Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 14:00

aime-les-sushis-1-delcourt.jpgAujourd'hui, je vais vous parler des deux premiers tomes de J'aime les sushis de Ayumi Komura, manga que j'ai découvert grâce au billet d'Erato.

 

Hanayu rêve de devenir Maître Sushi mais elle est la fille d'un maître pâtissier et est sensée reprendre l'affaire. Elle n'ose pas avouer à ses parents et du coup élabore un plan pour réaliser son rêve : épouser le fils d'un maître sushi  et il se trouve justement qu'Hayato, un de ses camarades fasciné par les pâtisseries, est le candidat idéal puisqu'il est le fils unique d'un maître sushi ! Elle va donc tout mettre en oeuvre pour l'attirer dans ses filets.

 

C'est un manga plutôt intéressant qui mêle amour et ambition personnelle. J'aime surtout l'héroïne qui ne pense qu'aux sushis et qui gagne en profondeur dans le deuxième tome. On suit le déroulement des cours de la section cuisine et on découvre les efforts des deux héros pour essayer de réaliser leur rêve.

 

Ce que j'aime surtout ce sont les personnages secondaires et en particulier Mlle Azumi, la prof de l'option cuisine, qui n'hésite pa à rappeler à l'ordre ses élèves d'une façon très musclé. J'aime aussi un personnage qui prend de l'importance dans le 2, Matsuyama, aussi connu(ou méconnu) en tant que Matsu-truc, qui est l'élève fantôme, l'ami de Hayato que personne ne remarque.

 

Le graphisme est plutôt agréable et j'aime bien le look des personnages, en particulier celui de Mlle Azumi. Les situations sont parfois drôles puisque les deux héros sont chacun des fanatiques, l'un des sushis, l'autre de la pâtisserie, ce qui donne des situations un peu décalées.

 

C'est un shojo plutôt intéressant, je pense que je vais guetter la sortie du suivant(d'autant plus que celui-là se trouve facilement en librairie).

Repost 0
Published by The Bursar - dans In the mood for Japan
commenter cet article
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 20:23

okamoto-fantomes-et-samourais.jpgAujourd'hui je vais vous parler d'un ouvrage d'Okamoto Kido, Fantômes et Samouraïs, ou Hanshichi mène l'enquête à Edo.

 

Ce livre est un recueil d'enquêtes où le plus souvent le vieil Hanshichi raconte un jeune homme ses exploits passés, lorsqu'il était au service du gouvernement d'Edo, avant la restauration de Meiji de 1868. Ces enquêtes ont pour la plupart comme point commun le fait qu'elles présentent des faits qui semblent être dus à des manifestations surnaturelles.

 

Les différentes histoires sont :

- L'esprit d'Ofumi

- La lanterne de pierre

- La mort de Kanpei

- A l'étage de la maison de bains

- Le professeur-monstre

- Le mystère de la cloche d'incendie

- La dame de compagnie

- L'étang de la ceinture-voleuse

- La fonte des neiges au printemps

- Hiroshige et la loutre

- La demeure Belles-de-jour

- Chats en rébellion

- La fille de la déesse Benten

- La nuit de la fête de la montagne

 

Hanshichi est présenté comme le Sherlock Holmes japonnais, ce que j'ai trouvé assez inexact, car même si Hanshichi résout ses enquêtes par des déductions, celles-ci sont moins extraordinaires que celles de Sherlock Holmes et les solutions reposent rarement sur la découverte de preuves que personne n'avaient su voir ou interpréter. Je trouve que c'est plus proche des enquêtes du juge Ti.

 

Ces enquêtes sont assez intéressantes, non au niveau du crime lui-même dont la résolution ne m'a pas passionnée plus que ça, mais à cause de l'ambiance, car ces enquêtes nous entraîne dans le Japon de la première moitié du XIXème siècle et nous font découvrir un certain nombre de croyances populaires ainsi que des coutumes. C'est en même temps la description d'un monde qui n'existe plus, puisque le héros passe son temps à se rappeler à le passé et à le comparé au présent qui est assez différent. C'est une époque où les samouraïs existent encore ainsi que l'ancienne organisation sociale. Les histoires nous entraînent dans des maisons de thé, dans des bains ou dans les commerces de l'époque. J'ai donc trouver le cadre très intéressant.

 

Ces enquêtes m'ont assez plu et je pense que je lirai le second tome.

 

challenge-In-the-mood-for-Japan

Repost 0
Published by The Bursar - dans In the mood for Japan
commenter cet article
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 08:51

les-abeilles.jpegAujourd'hui je vais vous parler de l'ouvrage Les Abeilles, publié par l'atelier de l'agneau et que j'ai reçu lors de la dernière opération Masse Critique de Babelio.

 

Il contient une traduction de livre IV des Géorgiques de Virgile par Françoise Favretto, qui est suivie par un entretien sur Virgile et l'apiculture.

Ce qu'il faut savoir c'est que cette partie des Géorgiques est un traité d'apiculture et qu'il s'agit de la partie la plus connue des géorgiques, à cause du caractère politique de la description de l'organisation de la ruche par Virgile, car ce texte fait partie des références quand on essaie de réfléchir sur la possibilité de trouver au sein du monde naturel un modèle d'organisation sociale qui se rapprocherait du nôtre.

 

Concernant le texte de Virgile, ce fut une assez bonne lecture, car en temps normal je ne suis pas très fan de Virgile(ou de la poésie latine), mais là j'ai été séduite par certains passages où Virgile décrit les combats entre reines ainsi que son évocation du cadre où se trouve la ruche.

Je ne connais pas le texte latin, donc je ne peux donner mon avis sur le degré de précision de la traduction. Par contre, j'ai trouvé que le fait de traduire le texte en prose était un bon choix, car le style est ainsi plus fluide, surtout quand on n'est pas habitué à lire un traité sous forme de vers, ce qui était courant dans l'antiquité.

 

Pour ce qui est de la deuxième partie, il s'agit d'un entretien entre Patrick Jusseaux, un formateur indépendant, Christian Roux,  un apiculteur, et Jean-Marie Gachon, un chargé de communication au CNRS. L'entretien contient quatre parties :


I. Virgile et l'apiculture

II. La ruche, un modèle social

III. L'apiculture comme baromètre écologique

IV. Christian, après Virgile : recommandations

 

abeille.jpgComme vous vous en doutez peut-être la partie que j'ai préféré est celle sur la ruche comme modèle social, car j'ai aimé le questionnement sur les erreurs qui ont été relevées dans le texte de Virgile : savoir s'il s'agissait d'une erreur de Virgile ou s'il s'agissait d'une modification volontaire destinée à rendre la ruche plus proche du modèle impérial et ainsi permettre à Virgile de faire sa cour à Auguste.

Au passage, j'ai découvert que Xénophon faisait erreur sur les abeilles, car non, ce ne sont pas les jeunes abeilles qui quittent la ruche pour fonder une nouvelle ruche. 

Dans la première partie, il est intéressant de découvrir à quel point les romains s'y connaissaient déjà en matière d'apiculture tandis que la troisième revient sur la question du péril qui menace actuellement les abeilles, ce qui m'a bien instruite, car je ne connaissais pas vraiment les détails du problème. J'ai d'ailleurs trouvé très intéressant le passage où Jean-Marie Gachon explique ce qui se produirait s'il n'y avait plus de pollinisateurs et quels aliments il nous resterait. Tout de suite, on perçoit mieux l'importance du problème(dans mon cas, surtout quand j'ai découvert qu'il faudrait alors dire adieu au café...).

La dernière partie est également intéressante, car elle permet d'avoir un aperçu des difficultés que rencontrent les apiculteurs en France à l'heure actuelle.

 

C'est un ouvrage qui m'a appris un certain nombre de choses et qui est facile à lire et à comprendre. Niveau culture philosophique, cela m'a permis de lire enfin cette fameuse description de la ruche.


Je remercie donc Babelio ainsi que l'Atelier de l'agneau pour m'avoir permis de découvrir ce livre.

 

 

Repost 0
Published by The Bursar - dans Chante - déesse...
commenter cet article
9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 11:56

half-moon-street.jpgAujourd'hui je vais vous parler d'Half Moon Street d'Anne Perry. J'avais déjà parlé d'Anne Perry à l'occasion de billets sur ces ouvrages sur le thème de Noël, mais c'est la première fois que je vous parle d'un livre issu de la série des enquêtes de Charlotte et Thomas Pitt, ce qui est d'ailleurs étonnant vu que c'est une série que je dois suivre depuis au moins huit ans.

 

Alors que Charlotte est partie pour trois semaines en compagnie d'Emilie et de son époux à la découverte de Paris, Thomas Pitt se retrouve à enquêter sur le mystérieux cadavre d'un homme découvert dans une barque et portant une robe de velours verte. Le cadavre faisait-il partie de l'ambassade française ou n'y avait-il aucun lien avec celle-ci ? Quelles passions peuvent pousser un meurtrier à une telle mise en scène ?

 

J'ai trouvé cette histoire très intéressante, même si au tout début; j'ai eu un peu de mal à m'enthousiasmer pour l'histoire. Mais finalement, il y a pas mal de choses intéressantes dans cette histoire et d'abord l'absence de Charlotte, qui permet de mettre en avant les sentiments que Pitt éprouve pour elle, ce qui n'est pas une chose très fréquente dans la série vu qu'on les voit souvent dans leur quotidien ce qui ne donne pas lieu à des effusions de sentimentalité.

 

Cependant la chose qui m'a le plus passionnée dans l'histoire c'est l'intrigue secondaire autour de Mariah Ellisson, la grand-mère de Charlotte, car dans ce livre certains secrets concernant son époux, Edmund Ellison, menacent de ressurgir avec l'apparition d'un certain Samuel Ellison, qui s'avère être le fils d'Edmund d'une précédente épouse qui a quitté le domicile conjugal pour fuir en Amérique. J'ai énormément aimé la manière dont Mariah est approfondie, car jusqu'ici ce n'était que la grand-mère désagréable qui ne cesse de désapprouver la conduite des autres. Caroline est aussi intéressante avec ses doutes quant à sa relation avec Joshua, l'acteur qu'elle a épousé en seconde noce et qui est de dix sept ans son cadet.

 

Au niveau de la thématique du livre, c'est la question de la censure qui est centrale. Faut-il protéger les individus ou bien accepter de mettre en question les valeurs ? De quoi doit-on protéger le public ? Tout est-il acceptable ? Cela conduit à quelques débats intéressants au niveau des personnages et à une intrigue finalement très intéressante.

 

J'ai donc apprécier ce livre et je me demande si je vais enchaîner sur The Whitechapel Conspiracy qui se trouve dans ma pal ou le garder pour plus tard.

Repost 0
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 01:57

i_am_legend.jpgLe dimanche soir, il y a Barnaby, ce qui fait que j'ai manqué la diffusion tv de Je suis une Légende, mais comme ce sont les soldes je l'ai trouvé en dvd, ce qui fait que je vais donc pouvoir vous parler de ce film.

 

En 2009, un miraculeux remède au cancer est découvert mais le remède va vite s'avérer ne pas être si miraculeux que ça...

En 2012, la population mondiale a été décimée par un virus. Robert Neville est  le seul rescapé à New York, étant naturellement immunisé contre le et depuis trois ans, il cherche un remède, avec pour seul compagnie son chien. Mais survivre n'est pas si simple, car la nuit des créatures rôdent...

 

Je ne m'attendais pas à aimer autant ce film vu que je ne suis pas très scénario apocalyptique. J'ai été séduite dès les premières minutes et j'ai même versé une petite larme(la mort du chien est vraiment émouvante...c'était vraiment affreux, surtout qu'après je me suis demandée comment il pouvait continuer à survivre alors que c'était la seule chose qui l'empêchait de sombrer dans la folie). Ce qui m'a séduite dans les premières minutes, c'est la vision de New York retournée à l'état sauvage(bien que j'ai été sceptique quant à la possibilité d'avoir autant d'herbe en seulement trois ans...)avec le mélange ville et nature.

 

i_am_legend_will_smith__1_.jpgEnsuite ce qui m'a terriblement plu et ému c'est la relation entre Neville et Sam, son berger allemand. Le jeu de Will Smith est vraiment très bon, il rendait à merveille le fait que le personnage était à deux doigts de sombrer dans la folie et ne parvenait à continuer que par ses discussions avec son chien qui lui permettait de recréer une sorte de normalité, en faisant comme si c'était une journée banale. On remarque d'ailleurs la routine qu'il a installé et les efforts qu'il a fait pour se donner l'illusion de ne pas être seul.

 

Il y a un certain nombre de moments où j'ai retenu mon souffle tant j'étais dans l'histoire... La dernière partie de l'histoire m'a également séduite.

Au niveau des monstres, j'ai apprécié le retournement situation qui a lieu à leur sujet et le fait que l'on découvre qu'ils ne sont peut-être pas comme Neville le pense. D'ailleurs, je reste persuadée que la raison pour laquelle ils ont mis autant de zèle à le pourchasser n'est pas simplement parce qu'ils ont senti son odeur mais parce qu'il a capturé la femelle du chef des créatures... j'ai vraiment eu l'impression que c'était sa femelle. Mon seul bémol est peut-être le message religieux de la fin, où j'ai eu l'impression que la religion triomphait avec l'idée d'une intervention divine qui permet de sauver l'humanité en plaçant sa sauveuse au bon moment sur la route de Neville.

 

C'est un film que j'ai vraiment apprécié et que j'ai trouvé très émouvant.

Repost 0
Published by The Bursar - dans Retour vers le futur
commenter cet article
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 09:34

exploits-don-juan.gifContinuant à avancer dans mon stock de folio 2euros, je vais aujourd'hui vous parler des Exploits d'un jeune don Juan de Guillaume Apollinaire.

 

Roger vient d'avoir seize ans et il passe quelques temps à la campagne avec sa mère, sa tante et sa soeur. Dans cet univers exclusivement féminin, Roger va découvrir son corps et tenter d'en apprendre plus sur le corps féminin. Un peu voyeur et très entreprenant, Roger va vite passer à la pratique et une fois qu'il aura goûté aux joies de l'amour, plus rien ne saura arrêter son désir qui a d'ailleurs tant d'objets à portée de main.

 

J'ai préféré ce livre aux onze mille verges, qui est beaucoup plus proche de Sade, et il est plus agréable de suivre des aventures qui n'impliquent pas de nécrophilie ou de sévices infligées à des bébés. Ici les seules choses qui peuvent choquer sont les relations incestueuses et le fait que le narrateur aime observer les femmes lorsqu'elles sont aux toilettes(mais cela ne va pas plus loin, et je serais tentée de dire que c'est tant mieux, car Sade m'avait lassée sur ce point).

 

On suit les efforts du héros pour comprendre les changements qui ont lieu en lui et on assiste à sa découverte de la sexualité, avec d'abord sa compréhension des premiers signes qui marquent sa sortie de l'enfance et qui n'ont pas été sans me faire penser aux Confessions de Rousseau(lorsque Rousseau raconte l'épisode de la fessée). Son voyeurisme passe plutôt bien dans la mesure où il apparaît comme une forme de curiosité et une tentative pour comprendre les choses, car le héros se rend compte qu'il se passe quelque chose et que sa mère et sa tante ont compris de quoi il s'agissait mais personne ne le lui a expliqué.

 

J'ai particulièrement aimé les dernières lignes qui donnent un autre sens aux exploits de notre Don Juan. J'ai apprécié particulièrement l'ironie qui en ressortait.

 

C'est donc un petit livre qui n'est pas sans humour et il vaut mieux ne pas considérer trop sérieusement certains aspects du livre, qui sont certainement là pour tourner en dérision la morale bourgeoise et pour des questions de commodité narrative, car il est plus simple d'expliquer la présence de la tante et de la soeur dans la maison que celui d'une jeune fille étrangère.

 

Ce fut une lecture plaisante et c'est ma première contribution au challenge nécrophile 2011, ici pour la catégorie auteur enterré à Paris.

 

challenge nécrohpile

Repost 0
Published by The Bursar - dans Sea - sex and sun
commenter cet article
6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 07:32

otaku-girls-manga-volume-1-simple-19599.jpgAujourd'hui je vais vous parler d'Otaku Girls dont j'ai déjà lu les cinq premiers tomes et qui est une série assez sympathique.

 

Pas facile d'être amoureux d'une otaku, surtout quand celle-ci est tellement partie dans ses délires qu'elle confond réalité et boy's love. C'est pourtant ce qui arrive à Abe, lycéen tout ce qu'il y a de plus normal, sans vrai succès auprès des filles, mais qui est bien déterminé à conquérir Asai, ce qui n'est pas partie pour être du gâteau. Car entre les tentatives pour comprendre l'univers des Otaku, celui des Boy's love et l'amour lui-même, on peut dire que le pauvre Abe n'est pas au bout de ses peines. Surtout qu'à cela s'ajoute le fait qu'Asai est persuadé qu'Abe ferait un magnifique couple avec Chiba, son meilleur ami, le tombeur de la classe, et qu'il va aussi falloir compter sur Matsui, une beauté qui va vite s'imposer comme la meilleure amie d'Asai.

 

Cette série compte apparemment sept tomes et le dernier devrait être publié en mars. Les situations sont plutôt drôles, mais ce qui m'a surtout intéressée c'est le fait que l'on découvre l'univers des Otaku, c'est-à-dire des fans, et dans le cas présent des fans de yaoi, avec des héroïnes qui sont complètement passionnée par Full metal Prince... J'ai plusieurs reprises craint d'être déçue et que les situations deviennent ennuyeuses puisque Abe ne cesse d'aller d'échec en échec, mais en fait la lassitude ne s'installe pas, car les deux Otakettes, Asai et Matsui, se mettent à progresser dans l'univers des Otaku, d'événement en événement, on les suit à travers de nouvelles expériences, à travers la création d'un Dôjinshi, l'équivalent manga des sites de réécriture où l'on utilise des personnages existants pour les placer dans de nouvelles histoires et souvent en inventant des relations homosexuelles entre certains personnages, ce qui est le cas de nos héroïnes qui partent de Full metal prince, un manga de fantasy et se mettent à le lire comme s'il y avait une relation entre le Prince et Kazoo... je me demande d'ailleurs si Full metal prince ne renvoie pas un peu à full metal alchemist, car certains costumes y ressemblent un peu mais c'est dur à dire quand on ne connait pas vraiment ce qui se produit au Japon. On découvre les conventions et les soirées Cos-play. C'est donc un aspect qui m'a beaucoup plu et fait que chaque tome n'est pas monotone, car on ne suit pas uniquement les déboires amoureux de quatre lycéens.

 

otaku-girls-doki-2.jpgL'autre aspect qui fait l'intérêt du manga et son humour est bien-sûr la rencontre entre l'univers des Boy's Love et la réalité ou ce qui se passe quand une otakette se met à projeter ses fantasmes dans la réalité. Lisant moi-même beaucoup de Boy's Love(autre manière de nommer les yaoi), j'ai trouvé certains gags assez savoureux surtout dans les premiers tomes, quand Asai se sert de ce qu'elle a appris dans les boy's love(qui constituent ses seules expériences sur l'amour) pour comprendre ce qui se passe avec Abe, or l'amour dans les boy's love est aussi proche de la réalité d'une lycéene qu'un harlequin audace...

 

Au fil des tomes se rajoutent d'autres personnages, qui viennent apporter un peu d'humour à l'histoire. J'ai un gros faible pour Tsukamoto-senpai, le géant président du club de judo qui est tombé sous le charme de...Chiba. Mais la soeur de Chiba est pas mal non plus, car elle représente le versant plus mature et posé des otaku, en opposition à Asai et Matsui qui sont toutes les deux très enthousiastes et qui vivent dans une autre réalité(surtout Asai).

 

En dehors de cela, ce manga explore les difficultés des relations amoureuses ainsi que les problèmes d'incommunicabilité qui peuvent avoir lieu(pauvre Abe!). On y trouve également le problème de la passion pour une chose, faut-il l'assumer et la vivre jusqu'au bout quitte à endurer le mépris de la société, ou bien dissimuler ses propres goûts de façon à rentrer dans le moule et se faire accepter ?

 

J'ai donc trouvé ce manga intéressant et je vous parlerai certainement en mars des deux derniers tomes. Mais l'enthousiasme des deux otakettes est très communicatifs, car il m'a fait souhaité que Full metal prince existe dans la réalité tant l'histoire semble passionnante. J'ai eu aussi des regrets de ne pas avoir vu tout gundam wings et ne pas connaître toutes les séries que connaissent les héroïnes.

Repost 0
Published by The Bursar - dans In the mood for Japan
commenter cet article
5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 00:00

N3008.jpg

 

Quand ce blog était à ses débuts, un tag avait circulé dont le principe était, pour chacune des questions posées, de trouver un titre de livre parmi ceux que l'on avait lu dans l'année, qui y réponde, ce qui donnait des résultats plus ou moins surréalistes. Ce tag circule à nouveau et suivant l'exemple de celles qui ont décidé de le refaire, j'ai décidé de me lancer et de découvrir quelles seraient mes réponses pour 2010. J'admets, j'ai triché un peu et utilisé deux titres de 2011.

Décris-toi : Coeur de glace

Comment te sens-tu : Au bord de la tombe

Décris là où tu vis actuellement : Le monde perdu

Si tu pouvais aller n'importe où, où irais-tu : à l'assaut du Khili-Khili

Ton moyen de transport préféré : le train de 16h50

Ton / ta meilleur(e) ami(e) est : César

Toi et tes amis, vous êtes : Associés contre le crime

Comment est le temps : C'est beau

Ton moment préféré de la journée : L'appel de la lune

Qu'est la vie pour toi : Un roman sentimental

Ta peur : Ubu Roi

Quel est le meilleur conseil que tu as à donner : Les dieux habitent toujours à l'adresse indiquée

Pensée du jour : ça sent le sapin

Comment aimerais-tu mourir : 4 jours avant Noël

La condition actuelle de mon âme : Démon intérieur

 

Par rapport à mes premiers résultats, on remarque la disparition de titres philosophiques, la très faible présence d'ouvrages littéraires, la présence d'Agatha Christie et surtout des ouvrages de bit-litt qui ajoutent une touche sombre à cette série.


Et vous, quels sont vos titres pour 2010 ?

Repost 0
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 17:43

petit-fils-d-hercule.gifAujourd'hui nous allons parler du Petit-fils d'Hercule, un roman libertin disponible en folio 2euros.

 

Hercule est un jeune homme qui vient d'arriver à Paris et comme son ancêtre, il est bien décidé à produire de sa massue les différents exploits qui lui seront demandé par  toutes les dames qui viendront croiser sa route qu'elles soient françaises ou russes. Réussira-t-il à se faire un nom par son ardeur dans Paris ?

 

De la pensée libertine du XVIIIème siècle, je ne connaissais que Sade, donc ce fut une lecture instructive, car c'est un ouvrage assez sage et assez éloigné du marquis, les goûts d'Hercule étant beaucoup plus conventionnel et moins égoïste. Car chez Sade, seul compte le plaisir que l'on tire de l'acte, et ce que l'autre éprouve n'a aucune valeur, ce qui fait qu'il est tout à fait acceptable de tirer son plaisir de la souffrance de l'autre, alors que dans ce livre, le héros se fait plaisir tout en faisant plaisir à sa partenaire.

 

Les idées sont beaucoup moins radicales que celles de Sade, il s'agit simplement de mettre en avant le fait qu'il faut rechercher le plaisir.

 

C'est une histoire qui n'a pas grand chose de choquant, on suit les différents exploits d'Hercule et son ascension sociale. On a toute une partie sur Catherine de Russie, qui incarne aux yeux de l'auteur la grande protectrice des libertins. J'ai d'ailleurs trouvé assez savoureuses les différentes références qui sont faites à Rousseau et Diderot.

 

C'est un petit livre sympathique et suffisamment court pour qu'on ne se lasse pas des aventures du héros.

Repost 0
Published by The Bursar - dans Sea - sex and sun
commenter cet article
2 février 2011 3 02 /02 /février /2011 16:50

jurassic-park.jpgAujourd'hui je vais vous parler du Parc Jurassique de Michael Crichton, aussi connu sous le nom de Jurassic Park, livre que j'avais envie de lire depuis quelques temps.

 

La fin du XXème siècle a vu dans le domaine scientifique une nouvelle ruée vers l'or d'une ampleur considérable : un mouvement impétueux et acharné pour commercialiser les découvertes du génie génétique. Le phénomène s'est développé si rapidement et a fait l'objet de si rares études en dehors de la communauté scientifique que son extension et ses conséquences sont très mal comprises.

 

La génétique est devenue source de profit, les découvertes scientifiques ne sont plus faites pour le bien de l'humanité mais tournées vers la production de produits que l'on peut vendre. C'est dans ce contexte qu'à lieu l'incident InGen, qui s'est produit dans une île au large du Costa Rica à la fin du mois d'août 1989.

Le vieil Hammond s'est lancé dans une mystérieuse entreprise, ayant réuni des fonds pour un projet qui ne serait révélé qu'au bout de cinq ans. Le délai est sur le point d'arriver à son terme mais son projet doit encore obtenir l'approbation du cabinet d'avocat qui gère en partie InGen. C'est ainsi qu'un week-end se retrouvent sur l'île, un avocat, un paléontologue, une botaniste et un mathématicien, invités pour inspecter le parc Jurassique, où le rêve des généticiens, arriver à recréer une espèce disparue, a pris vie, car ce que le parc Jurassique offre, ce sont de véritables dinosaures, produits par le miracle de la science.

Mais il va vite apparaître que les hommes ne peuvent dicter leurs propres lois à la nature.

 

jurassic-park-2.gifLe livre est encore meilleur que le film même si on n'y trouve pas les phrases cultes comme celle sur la femme qui hérite de la terre et l'autre sur le fait qu'à Disneyworld, les pirates des Caraïbes ne mangent pas les touristes quand ils se détraquent. Le film réduit énormément le message du livre, car le livre est avant tout une critique de la science et surtout du fait que le pouvoir scientifique est aux mains de compagnie qui utilisent la science pour leur propre profit sans se soucier des conséquences ni mettre en question leur pouvoir, car pouvoir faire une chose signifie-t-il qu'il faille la faire ?

Le progrès génétique fait espérer que l'on puisse ramener à la vie des espèces éteintes(c'est d'ailleurs toujours d'actualité puisqu'il était question récemment encore de la possibilité de cloner des mammouth), et quitte à ramener une espèce éteinte, pourquoi pas les dinosaures ? C'est là le point de départ de Jurassic park. Dans le livre, Hammond est beaucoup moins sympathique, ce n'est plus un vieillard excentrique qui a "dépensé sans compter"(la phrase d'ailleurs n'apparaît absolument pas dans le livre), car s'il passe d'abord pour excentrique, il apparaît vite qu'il est surtout intéressé par le profit et qu'à partir du moment où il obtient ce qu'il veut, il cesse d'écouter les autres, ce qui va mener le parc à sa perte, puisqu'il va refuser d'écouter les avertissements concernant le danger que représentent certains animaux et va croire que tout peut se régler par l'argent. Hammond a même un côté effrayant par moment.

L'absence d'éthique va apparaître dans le personnage du Dr Wu, qui est le généticien de l'histoire et qui beaucoup creusé que dans le film. C'est le scientifique qui est tellement intéressé par ses travaux sur l'adn qu'il ne se soucie pas de ce qui arrive aux animaux après qu'il les ait créé. Les animaux étant présenté comme des logiciels, c'est-à-dire sous forme de version que l'on met à jour(ce qui implique la mort des anciens spécimens...)et qui voudrait apporter ses propres améliorations aux dinosaures de façon à les rendre plus propres au but qu'on leur a assigné. Il est plus lucide qu'Hammond, puisqu'il se rend bien compte que ses créations ne sont pas des vrais dinosaures.

 

Michael-Crichton---Jurassic-Park.jpgFace à eux, il y a Malcolm, le mathématicien spécialisé dans la théorie du chaos, qui a prédit que le parc allait inévitablement à la ruine et qu'il contenait en lui-même les éléments de sa propre destruction. La théorie du chaos sera beaucoup plus expliquée dans le livre et c'est lui qui va se faire le porte-parole de la critique de la technologie et de la génétique. J'ai d'ailleurs aimé les différents passages où Malcolm s'attaque au projet de Hammond et défend le fait que la situation court à l'échec et qu'il est impossible d'avoir un contrôle absolu sur le monde qui nous entoure.

 

Un autre point qui va apparaître est aussi la critique du comportement de ces grosses firmes envers ceux qu'elles emploient. Nedry va être un personnage moins superficiel, car s'il se retourne contre Jurassic Park ce n'est pas uniquement pour l'argent mais aussi parce que InGen s'est servi de lui et qu'il n'a pas eu d'autres choix que de s'incliner, parce que ces sociétés ont le bras long et ne reculent devant rien pour obtenir ce qu'elles veulent. Le Dr Wu est un autre exemple du problème, car à partir du moment, où le projet se met à fonctionner efficacement et que tout n'est plus que routine, il cesse d'avoir de l'importance et voit son influence baisser. Ces sociétés cherchent à faire du profit avec le moins de coût et l'individu est remplacé par des machines, ainsi le parc fonctionne avec le personnel minimum et quand on voit ce qui se passe ensuite, on se dit qu'il aurait mieux valu  embaucher plus de monde.

 

Le livre est beaucoup plus intéressant que le film et beaucoup plus riche, car il s'y passe davantage de choses et surtout on va avoir le temps de remarquer les détails qui clochent dans le parc, car les problèmes mettent beaucoup plus de temps à apparaître et l'île est beaucoup plus effrayante. La fin est assez intéressante(j'ai aimé le fait qu'Hammond se face dévorer par les compys après avoir montré son vrai visage et l'étendu de sa folie, par contre j'ai été attristée d'apprendre que Malcolm n'avait survécu, même si on découvre dans le suivant qu'en fait il a survécu...ce qui me donne quelques appréhensions sur le suivant car je trouve que c'est un brin commercial de ramener à la vie un personnage qu'on a cru mort et de nous apprendre l'existence d'une île qui ne semble pas nécessaire dans le un et dont on aurait dû entendre parler lorsqu'Hammond envisage de recommencer sur une autre île...en plus on s'attendrait plutôt à la suite directe du 1 puisque des dinosaures se sont échappés... )et me donne envie de lire le suivant même si j'ai quelques réserves.

 

Pour finir sur les personnages, je suis fan de Malcolm. Par contre, j'ai eu envie de frapper la fillette... pourquoi ne pouvait-elle pas être mangée par le T-rex ? Les autres personnages m'ont plutôt plu, l'avocat y est beaucoup plus intéressant.

Repost 0
Published by The Bursar - dans Retour vers le futur
commenter cet article

Citations : Terry Pratchett

Interesting time, p.43
*****
Interesting Time p.19
*****
Le Huitième Sortilège p.87
*****
La huitième Couleur p.91
*****
*****

*****

*****
Apes had it worked out. No ape would philosophize, "The mountains is, and is not." They would think, 'The banana is. I will eat the banana. There is no banana. I want another banana."
Unseen Academicals p.76
*****
'I would like permission to fetch a note from my mother, sir.'
Ridcully sighed. 'Rincewind, you once informed me, to my everlasting puzzlement, that you never knew your mother because she ran away before you were born. Distincly remember writing it down in my diary. Would you like another try ?'
'Permission to go and find my mother ?'
Unseen Academicals,  p.187
*****
'The knees should be covered. It is a well-known fact that a glimpse of the male knee can drive women into a frenzy of libidinousness.'
Unseen Academiacls, p.130
*****
"Lord Vetinari's rules : if it takes an Igor to bring you back, you were dead. Briefly dead, it's true, which is why the murderer will be briefly hanged. A quarter of a second usually does it."
Unseen Academicals, p. 98
*****
"I'm a wizard ! We can see things that are really there, you know,"said Ridcully. " And in the case of the Bursar, things that aren't there too."
Hogfather, p 98

Perdu Dans La Vallée ?

Malakos is here too !!!

Archives

Le mot de l'auteur

 

Bienvenue au sein de la vallée des grenouilles séchées,  blog d'une prof de lettres classiques fan de Star Trek et de Terry Pratchett.
Vous trouverez ici mes impressions sur des ouvrages que j'ai lu, des films qui ont retenu mon attention et parfois des séries.
 
Sur ce, je vous souhaite une bonne navigation mais méfiez-vous d'une chose, j'ai une tendance à m'adresser plus à ceux qui ont lu ou vu ce dont je parle, donc quand ce n'est pas votre cas, évitez de continuer votre lecture quand vous atteignez le paragraphe commençant par "dans le détail" ou voici la partie spoiler mais dans la plupart des cas, les spoilers sont en surlignés.

The Bursar

Et pour me laisser un message sans lien avec un article c'est par là :



 
 

One Challenge to rule them All

logo fondcomble

 

Pour s'inscrire, c'est par là.


Pour consulter les billets publiés par les autres membres de la Communauté ou laisser les liens de vos article, c'est ici.


Pour les logos des différents niveaux c'est là.


Pour les différents logos généraux, c'est ici et .

 


***********************


De mon côté, je vais faire le challenge Valar !

 

Jusqu'ici j'ai peu avancé.

J'ai lu :

The Hobbit

Le Silmarillion

The Fellowship of the Ring

The Two Towers

 

L'adieu au Roi, chansons pour J.R.R. Tolkien

Beowulf

 

 

Challengevalar 2

mes coups de coeur

Mes coups de coeur 2009














Mes coups de coeur 2010

sherlock-holmes-2009

Homère et Shakespeare en banlieue
seigneursOlympe
team medical 01
koi-suru-bo-kun-kaiosha-1
starship troopers
lovely_teacher.jpg
hei-sensei.jpg
rocky-horror-picture-show-posters.jpg
petits meurtres à l'anglaise
galaxy-quest-deluxe-edition-dvd
Couverture-Princesse-Soso.jpg
maurice.jpg
Mes coups de coeur 2011
gemmell legende
bowie labyrinth jim henson movie poster
grammaire
st trinian
Mes coups de coeur 2012
Crimson Spell