Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 décembre 2010 2 14 /12 /décembre /2010 13:36

bucoliques_23781_250_400.jpgAujourd'hui je vais vous parler des Bucoliques de Virgile, parce que j'ai dû le lire afin d'avoir ma lettre V pour le challenge ABC(oui, on y croit, après ça, il me reste Updike et les nouvelles aventures du juge TI).

 

Présentation de l'éditeur :

De doux paysages, des dieux et des Nymphes, des bergères coquettes et des bergers qui chantent l'amour et la poésie, voilà l'Arcadie, pays de rêve où l'instant poétique devient éternité. Mais, aux alentours de ce paradis imaginaire, rôdent les menaces des guerres civiles et des passions, comme le loup autour de la bergerie.

Le pipeau pastoral ne dominera pas les trompettes de l'Histoire, mais il fait entendre une frêle musique qui sauvegarde les douceurs et les grandeurs de la pure rêverie.

Virgile enseigne ici que seule la poésie rend l'homme digne d'être au monde.

 

Tout d'abord, il faut savoir que je ne suis pas fan de la poésie latine(à l'exception des Tristes d'Ovide) et Virgile n'est pas un auteur qui me passionne, vu que je le trouve extrêmement fade par rapport à Homère. Les Bucoliques est un recueil important pour l'influence qu'il a eu sur les siècles suivants et par exemple sur le genre de la pastorale. Je n'ai pas réussi à voir ce qu'il y avait de remarquable. Certains poèmes sont clairement inspirés de Théocrite, mais je préfère Théocrite(et Théocrite n'est pas un poète grec qui me passionne), en plus, je trouve les textes assez prudes par rapport à l'original grec(oui, car je connais bien Théocrite parce qu'il faisait partie des sources que nous possédons sur l'homosexualité grecque).

 

Le thème n'était pas non plus d'un genre qui me passionne, car j'ai du mal à voir l'intérêt dans des concours de chant entre bergers... je pense que le problème est que le genre bucolique est un genre avec lequel je ne suis absolument pas familière, du coup, je n'arrive pas à repérer les effets de style ou à juger du développement des différents thèmes.

 

Les Bucoliques n'est pas du tout un texte qui va rester dans ma mémoire.

 

challenge-Abc-2010.jpg

Repost 0
Published by The Bursar - dans Chante - déesse...
commenter cet article
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 21:03

sanantonioCe week-end je suis allée à Dijon, où j'ai ainsi mis la main sur un sac à main Totoro^^, fait le plein de manga et acheté quelques livres pour mes challenges de fin d'année. C'est ainsi qu'aujourd'hui je vais vous parler de ça sent le sapin, une des nouvelles aventures de San-Antonio, écrites par Patrice Dard, le fils de San-Antonio, livre que j'ai dévoré hier dans le train.

 

Présentation de l'éditeur :

 

Mekèl Belboul massacré à coups de flash-ball.

Corde sabotée, Situva Tuvaniké plonge dans le vide.

Vaszy Kaszilpö déchiqueté par une balle de golf piégée.

Un chewing-gum au cyanure foudroie Pipo Fellacci.

Il ne fait pas bon être sportif dans ce petit bled de montagne.

Et encore moins flic...

 

Pour San-Antonio et son infatigable Bérurier,

ça sent le sapin !

 

Oui, je l'admets, San-Antonio fait parti de mes plaisirs inavouables. Je l'ai découvert cet été en Bretagne, dans le gîte où j'étais hébergé qui avait dans un recoin des harlequins, des OSS17 et des San-Antonio. C'est comme ça que j'ai lu mon premier San-Antonio qui m'a d'ailleurs beaucoup plu. J'en ai relu un à la rentrée, car il se trouve que je suis actuellement dans la patrie de San-Antonio(d'où mon envie de découvrir la célébrité du coin).

 

Ce tome n'est pas de Frédéric Dard mais de son fils qui a décidé de continuer les aventures de San Antonio après le décès de son père. C'est finalement assez réussi. J'avais eu des réserves au départ mais finalement j'ai trouvé que l'on retrouvait assez bien le style particulier des San-Antonio.

 

L'intrigue est intéressante et le couple Bérurier n'est pas trop présent(en comparaison avec un autre tome que j'ai lu : je ne suis pas fan des Berurier)et les cadavres s'amoncellent tandis que San-Antonio continue de coucher avec toutes les jeunes femmes qui croisent sa route.

 

Le point que j'ai particulièrement apprécié, ce sont les titres de partie qui reprenaient des titres de film et les titres de chapitre qui parodiaient les cadres d'avertissement des paquets de cigarette. J'aime énormément les jeux de mots et traits d'esprit que l'on trouve dans les différents chapitres.

 

Bref, ce fut une lecture de noël agréable et qui au moins a un style.

 

defi noêl

Repost 0
12 décembre 2010 7 12 /12 /décembre /2010 18:05

galaxy-quest-deluxe-edition-dvd.jpgIl y a quelques jours, je suis tombée sur Galaxy Quest dans ma bibliothèque et je n'ai pu m'empêcher de regarder ce film le soir même.

 

Galaxy Quest était une série très populaire mais depuis son arrêt, la carrière des différents membres du casting est au point mort et leurs apparitions publiques se limitent aux conventions et autres événements où ils sont obligés d'endosser à nouveau leurs personnages. Entre ses acteurs, il y a des fortes rivalités et jalousies en particulier entre Jason Nesmith, l'acteur principal de la série à l'égo surdimensionné, Alexander Dane, l'acteur anglais qui se retrouve à jouer un alien et Gwen Demarco qui est la blonde de l'histoire, mais les choses vont tourner de façon imprévue, lorsqu'un groupe d'alien qui a suivi toute la série en croyant qu'il s'agissait d'un documentaire, vient demander l'aider du commandant Peter Quincy Taggart et de son équipage. Les acteurs vont alors devoir endosser leur rôle pour de vrai.

 

J'ai réellement adoré ce film qui est une brillante parodie de Star Trek. Elle est brillante au sens où le film a une véritable histoire, avec des personnages qui ne sont pas de purs clichés et où on n'a pas l'impression d'être face à une succession de gags plus ou moins lourds que l'on ne peut supporter que parce que l'on connait le film original. Les références sont plutôt bien intégrées dans le film, donc c'est un vrai plaisir d'essayer de les repérer.

galaxy_quest_2.jpgOn retrouve par exemple la rivalité qu'il y avait dans Star Trek entre Shatner et les autres acteurs(et le fait que Shatner avaient une tendance à essayer des répliques des autres, par crainte de la popularité de Spock), on a aussi l'ambiance des conventions mais aussi la parodie d'épisodes.

 

En plus, on a Alan Rickman dans le rôle de l'acteur anglais qui fait l'extraterrestre qui est une sorte de Mr Spock avec un code d'honneur beaucoup moins pacifique. J'ai aussi beaucoup aimé Guy, l'acteur qui avait joué un membre de l'équipage dans un épisode et qui s'incruste parmi le casting principal, puis fait tout un drame lorsque les ennuis commencent, parce qu'il est persuadé qu'il va mourir, puisque c'était le destin inévitable du type de personnage qu'il incarnait(et finalement, il n'a pas tord quand il casse l'ambiance lors de l'épisode des mineurs...). J'ai aussi apprécié Tony Shalhoub dans le rôle de l'ingénieur en chef très zen et déconnecté de la réalité, il fait d'ailleurs partie des raisons pour lesquelles j'aime cette adaptation : je n'arrive pas du tout à savoir s'il parodie un personnage ou si c'est un gag original(je penche pour la seconde hypothèse).

 

Bref, c'est un film qui s'avère être une très bonne surprise(après si vous n'avez pas vu Star Trek, je suis incapable de vous dire si ce film peut vous plaire), c'est une parodie bien faite et comme j'aimerais en voir plus souvent.

Repost 0
Published by The Bursar - dans Live Long and Prosper
commenter cet article
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 18:23

priscilla folle du desert1Tandis que Merry et Pippin tentent de convaincre les Ents de l'urgence de la situation, je vais vous parler d'un film que j'ai revu dimance dernier : Priscilla, folle du désert.

 

Mitzi a besoin de changer d'air et accepte un contrat à Alice Spring, il emmène avec lui Bernadette, un transexuel qui vient de perdre son compagnon, et Félicia, une autre drag queen particulièrement exaspérante. Ensemble, ils vont traverser le désert à bord d'un bus et affronter l'intolérance des petites villes du fin fond de l'Australie.

 

J'aime beaucoup ce film, en particulier à cause de ses costumes incroyables. La bo est très sympathique, avec les Village People et Abba. Le film mêle humour et émotion, puisqu'on a des moments assez drôles comme lorsque Hugo Weaving danse dans le désert dans une robe verte, ce qui explique pourquoi le couple d'automobiliste fuit, et d'autres émouvants, car on voit les difficultés rencontrées par les personnages pour trouver leur place dans la société et surtout l'intolérance qui peut tourner facilement à la violence.

 

Au niveau des personnages, j'ai bien aimé le trio formé par Mitzi, Felicia et bernadette mais aussi la relation qui se noue entre Bernadette et Bob. Cependant celui qui m'a le plus marqué, c'est le fils de Mitzi qui se montre très tolérant, j'adore quand il lui demande s'il compte avoir un petit ami quand ils rentreront chez lui. Il est vraiment adorable.

 

Les acteurs jouent très bien, les différents numéros de chants que comporte le film sont vraiment super. C'est un vraiment un film dont je ne me lasse pas.

 

Le dvd est accompagné d'un making-off très intéressant, qui permet de découvrir la vérité sur les costumes mais aussi les coulisses du film, avec les difficultés qu'ont pu rencontrer les acteurs.

Repost 0
Published by The Bursar - dans Sweet transvestite
commenter cet article
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 20:45

PeterCushing1959-19_276466s.jpgIl y a quelques temps j'ai mis la main sur un coffret d'adaptation de Sherlock Holmes par la bbc. Ce coffret est centré sur Peter Cushing et contient le chien des Baskervilles(qui est différente de celle qui fut réalisée par la Hammer), une étude en rouge, le signe des quatre, le mystère de Boscombe Valley et the blue carbuncle, ainsi que deux adaptations récentes : une autre version du chien des Baskervilles et Sherlock Holmes and the case of the silk stoking avec Rupet Everett dans le rôle de Holmes. Il y a aussi un documentaire. Aujourd'hui je vais donc comparer les deux adaptations de la bbc.

 

Tout d'abord, concernant la version Cuhsing, j'ai été étonnée, car je me suis terriblement ennuyée devant cette version, qui est certes beaucoup plus fidèle que la version Hammer, mais moins bonne, que ce soit dans la manière de filmer ou dans l'histoire, car on s'ennuie devant cette histoire. En plus, j'ai détesté Watson(d'où mon ennui peut-être...), Nigel Stock le joue comme si c'était un demeuré pédant, qui veut imiter Holmes et qui ne se rend même pas compte qu'il est parfaitement ridicule. La version Hammer semblait plus nuancée, en tout cas, elle ne donnait pas l'impression que Watson était un parfait nigaud.

 

C'est une adaptation qui a mal vieilli et est très décevante, pourtant l'ouverture du film reposait sur une bonne idée puisque le film commençait sur Sir Charles racontant à ses invités la légende du chien des Baskervilles et nous permettait de voir à quel point Sir Charles est inquiet à cause du chien, puis on passait à l'ouverture réelle du livre avec Watson jouant les détectives mais la scène est gâchée par le jeu de Nigel Stock. Je ne suis pas fan du casting, le seul point vraiment notable est le fait de choisir quelqu'un de jeune pour incarner le Dr Mortimer.

 

holmes_cushing.jpgEt le plus étonnant, c'est que je n'ai pas aimé le jeune de Peter Cuhsing alors que j'avais trouvé qu'il incarnait parfaitement Holmes dans la version Hammer, comme quoi dix ans d'écart entre deux adaptations peuvent avoir leur importance, déjà parce que Cuhsing fait trop vieux(et nous ne parlerons pas de Watson...)et le look ne va pas. En plus Holmes passe son temps à boire du thé. Je ne comprends pas comment son jeu peut me sembler aussi terne alors qu'il l'avait déjà incarné avec génie. Peut-être est-ce parce qu'il le joue d'une façon trop chaleureuse. Je préférais quand il le jouait plus froid avec d'importants changements d'humeur. J'espère que les autres adaptations seront moins décevantes.

 

holmes-2003.jpgConcernant l'adaptation 2003 avec Richard Roxburgh dans le rôle de Holmes, Ian hart en Watson mais surtout Barnaby en Dr Mortimer !(ou pour les non-accros à Barnaby, John nettles), elle est meilleure que la précédente bien que bien moins fidèle, mais j'ai trouvé qu'il y avait de bonnes idées.

Ce qui joue beaucoup est la mise en scène, car l'accent est mis sur le côté effrayant de l'histoire et ainsi le film commence avec l'autopsie de Sir Charles par le Dr Mortimer puis on a l'évasion de Selden. Le film met plus l'accent sur le paranormal avec le fait que la femme du Dr Mortimer est portée sur le spiritisme ce qui mène à une séance où l'on tente de contacter Sir Charles.


C'est une version plus violente et dont la fin est différente puisque l'on voit deux policiers mourir dans une des tourbières, deux autopsies mais surtout au niveau de la fin, puisque Watson retrouve Beryl pendue, Sir henry s'est fait à moitié arracher l'oreille par le chien, Watson se prend une balle tirée par Stapleton(après que Watson tente d'étriper Stapleton parce qu'il a pendu sa femme) et Holmes est à deux doigt de mourir englouti dans la lande(mais est sauvé par Watson qui tire sur Stapleton, qui ainsi ne meurt pas englouti dans les marais).

 

La liberté prise avec la fin n'est peut-être pas très justifiable, par contre, j'ai aimé l'accent qui a été mis sur la question de la confiance, ce qui donne une touche d'humour très appréciable, puisque l'on a Holmes qui manipule Watson et un Watson peu enclin à lui pardonner.

 

holmes11.jpgMais ce qui m'a vraiment gêné, c'est le fait de montrer Holmes comme un drogué, puisqu'on le voit s'injecter de la morphine deux fois pendant le film, ce qui est un complet contresens, puisque Holmes ne se drogue jamais pendant une enquête.

 

Le gros plus de cette adaptation c'est John Nettles, car c'est rare de le voir ailleurs que dans Barnaby et j'ai pu ainsi découvrir ses talents d'acteur, car son jeu est assez différent de Barnaby.

 

Niveau Casting, celui-ci a été assez satisfaisant, même si Richard Roxburgh ne vaut pas Robert Downey ou Cushing version Hammer, il est tout de même bon dans le rôle, même si ici, l'acteur vraiment notable est Ian Hart qui incarne un Watson vraiment bon, car je pense que telle est la faiblesse de l'autre adaptation, car le jeu de Cushing aurait peut-être été meilleur avec un meilleur partenaire. Par contre, Ian Hart est génial, c'est un Watson jeune, qui n'a aucune envie d'être manipulé par Holmes et qui a un bon esprit pratique. Je viens d'ailleurs de m'apercevoir que je connaissais déjà l'acteur, car il s'agit de Quirrell !

 

Cette adaptation est donc agréable mais je préfère tout de même la version Hammer avec ses décors kitch et un Peter Cushing très en forme.

Repost 0
Published by The Bursar - dans Science of deduction
commenter cet article
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 21:34

lolita.jpgAujourd'hui, dans le cadre du challenge ABC 2010, je vais vous parler de Lolita de Vladimir Nabokov, que j'ai fini de lire il y a quelques jours.

 

Voici l'histoire d'Humbert-Humbert, un homme emprisonné qui va confesser au lecteur la passion criminelle qu'il a voué à une fille de douze ans, Lolita. A travers son récit, Humbert-Humbert explique le drame de son existence : son amour pour les nymphettes et comment celui-ci prit un tour particulier avec sa rencontre avec Lolita.

 

Une de mes amies passait le capes d'anglais l'année dernière, donc entre Humbert-Humbert et le tabouret de Jane Eyre(don't ask), on peut dire que j'ai eu le droit à pas mal de références issues du programme du concours. Ayant donc beaucoup entendu parler de Lolita, j'ai donc eu envie de le lire et mon amie ayant eu son concours a été très empressée de me prêter une des éditions. C'est ainsi que j'ai pu faire plus ample connaissance avec humbert-humbert. Par contre, il se trouve que j'ai été quelque peu spoilée sur les grands moments de l'histoire, car j'avais lu auparavant le pastiche qu'en avait fait Umberto Eco sous le nom de Nonita, dans le recueil Pastiches et postiches.

 

Finalement, j'ai bien plus aimé ce livre que prévu. En effet, j'ai été agréablement surprise par le style de Nabokov. J'ai aimé la richesse de son texte, l'abondance des références proustiennes et Humbert-Humbert est un personnage fascinant.

 

L'histoire est très prenante, on suit les rélfexions du héros sur sa passion, on attend le moment où il va basculer et on le voit s'enfoncer tout en se demandant comment il finit en prison. J'ai juste trouver un peu longue la fin, à partir du moment où Humbert-Humbert se retrouve seul.

 

Lolita est donc un excellent livre, écrit dans un style très agréable.

 

challenge-Abc-2010.jpg

Repost 0
Published by The Bursar - dans My tailor is rich
commenter cet article
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 22:52

The_Hobbit_2008_Alan_Lee.jpgAujourd'hui je vais vous parler de The Hobbit de J.R.R. Tolkien, car, oui, j'ai enfin réussi à rejoindre le planning confirmé(mais il faut encore que j'écrive mon billet sur le Silmarillon et que je lise les Contes et légendes inachevés)

 

Bilbo est un hobbit tout ce qu'il y a de respectable, qui n'a jamais vécu la moindre aventure et qui suite à l'arrivée chez lui de Gandalf le mage et de treize nains va tout d'un coin se retrouver au coeur d'une aventure. Et pas n'importe laquelle, puisque notre hobbit est embauché comme cambrioleur dans une quête destinée à récupérer le trésor des nains gardé par Smaug, le terrible dragon.

 

The Hobbit est un livre que j'aime énormément et certainement mon préféré de Tolkien. J'aime énormément l'ambiance qui y règne, son côté conte, où l'on imagine bien la voix du conteur qui cherche à captiver un public d'enfant, mais au bon sens du terme, puisque c'est un roman qui est merveilleusement écrit. Ensuite j'aime énormément Bilbo, qui est le parfait anti-héros au départ mais qui va énormément évoluer au fil du livre, tout en restant le petit hobbit qui aime avoir régulièrement de quoi manger et des mouchoirs.


C'est une histoire pleine de rebondissement avec des Trolls, des gobelins, des aigles ou encore des elfes. De temps en temps, on repère des éléments renvoyant à des événements plus importants que ceux raconter dans le livre, comme la guerre que les mages ont mené contre le Nécromancien.

 

C'est un livre qu'il faut lire en vo, car en vo, on perçoit toute la musicalité des chansons ou même de certaines phrases. J'ai eu énormément de plaisir à relire ce livre, d'autant plus que j'avais une nouvelle édition pour l'occasion : l'édition de poche illustrée par Alan Lee. C'est une édition très agréable qui contient un certain nombre d'illustrations en couleur mais aussi des petits dessins bien répartis dans les différents chapitres.

 

The Hobbit est une histoire très sympathique, que je vous conseille surtout si vous pouvez mettre la main sur l'édition de poche harper Collin 2008, illustrée par Alan Lee(le prix vaut le coup).

 

challenge-valar.jpg

Repost 0
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 23:45

pop.jpgCe soir, j'ai succombé au charme de Hugh Grant et j'ai regardé le Come back, film que je n'avais encore jamais vu, car j'étais tombée un jour sur une critique peu élogieuse de cette comédie, ce qui ne m'avait pas donné envie de la voir, alors pourtant qu'elle comporte des choses dont je suis très friande : une jolie histoire d'amour et des moments où les acteurs chantent.

 

Alex Fletcher était une star dans les années 80, maintenant c'est un has-been prêt à tout pour un contrat et qui se produit dans des occasions de moins en moins prestigieuses. Mais se présente un jour où une occasion en or de faire son come-back : écrire une chanson intitulée le chemin de l'amour, pour Cora, une chanteuse en vogue peu vêtue et portée sur le bouddhisme. Le seul problème : Alex n'est pas doué pour écrire des paroles, le projet semble mal parti, jusqu'au moment où il découvre que Sophie, la fille un peu givrée qui vient arroser ses plantes, est capable de composer...

 

J'ai adoré ce film !!! J'admets que les moments où Hugh Grant chante, ont beaucoup contribué à mon enthousiasme(et j'ai désormais la bo sur mon ordi, car c'est encore mieux que Colin Firth dans Mamma Mia).

 

J'ai vraiment aimé l'humour du film, qui tourne assez bien en dérision les chansons des années 80, avec en particulier le clip de "Pop" qui ouvre le film et qui contient tout ce qu'il y a de kitsch dans ce genre de clip(mais ma version préférée est celle du générique de fin avec les petites bulles qui racontent toutes sortes de ragots comme dans les émissions type Classic 80)

 

Le personnage de Sophie m'a énormément plu, en particulier son rapport aux plantes vertes et Hugh Grant était terriblement sexy. J'ai aussi énormément aimé Cora, la chanteuse complètement zen et qui porte des tenues à la limite de la décence(j'adore la réaction de la soeur de Sophie lors du concert).

 

C'est donc une comédie romantique très drôle, avec un Hugh Grant particulièrement sexy(oui, ce sera vraiment le point que j'ai retenu...). J'ai désormais la bo sur mon ordi, car je n'ai pu résisté à la voix de Hugh Grant(même si j'ai de bons doutes quant au fait qu'il s'agit bien de sa voix).

 

Et je vous laisse avec le clip de Pop! goes my heart, que j'avais découvert initialement grâce à Cachou :

 

Repost 0
Published by The Bursar - dans Pop goes my heart
commenter cet article
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 23:09

chemistry-lab.gifAujourd'hui je suis allée faire un tour à Annecy et j'ai profité de mon passage à la fnac(en quête de cadeaux de noël...)pour acheter les derniers volumes des séries que je suis(The Tyrant, Viewfinder et Welcome...). J'ai donc enfin pu lire la suite de Welcome to the Chemistry Lab de Rie Honjoh.

Attention cet article contient des spoilers.

 

Dans ce second et dernier tome, nous suivons l'évolution de l'un des couples du tome 1, nous découvrons de nouvelles histoires et surtout nous découvrons enfin la raison pour laquelle Shibaura a quitté Kôsuke et comment vont se dérouler leurs retrouvailles.

 

Le tome 1 m'avait enthousiasmée par la noirceur de Shibaura et le mystère qui entoure sa conduite. Ce second tome m'a déçu, parce que finalement les choses tournent de façon trop gentillette à mon goût, puisque l'on arrive à une forme de happy end, car il s'avère que Shibaura n'était pas un sale manipulateur sans aucun sentiment, mais qu'au contraire, il traite Kôsuke comme un chien parce que telle est sa conception de l'amour et qu'il cherche simplement à faire de lui son partenaire idéal. Du coup, je suis déçue, même si j'aime le côté tout à fait noir de cette conception de l'amour, car finalement, tout n'était pas une comédie, il avait bien des sentiments.


welcome-to-the-chemistry-lab-pag000.jpgEn plus, j'ai trouvé que la partie les concernant était beaucoup trop courte, car on reste un peu sur sa faim, puisqu'on a seulement le moment où Kosuke accepte de resté avec lui mais rien sur la manière dont les choses tournent et que l'on n'a plus le droit à ses petites scènes cruelles que l'on avait dans le un, car j'aimais énormément les exigences tordues de Shibaura, donc je m'attendais à les retrouver dans ce tome(l'intérêt étant dans la réaction de Kôsuke : se soumet-il ou pas ?).

 

Les autres histoires n'avaient rien de très remarquable, si ce n'est une où l'on reconnaissait le goût de l'auteur pour les scènes humiliantes. De même pour l'histoire entre Shuri et Kobayashi, c'est trop cout, ça aurait pu être vraiment mieux développé.

 

C'est donc un manga qui ne s'est pas avéré à la hauteur des espoirs que donnait le premier tome(même s'il semble que beaucoup de fan espérait le gentil dénouement dans lequel je ne voulais pas croire), car finalement le méchant ne s'avère pas un vrai méchant, ce qui est vraiment dommage, car il avait du potentiel. Du coup, là, je vais me consoler de cette déception avec le tome 3 de Viewfinder.

 

Challenge-BD-logo

Repost 0
Published by The Bursar - dans Boy's love
commenter cet article
26 novembre 2010 5 26 /11 /novembre /2010 22:19

Pandora_Hearts_1.jpgAujourd'hui je vais vous parler du tome 1 de Pandora Hearts de Jun Mochizuki. J'avais découvert ce manga par le biais des bandes-annonces qui étaient diffusées avant Fullmetal Alchemist Brotherhood et du coup, quand ma première est tombé, cela a fait partie des mangas que j'ai eu envie de découvrir, mais par un étrange phénomène, après l'avoir acheté, je n'ai plus eu envie de le lire, car j'ai une tendance à feuilleter les mangas avant de les lire et ce que j'ai lu n'a pas su suscité mon intérêt. C'est ainsi que je ne l'ai fini qu'aujourd'hui(et en grande partie parce que j'avais la flemme de sortir de sous ma couette pour récupérer Lolita).

 

Oz Vessalius est sur le point de fêté ses quinze ans et d'entrer dans l'âge adulte. Mais le jour de la cérémonie qui doit faire de lui un homme, des êtres encapuchonnés font leur apparition et le précipiter dans l'Abysse, un monde étrange, peuplé de créatures terrifiantes où il va faire la connaissance d'Alice, avec qui il va tenter de s'enfuir.

 

Comme vous l'aurez certainement deviné, je n'ai pas accroché. Les dessins ne sont pas mauvais mais ils ne m'ont pas captivée sans que je puisse réellement dire pourquoi. C'est pareil pour l'histoire, peut-être parce que l'histoire est longue à démarrer, le héros trop choupi-lisse, que l'Abysse ne dure pas assez longtemps... ce n'était pas vraiment ce à quoi je m'attendais à cause des bandes-annonces. Je n'ai pas trouvé les personnages très approfondis. Même les références à Alice au pays des merveilles n'ont pas su aviver mon intérêt et il n'y a eu aucun personnage auquel je me sois attachée.

 

C'est donc un manga qui suscite ma perplexité, parce que je ne comprends pas ce qu'il a de si exceptionnel, et je ne compte pas lire la suite, car ce premier tome n'a pas su me donner envie d'en apprendre davantage.

 

Challenge-BD-logo

Repost 0
Published by The Bursar - dans In the mood for Japan
commenter cet article

Citations : Terry Pratchett

Interesting time, p.43
*****
Interesting Time p.19
*****
Le Huitième Sortilège p.87
*****
La huitième Couleur p.91
*****
*****

*****

*****
Apes had it worked out. No ape would philosophize, "The mountains is, and is not." They would think, 'The banana is. I will eat the banana. There is no banana. I want another banana."
Unseen Academicals p.76
*****
'I would like permission to fetch a note from my mother, sir.'
Ridcully sighed. 'Rincewind, you once informed me, to my everlasting puzzlement, that you never knew your mother because she ran away before you were born. Distincly remember writing it down in my diary. Would you like another try ?'
'Permission to go and find my mother ?'
Unseen Academicals,  p.187
*****
'The knees should be covered. It is a well-known fact that a glimpse of the male knee can drive women into a frenzy of libidinousness.'
Unseen Academiacls, p.130
*****
"Lord Vetinari's rules : if it takes an Igor to bring you back, you were dead. Briefly dead, it's true, which is why the murderer will be briefly hanged. A quarter of a second usually does it."
Unseen Academicals, p. 98
*****
"I'm a wizard ! We can see things that are really there, you know,"said Ridcully. " And in the case of the Bursar, things that aren't there too."
Hogfather, p 98

Perdu Dans La Vallée ?

Malakos is here too !!!

Archives

Le mot de l'auteur

 

Bienvenue au sein de la vallée des grenouilles séchées,  blog d'une prof de lettres classiques fan de Star Trek et de Terry Pratchett.
Vous trouverez ici mes impressions sur des ouvrages que j'ai lu, des films qui ont retenu mon attention et parfois des séries.
 
Sur ce, je vous souhaite une bonne navigation mais méfiez-vous d'une chose, j'ai une tendance à m'adresser plus à ceux qui ont lu ou vu ce dont je parle, donc quand ce n'est pas votre cas, évitez de continuer votre lecture quand vous atteignez le paragraphe commençant par "dans le détail" ou voici la partie spoiler mais dans la plupart des cas, les spoilers sont en surlignés.

The Bursar

Et pour me laisser un message sans lien avec un article c'est par là :



 
 

One Challenge to rule them All

logo fondcomble

 

Pour s'inscrire, c'est par là.


Pour consulter les billets publiés par les autres membres de la Communauté ou laisser les liens de vos article, c'est ici.


Pour les logos des différents niveaux c'est là.


Pour les différents logos généraux, c'est ici et .

 


***********************


De mon côté, je vais faire le challenge Valar !

 

Jusqu'ici j'ai peu avancé.

J'ai lu :

The Hobbit

Le Silmarillion

The Fellowship of the Ring

The Two Towers

 

L'adieu au Roi, chansons pour J.R.R. Tolkien

Beowulf

 

 

Challengevalar 2

mes coups de coeur

Mes coups de coeur 2009














Mes coups de coeur 2010

sherlock-holmes-2009

Homère et Shakespeare en banlieue
seigneursOlympe
team medical 01
koi-suru-bo-kun-kaiosha-1
starship troopers
lovely_teacher.jpg
hei-sensei.jpg
rocky-horror-picture-show-posters.jpg
petits meurtres à l'anglaise
galaxy-quest-deluxe-edition-dvd
Couverture-Princesse-Soso.jpg
maurice.jpg
Mes coups de coeur 2011
gemmell legende
bowie labyrinth jim henson movie poster
grammaire
st trinian
Mes coups de coeur 2012
Crimson Spell