Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 avril 2011 6 30 /04 /avril /2011 15:13

dr-faustus-christopher-marlowe-paperback-cover-art.jpgAujourd'hui, sur l'idée d'Isil et de Cryssilda, c'est lecture commune dans le cadre du challenge Elisabethain, avec le Dr Faustus de Christopher Marlowe, que j'ai lu dans la version de 1604.

 

Faust est un érudit qui ne croit plus dans aucune sorte de sciences et décide de se tourner vers la nécromancie pour obtenir puissance et connaissance et se faire l'égal d'un dieu. Mais le pouvoir a un prix et  pour s'attacher un démon, Faust doit renier Dieu et vendre son âme au diable.

 

Cette pièce repose sur la question du salut de l'âme de Faust, Faust parviendra-t-il à échapper à la damnation éternelle ? Tout au long de la pièce, il lui sera donné des occasions de se repentir mais Faust est victime de son propre hybris(sa démesure) et ne comprendra que trop tard son erreur. Comme les pièces de Shakespeare, cette pièce mêle scènes comiques et scènes sérieuses, avec les laquais qui tentent d'imiter Faust et d'obtenir les satisfactions de leurs désirs médiocres.

 

J'ai aimé cette pièce, certaines tirades sont  d'une grande beauté mais le héros en lui-même ne me marquera pas plus que ça, car je le trouve plus faible que maléfique, il se tourne vers la nécromancie car c'est ce qui est le plus facile et il refuse de faire machine arrière, quand il comprend que bien qu'ayant accès à tous les savoirs, les splendeurs du ciel ne lui seront jamais accessibles, car il craint les châtiments de Mephistopheles.

Je lui préfère la démesure de Don Juan, qui reste égal à lui-même du début à la fin et n'hésite pas à se cacher sous le masque de la dévoterie pour continuer, ou le désespoir de Frollo; qui est allé au bout de tous les savoirs possibles et n'a plus rien à rechercher.

La situation de Faust ne m'a pas émue plus que ça, même si les moments où il cherche à échapper à sa condition sont très intéressants. En effet,  je trouve que c'est un personnage qui manque d'ambition et n'est pas si différent de son laquais, car il se sert de ses pouvoirs pour satisfaire ses caprices et ses désirs sont les mêmes, seule l'échelle est différente.

 

Par contre, j'ai particulièrement aimé la première scène, où Faust s'exprime par moment en latin.

 

C'est une lecture intéressante qui nous entraîne dans le mythe de Faust et qui fut aussi l'occasion pour moi de découvrir Christopher Marlowe.

challenge-elisabethain-1

Je vous invite à aller faire un tour chez les autres lectrices de Faustus : Cryssilda,  Fashion, Emma, IsilIsleene, Lou, Martial, Sabbio, Stéphie, Titine, Yueyin et Céline.

Repost 0
Published by The Bursar - dans My tailor is rich
commenter cet article
29 avril 2011 5 29 /04 /avril /2011 13:36

Books of the South

Comme je vous le disais hier, le tome 4 des Annales de la compagnie noire finissait d'une façon telle qu'il était difficile de résister à l'envie de lire la suite. Ce qui fait qu'aujourd'hui je vais vous parler du  second tome des Livres du Sud de Glen Cook : Rêves d'Acier.

Attention cet article contient des spoilers sur tous les tomes précédents.

 

‎"When hope dies, there's still survival. And there's still the Black Company."

 

Ils ont cru qu'ils pouvaient anéantir la Compagnie mais au lieu de cela, ils se sont faits un ennemi terrible... La Dame est de retour et elle est de mauvaise humeur : rien ne l'empêchera d'anéantir ceux qu'elle croit responsable de la mort de Toubib.

Mais ce qu'elle ignore, c'est que Toubib est vivant et que tout ceci est une mise en scène de sa soeur Volesprit, de retour d'entre les morts.

 

J'ai dévoré ce livre, qui est le livre de Lady, puisque cette fois ce n'est pas Toubib qui raconte les faits mais la Dame, qui se proclame capitaine et annaliste de la compagnie(c'est la première page du livre, ce qui ne peut que titiller la curiosité quant à ce qui s'est passé entre temps). Au début, j'avais eu quelques réserves quant au fait que l'histoire ne soit pas racontée par Toubib, mais finalement, la Dame s'avère être un narrateur tout aussi intéressant et nous offre d'une certaine manière l'autre vision des choses, puisque jusque-là nous n'avions que la manière dont Toubib considérait leur relation et celle-ci n'impliquait pas forcément une grande confiance dans les sentiments de la Dame(ils étaient mignons tous les deux dans le tome précédent). Par contre, il m'a fallu un temps d'adaptation pendant les moments où on suit Toubib, car j'ai eu tellement l'habitude de le suivre, que j'avais une tendance à oublier le fait qu'il ne racontait pas cette histoire et donc à être surprise quand il apparaissait à la troisième personne.

 

Dreams_of_Steel.jpgL'intrigue est passionnante, car on suit les efforts de la Dame pour reconstruire sa puissance après la bataille de Dejagore, où Toubib a disparu et où leur armée a subi un revers de taille, certains ayant pu fuir dans la ville, tandis que le reste des survivants fuit en désordre à travers la campagne.  Elle va donc devoir repartir de zéro et à avoir recours à toutes sortes de stratagème pour s'imposer et mener à terme la commission  de la Compagnie, mais en même temps, on aura aussi des aperçus de ce qui se passe du côté de Toubib et des Maîtres d'Ombre, ce qui créera une tension, puisque nous saurons à l'avance quels seront les grains de sable qui vont se glisser dans la machine.


Ce tome va être aussi l'occasion de découvrir pourquoi le retour de la compagnie noire à Taglios était perçu comme une menace et quelles étaient les terribles origines de celle-ci.


Autre point, on a le droit à une description de Toubib ! ce qui était bien car j'avais oublié ces détails et surtout, à force de l'entendre se plaindre du temps qui passe, de se lamenter sur sa jeunesse perdue, je le pensais beaucoup plus vieux qu'il n'est(et ses compagnons aussi), alors que non, la compagnie n'est pas une bande de guerriers à la soixantaine bien tassée(sauf pour Qu'Oeil qui est centenaire mais on ne le dirait pas comme ça vu son manque de sagesse).

 

La seule chose qui m'a déçue, c'est Volesprit, car je l'aimais beaucoup dans le premier tome, mais depuis que sa folie est révélée et qu'on voit tous les efforts qu'elle fait pour se venger de sa soeur, elle ne m'intéresse plus, car utiliser une telle puissance pour quelque chose d'aussi mesquin enlève beaucoup à son aura maléfique.

 

La fin de ce tome est moins abrupte que pour le 4, mais beaucoup de choses restent tout de même en suspens, ce qui fait qu'après quelques heures de résistance, je me suis résolu à commander la première partie de l'omnibus qui contient les deux premiers tomes de the books of the Glittering stones, car, non, je ne peux pas laisser les choses dans cet état, en plus le prochain va nous raconter l'histoire selon le point de vue de ceux qui étaient dans Dejagore.

Entre temps, je vais tout de même tâcher de finir mon omnibus des livres du Sud, car il me reste The Silver Spike à lire, qui est un spin-off de la Compagnie noire, se déroulant au même moment que le tome 4 et suivant Corbeau après les événements qui ont eu lieu aux Tumulus.

Logomagicien

Repost 0
28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 09:57

Books_of_the_South.jpgAujourd'hui je vais vous parler de Jeux d'Ombres, 4ème tome des annales de la compagnie noire et premier tome des livres du Sud. de Glen Cook. Attention cet article contient de gros spoilers sur les livres du Nord.

 

 

 

Toubib est désormais le capitaine de ce qui reste de la compagnie noire, c'est-à-dire sept personnes. Ne sachant quoi faire d'autre, il décide de ramener les Annales à Khatovar, point d'origine de la Compagnie Noire, puisque celle-ci n'existe plus que par son nom.

C'est ainsi que commence un long périple vers le Sud, où la Compagnie va marcher sur les traces de son passé mais aussi renaître de ses cendres.

Cependant, certaines choses semblent attendre la venue de la Compagnie dans le Sud et Toubib passe son temps à voir des corbeaux que nul autre ne voit...

 

J'ai adoré ce livre où les choses ont pris un tour tout à fait passionnant. Toubib est un personnage que j'aime énormément et ce fut un vrai plaisir de le découvrir dans le rôle du Capitaine, avec les responsabilités que cela incombe et les différents dilemmes dont il nous fait profiter par le biais de son récit dans les Annales. Autre point qui m'a tout à fait enchanté est la relation qui se développe entre lui et Lady(la Dame), certains passages m'ont d'ailleurs fait assez rire.

 

Niveau ambiance, c'est un peu moins sombre que les tomes précédents, car, la compagnie est son propre maître et n'est plus en train d'attendre un ultime assaut qui l'anéantirait ou en train de se demander ce qu'elle est venue faire au Nord. On découvre quelques informations sur le passé, il y a un côté nostalgique dans certaines pages, car beaucoup de choses ont changées depuis le précédent passage de la Compagnie. De nouveaux personnages font leur apparition et l'on n'a pas le temps de s'ennuyer, en plus le livre contient une bataille comme je les aime : une victoire  qui semble impossible et les préparatifs destinés à tourner une troupe de civils en soldats.

 

Je suis très satisfaite de l'édition anglaise que j'ai achetée, car la mise en page y est agréable et pour un prix très faible, elle contient les deux autres livres des Livres du Sud, ce qui est heureux car la fin du 4 laisse beaucoup de choses en suspens(et la première page du 5 ne fait qu'empirer les choses...), ce qui fait que je me suis jetée sur la suite.

 

Logomagicien

 

 

Pour la touche magique : Goblin et One-Eye sont toujours de la partie et ne cessent une fois de plus de concocter de nouveaux sorts pour tromper l'ennemi et la Compagnie va affronter un ennemi de taille en la personne des Shadowmasters

Repost 0
27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 09:12

professeur-eiji-kana-3.jpgAujourd'hui je vais vous parler des tomes 3 et 4 de Professeur Eiji d'Akiko Monden.

 

Le voyage scolaire à Okinawa se poursuit mais pas dans la quiétude prévue, car le corps enseignant va devoir tenter d'empêcher deux ados de se suicider.

Cependant c'est aussi l'occasion de faire mieux connaissance avec le professeur Kaji, de découvrir une autre face du professeur Mitsukura, rebaptisé Mitchy par Eiji, et de découvrir Naomi Ishihara, l'infirmière.

 

Comme dans les deux tomes précédents, ce manga aborde la question de l'adolescence, mais plus spécifiquement, les différents traumatismes qui peuvent se cacher derrière des élèves sans histoire et montrer que bien que nos sociétés ne soient plus en guerre, elles ne sont pas exempt de leur propre forme de violence. Dans ces deux tomes, on aura droit à des ados suicidaires, un cas de maltraitance et d'abus sexuels et aux séquelles de la violence conjugale. On suivra aussi Kaji et Eiji dans leurs efforts pour faire le deuil de ceux qu'ils ont perdus, tandis que Hiroshi expérience les difficultés qu'il y a à fonder une famille quand on est dans son état. 

 

professeur-eiji-4.gifCependant tout n'est pas sombre et des idylles prennent forme et nos ados tourmentés du début commencent à mûrir et tentent d'avancer dans un monde où les adultes se sont avérés indignes de confiance, d'autant plus que les tensions qui existent en salle des profs ne font rien pour améliorer l'image qu'ils ont de ce monde.

 

Mon intérêt ne faiblit pas pour cette série, qui ne cesse de s'enrichir de nouveaux personnages, j'aime beaucoup le fait que Kaji demeure présent après le voyage scolaire et les découvertes sur Mitchy sont plutôt hilarantes.

 

J'ai aussi beaucoup aimé les histoires courtes à la fin, qui dans le tome 3, nous ramènent dans le passé d'Hiroshi et d'Eiji, et dans le tome 4, nous font suivre Mitchy. C'est d'ailleurs un point que j'aime beaucoup dans cette série, c'est que les chapitres de fin portent toujours sur les personnages, car j'ai mieux ce genre de situations où on a l'occasion de découvrir les personnages dans leur vie quotidienne ou de voir développer une scène sur laquelle on est passé rapidement dans l'intrigue principale, plutôt que comme dans certains mangas où on trouve des histoires qui n'ont aucun rapport avec le manga où elles se trouvent.

 

C'est une série que j'apprécie énormément et dont je vous reparlerai sûrement bientôt.

Repost 0
Published by The Bursar - dans In the mood for Japan
commenter cet article
26 avril 2011 2 26 /04 /avril /2011 13:27

top ten tuesaday

 

Aujourd'hui j'ai eu envie de faire ce top ten des pestes ou garces littéraires, où les garces créées par Jane Austen sont très présentes, si j'avais voulu, j'aurais pu faire l'intégralité du top avec des personnages issus de ses livres.

 

mansfieldpark.jpg

 

1 la tante Norris, grande championne de ce top, qui est certainement le seul personnage que j'ai haï au point d'espérer qu'elle fasse une chute mortelle dans les escaliers de Mansfield Park. C'est un personnage sans la moindre qualité et j'ai détesté la manière dont elle s'acharnait sur la pauvre Fanny.

 

Emma.jpg

 

2. Mrs Elton, l'épouse du pasteur dans Emma, qui ne cesse de nous remplir les oreilles de la beauté de la demeure de sa belle soeur et qui a pour manie de se mêler de tout et est dépourvue de bonnes manières.

 

pride_n_prejudice.jpg

3. Lydia Bennet, dont on pourrait se demander si elle compte comme mean au départ, mais je trouve que par sa manière de se réjouir de son mariage et son absence de remords quant à sa conduite, on peut la considérer comme une garce en puissance et qui aurait révélé sa vraie nature si elle ne s'était pas enfuie avec Whickam. C'est vrai que pour Orgueil et Préjugés, on penserait plus facilement à Caroline Bingley, mais, en fait, je plains Miss Bingley, car elle n'est plus toute jeune et se rend compte que l'homme sur qui elle avait des vues a des sentiments pour une autre, qui lui est inférieure.

 

4. Pour rester dans P&P, Lady Catherine, qui se mêle de tout et considère que tous ceux qui lui sont inférieurs socialement doivent se plier à ses désirs et lui être reconnaissants pour l'intérêt qu'elle leur porte.

 

sense-and-sensibility.jpg

 

5. Lucy Steele, terrible opportuniste et dont on peut se demander à quel point son envie d'être amie avec Elinor ne vient d'une envie de la torturer.

 

northanger-abbey-book-cover1.jpg

 

6. Isabella, la fiancée du frère de Catherine Morland, qui va faire semblant d'être son amie pour pouvoir se rapprocher de son frère.

 

lunatic cafe

 

7. Raina, qui est une pure garce, pour le dire poliment, et qui apparaît dans le tome 4 et 6 des Anita Blake.

 

hera.jpg

 

8. Junon/Héra, même si j'admets que c'est plutôt une déesse qu'un personnage littéraire mais les Métamorphoses d'Ovide la montre sous un jour sympathique à l'extrême avec sa tendance à se venger sur plus faible qu'elle parce qu'elle ne peut pas s'attaquer à Zeus et elle est capable de trouver des châtiments tout à fait cruels. C'est la garce de l'antiquité et la championne des coups tordus.

 

the farseer trilogy book one

 

9. la reine Désir, seconde épouse du Roi Subtil, qui a complètement perverti Royal en remplissant son esprit d'idées de grandeur.

 

fool's fate

 

10. The Pale Woman, ceux qui ont lu the Tawny Man trilogy savent pourquoi.

Repost 0
25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 20:00

TRINITY-BLOOD---TOME-03.jpgAujourd'hui, je vais vous parler des tomes 3 et 4 de Trinity Blood.

 

Le cardinal Caterina Sforza veut entrer en contact avec l'Empire, l'ennemi juré du Vatican. Abel, Tres et Esther l'accompagnent  donc à Carthage où doit avoir lieu la rencontre, mais de nombreuses factions vont tenter de faire échouer ce projet. Abel va devoir faire tout son possible pour protéger l'émissaire des Rebelles mais surtout du frère Petros, le directeur du bureau de l'Inquisition, un fanatique que rien n'arrête.

 

Les choses se compliquent pour Abel dans ses deux tomes. Esther semble amoureuse, quant à Abel, la nature de ses sentiments est plus flou, car je ne suis pas sûre qu'il soit amoureux, même si une histoire d'amour entre les deux semble gros comme une maison. En tous cas, la relation qui se noue entre les deux est très intéressante, surtout par les efforts que fait Abel pour lui dissimuler sa vraie nature, de peur que celle-ci ne le rejette comme un monstre(un krsnik est définitivement plus effrayant qu'un vampire) mais aussi par sa volonté de la protéger. Dans le tome 4, j'ai trouvé Abel très émouvant et en particulier à la fin.

 

TrinityBlood4_22032009_152304.jpgAu niveau de l'intrigue, on découvre le bureau de l'Inquisition et par la même occasion, les luttes de pouvoir au sein du Vatican. On découvre aussi certaines choses sur les différentes factions qui existent parmi les vampires. On retrouve aussi brièvement le Professeur, ce qui permet de cerner un peu plus ses fonctions au sein de la secrétairerie d'Etat.

 

Les graphismes sont toujours aussi séduisants et je les préfère d'ailleurs à l'animé(oui, j'ai craqué et j'ai commencé à le regarder), car dans l'animé, les uniformes sont plus sobres, alors que dans le manga, il y a pas mal des sortes de griffes et surtout il y a le crucifix d'Abel qui a un design très particulier. L'animé offre un certain nombre de différences, les péripéties ne sont pas les mêmes mais on en apprend plus sur les vampires et on voit dès le départ le frère de Caterina, alors que c'est un personnage qui n'a été que mentionné dans le manga. Le pape n'est pas non plus apparu dans le manga. Du coup, je me demande s'il convient que je continue l'animé tout de suite, car j'ai peur qu'il n'en dévoile trop sur ce qui va se passer ensuite dans le manga. Mais l'animé a de gros avantages, car Tres y est mieux, car l'intonation de sa voix apporte beaucoup, ça fait très Terminator(le fait que je le regarde en anglais doit jouer), j'aime aussi beaucoup le doublage anglais du père Nightroad, car il a une voix très enjoué mais qui sait se montrer dure. En plus, le Krsnik est particulièrement terrifiant(mais il l'est déjà énormément dans le manga), car voir le sang affluer vers ses ailes est un effet impressionnant.

 

Je pense que je vous parlerai bientôt de la suite mais aussi des romans originaux, car il semble qu'ils soient beaucoup plus complet et je suis curieuse de voir de quelle manière Thores Shibamoto Thores a dessiné Abel Nightroad. 

Repost 0
Published by The Bursar - dans Children of the Night
commenter cet article
24 avril 2011 7 24 /04 /avril /2011 13:28

whitechapel-1.jpgAujourd'hui je vais vous parler de la saison 1 d'une série que j'ai découvert hier sur arte : Whitechapel.

 

Joseph Chandler est un jeune capitaine dont la carrière est essentiellement due à du piston. Dans le cadre de son ascension vers un poste plus élevé, il se voit affecté à Whitechapel, où un meurtre atroce a été commis. Décidé à se mêler de l'enquête, il se heurte vite à l'hostilité de ses subordonnées, et en particulier à celle du Lieutenant Miles, qui n'a nullement l'intention de laisser un gradé sans expérience et maniac de la propreté lui apprendre son métier. Quand Edward Buchan, un éminent ripperologiste, se présente au poste, le capitaine Chandler est le seul à croire sa théorie du copycat.

Mais comment réussir à attraper ce nouvel Eventreur, alors que la leçon de l'histoire est que l'on ne peut l'attraper ?

 

J'ai adoré cette mini-série. Ce qui m'a vraiment séduite c'est le personnage de Joseph Chandler, jeune capitaine qui veut bien faire et qui a énormément de mal à faire respecter son autorité, car la plupart de ses subordonnés le considère comme un gratte-papier qui va vite retourner là d'où il est venu, parce qu'il n'a nullement sa place parmi eux et devrait rester derrière son bureau et laisser les vrais policiers faire leur travail. C'est donc un personnage isolé qui ne va pouvoir se tourner que vers l'excentrique Ripperologiste pour avoir un peu de soutien, mais il est lui-même une forme de paria, puisqu'il ne fait qu'imiter les enquêteurs sans se rendre compte des dommages qu'il commet.

 

whitechapel-rupert.jpgLes trois épisodes sont plutôt bien construits, chacun correspond à une étape dans l'évolution de Chandler. J'aime énormément la manière dont il va réussir à s'intégrer peu à peu, mais j'aime aussi dans le dernier épisode, lorsqu'il commence à perdre son sang-froid et à vivre dans son bureau parce qu'il ne parvient pas à trouver le tueur. Ce qui crée une tension est le fait que l'on sait à l'avance quelles seront les mutilations infligées aux prochaines victimes, car chaque meurtre que l'on ne parvient à éviter s'avère être la réalisation d'un cauchemar et Chandler devient de plus en plus le nouvel inspecteur Aberline, car toute sa carrière se joue sur cette enquête.

 

L'ambiance est assez sombre, même si sur les scènes de crime, l'écoeurement de Chandler est très divertissant car on se demande s'il va réussir à ne pas vomir. Les scènes d'autopsie sont assez détaillées et les différents crimes sont peu enjolivés, j'ai été particulièrement marquée par l'ambiance qui règne lors de la découverte du corps qui prouve que la théorie de Chandler est juste. Le Ripperologiste apporte aussi une touche de gaieté à l'histoire par son excentricité et son goût du mystère.

 

C'est une bonne série et j'ai hâte que la suite soit diffusée, car il y a actuellement une seconde saison de trois épisodes et une saison trois de six épisodes est prévue pour 2012.

Repost 0
21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 11:20

trinity_blood_01.jpgAujourd'hui je vais vous parler des tomes 1 et 2 de Trinity Blood, manga que j'ai découvert en même temps que Professeur Eiji.

 

Dans un futur plus ou moins proche, deux races s'affrontent : les Terrans et les Méthuselah. En Hongrie, le père Abel Nightroad débarque dans une ville qui est tombée sous la coupe du Comte Gyula et une catastrophe terrible se prépare.

 

Je pense que la couverture vous éclaire déjà un peu sur la raison pour laquelle j'ai acheté ce manga : Abel a des cheveux comme je les aime ! En plus, il y a les petites lunettes et le côté maladroit-déconnecté de la réalité que l'on retrouve Cross Kaien dans Vampire Knight. C'est vraiment le genre de personnages que j'adore, car sous une apparence inoffensive se cache en fait un terrible guerrier au sang-froid exemplaire. Ce que je trouve intéressant c'est le fait de ne pas savoir si son côté inoffensif est une couverture ou si c'est effectivement un aspect de sa personnalité, mais ce qui m'intéresse le plus, ce sont les moments où l'on aperçoit quelque chose derrière le masque de l'insouscience, qui mène à penser qu'Abel est loin d'être ce qu'il semble et cache de terribles secrets. Il me fait d'ailleurs un peu penser à D, car il semble être bien plus important qu'il ne le semble.

 

trinity-blood-2.gifCe manga offre une nouvelle vision du vampire, même si dans ces deux premiers tomes les choses restent très mystérieuses, en particulier au niveau des envoyés du Vatican, car je me demande si Abel est une créature surnaturelle ou s'il est le fruit d'expériences. J'aime énormément l'idée selon laquelle si le vampire est le prédateur naturel de l'homme, pourquoi le vampire n'aurait pas son propre prédateur ? La terreur des vampires au moment où ils le découvrent est d'ailleurs très intéressante.

 

Un autre intérêt est le fait que les vampires n'ont pas l'air d'être tous maléfiques, ou plus exactement, certains semblent avoir des raisons d'agir qui laissent à penser qu'ils ne sont pas les seuls en tord au départ, je me demande d'ailleurs si le Vatican ne va pas s'avérer oeuvrer pour autre chose que la victoire des forces du bien.

 

Ce manga est à l'origine une série de roman, qui pour une fois ont l'air d'avoir été traduit en français. Du coup, j'hésite entre poursuivre le manga ou découvrir les romans. Le manga a un graphisme que j'apprécie énormément, ce qui me donne envie de continuer à le suivre mais en même temps, les choses s'y passent très rapidement, ce qui fait qu'il est possible que dans le roman on ait davantage d'explications et d'éléments sur l'enquête d'Abel.

 

C'est une série au graphisme intéressant et qui semble réserver pas mal de surprises dans les tomes suivants.

Repost 0
Published by The Bursar - dans Children of the Night
commenter cet article
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 10:32

Chloe-Neill---Friday-Night-Bites-UK.jpgAujourd'hui je vais vous parler de Friday Night Bites, deuxième livre de The Chicagoland vampires series de Chloé Neill. Attention cet article peut contenir des spoilers.

 

Merit s'est adaptée à sa nouvelle condition mais tous ses problèmes sont loin d'être règlés, car Célina, qui avait tenté de tuer Ethan, vient d'être relâchée par le Présidium et va certainement chercher à se venger. Or, Merit est loin d'être prête pour une nouvelle confrontation, d'autant plus qu'elle essaie de cacher le fait que sa part humaine et sa part vampire n'ont pas fusionné lors de sa transformation, de peur de perdre le peu de confiance qu'Ethan lui accorde.

Si tout cela ne suffit pas, un nouveau problème menace de briser la paix entre humains et vampires, car un journaliste semble s'intéresser de trop près aux raves, un rassemblement non-autorisé où des vampires se nourrissent d'humain. Pour aider Ethan à empêcher ces faits d'être étalés dans la presse, Merit va être obligée de renouer avec sa famille.

 

J'ai bien accroché à ce second tome, où Merit et Ethan continuent à rejouer Orgueil et Préjugés : nous en sommes à la phase qui suit la première demande en mariage, c'est-à-dire, le "je reconnais ta valeur et je cherche à te conquérir, car je ne te désire plus malgré mon bon jugement". Je trouve cela très savoureux d'avoir une histoire d'amour qui suit le modèle austénien, même si Ethan est moins bien parti que Darcy, puisqu'en plus de sa déclaration ratée, il faut qu'il rattrape le fait qu'il a envoyé Merit dans les bras de Morgan, dans le but d'améliorer les relations entre la maison Cadogan et la maison Navarre. De son côté, Merit essaie de mettre un peu d'ordre dans ses sentiments. Je me demande d'ailleurs si Morgan ne va pas s'avérer être une sorte de Whickam.

 

merit.jpgAu niveau du récit, le style est toujours aussi agréable, l'humour reste au rendez-vous et les références à la culture populaire sont toujours aussi savoureuses(mais c'est vrai qu'à partir du moment où il y a une référence à Star Trek, je suis contente).

 

Quant à l'histoire, j'ai bien aimé les efforts de l'héroïne pour essayer de dissimuler son secret et le fait que malgré sa puissance, elle ne devienne pas pour autant un super vampire capable de vaincre n'importe qui. Mais ce que j'ai trouvé le plus original, c'est sa relation avec sa meilleure amie, Mallory, qui au moment où Merit devenait un vampire, découvrait qu'elle avait des pouvoirs magiques. Car au lieu d'avoir la traditionnelle histoire d'une amitié à toute épreuve, on va arriver à un point où les nouveaux pouvoirs de chacune vont créer une situation où il n'est plus certain que leur amitié pourra survivre. Ce que je trouve super c'est que Merit va suivre sa propre voie et ne pas laisser sa nouvelle identité être étouffée simplement parce que celle qu'elle doit devenir ne plait pas à sa meilleure amie. Je trouve ça bien, car d'habitude, on a plutôt le droit à "oh non, je suis en train de perdre mon humanité et il faut que j'écoute mes amies si je ne veux pas devenir un monstre !", au moins, avec Merit, on a un vampire qui s'assume, ce qui fait que je suis curieuse de voir ce que cela va donner par la suite.

 

Je pense que je lirai bientôt le prochain tome, car j'ai vraiment envie de voir comment les choses vont évoluer entre Ethan et Merit, surtout que la fin du tome laisse espérer des scènes très intéressantes entre eux dans la suite et je suis aussi curieuse de voir comment Merit va s'en sortir dans sa socialisation forcée avec les autres membres de la maison Cadogan.

 

Logomagicien

 

Pour la petite touche magique, dans ce tome, nous avons un plus grand aperçu des pouvoirs de Mallory qui va commencer sa formation officielle, mais ce n'est pas la seule manifestation magique, puisque les vampires, bien qu'incapable de gérer les flux magiques, sont tout de même ici des créatures qui peuvent produire des émanations magiques sous le coup de l'émotion.

Repost 0
Published by The Bursar - dans Sexy Undead
commenter cet article
19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 10:16

two_towers_the.jpgAujourd'hui je vais vous parler des Deux Tours de J.R.R. Tolkien que j'ai relu dans le cadre de The Middle-Earth Challenge. Attention cet article peut contenir des spoilers.

 

La communauté s'est dissoute. Frodo et Sam sont partis de leur côté pour mener à bien la quête qui a été confiée au Porteur de l'Anneau, tandis que Legolas, Gimli et Aragorn se sont lancés à la poursuite de la troupe d'orcs qui a enlevé Merry et Pippin.

 

La première partie du livre raconte les aventures d'Aragorn, Gimli et Legolas, ainsi que celles de Merry et Pippin, tandis que la seconde suit Sam et Frodo. Dans cette partie, nous aurons droit à des batailles, des rencontres inattendues et aux mystères de la forêt de Fangorn.

 

Le film rend assez mal hommage au livre et massacre pas mal de choses, car Eowyn n'a rien d'une godiche énamourée aux yeux larmoyants, Faramir est un homme d'une grande sagesse qui n'a pas du tout peur de faire le bon choix quel qu'en soit pour lui le coût personnel et les Ents sont prêts à une ultime résistance pour sauver leurs forêts. D'ailleurs, au sujet d'Eowyn, on pourrait même noter que Tolkien est certainement plus féministe que Peter Jackson et son équipe, car, l'Eowyn qu'il a créé est un personnage fort, dont la valeur égale celle des autres membres de la maison d'Eorl, c'est une guerrière à part entière :

 

'(...)Which of you will stay ?'

(...)'I said not Eomer,' answered Hama. 'And he is not the last. There is Eowyn, daughter of Eomund, his sister. She is fear-less and high-hearted. All love her. Let her be as lord to the Eorlingas, while we are gone.'

'It shall be so,' said Theoden. 'Let the heralds announce to the folk that the Lady Eowyn will lead them !'

Then the king sat upon a seat before his doors, and Eowyn knelt before him and received from him a sword and a fair corslet.

 

Two-towers-cover.jpgC'est vrai qu'Eowyn n'aura pas le droit d'aller au combat, mais Merry non plus et elle est présentée comme une vierge guerrière, alors que dans le film, on va se retrouver avec une belle image bien stéréotypée de la femme, puisque Eowyn va faire la cuisine pour Aragorn et va aussi s'occuper des deux orphelins, parce qu'Eowyn est une femme donc elle ne peut voir des enfants sans s'en occuper et devenir toute maternelle. C'est la parfaite femme au foyer(même si elle fait mal la cuisine).

 

Vous l'aurez compris, je ne suis pas du tout fan du film surtout que le film a massacré mes personnages préférés : Eowyn et Faramir. Faramir est le personnage qui m'a le plus marqué, en particulier parce qu'il refuse l'anneau(donc je vous laisse imaginer ma réaction quand j'ai découvert que dans le film, il succombe à la tentation...). Boromir m'agaçait, tandis que Faramir me fascine, car il est d'une grande droiture. En plus, j'ai découvert pendant cette relecture que Faramir n'était pas forcément un grand fan de Boromir, il l'aime mais n'est pas non plus le faible petit frère qui a besoin d'être défendu comme le montre le film. Il est tout à fait conscient des défauts de Boromir et surtout de sa soif de gloire, ce qui est un point que j'avais oublié, car le film atténue cet aspect du personnage.

 

The-Two-Towers-jrr-tolkien.jpgL'autre point que j'avais adoré dans le livre sont les Ents et je dois avouer que j'ai ri quand Treebeard dit qu'ils ont perdu les Entwives(je sais ce n'est pas drôle, mais si vous les imaginez à Jardiland, ça le devient). J'aime beaucoup l'ambiance à ce moment-là, qui rappelle un peu la partie chez Tom Bombadil mais c'est aussi très triste, car les Ents sont sur le point de disparaître. Il y a toute la nostalgie des premiers temps qui apparaît mais surtout le fait que plus rien ne sera comme avant et que cet âge sera définitivement perdu, car comme les Elfes, les Ents vont s'en aller, d'autant que l'on peut se demander si ce n'est que dans la mort qu'ils pourront rejoindre les Entwives, car j'ai eu du mal à imaginer qu'elles étaient encore vivantes et j'ai eu l'impression que la chanson sur la quête des ents pouvait se lire de cette manière.

 

Je me suis replongée avec délices dans la bataille du gouffre de Helm, j'adore le concours entre Gimli et Legolas pour savoir qui tuera le plus grand nombre d'ennemi et leurs retrouvailles après que Legolas ait craint que Gimli ne soit tombé au combat.

 

Les deux tours est le livre que j'aime le moins dans la trilogie mais j'ai pris beaucoup de plaisirs à cette relecture(peut-être aussi parce que mon anglais est meilleur, ce qui fait que j'ai moins eu l'impression que les chapitres de marche à pied duraient une éternité). J'ai finalement dévoré les derniers chapitres(il y avait Faramir et après il y avait l'envie d'attaquer le Retour du Roi)et j'ai été émue par le moment où Sam croit son maître mort et pense être le seul survivant de la communauté.

 

Parmi mes passages préférés, il y a le moment où Frodo et Sam se demandent dans quel type d'histoire ils se trouvent et réfléchissent sur ce qui fait la valeur du héros :


"I used to think that they were things the wonderful folk of the stories went out and looked for, because they wanted them, because they were exciting and life was a bit dull, a kind of sport, as you might say. But that's not the way of it with the tales that really mattered, or the ones that stay in the mind. Folk seem to have been just landed in them, usually - their paths were laid that way, as you put it. But I expect they had lots of chances, like us, of turning back, only they didn't."

 

challenge valar

Repost 0

Citations : Terry Pratchett

Interesting time, p.43
*****
Interesting Time p.19
*****
Le Huitième Sortilège p.87
*****
La huitième Couleur p.91
*****
*****

*****

*****
Apes had it worked out. No ape would philosophize, "The mountains is, and is not." They would think, 'The banana is. I will eat the banana. There is no banana. I want another banana."
Unseen Academicals p.76
*****
'I would like permission to fetch a note from my mother, sir.'
Ridcully sighed. 'Rincewind, you once informed me, to my everlasting puzzlement, that you never knew your mother because she ran away before you were born. Distincly remember writing it down in my diary. Would you like another try ?'
'Permission to go and find my mother ?'
Unseen Academicals,  p.187
*****
'The knees should be covered. It is a well-known fact that a glimpse of the male knee can drive women into a frenzy of libidinousness.'
Unseen Academiacls, p.130
*****
"Lord Vetinari's rules : if it takes an Igor to bring you back, you were dead. Briefly dead, it's true, which is why the murderer will be briefly hanged. A quarter of a second usually does it."
Unseen Academicals, p. 98
*****
"I'm a wizard ! We can see things that are really there, you know,"said Ridcully. " And in the case of the Bursar, things that aren't there too."
Hogfather, p 98

Perdu Dans La Vallée ?

Malakos is here too !!!

Archives

Le mot de l'auteur

 

Bienvenue au sein de la vallée des grenouilles séchées,  blog d'une prof de lettres classiques fan de Star Trek et de Terry Pratchett.
Vous trouverez ici mes impressions sur des ouvrages que j'ai lu, des films qui ont retenu mon attention et parfois des séries.
 
Sur ce, je vous souhaite une bonne navigation mais méfiez-vous d'une chose, j'ai une tendance à m'adresser plus à ceux qui ont lu ou vu ce dont je parle, donc quand ce n'est pas votre cas, évitez de continuer votre lecture quand vous atteignez le paragraphe commençant par "dans le détail" ou voici la partie spoiler mais dans la plupart des cas, les spoilers sont en surlignés.

The Bursar

Et pour me laisser un message sans lien avec un article c'est par là :



 
 

One Challenge to rule them All

logo fondcomble

 

Pour s'inscrire, c'est par là.


Pour consulter les billets publiés par les autres membres de la Communauté ou laisser les liens de vos article, c'est ici.


Pour les logos des différents niveaux c'est là.


Pour les différents logos généraux, c'est ici et .

 


***********************


De mon côté, je vais faire le challenge Valar !

 

Jusqu'ici j'ai peu avancé.

J'ai lu :

The Hobbit

Le Silmarillion

The Fellowship of the Ring

The Two Towers

 

L'adieu au Roi, chansons pour J.R.R. Tolkien

Beowulf

 

 

Challengevalar 2

mes coups de coeur

Mes coups de coeur 2009














Mes coups de coeur 2010

sherlock-holmes-2009

Homère et Shakespeare en banlieue
seigneursOlympe
team medical 01
koi-suru-bo-kun-kaiosha-1
starship troopers
lovely_teacher.jpg
hei-sensei.jpg
rocky-horror-picture-show-posters.jpg
petits meurtres à l'anglaise
galaxy-quest-deluxe-edition-dvd
Couverture-Princesse-Soso.jpg
maurice.jpg
Mes coups de coeur 2011
gemmell legende
bowie labyrinth jim henson movie poster
grammaire
st trinian
Mes coups de coeur 2012
Crimson Spell