Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 16:59

druss-la-legende-10.jpgSuite à mon enthousiasme pour Légende de David Gemmell, je n'ai pu m'empêcher d'acheter un des autres livres de la série, que j'ai dévoré dès que j'ai eu fini le monde perdu. Je vais donc aujourd'hui vous parler de Druss la Légende.

 

Druss est un paisible bûcheron mais sa force colossale et son sens de l'humour réduit font de lui une sorte de paria au sein de son village. La seule chose qui l'empêche de se laisser aller à ses penchants brutaux est sa femme Rowena. Aussi lorsqu'une bande de pillards massacre l'essentiel de son village et enlève les jeunes femmes pour les vendre comme esclaves, une seule option s'offre à Druss : poursuivre les pillards et délivrer sa femme. Mais sa quête pour retrouver son épouse s'avèrera plus longue que prévue et fera de lui une légende.

 

J'ai adoré ce livre, où j'ai eu la joie de voir que réapparassaient certains des personnages de Légende auxquels je ne m'attendais pas. Je dois dire que lorsque j'ai découvert que le Comte apparaissait dans le livre et qu'on allait avoir le récit de la passe de Skeln ainsi que des détails sur la raison de la brouille entre Druss et le Comte, j'étais tout à fait aux anges, car je ne m'attendais pas du tout à ce que le récit de la passe de Skeln se trouve dans ce livre, par contre, j'ai été un peu déçue par sa brièveté, car je ne m'en lassais pas.

 

J'ai été extrêmement heureuse de découvrir que le poète Sieben était présent dans l'histoire, car j'avais hâte de découvrir ce personnage. J'ai bien aimé le récit des aventures de Druss et la manière dont il devient un héros, avec ses efforts pour coller à son code d'honneur et ne pas se laisser aller au mal.

 

Pour le moment, ma découverte de David Gemmell s'avère très satisfaisante. J'aurais bien enchaîné sur la légende de Marche-Mort, mais comme je ne l'ai pas trouvé en librairie, j'ai dû me rabattre sur Waylander, car à défaut de Druss, comment résister à un résumé qui commence par "Le Roi de Drenaï a été assassiné." ? Je le lirai certainement dès que j'aurai fini à l'Assaut du Khili-Khili et le tome 2 de la compagnie noire.

Repost 0
11 janvier 2011 2 11 /01 /janvier /2011 09:44

monde-perdu.gifComme en ce moment, j'étudie le roman d'aventures avec mes élèves, j'ai décidé de faire un geste et de faire l'effort de lire un roman d'aventures, car il faut l'admettre, je ne suis pas très portée sur les histoires de pirates ou de naufragés(des souvenirs de mes années de prépa...)ou de dinosaures(ça, c'est à cause des heures passées plus jeune devant M6 à regarder des téléfilms d'une qualité douteuse)et donc en dehors de Moby Dick, des Trois mousquetaires et de vingt ans après, on ne peut pas partir que j'ai lu grand chose sur le sujet. Je vais donc aujourd'hui vous parler de ma lecture du week-end : le monde perdu de Sir Arthur Conan Doyle. Bien que j'aime Sherlock Holmes, je n'ai lu aucune des autres oeuvres de l'auteur et la série qui avait été du Monde perdu m'avait assez dégoûtée de celui-ci, c'était donc l'occasion rêvée pour découvrir ce livre(et c'était ça ou l'île aux trésors ou un Jules Verne...).

 

Ned Malone est un journaliste tout à fait banal, mais le jour où il s'apprête à demander en mariage la femme qu'il aime. Mais celle-ci le repousse en disant qu'elle ne veut être l'épouse que de quelqu'un qui est capable d'affronter la mort sans sourciller et qui a accompli de grandes choses malgré les périls. Pour conquérir sa belle, Ned n'a d'autre  choix que de se lancer dans une aventure et celle-ci finit par se présenter à lui sous la forme d'une expédition lancée pour vérifier les affirmations du professeur Challenger qui prétend avoir trouvé un monde perdu en Amérique dessus où la vie préhistorique subsiste encore. Ned va donc se retrouver dans un voyage périlleux et merveilleux en compagnie du professeur Challenger au tempérament violent, de l'intrépide Lord John Roxton, chasseur et sportif de haut niveau, et du vieux professeur Summerlee, qui est persuadé que Challenger est un charlatan.

 

monde-perdu-2.jpgFinalement l'histoire m'a plutôt plu, j'ai bien aimé les quatre personnages qui participent à l'expédition(alors que je garde un assez mauvais souvenir de la série où l'on avait rajouté des persos féminins qui n'avaient rien à faire là histoire de pouvoir dire que l'on n'avait pas un casting 100% masculin). La narration est plutôt prenante, même si les mécanismes sont très gros(parce que c'est incroyable le nombre d'événements qui vont rester à jamais graver dans la mémoire du narrateur et le hanter jusqu'au jour de sa mort...). Il se passe pas mal de choses mais en même temps, les aventures des personnages restent intéressantes.

 

J'ai aimé le côté décalé des deux professeurs qui passent leur temps à se disputer sur des points de détails de zoologie, alors qu'il y a de plus gros problèmes autour d'eux. L'évolution du héros est intéressante. Par contre, je n'ai pas compris pourquoi Lord Roxton passe son temps à l'appeler Bébé... et comme je l'ai lu en français, je n'ai pu m'empêcher de me poser des questions sur la qualité de la traduction, car ça ne peut tout de même pas être Baby qui est employé dans le texte anglais ?!

 

Le Monde perdu est donc un bien meilleur roman que les adaptations ne le laissaient présager. Par contre, on sent assez le côté daté du texte, où on trouve le thème de la supériorité de l'homme blanc sur les autres, puisque nos héros, dès qu'ils tombent sur des Indiens, considèrent comme allant de soi qu'ils portent leur bagage.

Repost 0
Published by The Bursar - dans Kiltissime
commenter cet article
10 janvier 2011 1 10 /01 /janvier /2011 14:53

larmes-baladins.jpgAujourd'hui, je vais vous parler des Larmes des baladins de Melinda Snodgrass, livre que j'avais acheté il y a plusieurs mois, lors d'une de mes visites chez Cachou.

 

Une distortion spatio-temporelle dans le système Taygeta menace l'ensemble de la galaxie. L'Enterprise est donc envoyée pour enquêter. Rapidement Mr Spock pense que la situation pourrait être liée aux créatures d'une des planètes du système : les baladins, des boules de fourrure blanche qui passent leur temps à chanter et qui en mourrant sécrète une larme très convoitée. L'Enterprise ne va donc avoir d'autres choix que de réussir à décrypter leur mystérieux chant, s'ils veulent sauver le système et ses habitants. Mais c'est sans compter sur l'équipage klingon qui se trouve également là pour étudier le pénomène et où souffle un vent de mutinerie contre Kor, le capitaine prêt à travailler avec les humains.

 

Ce tome est plutôt axée sur Uhura, qui va tomber amoureuse de Maslin, un virtuose de la musique au sale caractère et qui va servir de consultant à l'enterprise, parce que, oui, il y a des choses que Mr Spock ne sait pas faire.

 

C'est une histoire qui mêle menace klingonne et mystère à résoudre pour sauver la galaxie. Je l'ai trouvé plutôt intéressante, par contre, je n'ai pas pu m'empêcher de me représenter les Baladins sous les traits de bibi phoque.

 

C'est donc un roman qui m'a fait passer un bon moment et où on retrouve une partie du charme de la série.

Repost 0
Published by The Bursar - dans Live Long and Prosper
commenter cet article
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 13:27

gemmell-legende-copie-1.jpgAprès une absence d'une semaine due à un problème de connexion, je vais vous parler de mon premier coup de coeur de 2011 : Légende de David Gemmell, livre que j'avais acheté au salon du livre et qui avait depuis dormi dans ma PAl.

 

L'empire Drenaï est en plein déclin, sa fin est peut-être même proche si Ulric et son immense armée parvienne à pénétrer dans le royaume. Sur sa route se dresse Dros Delnoch, la forteresse aux six remparts dirigée par le Comte de Bronze, mais le Comte se meurt et le moral est au plus bas parmi les soldats qui se savent trop peu nombreux pour affronter l'armée qui s'avance et qui sont pour l'essentiel des fermiers.

Le seul espoir de la forteresse réside dans Druss, un vieux guerrier dont les exploits ont fait de lui une légende. Mais sa venue sera-t-elle suffisante ?

 

Légende est une histoire prenante, où l'on suit les efforts de Druss et d'autres pour maintenir le moral des troupes et faire croire dans la possibilité que la forteresse tienne, alors que tout le monde sait, y compris Druss, que la forteresse ne pourra que tomber. J'ai aimé suivre cette histoire d'une résistance sans espoir, où l'on finit par s'interroger sur la raison qu'il y a de se battre quand ça ne sert plus rien, sur ce qui fait qu'une bataille est perdue d'avance et sur la nature du héros.

 

J'ai aimé aussi bien la partie préparation que celle qui raconte les combats. La galerie de personnage m'a énormément plu. J'ai aimé l'absence de manichéisme, car Ulric n'est pas plus mauvais qu'un autre, il cherche simplement à faire ce que Drenai a fait les siècles passés.

 

Le personnage que j'ai particulièrement aimé c'est Rek, le lâche, qui est capable de devenir berserk et qui n'avait aucune envie au départ de se retrouver à Dros Delnoch. En ce qui concerne Druss, il m'a terriblement fait penser à Cohen le barbare, d'autant que la situation rappelle parfois les Tribulations d'un mage en Aurient.

 

C'est donc un livre que j'ai dévoré, au point que je viens d'acheter Druss la légende car j'ai envie de découvrir les autres histoires écrites par David Gemmell, donc là c'est une bonne découverte dans le cadre du challenge la Fantasy pour les nuls.

 

Fantasypourlesnuls

Repost 0
1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 22:41

bodylanguage.jpgAlors que l'heure est aux bilans de l'année 2010 et aux résolutions pour 2011, je vais vous parler de mon premier yaoi sous forme de roman, car j'ai beaucoup trop la flemme pour élaborer un billet bilan. Il s'agit de Body Language d'Aki Morimoto.

 

Kanae est considéré comme la beauté froide de l'école et sans qu'il ait rien fait pour cela, tout le monde croit qu'il se donne au premier venu, homme ou femme, les rumeurs les plus folles circulent à son sujet. Il est secrètement amoureux de son ami Yuichi, le tombeur de l'école, incapable de rester longtemps dans une relation, rompant dès que l'ennui le gagne, car la seule chose qui l'intéresse c'est d'avoir quelqu'un avec qui il peut coucher à sa guise. Yuichi en est donc arrivé au point où aucune fille ne veut plus sortir avec lui. Alors qu'il se plaint à Kanae de son abstinence forcée, ce dernier lui fait une proposition inattendue : s'il a tant besoin que ça de s'envoyer en l'air, pourquoi ne coucheraient-ils pas ensemble ? Mais les choses ne tournent pas comme Kanae l'avait prévu, car au lieu d'une aventure d'un soir, il se retrouve embarqué dans une vraie relation avec Yuichi. Mais vu le passé de Yuichi, cette relation est-elle vraiment faite pour durer ou va-t-il abandonner Kanae dès qu'il aura perdu le charme de la nouveauté ?

 

J'avais envie de lire un yaoi en roman depuis que j'avais découvert qu'il existait des romans tirés de Junjo Romantica. Malheureusement, ceux-là n'ont pas l'air d'être disponibles en langue anglaise, mais alors que je flânais sur amazon, j'ai découvert qu'il y avait cependant d'autres titres disponibles. C'est ainsi que j'ai fait l'acquisition de Body Language et je ne le regrette pas, car les choses sont exactement comme je m'y attendais, c'est-à-dire du même style que les extraits des romans d'Usami dans les premiers tomes de Junjo Romantica.

 

Il ne faut pas du tout s'attendre à quelque chose d'élevé, il y a beaucoup de sexe(le contraire eût été particulièrement décevant)mais l'histoire d'amour est aussi intéressante(oui, car si vous ne l'avez pas encore compris, c'est un peu comme un harlequin audace mais en plus détaillé, moins niais et avec un couple gay sexy). J'ai énormément aimé le personnage principal qui est prêt à tout pour pouvoir se rapprocher de celui qu'il aime sans espoir d'un retour(par contre, j'ai trouvé que son degré de soumission était parfois gênant). C'est un personnage angoissé qui ne cesse de se demander si son bonheur va finir et qui dissimule ses vraies sentiments de peur que l'autre ne le quitte s'il découvre la vérité, à savoir qu'il était vierge et amoureux.

 

Le livre est accompagné de quelques illustrations, ce qui m'a également rappelé Junjo, cependant ils ne m'ont pas énormément plu, car j'ai trouvé les proportions assez mal respectées, le décalage étant trop grand entre le seme et le uke. Ce qui m'a surtout gêné c'est la manière dont Kanae était dessiné.

 

Dans l'ensemble, ce fut une bonne expérience que je pense réitérer dans l'année, d'autant que j'ai repéré quelques livres sur amazon. En plus, ça me permettra de progresser dans ma liste pour le challenge In the mood for Japan, auquel j'ai fini par m'inscrire et que je fais en mode samouraï. Ma prochaine lecture pour le challenge sera un Geek au Japon.

 

challenge-In-the-mood-for-Japan

Repost 0
Published by The Bursar - dans Boy's love
commenter cet article
31 décembre 2010 5 31 /12 /décembre /2010 13:01

some-girls-bite.jpgEn ce dernier jour de l'année, j'ai la joie de vous annoncer que je viens de boucler le dernier challenge qui me restait à boucler : The Dark Side Challenge. En effet, après de longs efforts, j'ai cette nuit fini Some Girls Bite de Chloé Neill, qui va ainsi être ma dernière chronique de 2010. Par chance, j'ai énormément aimé ce livre, donc l'année finit sur une touche très positive(et dites-vous que ça pourrait être pire, j'aurai pu finir l'année avec un yaoi).

 

Une nuit, alors qu'elle traverse le campus, Merit se fait agresser par un vampire et sauver par deux autres. Mais ce sauvetage a un prix : Merit est désormais un vampire affilié à la maison Cadogan et il lui reste six jours pour accepter sa condition et choisir de prêter allégeance à la maison Cadogan et à son Maître, le bel Ethan Sullivan, qui ne la laisse pas entièrement indifférente, bien qu'elle ait décidé qu'il était son pire ennemi et qu'elle ne supporte pas son arrogance. Heureusement pour elle, sa colocataire, fan du surnaturel, est là pour l'aider dans sa transition et l'accompagner dans la découverte du monde des vampires de Chicago.

 

Voilà un premier livre qui me donne envie de me lancer dans la séries des Chicagoland Vampires novel, car il contient pas mal d'éléments qui m'ont plu. Tout d'abord, il y a l'héroïne-narratrice, qui nous entraîne dans les premiers temps de son changement. Or l'héroïne ne prend pas les choses forcément bien, il faut qu'elle s'acclimate, qu'elle lise le Canon et surtout apprenne à se servir de ses nouveaux pouvoirs. Merit est une étudiante qui fait sa thèse sur les romances dans les romans arthuriens, sa colocataire est assez drôle, toutes deux sont fans de Buffy, c'est déjà là un point de départ très séduisant.

Ce qu'il y a de bien dans ce roman, c'est que l'on n'a une héroïne qui est assez normale et qui va se trouver obligée d'apprendre les codes d'un nouveau monde et surtout d'accepter les liens de féodalités qui régissent la société vampire si elle ne veut pas vivre en exclue tout le reste de sa très longue vie.

 

some_girls_bite_paranormal.jpgAu niveau intrigue, il s'agit d'une série de meurtre dont Mérit se trouve être la seconde victime et qui accusent la communauté vampire et en particulier la maison Cadogan. Ils viennent perturber l'équilibre fragile qui existe entre les humains et les vampires.

 

Ensuite, ce livre contient pas mal de références diverses et en particulier des références à Star Trek next Generation, Jane Austen et Buffy. La principale est le fait qu'au départ la relation entre Merit et Ethan fait beaucoup penser à Orgueil et Préjugés, puisqu'ils sont attirés l'un par l'autre, sans pour autant être heureux de la chose, Ethan trouvant beaucoup de défauts à Merit tandis que Merit en veut à Ethan parce qu'il l'a blessé dans son orgueil en admettant être attiré par elle malgré lui.

 

Ce qui fait aussi que j'ai aimé, c'est la galerie de personnages secondaires, avec Jeff, le petit génie de l'informatique et Changeur  qui ne cesse de draguer Merit, Catcher, le sorcier, Mallory la colocataire qui est heureuse d'avoir enfin sa créature de la nuit à elle, les différents vampires de la maison Cadogan.

 

L'auteur aussi a présenté les vampires d'une manière intéressante et non seulement par l'organisation en maison. On a aussi pas mal d'autres créatures surnaturelles.  J'ai plutôt aimé, car ici on n'a pas de maîtres des vampires complètement sadiques et psychotiques, de troupes de loup-garou toujours en train de comploter ou de se battre pour le rôle de dominant.

 

Some Girls bite est donc un livre qui m'a plu, et certainement beaucoup plus que Nice girls don't have fangs que j'aimais déjà assez avec son héroïne bibliothécaire fraîchement changée en vampire.

 

Avec ce livre, j'ai donc achevé tous mes challenges finissant en 2010.

 

Dark-side-challenge.jpg

Repost 0
Published by The Bursar - dans Sexy Undead
commenter cet article
30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 21:38

mlle-oishi.jpgAujourd'hui, je vais vous parler de Mlle Ôishi, 28 ans, célibataire, de Q-ta Minami, manga qui n'est pas du tout dans le style de mes lectures habituelles, mais que j'ai découvert en raison de la pauvreté du rayon manga de ma bibliothèque.

 

Kon Ôishi avait un boulot qui lui plaisait où tout le monde était sympathique, mais qu'elle quitte à la demande de son petit ami Henmi, qui vient de divorcer et qui la demande en mariage. Rapidement la vie à deux qui devait être idéale, tourne au cauchemar. Henmi perd son boulot et Ôishi trouve du travail dans une mercerie. L'inactivité révèle un autre homme en Henmi, un fainéant, dépensier et égoïste, qui se sert d'Ôishi pour règler ses dettes et payer la pension de ses enfants.

 

Je ne suis pas attirée par les Josei(manga pour jeunes jemmes)et ce manga confirme mon impression sur le sujet, car je trouve ces mangas trop ancrés dans la réalité et donc trop sombres, puisque là on a une histoire avec une sangsue humaine, un type qui s'endette et ne fait rien pour se sortir de sa situation tandis que l'héroïne se laisse à voir et ne comprend que très tard qu'il faut se débarasser du blaireau qui vit chez elle.

 

Ce n'est pas du tout le genre de sujet qui m'intéresse, mais je lirai tout de même la suite vu qu'elle se trouve à la bibliothèque. Par contre, ce n'est pas le genre de manga que j'achèterai, d'autant qu'ils sont beaucoup plus cher que les yaoi ou les shôjo.

C'est beaucoup trop sérieux pour moi et je ne suis pas non plus fan du dessin, puisqu'on est dans le réel, donc les personnages sont assez laids, ce qui fait que je n'ai même pas le plaisir d'admirer le dessin.

 

Challenge-BD-logo

Repost 0
Published by The Bursar - dans In the mood for Japan
commenter cet article
29 décembre 2010 3 29 /12 /décembre /2010 21:22

Emma-and-the-Werewolves.jpgAujourd'hui je vais vous parler d'Emma and the werewolves d'Adam Rann et Jane Austen, livre que j'avais décidé de lire pour The Dark Side Challenge(ce qui fait que j'ai passé deux jours à ne lire que ça), essentiellement parce que j'avais un faible pour Mr Knihgtley donc je voulais voir ce qu'il pouvait donner en chasseur de loup-garous. Attention cet article contient des spoilers sur Emma de Jane Austen.

 

Tandis qu'Emma Wodehouse et les habitants de Highbury vaquent à leurs occupations sociales et spéculent sur les histoires de coeur de chacun, un mal terrible frappe la petite communauté : des meurtres bestiaux ont eu lieu rendant la campagne environnante peu sûre. Un seul homme sait quel est le véritable mal qui sévit et à l'insu de tous il combat les forces du mal. C'est homme c'est Mr Knightley, parfait gentilhomme de jour, tueur de loup-garous la nuit.

 

J'ai trouvé cette réécriture meilleure que Pride and Prejudice and Zombies. Contrairement à P&P&Zombies, Emma and the werewolves colle énormément au livre et surtout à l'ambiance austenienne, ici il n'y a nul ninja ou changement dans le caractère des personnages, donc pas d'inquiétudes à avoir de ce côté. Par contre, le problème de cette version est qu'elle colle trop au texte, car cette fois, on récupère l'intégralité du texte de Jane Austen à un ou deux mots près. Les passages sur le mal qui afflige Highbury sont très bien introduites et le comportement des personnages collent bien à l'image qu'on a deux, mais on n'a pas assez de loup-garous. Ils sont très peu présents dans la première partie et disparaissent trop vite dans la dernière, ce qui fait qu'on peut se retrouver avec des chapitres entiers du livre original sans la moindre modification. En même temps, je préfère qu'on en ait eu moins que trop, car le résultat d'ensemble est satisfaisant puisque du coup on ne se retrouve pas avec des passages où l'on a essayé à tout prix de caser un élément relatif au titre. Mais si vous vous attendiez à une modification de l'histoire ou à Emma en chasseuse de loup-garou, vous serez déçu. J'ai moi-même trouvé dommage qu'il n'y ait pas plus de références au mal qui accablait ou avait accablé Highbury.

 

Maintenant, plus en détail(comprendre : si vous ne voulez pas savoir comment le thème du loup-garou est développé dans le livre, ne lisez pas ce qui suit), j'ai trouvé que la manière de présenter Knightley comme un chasseur loup-garou bien trouvé, car ici, ce n'est pas justifié par une formation bizarre au fin fond de l'orient, mais tout simplement Knightley est présenté comme l'élu de dieu pour lutter contre les forces du mal, ce qui fait qu'il sent la puissance monter en lui dès qu'il se trouve à proximité des créatures, ce qui en soi colle assez avec l'imaginaire européen du XVIIIème. De temps à autres, on suit sa double-vie et ses efforts pour empêcher les autres de s'apercevoir du changement.

De même, j'ai beaucoup aimé la manière dont Emma réagissait aux rares manifestations surnaturelles : elle garde le silence sur le sujet pour ne pas perdre sa liberté de mouvement, sachant que son père ne la laisserait plus s'aventurer dehors s'il connaissait le danger, ce qui s'accorde avec le désir de liberté du personnage qui apparaît par son refus de se marier. Ensuite, on a sa volonté de ne pas parler des événements, ce qui va bien avec l'ambiance des romans où l'on ne s'intéresse pas à de tels sujets qui ne sont pas de bon ton. Je trouve que ça va bien avec la hauteur du personnage.

Au niveau des créatures, il y a du bon et du mauvais. J'ai beaucoup aimé la créature, qui au départ est un mélange d'homme et de loup, comme si c'était un loup-garou qui avait échoué dans sa métamorphose et se retrouvait coincé entre deux formes. Par contre, j'ai trouvé que les loup-garous et la créature étaient vaincus beaucoup trop vite.

 

Le livre est donc décevant, puisqu'on a finalement assez peu de loup-garou mais le côté positif dans mon cas est que ça m'a amené à relire Emma, chose que j'avais envie de faire depuis ma lecture de Perfect Happiness in Highbury mais que je n'avais pas fait car je trouve le roman un brin longuet par moment. J'ai apprécié cette relecture du coup, car j'ai pu m'amuser à repérer les signes dans le récit qui indiquait l'attachement entre Frank et Jane, Emma et Mr Knightley. J'ai donc beaucoup plus apprécié Emma à la deuxième lecture.

 

Dark-side-challenge.jpg

Repost 0
28 décembre 2010 2 28 /12 /décembre /2010 00:44

moon-called.jpg

Aujourd'hui, je vais vous parler de Moon called de Patricia Briggs, livre que j'ai lu dans ma tentative pour boucler the Dark Side Challenge(plus que deux à lire, on y croit !).

 

Un beau matin, un ado affamé débarque au garage de Mercy à la recherche d'un petit boulot. Bien que Mercy n'ignore rien du danger que représente un loup-garou affamé et récemment transformé, elle décide de lui donner du travail, mais rapidement, il apparaît que Mac n'est pas un simple ado en fugue et qu'il se passe de drôles de choses chez les loup-garous...

 

L'histoire ne m'a pas passionnée plus que ça, je pense qu'Anita Blake m'a ruiné cette série, car j'ai reperé les similitudes et du coup, je n'ai pas pu m'empêcher de me demander si la série allait s'avérer être aussi décevante avec des histoires compliquées de problèmes de meute ou de vampires, et des triangles amoureux exploités à outrance. En fait, je n'aime pas les triangles amoureux, or là on sent déjà qu'il y a un gros potentiel niveau triangle amoureux, puisque on a l'Alpha des loup-garous(et les problèmes qui iront avec dus au caractère particulièrement machiste du monde des loup-gaours)qui est depuis longtemps jeté son dévolu sur l'héroïne, le vampire qui aime Scoubidou et qui va certainement s'avérer avoir des sentiments pour Mercy, l'ex loup-garou qui n'a pas encore tourné la page et aussi le flic infiltré qui passe son temps à faire un tour au garage.

Le triangle amoureux c'est le truc qui me prend la tête, car l'héroïne hésite pendant des pages et des pages entre les deux super beaux mecs bourrés de qualité qui lui courrent après et en général va aller avec l'un puis l'autre. En plus de ça, l'héroïne finit toujours par être poursuivi par le chef des vampires ou des loup-garous(ou un qui est suffisamment haut-placé pour se retrouver dans cette position un ou deux tomes plus loin), pourquoi elles ne peuvent jamais tomber pour le sous-fifre de base, le gentil loup-garou qui n'a rien demandé et ne sera jamais un dominant ?

 

Et sinon, je n'aime pas les loup-garous. Le loup-garou n'est pas porteur de sexytude pour moi, je pense que c'est le système des meutes et des alphas qui me détournent du truc, car le loup-garou est soumis à son chef et aucune histoire n'est vraiment privée parce qu'il y a la meute... 

 

Côté positif, j'ai aimé Warren le loup-garou gay et qui ne travaille pas dans la mode ni ne possède de penchant particulier pour les vêtements. J'ai aussi aimé Zee, le gremlin, et l'idée du vampire qui veut changer son van en Scooby van. 

 

C'est tout de même un livre sympathique, je lirais certainement  un jour la suite pour voir si les choses évoluent comme je le craigne et pour savoir comment Mercy finit par tomber dans les bras d'Adam, qui a effectivement beaucoup de qualité, même pour moi qui ne suis pas portée sur les loup-garous.

 

Dark-side-challenge.jpg

Repost 0
Published by The Bursar - dans Sexy Undead
commenter cet article
27 décembre 2010 1 27 /12 /décembre /2010 10:30

croquis.jpgEn ce moment c'est les vacances et je suis de retour chez mes parents, ce qui veut dire... commandes sur amazon à gogo ! Eh oui, car chez moi, ce n'est pas extra pour recevoir des colis donc je n'ai pas encore tenté l'expérience, me faisant livrer dans mon établissement en cas de nécessité. Donc là, je me rattrape, surtout que j'ai eu le malheur de découvrir les mangas disponibles en manga...J'ai ainsi découvert plein de manga inédits d'Hinako Takanaga, auteur dont j'aime assez le travail puisqu'elle est l'auteur de la série dont je suis complètement accro : The Tyrant who fall in love, mais aussi de Rien n'est impossible et de Silent Love. Du coup, je n'ai pu résister à la tentation de découvrir d'autres travaux de sa main et j'ai commandé plusieurs titres, dont le manga d'aujourd'hui, Croquis.Il s'agit d'un recueil sur le thème du premier amour qui contient l'histoire principale, une histoire en deux chapitres et un one-shot.

 

Dans Croquis, Nagi économise dans le but de se payer l'opération qui fera de lui une femme et pour cela, il travaille de nuit dans un cabaret où se produisent des drag-queen et des transsexuels et de jour, il a une petit boulot de modèle à l'école des beaux-arts. C'est là qu'il fait la rencontre de Kaji, mais celui-ci sera-t-il capable de l'accepter et de le désirer pour ce qu'il est ?

 

On my First Love raconte une histoire de premier amour qui n'a malheureusement pas une fin heureuse. Chaque partie se place du point de vue d'un des protagonistes.

 

Boku_no_Hatsukoi.pngDans Wish Upon a Star, nous apprenons pourquoi le héros détestent les étoiles.

 

L'originalité de la première histoire est qu'elle met en scène des transsexuels, même si cela joue beaucoup sur leur aspect comique(ce sont ceux qui ont un sens des réalités, par opposition au héros d'une grande naïveté) mais on a aussi le côté sérieux avec la difficulté qu'il y a à trouver l'amour. Par contre, j'ai trouvé dommage de voir que le côté drag-queen du héros soit si peu traité et si rapidement passé à la trappe, car j'espérais que le héros avait des motivations plus poussées que le simple désir de se trouver quelqu'un.

 

Wish Upon a Star est une histoire très plaisante, bien que l'on en devine facilement le dénouement.

 

On my first love est l'histoire que j'ai vraiment aimé dans ce volume et qui fait d'ailleurs l'intérêt de celui-ci, puisqu'il s'agit d'une histoire plutôt triste, vu que le héros ne finit pas dans les bras de celui qu'il aime et ne se console dans les bras de personne.

 

Niveau dessin, on reconnaît bien le style de l'auteur, au point que j'ai trouvé que les personnages de Croquis ressemblaient un peu trop à ceux que l'on trouve dans d'autres mangas de l'auteur. Heureusement, dans The Tyrant, Sô-Ichi a un look bien à lui.

 

Par contre, niveau traduction, je n'ai pas compris pourquoi certains mots étaient écrits en allemand, ce qui fait que je me suis posée quelques questions au niveau de la traduction.

 

C'est un manga agréable, que je ne regrette pas d'avoir acheter, car j'ai vraiment envie de découvrir le reste de l'oeuvre d'Hinako Takanaga.

 

Challenge-BD-logo

Repost 0
Published by The Bursar - dans Senpai !!!!!!!!!!!!!
commenter cet article

Citations : Terry Pratchett

Interesting time, p.43
*****
Interesting Time p.19
*****
Le Huitième Sortilège p.87
*****
La huitième Couleur p.91
*****
*****

*****

*****
Apes had it worked out. No ape would philosophize, "The mountains is, and is not." They would think, 'The banana is. I will eat the banana. There is no banana. I want another banana."
Unseen Academicals p.76
*****
'I would like permission to fetch a note from my mother, sir.'
Ridcully sighed. 'Rincewind, you once informed me, to my everlasting puzzlement, that you never knew your mother because she ran away before you were born. Distincly remember writing it down in my diary. Would you like another try ?'
'Permission to go and find my mother ?'
Unseen Academicals,  p.187
*****
'The knees should be covered. It is a well-known fact that a glimpse of the male knee can drive women into a frenzy of libidinousness.'
Unseen Academiacls, p.130
*****
"Lord Vetinari's rules : if it takes an Igor to bring you back, you were dead. Briefly dead, it's true, which is why the murderer will be briefly hanged. A quarter of a second usually does it."
Unseen Academicals, p. 98
*****
"I'm a wizard ! We can see things that are really there, you know,"said Ridcully. " And in the case of the Bursar, things that aren't there too."
Hogfather, p 98

Perdu Dans La Vallée ?

Malakos is here too !!!

Archives

Le mot de l'auteur

 

Bienvenue au sein de la vallée des grenouilles séchées,  blog d'une prof de lettres classiques fan de Star Trek et de Terry Pratchett.
Vous trouverez ici mes impressions sur des ouvrages que j'ai lu, des films qui ont retenu mon attention et parfois des séries.
 
Sur ce, je vous souhaite une bonne navigation mais méfiez-vous d'une chose, j'ai une tendance à m'adresser plus à ceux qui ont lu ou vu ce dont je parle, donc quand ce n'est pas votre cas, évitez de continuer votre lecture quand vous atteignez le paragraphe commençant par "dans le détail" ou voici la partie spoiler mais dans la plupart des cas, les spoilers sont en surlignés.

The Bursar

Et pour me laisser un message sans lien avec un article c'est par là :



 
 

One Challenge to rule them All

logo fondcomble

 

Pour s'inscrire, c'est par là.


Pour consulter les billets publiés par les autres membres de la Communauté ou laisser les liens de vos article, c'est ici.


Pour les logos des différents niveaux c'est là.


Pour les différents logos généraux, c'est ici et .

 


***********************


De mon côté, je vais faire le challenge Valar !

 

Jusqu'ici j'ai peu avancé.

J'ai lu :

The Hobbit

Le Silmarillion

The Fellowship of the Ring

The Two Towers

 

L'adieu au Roi, chansons pour J.R.R. Tolkien

Beowulf

 

 

Challengevalar 2

mes coups de coeur

Mes coups de coeur 2009














Mes coups de coeur 2010

sherlock-holmes-2009

Homère et Shakespeare en banlieue
seigneursOlympe
team medical 01
koi-suru-bo-kun-kaiosha-1
starship troopers
lovely_teacher.jpg
hei-sensei.jpg
rocky-horror-picture-show-posters.jpg
petits meurtres à l'anglaise
galaxy-quest-deluxe-edition-dvd
Couverture-Princesse-Soso.jpg
maurice.jpg
Mes coups de coeur 2011
gemmell legende
bowie labyrinth jim henson movie poster
grammaire
st trinian
Mes coups de coeur 2012
Crimson Spell