Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 13:49

clueless.jpgAujourd'hui, nous allons parler de Clueless autre film que j'ai ramené avec moi lors de mon séjour en Belgique. C'est un film que je voulais voir parce qu'il est inspiré d'Emma de Jane Austen, mais il ne m'inspirait pas forcément au départ, vu l'héroïne du film.


Cher est la fille d'un avocat et est persuadé qu'il n'y a aucune situation dont elle ne puisse se tirer par le biais de ses facultés de persuasion. Ainsi pour amener son prof de débat  à changer sa note, elle décide de lui trouver une copine et parviens à le faire tomber amoureux d'une des profs de l'établissement.  Heureuse de son succès d'entremetteuse, Cher décide de répandre le bien autour d'elle et fait de Tai, une nouvelle élève, portée sur la fumette et mal habillée, son projet : elle va la relooker et faire son possible pour la rendre populaire, mais tout ne tourne pas comme Cher l'avait prévu et ses efforts pourraient bien se retourner contre elle.


Au départ, je me disais, "oh non, un film centré sur une cruche hyper populaire" et finalement j'ai bien aimé ce film qui ne se prend pas au sérieux, où il y a une bonne dose d'humour (avec par exemple, les discours de Cher en cours de Débat qui sont digne du discours d'une Miss, dans un concours de beauté)et qui a en fait bien saisi le personnage d'Emma.


Le film apporte beaucoup de changement, le père de Cher n'est plus un hypocondriaque, mais un avocat, qui pense que l'on peut toujours trouver un moyen d'argumenter pour se sortir d'un problème et qui est fier de sa fille pour sa capacité à entourlouper ses professeurs. J'aime beaucoup ce changement, car je n'ai jamais vraiment aimé Mr Wodehouse, en plus c'est le même acteur que celui qui fait Tully dans la famille Addams.

clueless-2.jpgCher a une meilleur amie, Dionne, dont il n'y a pas d'équivalent chez Austen, puisqu'une des raisons pour lesquelles Emma s'attache à Harriet c'est qu'elle n'a justement pas de compagnie de son âge. Pour notre époque, cette meilleure amie est très bien trouvée à elle deux, elles me font beaucoup penser au club de mode dans Daria et Tai n'est pas aussi cruche qu'Harriet Smith et s'avère finalement en certains domaines beaucoup mieux instruites que Cher, ce qui la rend plus sympathique.

La surprise est surtout au niveau de Christian, le Frank Churchill de l'histoire, qui est absent au départ, parce qu'il alterne entre cet établissement et un autre, car ses parents ont la garde conjointe et qui s'avère être gay(j'avais eu quelques soupçons lorsqu'ils sont à la fête), ce que je trouvais assez savoureux, comme idée.

Josh, ou Mr Knightley, est le demi-frère que Cher a récupéré lors d'un des précédents mariages de son père, c'est quelqu'un de cultivé, qui lit des ouvrages de philosophie et qui participe à toutes sortes de cause humanitaire. Le contraste était assez frappant entre Cher et lui, car Cher a du vocabulaire mais ne sais pas forcément ce que signifie ce qu'elle dit, elle préfère les dessins animés aux infos et son idée de la lecture pour se cultiver, c'est de lire des livres sur la perte de poids ou ce genre de chose. Je trouve ça bien trouvé, car dans Emma, on a le contraste entre Knightley et Emma, car Emma ne finit jamais ce qu'elle entreprends et même les livres qu'elle commence, alors que Mr Knightley est un grand lecteur.


J'ai finalement bien aimé et la scène du baiser dans l'escalier m'a fait bien glousser(ce qui fait que j'ai failli me faire léchouiller sauvagement le visage par Yorkvador). J'ai eu surtout un gros faible pour l'histoire d'amour entre les deux profs et le fait que la prof de sport était lesbienne(ce qui n'est pas sans rappeler la copine d'O'Neil dans Daria, qui n'est certes pas lesbienne, mais qui est tout de même sensible elle aussi à tous les discours contre les hommes).

Il y a des rumeurs qui circulent sur la possibilité d'un clueless 2(et aussi d'un Gremlins 3 apparamment).

Repost 0
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 23:38

SDC13417

Aujourd'hui nous allons parler de la mort de la maman de Bambi... ou plus exactement de son équivalent traumatique avec Harry Potter and the Half-blood Prince.

Exceptionnellement j'ai changé mes habitudes et cette fois le titre de l'article n'est pas tiré d'une chanson d'Harry and the Potters, mais d'une de Ministry of Magic. Et je m'excuse auprès de petite étoile sadique pour ne pas avoir fini le livre en retard. Sinon cet article est bourré de spoiler sur le tome 6(dont qui tient le rôle de la maman de Bambi) mais aussi sur le tome 7... bien qu'à mon avis, si vous avez suivi les précédents articles, c'est trop tard pour vous.


Dans ce tome, (et je peux vous dire que c'est tout à fait affreux de parler légèreté alors que l'on a enterré Dumby, il y a un quart d'heure...), Dumbledore se rapproche de Harry et va l'entraîner dans une quête mystérieuse tandis que Harry suspecte Malfoy de préparer quelque chose de terrible et que les hormones vient de se réveiller, amenant nos héros qui jusque-là n'éprouvaient qu'une innocente amitié à avoir d'autres choses en tête...


Mais l'autre lecture est une lecture tragique, car le tome 6 est en fait une tragédie, puisque dès le chapitre 2, on sait quelle est la fin, et tout le long de l'histoire on va voir les personnages lutter pour échapper à cet instant (ou plus exactement nous espérons qu'il va y avoir un échappatoire et que Rogue ne va pas avoir à tuer Dumbledore), mais tout va se mettre en place et narrativement la mort de Dumbledore, comme celle de Sirius, était inévitable, car à partir du moment où la figure initiatrice se rapproche trop du héros il est nécessaire que celle-ci meurt après avoir lancé le héros dans sa quête(tel Obi Wan Kenobi dans l'épisode IV...).

SDC13413Donc il est inévitable que Dumbledore meurt, mais le plus affreux, pour moi, n'a jamais été qu'il meurt, mais que ce soit Rogue qu'il tue. A l'époque je croisais les doigts pour qu'il n'y soit pas obligé, car j'ai toujours cru en lui et même après la mort de Dumbledore, j'ai continué à croire qu'il avait une bonne raison d'avoir fait ce qu'il a fait. En plus de ça, on a un Dumbledore, vieilli, qui admet ne plus avoir ses facultés d'avant, et physiquement affaibli, donc il est préparé à la mort(pas comme la maman de Bambi), le côté vicieux, par contre, c'est qu'il n'a pas préparé Harry à celui-ci, alors qu'il se savait mourant.

A la deuxième lecture, c'est très émouvant parce que l'on sait ce que Dumbledore cache et le fait que ce n'est pas Rogue qui est pourri, en un certain sens, puisque c'est finalement Dumbledore qui demande trop de lui.

Et je n'ai pas manqué d'accorder de l'intérêt aux différentes apparitions de the Hog Head.


Niveau bémol de ce livre, les amours adolescentes étaient vraiment lassantes, par contre j'aimais beaucoup l'idée de Filch avec Mrs Pince, la bibliothécaire et j'aimais aussi beaucoup l'histoire entre Tonks et Lupin. Harry était par moment agaçant, comme lorsqu'il se fait piéger par Malfoy dans le train ou son côté je ne teste des sorts inconnus sur n'importe qui, au lieu de faire ça sur un animal. J'ai trouvé aussi que l'épisode où Harry manque de tuer Malfoy est traité trop vite, parce qu'il ne montre pas vraiment de remords pour ce qu'il a fait et en plus, il ne trouve même pas étrange la réaction de Rogue et surtout ses suspicions. Il ne pense pas que Rogue pourrait au minimum savoir quelque chose sur le Prince de sang-mêlé, ce qui aurait pu faire un bon départ de recherche. Je suis également impressionnée par le manque de curiosité de Harry, mais aussi par le peu de remarque que l'on a sur le jeune Rogue, car mis à part Trelawney, personne ne laisse rien échapper à son sujet, alors que Hagrid, Slughorn et McGonagall le connaissait déjà.


16-Tower.jpgUne question que je me suis posée, est : est-ce que Rogue est le successeur direct de Slughorn ? et quelles avaient dû être leur relation à l'époque où Rogue était ado, car Slughorn était le chef de sa maison, mais j'ai du mal à imaginer Slughorn propposé à Rogue de faire partie du Slug club, d'autant plus qu'il ne fait jamais mention des qualités que Rogue avait pu montrer en potion dans sa jeunesse, il parle toujours de Lily.

J'ai aussi trouvé bizarre, le fait que Harry ne semble jamais tombé sur le nom de Rogue lorsqu'il recopie le registre des infractions pendant ses retenues... Rogue était-il juste plus discret ou n'était-il effectivement pas un tyran ?


Une autre chose qui m'a semblé étrange, ce sont les horcrux, je trouve certains aspects illogiques, ou mal expliqués, car on ne sait pas trop comment ça fonctionne une fois que le corps initial est détruit pour en obtenir un nouveau ou plus exactement pour redonner vie au bout d'âme qui est enfermé dans l'un d'eux. Du coup j'ai eu du mal à comprendre pourquoi Voldemort avait placé autant de sécurité les deux horcrux du livre, puisque s'ils fonctionnaient comme le journal, il semble avoir besoin du contact humain pour s'activer... dans ce cas, c'est un peu bâlot de les ranger là où personne ne pourra tomber dessus. L'explication final est que l'âme erre tant qu'ils ne sont pas détruits... mais je trouve ça peu clair.


La fin m'a encore une fois bien ému, bien que ça a commencé dès le moment où Rogue hurle à Harry "DON'T CALL ME COWARD", vu que cette fois je connaissais la vérité et donc là, j'ai eu pitié de lui, parce qu'il ne voulait vraiment pas tuer Dumbledore. Par contre, j'en veux à Dumbledore pour son plan.


-Re-Reading-HP-logo.jpg


Ce sixième livre est sympa mais je préfère les premiers et surtout le 4, parce que, ce que j'aimais dans les premiers, c'était l'énigme à résoudre, avec les recherches interminables en bibliothèque  et les matchs de quidditch étaient franchement mieux.

Et je vous laisse sur la chanson de Ministry of Magic, the Lightning struck the Tower :

 

 


Edit : J'aime aussi beaucoup le professeur Flitwick, qui à travers les différents romans s'est pris toutes sortes d'objets à la figure, a été heurté par toutes sortes de sort, ce qui amène à penser qu'il occupe un des postes les plus dangereux de l'école(surtout depuis l'arrivée de Neville).
Par contre, je me lasse un peu du côté caricatural d'Hermione, car elle sait toujours tout, elle réussit tous les sorts, au point que l'on peut se demander comment Harry parvient à jeter levicorpus ou sectumsepra du premier coup, vu le temps qui lui est nécessaire pour arriver à jeter les autres sorts... d'ailleurs on peut se demander comment le reste de l'école s'en sort, vu qu'aucun d'entre eux n'a l'air de réussir à faire une potion ou un sort pendant les cours... J'ai bien aimé le fait que Harry arrive à battre Hermione en potion, je trouvais ça chouette.
Et une dernière question, le patronus de Rogue a-t-il changé à la mort de Lily ou bien a-t-il toujours été une biche ?

Edit n°2 : j'ai aussi trouvé dommage que le passage avec le vampire soit traité aussi brièvement et surtout avec un tel désintérêt pour celui-ci, alors que ce n'est pas quelque chose que l'on semble rencontrer fréquemment. C'était tellement bref, que j'avais même oublié que l'on voyait des vampires dans HP.
J'ai aussi aimé le moment dans le train où Harry regarde Neville et se demande ce qui se serait passé, si Voldemort avait choisi Neville comme Chosen One, et si Neville serait là. Quand on y réfléchit, on arrive à une réponse assez sombre, car si cela avait été Neville, Rogue n'aurait pas changer de camp, donc pas prévenu Dumbledore de ce qui se préparait et alors, qui pense que Dumbledore aurait gagné ?
Repost 0
Published by The Bursar - dans (Re) Reading Hp
commenter cet article
29 avril 2010 4 29 /04 /avril /2010 00:00

SDC13268.JPG

 

Eh oui, voici la question du jour : une rencontre entre bloggueurs le 22 mai 2010 à Lille, ça vous dit ?

 

En effet, suite à ma visite chez Cachou et à différentes réactions enthousiastes, Cachou et moi-même avons décidé d'organiser une  rencontre entre bloggueurs à Lille le 22 mai 2010(week-end de la pentecôte), histoire d'aller faire les librairies.


Nous avons choisi Lille comme point de rencontre, parce que ce n'est pas trop loin de chez Cachou, ni de Paris, vu que ça ne prend qu'une heure en tgv et qu'il y a un tgv à peu près toutes les heures, et toutes les demi-heures à certains moments, donc c'est assez facile de faire l'aller-retour dans la journée. En voiture, ça fait 2h15(d'après les itinéraires Michelin et avec l'autoroute), ce qui peut être une option si vous êtes portés sur le co-voiturage.

 

Niveau planning, je vous renvoie chez Cachou qui nous a fait un programme. Le point actuel de rencontre est à 12h30, à la gare Lille-Flandre(le lieu exact est encore à préciser, mais basiquement si vous voyez un groupe qui contient une personne se promenant avec un lapin en peluche dans les bras, ce sera nous) et on ira manger quelques parts dans les parages et faire du "bière citron ou pas citron tasting". Ensuite nous irons faire le tour des librairies. Si vous nous rejoignez après le repas, il faudra nous signaler histoire qu'on fixe un second point de rendez-vous.


Niveau pratique, Camille signale que l'on peut se garer à un des terminus du métro, par exemple, sur le parking d'ikéa, ou alors le parking sous-terrain de Carrefour(l'énorme centre commercial entre les gares de Lille-Flandre et Lille-Europe) et avoir le parking de remboursé pour tout achat à Carrefour, ou encore vers le métro cormontaigne ou vers le bas de la rue gambetta où le stationnement est gratuit. Par contre, Cachou signale que les parkings non-surveillés du centre de Lille, c'est à vos risques et périls, et pour ce qui est de Carrefour, ils remboursent seulement pour 1h30. Resmiranda confirme que le mieux c'est le parking de Lomme(ikéa) et propose de servir de point de ralliement là-bas, pour ceux qui s'y seront garés, afin de prendre le métro pour gagner Lille.

 

Donc, si vous êtes intéressés, laissez-moi un message dans les commentaires.

 

Et si vous avez des suggestions, n'hésitez pas à nous en faire part.

 

Seront là normalement : Cachou, Lhisbei, Pickwick, moi-même en compagnie de Petite étoile sadique(et de Thumper, qui est un des meilleurs signes de ralliement), Resmiranda et Faelys.

 

édité à 20h20 le 17 mai(la partie planning).


Repost 0
28 avril 2010 3 28 /04 /avril /2010 12:38

woody-allen-sex.jpgAujourd'hui, nous allons parler de Everything you always wanted to know about sex(but were afraid to ask) et de comédie érotique d'une nuit d'été de Woody Allen.

 

Everything you alwas wanted to know about sex, est une série de sketch, qui n'est pas sans faire penser à The Meaning of life des Monty Python. Il s'agit de l'adaptation libre du livre éponyme du Dr David Reuben, paru en 1969 et qui est un manuel de sexologie, qui fut très populaire à l'époque.


Le film de Woody Allen date de 1972 et est composé de 7 parties:


1. Do Aphrodisiacs Work?

2. What is Sodomy?

3. Why Do Some Women Have Trouble Reaching an Orgasm?

4. Are Transvestites Homosexuals?

5. What Are Sex Perverts?

6.Are the Findings of Doctors and Clinics Who Do Sexual Research and Experiments Accurate?

7.What Happens During Ejaculation?


Et le générique du début et de la fin nous montre un écran rempli de lapins albinos qui mènent leur vie sur la chanson Let's misbehave(mais je vous vois venir, les lapins se conduisent très bien).


Pour une description plus détaillée, je vous renvoie à l'article de Cachou, en compagnie de qui j'ai regardé ce film.

 

En dehors de ça, j'ai bien aimé ce Woody Allen, je l'ai trouvé assez drôle, bien que le deuxième sketch m'a un peu moins plu, car sur la question de la sodomie, on pouvait certainement faire quelque chose de plus intéressant qu'une histoire de zoophilie. J'ai aussi été un peu déçue par Are transvestites Homosexuals, même si la chute était vraiment pas mal.Le dernier sketch est chouette, avec Woody Allen en spermatozoïde.

 

Dans l'ensemble, c'est un film qui a provoqué pas mal d'éclat de rire, en particulier lorsque nous avons découvert que le médecin zoophile s'appelait...Doug Ross.

 

Comedie-erotique-d-une-nuit-d-ete--B-.jpgPassons à comédie érotique d'une nuit d'été. Le sujet de la parodie semble évident, mais esthétiquement, ça fait plutôt penser à Chambre avec vue et il s'avère que le film est plutôt inspiré de Smiles of a Summer Night de Ingmar Bergman.

 

Le couple d'Andrew est dans l'impasse, sa femme ne le désire plus et lui passe sa frustration dans le fait d'inventer des machines. Ils reçoivent, le temps d'un week-end, deux couples : le Dr Leopold Sturgis, éminent philosophe, et sa fiancée, Ariel, qui a 20 ou 30ans de moins que lui, et le docteur Maxwell Jordan, qui collectionne les conquêtes, accompagnée pour l'occasion d'une de ses infirmières. Rapidement, la nostalgie et les nouvelles rencontres vont venir bouleverser les arrangements initiaux.


Ce film m'a un peu déçue, déjà parce que je m'attendais plutôt à une parodie déjantée de Shakespeare, mais surtout parce que le film est plus sérieux que Woody et les Robots. On y retrouve cependant d'étranges machines volantes et  aussi l'invention d'Andrew qui permet de voir les esprits, pour le petit côté original, mais sinon, c'est plus une comédie sur le sexe, où l'on va se courir après.

Je l'ai trouvé sympa mais sans plus.

Repost 0
Published by The Bursar - dans Sea - sex and sun
commenter cet article
26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 18:01

croque-mort-1.jpgAujourd'hui nous allons parler de Le croque-mort a la vie dure de Tom Cockey, premier livre d'une série policière mettant en scène les aventures de Hitchcock Sewell, croque-mort à Baltimore.

 

Tout va pour le mieux pour Hitchcock, son entreprise est florissante, les morts se succède mais son quotidien va se trouver perturber par l'enterrement de Carolyn James, une jeune femme qui s'est suicidée. Rien de bizarre là-dedans, sauf que la veille une autre Carolyn James est passé au funérarium pour s'informer dnas l'idée de plannifier ses propres funérailles. Hitchcock va alors se lancer dans sa petite enquête pour comprendre ce qui a poussé Carolyn James à mettre fin à ses jours mais surtout découvrir l'identité de la jeune femme, passée à son salon.

 

Ce livre nous offre une histoire pleine d'humour,  où l'on suit les aventures de Hitch entre l'évolutions de la production de la pièce de théâtre locale où Hitch s'est trouvé embarqué tout comme son ex-femme aux moeurs libres, la succession des enterrements, avec la variété qu'ils offrent, la campagne electorale qui bat son plein et l'enquête elle-même.


Initialement, ce livre m'avait tapé dans l'oeil, parce que le héros n'est autre qu'un croque-mort, or un croque-mort qui mène l'enquête ce n'est pas banal, et le concept est finalement très satisfaisant, j'aime beaucoup le récit des différents enterrements et les petites plaisanteries de Hitch sur le sujet.


Mais ce qui fait la particularité de cette série, c'est son style, car les descriptions sont souvent faites sur un ton ironique, qui change du style souvent sérieux des policiers :


Je déambulai dans la pièce et serrai quelques mains. On m'assura à chaque fois que le pompier retraité avait été "un brave homme." C'est assez courant. Il n'y a que de rares illuminés pour venir vous susurrer à l'oreille que le mort était un ignoble fils de pute.


Bref c'est un policier plaisant et je pense que je lirais les autres.

Repost 0
24 avril 2010 6 24 /04 /avril /2010 16:55

SDC13401.JPGAujourd'hui nous allons parler du banquet et de l'apologie de Socrate de Xénophon. Il faut savoir, tout d'abord, que je n'aime pas particulièrement Xénophon, car Xénophon a un style lourd, avec des répétitions, et c'est l'équivalent des petites roues pour les hellénistes, puisque c'est l'auteur que l'on traduit en abondance quand on est débutant. Mais alors pourquoi, tout d'un coup me suis-je mise à la lecture de Xénophon ? Pour mon mémoire, évidemment, car Xénophon, c'est l'autre source sur Socrate et il présente un Socrate différent de Platon, certains passages sont aussi mentionnés dans mes textes et anthologies relatives à l'homosexualité grecque.


Le premier texte est celui du Banquet, qui fait certainement écho à celui écrit par Platon.

Socrate, accompagné de Critobule, Hermogène, Antisthène et Charmide, est invité par Callias à un banquet que celui-ci donne en l'honneur du jeune Autolycos, qui vient d'être victorieux au pancrace. Xénophon nous raconte comme se déroule un banquet traditionnel entre gens bien éduqués et surtout comment son maître savait se comporter dans les Banquets.

Il y a neuf chapitres, le premier est la mise en place des personnages et l'arrivée du bouffon Philippe, le second rapporte le divertissement donné par un Syracusain et sa troupe, avec les discussions des convives sur ce qu'ils voient, le chapitre III est une discussion où chaque convive énonce ce qu'il juge être sa fierté tandis que le quatrième rapporte les éloges des qualités que chacun vient de mettre en avant. Dans le chapitre V, Socrate essaie de démontrer qu'il est plus beau que Critobule, dans le sixième on discute de ce qui constitue l'attitude inconvenante d'un convive, dans le septième, Socrate demande aux Syracusains de leur préparer une pantomime, dans le huitième, on parle d'Eros et le dernier chapitre raconte comment la soirée s'est finie.


SDC13400.JPGLes plaisanteries ne volent pas toujours très haut, le texte lui-même est très terne en comparaison à Platon. Mon intérêt sur ce texte se résume à quelques passages relatifs à la pédérastie, dont le moment où Charmide explique pourquoi il considère que sa beauté est un vecteur de vertu, mais surtout le moment où Socrate explique pourquoi il considère que sa fierté est dans le fait d'être un entremetteur. Ce qui me fascine le plus dans ce "Socrate entremetteur", c'est le terme grec employé, qui signifie d'après Bailly, celui qui excite à la débauche et qui d'après ce que dit le Socrate de Xénophon et mes notes, est en fait l'équivalent d'un tenancier de bordel, tandis que le personnage d'Anthisthènes va être désigné par un autre terme qui correspond en gros à notre terme de proxénète. Donc je m'amuse assez, à essayer de déterminer qui signifie quoi.


Pour ce qui est de l'Apologie de Socrate, il faut savoir qu'après sa mort, Socrate est vite devenu une figure littéraire et que Platon n'a pas été le seul à écrire des dialogues socratiques, et la question du procès de Socrate a également été pas mal abordée. Ainsi Platon a écrit une apologie, et Xénophon également.


Dans la version de Xénophon, l'accent est mis sur le fait que Socrate voulait mourir :


6 "Mais maintenant, si j'avance encore en âge, je sais que nécessairement j'aurai à subir les inconvénients de la vieillesse, que ma vue baissera, que j'entendrai moins bien, que j'aurai plus de peine à apprendre et plus de facilité à oublier ce que j'ai appris. Or, si j'ai conscience de cette déchéance et que je sois mécontent de moi-même, comment ma vie, poursuivit Socrate, pourrait-elle m'être encore agréable ?"


Socrate apparaît comme quelqu'un de très fier dans cette version de son procès, mais par rapport à Platon, on perd tout le développement sur la technique de Socrate et sa quête d'un homme plus sage que lui, ce qui est mon passage favori de l'apologie écrite par Platon. L'intérêt de la version de Xénophon est seulement dans cette explicitation du fait que Socrate voulait mourir.


Donc maintenant, je n'ai plus qu'à me coltiner les mémorables et l'Economique en version anglaise, puisque c'est dans l'édition Loeb qui a le mérite de contenir aussi dans le même volume le Banquet et l'Apologie de Socrate, que je les ai... les mémorables n'étant pas si aisé que ça à obtenir en bilingue français.


En tous cas, cette lecture correspond à la lettre X de mon challenge ABC.

 

challenge-Abc-2010.jpg

Repost 0
Published by The Bursar - dans Chante - déesse...
commenter cet article
22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 11:32

seigneursOlympe.jpgAujourd'hui nous allons parler de Seigneurs de L'Olympe de Javier Negrete, dans le cadre du défi Mythes et légendes.


Vint l'heure de donner naissance à Zeus, son sixième enfant, et Rhéa supplia sa mère de l'aider à accoucher en secret. Lorsque Zeus naquit, Gaia l'emmena en Crète, où elle abrita dans une grotte impénétrable sous les flancs boisés du mont Ida. Entre-temps, Rhéa prit une pierre que Gaia avait secrétée en son sein, la recouvrit d'une laine imprégnée d'huile, l'emmaillota et la présenta à Cronos. L'infortuné souverain n'en fit qu'une bouchée, croyant qu'il s'agissait de Zeus.

Quand Zeus vint à grandir...

Le temps a passé, Zeus a vaincu Cronos et est devenu le nouveau souverain de l'Olympe, mais une menace à son règne se profile...un complot se trâme dans l'Olympe même, tandis que Typhon, à la tête d'une armée de Géants, s'avance à la conquête de l'Olympe. Le monde lui-même est troublé, les centaures, les créatures marines et forestières se plaignent des hommes et veulent anéantir cette race. Zeus parviendra-t-il à déjouer le plan visant à mettre une nouvelle génération sur le trône ? et réussira-t-il à préserver les hommmes ?


Ce livre est une vraie merveille, on sent la maîtrise réélle du sujet par l'auteur, ses descriptions témoignent d'une véritable connaissance des mythes grecs et du langage épique, car Negrete arrive intégrer à son récit des expressions homériques sans pour autant que cela semble lourd ou forcé, on trouve même certains épithètes homériques, comme potnia Héra ou Athéna poliade. Certaines ordres sont également en grec translittéré.

Negrete parvient également  à intégrer différents épisodes et références mythologiques à son récit de façon parfaitement naturelle.  Ici, le récit, c'est celui de la Gigantomachie. A travers ce récit, on croisera Prométhée, Atlas, Médée, Ganymède... mais surtout on suivra les dieux. Negrete a réussi à donner à chacun une personnalité propre, j'aime énormément la manière dont il arrive à rendre les dieux vivants. J'ai particulièrement aimé le personnage d'Athéna et j'ai partagé dans l'épilogue les sentiments de Zeus et Héphaïstos.


Negrete ne se contente pas de réécrire la gigantomachie, il ajoute également une touche personnelle aux mythes, avec par exemple, le fait que le pouvoir de Zeus de lancer des éclairs vient d'une invention des cyclopes. On sent que ce livre est le résultat d'une véritable réflexion et ainsi j'ai particulièrement aimé cette remarque sur Aphrodite et Zeus :


"Elle avait la peau dorée, un corps voluptueux qui semait la folie chez les hommes et les dieux. Hormis chez  Zeus, qui ne l'avait pas touchée, curieusement. C'était là un mystère. A eux deux, ils avaient forniqué avec l'Olympe au grand complet et la moitié des mortels, cependant ils gardaient leurs distances l'un envers l'autre."


A la fin du livre, on trouve en appendice un essai sur Mythologie et fantasy dans Seigneurs de l'Olympe, où l'auteur explique chapitre par chapitre ses sources d'inspirations et certaines de ses inventions. C'est une chose qui donne envie de se plonger dans la bibliothèque d'Apollodore, et de découvrir aussi la part d'influence issue des mythes scandinaves. C'est un essai intéressant qui permet de resituer les différents mythes mentionnés dans l'histoire.


Ce roman est une véritable perle pour les hellénistes, tant il est truffé de références, mais peut aussi se lire sans connaissance développée de la mythologie grecque, d'autant qu'il y a à la fin une liste des personnages avec quelques indications à leur sujet.

 

mythesetlegendes

Repost 0
Published by The Bursar - dans Chante - déesse...
commenter cet article
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 12:49

Shaun-of-the-dead.jpgAprès Hot Fuzz, nous allons aujourd'hui parler de Shaun of the Dead, film que j'ai également récupéré au cours de mon séjour chez Cachou.


Shaun est un petit employé dans le supermarché du coin, sa copine veut le quitter parce qu'il ne sait rien faire d'autres que d'aller au pub du coin, le Winchester, en y traînant, son ami Ed, un fainéant qui squatte depuis des années dans l'appart de Shaun. Mais peu de temps après qu'une navette spatiale américaine soit rentrée dans l'atmosphère au-dessus de l'Angleterre, les gens se transforment peu à peu à zombie. Il ne reste plus qu'une chose à faire pour Shaun : sauver son ex-copine, en espérant que cet acte héroïque lui permette de la reconquérir, sauver sa mère et trouver un endroit sûr où attendre la fin des hostilités.


On m'avait énormément vanté ce film, du coup, je m'attendais à quelque chose de plus déjanté. Le fait est aussi, que je ne suis pas très spécialisée dans les films de zombie donc je n'ai pas pu percevoir le sel de toutes les scènes. Du coup, j'ai préféré Hot Fuzz et aussi Lesbian Vampire Killer, qui est certes, moins subtils, mais que j'ai trouvé plus drôle(de toutes manières, je préfère les films de vampire).


J'ai bien aimé le casting de ce film avec Bill Nighy dans le rôle du beau-père et celui qui fait Bernard dans Blakc Books, dans le rôle du colocataire un peu coincé de Liz.


nighy_shaun_dead.jpgL'histoire est sympa, on suit d'abord le quotidien de Shaun où les gens sont déjà à moitié des zombies, tant ils vaquent à leurs occupations de façon mécanique, ce qui fait qu'au départ les personnages ne remarqueront pas la présence des zombies(j'aime particulièrement la sortie du pub). La fin est la cerise sur le gâteau et assez bien dans le prolongement de ce que l'on avait au départ.


Il y a pas mal de scènes marrantes, comme lorsque Shaun croise une de ses connaissances qui entraîne un groupe de survivants dans la direction opposée, survivants qui sont l'exact reflet du groupe de Shaun, au niveau de leur rôle par rapport au leader, ou le moment le juke box se met à passer Queen.


C'est un bon film, et je remercie Cachou, grâce à qui j'ai enfin pu le voir.

Repost 0
Published by The Bursar - dans Children of the Night
commenter cet article
20 avril 2010 2 20 /04 /avril /2010 00:05

Lord-Arthur-Savile.gifEn ce 300ème article, nous allons parler d'Oscar Wilde, avec un recueil de nouvelles : Lord Arthur Savile's Crime and Other Stories. Ce recueil dormait depuis plusieurs années dans ma bibliothèque.

 

Ce recueil contient :

 

- Lord Arthur Savile's Crime

- The Canterville Ghost

- The Model Millionaire

- The Young King

- The Fisherman and His Soul

- The Happy Prince

- The Devoted Friend

- The Portrait of Mr W.H., dont je vous ai déjà parlé, il y a quelques jours.

 

Ce qui m'a particulièrement étonné dans ces nouvelles, c'est l'importance de la morale chrétienne, où la piété triomphe ainsi que la charité.

 

Lord Arthur Savile's crime est une histoire de voyant. Lord Arthur est sur le point de se marier à la douce Sybil, mais à une fête donnée par Lady Windermere, le chiromancien de celle-ci lit dans sa main qu'il est destiné à commettre un meutre. Lord Arthur décide de retarder son mariage jusqu'à ce qu'il ait accompli son meutre.

 

C'est une histoire assez savoureuse car on suit les efforts de Lord Arthur pour accomplir un meutre afin d'être débarassé, mais ses efforts ne sont pas toujours courronnés de succès.

 

canterville.jpgPour ce qui est du Fantôme de Canterville, je l'avais lu, il y a des années et je l'avais détesté, mon opinion sur la question n'a toujours pas changé.

L'histoire en gros est celle-ci : une famille d'américain achète une vieille demeure anglaise qui se trouve être hantée, mais nos américains sont des gens bien pragmatiques, complètement insensibles aux apparitions du fantôme, qui finit par être tyrannisé par les enfants et être à moitié dépressif...

 

Dans cette histoire, Oscar Wilde joue sur les clichés autour des histoires de fantôme, pour tourner en dérision notre pauvre fantôme qui est complètement pathétique. Le fait que ce soit le fantôme qui se voit victime des habitants de la maison ne m'amuse absolument pas, il m'agace au contraire, vu qu'il est absolument pathétique, car je suis sûre que s'il avait mis tous ses efforts dans le fait de tuer les habitants de la demeure, ils auraient fini par le prendre au sérieux.

Bref c'est une nouvelle que je continue de détester.

 

The Model Millionaire est une nouvelle très courte qui raconte comment un jeune homme parvient à épouser celle qu'il aime grâce à la générosité d'un millionaire.

 

happy.prince.jpgThe Young King raconte le rêve que fait un jeune Prince sur le point d'être courronné et les conséquences que cela va avoir sur la conduite du royaume.

 

Cette histoire montre comment le luxe se nourrit des conditions misérables des pauvres et de quelle manière la pauvreté est aussi une forme d'esclavage.

 

The Fisherman and His Soul raconte l'histoire d'un pêcheur qui tombe amoureux d'une sirène, mais s'il veut l'épouser, il doit se séparer de son âme. Il accepte donc parce qu'une âme ne lui sert à rien mais celle-ci revient chaque année avec le récit de ses voyages pour essayer de tenter le pêcheur et l'amener à la reprendre. L'amour pour la petite sirène serait-il le plus fort ?


C'est histoire m'a un peu ennuyé, car elle avait un peu trop la structure d'un conte pour enfant, avec de nombreuses répétitions et de longues descriptions qui vont très bien dans une lecture orale mais qui sont un peu ennuyeux autrement.

 

The Happy Prince raconte l'histoire d'une hirondelle qui se lie d'amitié avec une statue en or, appelée the Happy Prince, mais qui en réalité pleure parce qu'elle voit toute la misère qui règne dans la ville. L'hirondelle va aider the Happy Prince a alléger les souffrances qu'il voit.

 

C'est une histoire assez triste et très marquée par les problèmes de pauvreté de la société victorienne.

 

The Devoted Friend raconte comment le pauvre petit Hans se fait exploiter par le meunier qui au nom de l'amitié qu'il lui porte ne cesse de suscité de lui toutes sortes de service, sans jamais le payer d'un retour.

 

En résumé, c'est un recueil de nouvelles intéressant, Lord Arthur Savile's crime est une nouvelle plaisante et le reste est souvent agréable à lire.


C'est là mon livre pour la lettre W du challenge ABC.

 

challenge-Abc-2010.jpg

Repost 0
Published by The Bursar - dans My tailor is rich
commenter cet article
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 14:06

zazie.jpg

Aujourd'hui, je vais vous parler de Zazie dans le métro de Raymond Queneau, livre qui s'avère être de saison vu qu'il se déroule à Paris pendant une grève des transports.

 

La mère de Zazie est venu à Paris pour deux nuit et un jour pour retrouver son nouveau Jules et pendant ce temps-là, Zazie est laissée à la garde de son oncle Gabriel. Mais la mouflette est une petite peste vulgaire et ne veut qu'une seule chose, voir le métro, or le métro est en grève. On va donc suivre les périgrinations de Gabriel et Zazie dans Paris par temps de grève, entre le taxi de l'ami Charles, le car de touristes et la voiture réquisitionnée d'un provincial.

 

C'est un livre intéressant, où Queneau s'amuse reproduire avec exactitude les mots tels qu'ils sont prononcés par les personnages, et donne aussi certaines indications sur les gestes dans des parenthèses, ce qui contribue à donner un caractère théâtral à ce texte. Du point de vue de l'écriture, c'est intéressant car c'est écrit principalement en langage familier avec par moment quelques élévations de style, on a aussi des répétitions dans le cadre des descriptions ou des actions qui donnent un côté comique à la situation.


La galerie de personnage est très intéressante avec Gabriel, un costaud qui danse dans une boîte gay et sur qui pèse la question de Zazie pendant une grande partie de l'histoire sur le fait de savoir s'il est hormosessuel ou pas, on a aussi les amis de Gabriel, la très discrète Marceline, mais surtout les touristes, mes préférés dans l'histoire avec Gabriel.


L'histoire a du rythme, et la fin a de quoi étonné. Par contre, je ne suis pas fan de Zazie, je la trouvais casse-pied et partageait les envies des touristes de la jeter dans la seine.


CLAP-DonnieJ'ai commencé ce livre dans le tgv Lille-Paris, parce que nous étions à la bourre à la gare, donc je suis montée plus ou moins in extremis dans le train, donc quand je suis arrivée à ma place, je me suis dépêché de coller mon sac de sport en hauteur... sauf que le Xénophon que je lisais était dedans, du coup j'ai dû me rabattre sur le contenu du sac à mes pieds qui contenait une grande partie des livres achetés à la bourse de Tournai.

Repost 0

Citations : Terry Pratchett

Interesting time, p.43
*****
Interesting Time p.19
*****
Le Huitième Sortilège p.87
*****
La huitième Couleur p.91
*****
*****

*****

*****
Apes had it worked out. No ape would philosophize, "The mountains is, and is not." They would think, 'The banana is. I will eat the banana. There is no banana. I want another banana."
Unseen Academicals p.76
*****
'I would like permission to fetch a note from my mother, sir.'
Ridcully sighed. 'Rincewind, you once informed me, to my everlasting puzzlement, that you never knew your mother because she ran away before you were born. Distincly remember writing it down in my diary. Would you like another try ?'
'Permission to go and find my mother ?'
Unseen Academicals,  p.187
*****
'The knees should be covered. It is a well-known fact that a glimpse of the male knee can drive women into a frenzy of libidinousness.'
Unseen Academiacls, p.130
*****
"Lord Vetinari's rules : if it takes an Igor to bring you back, you were dead. Briefly dead, it's true, which is why the murderer will be briefly hanged. A quarter of a second usually does it."
Unseen Academicals, p. 98
*****
"I'm a wizard ! We can see things that are really there, you know,"said Ridcully. " And in the case of the Bursar, things that aren't there too."
Hogfather, p 98

Perdu Dans La Vallée ?

Malakos is here too !!!

Archives

Le mot de l'auteur

 

Bienvenue au sein de la vallée des grenouilles séchées,  blog d'une prof de lettres classiques fan de Star Trek et de Terry Pratchett.
Vous trouverez ici mes impressions sur des ouvrages que j'ai lu, des films qui ont retenu mon attention et parfois des séries.
 
Sur ce, je vous souhaite une bonne navigation mais méfiez-vous d'une chose, j'ai une tendance à m'adresser plus à ceux qui ont lu ou vu ce dont je parle, donc quand ce n'est pas votre cas, évitez de continuer votre lecture quand vous atteignez le paragraphe commençant par "dans le détail" ou voici la partie spoiler mais dans la plupart des cas, les spoilers sont en surlignés.

The Bursar

Et pour me laisser un message sans lien avec un article c'est par là :



 
 

One Challenge to rule them All

logo fondcomble

 

Pour s'inscrire, c'est par là.


Pour consulter les billets publiés par les autres membres de la Communauté ou laisser les liens de vos article, c'est ici.


Pour les logos des différents niveaux c'est là.


Pour les différents logos généraux, c'est ici et .

 


***********************


De mon côté, je vais faire le challenge Valar !

 

Jusqu'ici j'ai peu avancé.

J'ai lu :

The Hobbit

Le Silmarillion

The Fellowship of the Ring

The Two Towers

 

L'adieu au Roi, chansons pour J.R.R. Tolkien

Beowulf

 

 

Challengevalar 2

mes coups de coeur

Mes coups de coeur 2009














Mes coups de coeur 2010

sherlock-holmes-2009

Homère et Shakespeare en banlieue
seigneursOlympe
team medical 01
koi-suru-bo-kun-kaiosha-1
starship troopers
lovely_teacher.jpg
hei-sensei.jpg
rocky-horror-picture-show-posters.jpg
petits meurtres à l'anglaise
galaxy-quest-deluxe-edition-dvd
Couverture-Princesse-Soso.jpg
maurice.jpg
Mes coups de coeur 2011
gemmell legende
bowie labyrinth jim henson movie poster
grammaire
st trinian
Mes coups de coeur 2012
Crimson Spell