que j'imagine bien Rogue avec une expression genre "le premier qui fait une remarque va passer le reste de sa vie en detentions et si vous parlez de ce qui s'est passé dans cette pièce vous êtes morts."

ReReading-HP---Team-Severus-fond-logo.jpg

C'est un film que j'espère ne pas revoir avant plusieurs années, car les changements apportés à l'histoire m'ont agacé et je me suis pas mal ennuyée. Les deux premiers films restent mes favoris. Bref, c'est trop film pour enfant à mon goût.


-Re-Reading-HP-logo.jpg
Repost 0
Published by The Bursar - dans (Re) Reading Hp
commenter cet article
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 00:00
les-larmes-de-Machiavel.gifAprès la passionnante discussion d'hier, sur l'utilité du chat en cas de siège, nous allons aujourd'hui parler par du roman Les larmes de Machiavel de Raphaël Cardetti, dont j'avais entendu parler il y a quelques temps, quand j'avais découvert les sept crimes de Rome de Guillaume Prévost, où Léonard de Vinci menait l'enquête.

Nous sommes en 1498, les Médicis ont été chassé de Florence, la jeune république cherche à maintenir comme elle peut son indépendance et Savonarole a de plus en plus de fidèles. L'échiquier politique va se voir déstabiliser par une série de meutres, où les victimes sont retrouvées terriblement mutilées avec les yeux crevées. Le jeune Machiavel, secrétaire de la chancellerie, se trouve témoin d'un des meutres et, avec l'aide de ses amis et de Marsilio Ficino, il décide de mener l'enquête pour découvrir le lien entre ces crimes et le vol du De Monarchia de Dante.

Je suis partagée sur ce livre, du point de vue de l'enquête, c'est digne d'un Agatha Christie, au sens où on ne devine pas avant la fin la clef de toute l'histoire et ça colle à merveille. L'ambiance est intéressante, avec les luttes de pouvoir dans Florence et le décor en lui-même avec ses fresques et peintures.


Cependant j'ai eu un petit problème avec le non-usage des noms français, mon problème étant que l'auteur a choisi de garder Machiavel, tout en utilisant la forme italienne de son prénom, de même on trouve Pic, pour Pic de la Mirandole, au lieu de Pico della Mirandola, ainsi que Laurent de Médicis Je trouve dommage que l'auteur n'ait pas utilisé la forme française pour tous les noms connus, parce que ça fait un peut bizarre d'avoir d'un côté Machiavel et de l'autre Marsilio Ficino, au lieu de Marcille Ficin.

Mon principal problème pour juger ce livre est que mes connaissances de la vie politique Florentine de l'époque et de la biographie de Machiavel sont insuffisantes pour me permettre de faire la différence entre vérité historique, invention romanesque et incertitude historique, au sens où certaines choses pourraient être la mise en application de certaines théories pour expliquer les zones d'ombre que peut receler notre connaissance des personnages de l'époque.
Du coup, ce livre me donne envie de me replonger dans l'histoire de Florence à cette époque, de lire une biographie de Machiavel et de lire le De Monarchia de Dante que j'ai dans ma bibliothèque depuis des années mais que je n'ai pas eu le temps de lire, gardant mon intégrale de Dante pour un jour où je serais sortie de l'univers merveilleux de la préparation des concours et donc où je pourrais prendre le temps d'apprécier Dante.
J'ai aussi quelques réserves quant au personnage de Machiavel, mais c'est vrai que je ne connais pas l'homme, je ne connais que le penseur, mais je ne suis pas sûre que le personnage colle avec le Prince, je ne pense pas que l'auteur du Prince aurait pu agir ainsi, je suis tout de même biaisée vu que Machiavel est le philosophe que j'apprécie le plus.

Ce livre présente une enquête intéressante, avec une galerie de personnages bien développés et la Florence de la fin du XVème siècle est représentée de façon très vivante.

Repost 0
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 00:10
Cette fois, j'ai été taggué par Nelfe qui voudrait que je vous révèle "7 vérités sur moi, 7 choses que vous ne savez pas".

Donc vous allez droit à quelques révélations non croustillantes de ma part, mais avant ça, je vais faire dans les petites annonces : est-ce qu'il y a des gens qui vont au salon du livre ? J'ai vu qu'il y avait Laurell K. Hamilton en dédicace le dimanche après-midi, et Coyote le vendredi(je bosse et j'ai une conférence le samedi), mais j'ai pas en vie d'y aller toute seule, donc est-ce qu'il y en a que ça intéresse ?

Voilà, pour les petites annonces, et les révélations, les voici :

1ère Révélation : j'ai sauté en parapente pour la première fois l'été dernier(j'admets si vous suiviez déjà ce modeste endroit à l'époque, ce n'est pas une révélation).
C'était bien-sûr un saut en biplace. Le vol a duré une demi-heure, j'ai même fait un 360, je n'en ai fait qu'un parce que sinon mon estomac n'aurait peut-être pas tenu. La vue était superbe. J'espère pouvoir prendre un jour des cours pour sauter en solo.

DSCN2779.JPG

Le col de la Forclaz d'où l'on a fait le saut :

DSCN2789.JPG

2ème Révélation
: je suis montée au sommet de la Tournette,(2352m) sur ce qu'on appelle le Fauteuil(la première photo en dessous).
J'ai failli ne pas monter, parce que l'escalade c'est pas mon truc, donc le fait de devoir grimper  en s'aggripant aux cordes et aux échelles installées sur la paroi rocheuse,  ne m'inspirait pas. En plus juste avant le passage, il y avait une plaque commémorative avec le nom de personnes qui se sont tués en y montant, donc ça refroidit un peu. Malheureusement je n'ai pas photo de la parois en question(par contre j'en ai de bouquetins, parce que quand je suis redescendues, je me suis empressée de prendre en photo les bouquetins qui dormaient là, le bouquetin est une présence amie).

DSCN2920.JPG
Le fait est que quelqu'un qui descendait est parvenu à me convaincre que la montée n'était pas si difficile que ça, donc j'ai fini par aller rejoindre Juju en haut, d'autant que c'était dommage de ne pas monter après avoir mis 4hou 5h pour en arriver là(oui, nous sommes montées lentement et j'ai cherché assidument les marmottes à un moment et en fait on avait suivi l'itinéraire d'un guide que je venais d'acheter, donc la montée était agréable car nous ne sommes pas montées par le chemin touristique qui part du châlet de l'Aup... par contre, on est redescendu par là... c'est vraiment affreux comme chemin et je me suis retrouvée bloquée avec le sac à dos à un passage qu'il fallait désescalader et je n'ai réussi à descendre que parce qu'un monsieur qui était juste devant nous, m'a aidé à descendre...). Pour en revenir au Fauteuil, la vue était sympa, Par contre, j'étais moyennement enthousiaste, je ne pensais qu'au moment où on allait enfin pouvoir redescendre. La descente fut un grand moment, heureusement les gens qui montaient comme ceux qui descendaient étaient tous très sympa, donc les uns m'ont laissé descendre à ma vitesse tandis que les autres m'ont laissé le passage, parce qu'on ne peut pas dire que j'étais hyper rassurée.

DSCN2908.JPG
DSCN2919.JPG
Et en bonus, voici Biquet, car oui, à un moment donné, je me suis mise à donner des noms aux bouquetins, on n'était pas encore arrivée au Fauteuil à ce moment-là, donc fallait bien passer le temps et Biquet était sympa, il prenait la pause et on a eu le temps de bien l'admirer et c'était juste après un passage bien pourri dans la montée.

DSCN2884.JPG

3ème Révélations : j'ai visité Paris pour la première fois à l'âge de 18ans, à l'occasion d'une sortie organisée par notre super prof d'histoire ancienne de l'époque. A cette occasion, nous avons visité le Louvre et fait le tour du quartier latin, j'en garde un bon souvenir.

DSCN1479.JPG

4ème révélation : j'ai lu mon premier livre en anglais quand j'étais en troisième, il s'agissait de The Mysterious Affair at Styles, que j'avais ramené de mon voyage en Angleterre.

5ème révélation : Je veux un chien(oui, j'admets ce n'est pas non plus une grande révélation, vu que je reviens périodiquement sur la question). YorkVador c'est le chien de mes parents et donc depuis que je suis à Paris, je songe au fait que ce serait chouette d'avoir un animal de compagnie, un chien bien-sûr  vu que je ne suis pas très chat et donc mon grand truc, c'est que quand je serais prof, j'aurais un chien(même si Yorkvador risque de m'en vouloir) et il s'appelera Platon.

6ème révélation : j'ai appris le grec et le latin en prépa, je suis tombée amoureuse du grec, c'est une langue que je trouve passionnante par sa difficulté et la richesse de son vocabulaire, par contre, je n'ai jamais accroché à la langue latine, une des raisons étant que je n'ai jamais supporté le fait qu'en deuxième année, mes notes de version latine étaient supérieures à mes notes de grec, alors que je connaissais bien mieux la langue grec et que je la travaillais davantage, du coup j'en ai gardé un certain mépris pour le latin, parce que je l'ai maîtrisé avec moins de difficulté.

7ème révélation : je ne suis allée que quatre fois à l'étranger, une première en Angleterre, à l'occasion d'un échange, les deux suivantes, je suis allée à Florence et Rome à l'occasion de voyages scolaires et j'ai passé un week-end en Allemagne et je garde un souvenir de ce séjour tel que je ne veux pas retourer en Allemagne. Le séjour était très bien, avec l'amie à qui je rendais visite, on a fait de belles visites et on s'est bien amusée(y compris lorsque nous sommes redescendues du mauvais côté de la montagne...). Le problème, c'est que je ne parle pas un mot d'Allemand, donc j'ai trouvé très perturbant le fait de ne pas pouvoir comprendre le contenu des menus au restaurant, mais surtout le fait de ne même pas reconnaître la partie bière.

DSCN1980.JPG

Mais le plus marrant du voyage(en dehors de l'épisode de la promenade en forêt.c'est que dans Mayence, on est tombées sur ça :


DSCN2004.JPG

Comme j'ai actuellement pas mal de retard dans la lecture de mon reader, je ne taggue personne, car j'ai la flemme de voir qui ne l'a pas encore fait et je ne vais pas taggué toujours les mêmes personnes, sauf si tu as envie de faire aussi ce tag, petie étoile sadique...
Repost 0
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 00:00
Voici un tag lancé par Cachou et pour lequel j'ai été évidemment tagguée. Le principe c'est celui-ci  : pourriez-vous nous faire (re)découvrir trois chansons de style pop/commercial que vous adorez et dont vous ne vous lassez pas, bien qu'elles ne ressemblent pas forcément à ce que vous écoutez habituellement ?

Eh oui, au premier abord c'est plutôt coton vu que je ne suis pas très musique, mais après une longue réflexion, voici mes trois titres :

Tout d'abord Candyman d'Aqua, dont je viens de découvrir le clip très sympatique.



Et comme je suis sympa je vous mets en bonus Dr Jones que j'écoute aussi et il faut dire que les clips mettent de bonne humeur :


Mon titre numéro 2, c'est She's Madonna de Robbie Williams



Et pour finir YMCA des Village people :


J'admets, je ne situe pas Robbie Williams sur le même plan qu'Aqua et les Village People, mais c'est effectivement le seul titre de Robbie Williams que je possède.

De mon côté, je taggue Petite étoile sadique, Resmiranda et Kusa, histoire de voir qui cache des trucs kitsch dans sa bibliothèque.


Repost 0
18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 18:22
woodstock.jpgAujourd'hui, nous allons parler d'Hotel Woodstock, que j'ai regardé la semaine dernière(oui, je rattrape peu à peu mon retard bloguesque).

Elliot est peintre mais il se voit obligé de sacrifier ses rêves pour retourner habiter chez ses parents, afin de les aider à maintenir à flot l'hôtel miteux qu'il tienne. Elliot fait tout ce qu'il peut pour empêcher celui-ci de fermer, organisant de petits festivals annuels de musique ou en hébergeant une troupe de théâtre avant-gardiste dans la bergerie, mais tout cela ne semble pas suffisant pour rembourser les emprunts à la banque. La situation change quand Elliot apprend qu'une ville voisine vient de refuser d'héberger un grand festival de musique pour la paix, car Elliot possède les autorisations nécessaires pour accueillir un tel festival, il décide d'appeler les organisateurs et c'est ainsi que tout commença.

J'ai bien aimé ce film, où l'on va suivre les préparatifs pour le festival, avec les modifications que cela entraîne au niveau du motel et la découverte de cette foule qui va peu à peu s'amasser à cet endroit.

J'ai eu un faible particulier pour le policier avec une fleur à son casque et pour Vilma, le garde du corps travesti, qui va révéler à Elliot une autre facette de ses parents et surtout de son père.  Elliot est également un personnage intéressant, car c'est le fils modèle, qui est en fait en train de se faire exploiter par sa mère, mais qui voudrait pouvoir vivre sa vie. J'aime aussi son père qui retrouve peu à peu goût à la vie et qui sort de l'ennui qu'était son quotidien.

Le film présente tout le problème qu'il y a à essayer vivre sa vie et à prendre son indépendance. J'ai trouvé ce film intéressant, il nous montre Woodstock des coulisses et comme un témoin aurait pu le voir. J'ai bien aimé la manière dont l'ambiance est rendue et la galerie de personnages que l'on croise.
Repost 0
Published by The Bursar - dans Moving Pictures
commenter cet article
16 mars 2010 2 16 /03 /mars /2010 22:17
daybreakers.jpgAujourd'hui je vais vous parler d'un film dont j'avais entendu parler, il y a quelques temps, grâce à Braineye et que Trillian semblait avoir apprécié. Il s'agit deDaybreakers que je suis allée voir la semaine dernière.

Nous sommes en 2019. Dix ans plus tôt un virus a fait apparition, transformant ceux qui l'attrappent en vampire. La société s'est adapté à ce changement et l'essentiel de la population est composée de vampires et les humains ne sont plus que du bétail et sont capturés afin d'être relié à des machines qui permettent l'approvisionnement en sang des vampires, sauf qu'à présent il ne reste plus assez d'humains, donc si un substitut n'est pas trouvé avant la fin du mois, le monde sombrera dans le chaos, car les vampires regressent à un état bestial quand ils sont privés de sang. Sera-t-il possible d'empêcher l'extinction de la race humaine ?

Nous suivons les efforts d'Edward, un chercheur qui n'a jamais voulu être un vampire et qui essaye d'empêcher l'extinction de la race humaine, ce qui n'est pas évident, car la plupart des vampires ne se soucient pas du sort des humains, qui sont réduits à une denrée sur les marchés boursiers et à une source de profits pour de grandes entreprises.

Ce que j'ai trouvé intéressant dans ce film est le fait qu'il nous offre une société très cohérente, le monde s'est adapté aux vampires, qui sont des gens normaux, la seule chose qui les différencie des humains, c'est que la lumière du jour leur est fatal, qu'ils ne vieillissent pas, ni ne sont malades et qu'ils ont besoin de sang pour conserver leur apparence humaine et leurs facultés mentales. En apparence, c'est un monde parfait, parce que tout est adapté aux besoins des vampires, il y a des passages protéger pour circuler dans les rues la journée, des passerelles couvertes pour relier les immeubles et il n'y a plus de maladies, donc plus de risques de perdre un être cher, sauf que dès le début du film, on s'aperçoit que la situation n'est pas idéal, puisque la première scène est celle d'une enfant partie attendre le lever du jour, parce qu'elle ne peut plus continuer comme ça, car comme la Claudia d'Entretien avec un vampire, elle est prisonnière d'un corps d'enfant. Mais ensuite, on découvre le fait que tout le monde n'a pas voulu être un vampire et que, parmi ceux qui ont refusé, certains ont été changé de force, puisque cette nouvelle société n'a de place que pour les vampires tandis que les autres sont obligés de fuir, parce qu'ils sont chassés comme des animaux.
daybreakers-2.jpg
Ensuite le film nous montre comment la pénurie de sang va faire basculer cette société, avec des émeutes qui vont commencer dans les pays du tiers-monde, puisque le sang va devenir une denrée rare et donc la famine va se développer, dans les pays riches, le fossé va se creuser entre les pauvres et les riches, les pauvres devenant des monstres qu'il faut éliminer, la peur va mener à une forme d'escalade, les gens étant prêt à faire massacrer ceux qui sont devenus des monstres, parce qu'on ne veut plus les nourrir.

C'est une société où les intérêts financiers dominent et où ce sont les grandes firmes qui font la loi, donc finalement quelle différence y a-t-il entre cette société de vampires et la nôtre ? C'est tout le problème de la survie qui se pose mais aussi de ce que l'on est prêt à faire pour maintenir son confort.

Le film pose aussi la question de ce qu'est l'humanité et de la facilité avec laquelle celle-ci peut disparaître, car le héros cherche finalement à maintenir le respect de la vie, face à un groupe qui ne pense qu'au profit.

Le seul bémol est la fin que j'ai trouvé trop abrupt, ce qui m'a donné l'impression que le film pourrait avoir une suite. Je trouve le film très bien tel qu'il est et j'espère qu'il n'y aura pas de suite, mais la fin donne l'impression que c'est possible, ce qui est un peu inquiétant vu la tendance du moment qui règne à Hollywood et qui consiste à faire des suites, même quand la fin du film rendait la chose peut problème comme c'est le cas pour The Descent.

C'est un bon film de science-fiction, qui exploite le mythe du vampire de façon intelligente.

Repost 0
Published by The Bursar - dans Children of the Night
commenter cet article

Citations : Terry Pratchett

Interesting time, p.43
*****
Interesting Time p.19
*****
Le Huitième Sortilège p.87
*****
La huitième Couleur p.91
*****
*****

*****

*****
Apes had it worked out. No ape would philosophize, "The mountains is, and is not." They would think, 'The banana is. I will eat the banana. There is no banana. I want another banana."
Unseen Academicals p.76
*****
'I would like permission to fetch a note from my mother, sir.'
Ridcully sighed. 'Rincewind, you once informed me, to my everlasting puzzlement, that you never knew your mother because she ran away before you were born. Distincly remember writing it down in my diary. Would you like another try ?'
'Permission to go and find my mother ?'
Unseen Academicals,  p.187
*****
'The knees should be covered. It is a well-known fact that a glimpse of the male knee can drive women into a frenzy of libidinousness.'
Unseen Academiacls, p.130
*****
"Lord Vetinari's rules : if it takes an Igor to bring you back, you were dead. Briefly dead, it's true, which is why the murderer will be briefly hanged. A quarter of a second usually does it."
Unseen Academicals, p. 98
*****
"I'm a wizard ! We can see things that are really there, you know,"said Ridcully. " And in the case of the Bursar, things that aren't there too."
Hogfather, p 98

Perdu Dans La Vallée ?

Malakos is here too !!!

Archives

Le mot de l'auteur

 

Bienvenue au sein de la vallée des grenouilles séchées,  blog d'une prof de lettres classiques fan de Star Trek et de Terry Pratchett.
Vous trouverez ici mes impressions sur des ouvrages que j'ai lu, des films qui ont retenu mon attention et parfois des séries.
 
Sur ce, je vous souhaite une bonne navigation mais méfiez-vous d'une chose, j'ai une tendance à m'adresser plus à ceux qui ont lu ou vu ce dont je parle, donc quand ce n'est pas votre cas, évitez de continuer votre lecture quand vous atteignez le paragraphe commençant par "dans le détail" ou voici la partie spoiler mais dans la plupart des cas, les spoilers sont en surlignés.

The Bursar

Et pour me laisser un message sans lien avec un article c'est par là :



 
 

One Challenge to rule them All

logo fondcomble

 

Pour s'inscrire, c'est par là.


Pour consulter les billets publiés par les autres membres de la Communauté ou laisser les liens de vos article, c'est ici.


Pour les logos des différents niveaux c'est là.


Pour les différents logos généraux, c'est ici et .

 


***********************


De mon côté, je vais faire le challenge Valar !

 

Jusqu'ici j'ai peu avancé.

J'ai lu :

The Hobbit

Le Silmarillion

The Fellowship of the Ring

The Two Towers

 

L'adieu au Roi, chansons pour J.R.R. Tolkien

Beowulf

 

 

Challengevalar 2

mes coups de coeur

Mes coups de coeur 2009














Mes coups de coeur 2010

sherlock-holmes-2009

Homère et Shakespeare en banlieue
seigneursOlympe
team medical 01
koi-suru-bo-kun-kaiosha-1
starship troopers
lovely_teacher.jpg
hei-sensei.jpg
rocky-horror-picture-show-posters.jpg
petits meurtres à l'anglaise
galaxy-quest-deluxe-edition-dvd
Couverture-Princesse-Soso.jpg
maurice.jpg
Mes coups de coeur 2011
gemmell legende
bowie labyrinth jim henson movie poster
grammaire
st trinian
Mes coups de coeur 2012
Crimson Spell