Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 00:51

nouvelle-affiche-pour-le-film-alice-aux-pays-des-merveilles.jpgAprès avoir enfin pu sortir de la salle d'examen d'Arcueil, je suis allée voir Alice in Wonderland en 3D. La 3D ne m'emballe pas, mais comme c'est le grand truc à la mode, j'ai décidé d'essayer au moins une fois. Bilan des courses : je ne vois pas ce que la 3D apporte de plus, d'autant que j'ai eu l'impression de voir moins les détails avec. En plus, il m'a fallût un peu de temps pour m'habituer aux sous-titres en 3D et c'est inconfortable : mes lunettes sont assez lourdes donc avec les 3D en prime on sentait bien le poids en plus et bien-sûr les 3D n'ont pas cessé de glisser).


Faut-il réellement rappeler l'histoire ? En gros, Alice est sur le point de se retrouver fiancée avec un rouquin à l'air idiot(déjà vu dans Becoming Jane)parce que c'est ce que l'on attend d'elle mais au moment de donner sa réponse, elle voit un lapin blanc avec un gilet qui lui fait signe et le suis jusque dans Wonderland, où l'on attend une certaine Alice qui est sensé tuer le Jabberwocky et ainsi mettre un terme au règne de la terrible Reine de coeur, sauf qu'Alice n'a envie de tuer personne et n'est même pas sûre d'être la bonne Alice.


J'ai bien aimé ce film si l'on met à part la musique du générique de fin mais surtout la chanson sur laquelle le chapelier danse, parce qu'elle gâche toute la scène, je suis sûre que ça aurait top sur un air de violon ou de cornemuse(pour aller avec son kilt). C'est un film qu'on peut regarder avec des enfants(je pense à mes neveux parfois et donc c'est toujours la bonne excuse pour acheter un dvd : c'est comme ça que j'ai acheté Bambi)sans pour autant que ce soit niais comme le monde de Narnia.


Il est vrai que je ne suis pas une fan d'Alice aux pays des merveilles et en particulier du dessin animé(j'aime Bambi et en ce moment-même je veux un bourriquet en peluche), du coup, la version Burton m'a plût, parce qu'elle est moins illogique. J'ai aimé les décors, et particulier l'idée que toutes les têtes que la reine a fait couper sont dans les douves, les costumes avec la robe faite de rideau d'Alice et en plus, il n'y a prequ'aucun poème ou chanson dans ce film, ce que j'ai énormément apprécié.


absolem.jpgEnsuite, je n'ai pas trouvé qu'il y ait une histoire d'amour entre le chapelier et Alice, pour moi c'est juste de l'amitié et je n'ai pas non plus trouvé qu'on voyait trop le chapelier. Ma préférence est cependant allée aux personnages secondaires(bien que j'ai adoré les yeux du chapelier) avec tout d'abord Absolem !!!! puis le chat Chessire. Il faut l'avoir vu en vo pour comprendre toutes les qualités de ces deux personnages et en particulier d'Absolem, puisque c'est Alan Rickman qui le double, tandis que pour Chess, c'est Stephen Fry. J'ai aussi aimé Bayard. Et ça m'a amusé de retrouver Christopher Lee pour la voix du Jabberwocky.


La musique de David Elfman m'a aussi plût. J'ai également aimé les costumes de l'entourages des deux reines avec d'un côté, les nobles vêtus de noir de la reine rouge et leurs visages très laids(mais n'oublions pas qu'il y avait un hérisson hyper mignon, qui m'a fait penser à Ernie, le hérisson de la pub Spontex)et de l'autre, les nobles blancs, assez pâles de la reine blanche qui a des poses complètement maniérées et qui sait habilement manipuler autrui.

Pour ce qui est des invités des fiançailles d'Alice, j'ai bien aimé la tante complètement givrée et la tentative d'étouffement de l'héroïne au sein de cette société. En bonus, le beau-frère d'Alice n'est autre que le Sergent Scott !!! ça m'a bien amusée dans le cinéma.


Concernant la fin, j'ai effectivement été déçue quand j'ai compris comment ça allait tourner mais je n'avais pas trop d'illusion, parce qu'il est très rare que l'on nous montre le choix opposé(franchement, qu'est-ce qu'il a de si intéressant que ça notre monde ? en dehors des machines à laver, chose qu'un héros ne prend jamais en compte, parce que ses vêtements se lavent tout seul)mais j'ai été finalement assez contente de celui-ci, parce qu'il n'était pas non plus complètement convenu, parce qu'on aurait pu faire plus mièvre.

 

J'ai bien aimé ce film et je ne vais pas le dénigréer parce que Disney l'a produit(je rappelle d'ailleurs que l'étrange Noël de Mr Jack est un Disney)

Partager cet article

Repost 0
Published by The Bursar - dans Moving Pictures
commenter cet article

commentaires

Cachou 10/04/2010 00:19



Winnie, c'est plus du côté "gentillet" je trouve (je dois avouer n'avoir jamais réussi à accrocher à ces histoires).


Ah, le côté cruel de Myiazaki, c'est une des choses que je trouve géniales chez lui, cette capacité à jouer avec les peurs des enfants et à leur parler, tout en ayant assez de poésie pour plaire
aux adultes.



The Bursar 10/04/2010 00:23



Oui mais Totoro, c'est pas vraiment cruel.


Mais c'est très bien Winnie. Je m'en fiche mon amie Val s'est rangée de mon côté, tes films c'est pas bien, ça perturbe les enfants, Val pense comme moi, que Charlie et la chocolaterie ça fait
peur aux nenfants ^^(Val est d'ailleurs la raison pour laquelle ma réponse précédente fut brève vu qu'elle est arrivée pendant que je te répondais).



Cachou 09/04/2010 08:02



Amusant que tu parles de la Famille Adams, vu que Burton a pour projet de l'adapter ^_^


"Narnia", j'aurais dû le lire gosse, je n'ai pas accroché plus que ça, même si je me suis acheté les 7. Au final, je n'en ai lu que deux, je vais essayer quand même de lire les autres.


Pour les livres pour enfants, je te promets que ce ne sont pas des élucubrations de psychanalystes. Parle avec un bibliothécaire jeunesse, tu verras. Souvent, les parents aiment les livres pour
enfant où tout est clair et gentil, mais les enfants préfèrent ceux où les choses sont plus "vraies", moins manichéennes, mais plus obscures aussi parfois. C'est dommage que tu ne lises pas plus
de livres de jeunesse, surtout ceux actuels, parce qu'ils renouent avec cette tendance de ne plus vouloir faire du mignon ou gentil pour faire du vrai. Prends "Max et les Maximonstres", qui est
loin d'être un roman naïf, et qui plaît aux gosses (alors qu'il date déjà des années 60 lui).


Pour les "Harry Potter", dont j'ai lu les quatre premiers à la suite, j'ai marché au facteur "mignon" pendant les trois premiers, pour réellement commencer à accrocher au quatrième quand ça
commençait à devenir plus sombre la première fois. Pour les films, j'aime le trois pour son travail esthétique incroyable et le quatre pour la retranscription de la détresse finale.


Amusant, peut-être que notre vision de la littérature pour jeunesse tient aussi de notre expérience de celle-ci: je vois la littérature jeunesse comme autre chose que les gentils romans pour
enfants, romans "simplifiés" si l'on veut, parce que gosse j'ai aimé justement les histoires comme "La petite sirène" et sa fin poétique (que j'ai toujours largement préférée à celle Disney) et
que je me suis orienté vers des lectures jeunesse de ce style, même si j'ai eu moi aussi mes périodes romans mignons à la "Petite Princesse" et "Jardin secret" (deux très bons souvenirs de
lectures jeunesse). J'ai creusé le sujet lors de mon adolescence, au moment où j'ai quitté ce type de lecture et où j'ai pu constater, comme Pennac dans ses interviews et Stephen Fry (je pense)
dans le doc "Harry Potter et moi", que beaucoup de romans pour adultes traitaient de "petites questions", comme "m'aime-t-il?", "que vais-je faire ce soir", "qui est le tueur", alors que les
romans jeunesse qui marquent posent souvent des questions plus graves comme "quel est le sens de ma vie", "dois-je vivre ou mourir", "comment devenir quelqu'un de meilleur". "Tout doit
disparaître", que j'ai lu récemment, est un de ces romans jeunesse fort qui ose des questions que de nombreux romans adultes évitent et qui arrive à créer un questionnement chez le lecteur. Et
pourtant ce n'est pas un livre "facile": il y a toute la question de la vie dans la pauvreté vue de l'extérieur, du déracinement, il y a une paternité à 16 ans, une fausse couche, des choses
dures à vivre. Mais c'est un livre qui pose les bonnes questions. C'est pour ça que j'aime la littérature jeunesse, parce qu'au détour de quelque chose d'anodin, on se retrouve avec des
réflexions que de moins en moins d'auteurs adultes abordent dans leur livre. Mais peut-être le ressens-tu moins parce que tu aimes moins les livres contemporains?


Mais crois-moi, pour l'avoir vu et vécu, les enfants sont moins vite traumatisés qu'on ne le croirait. Regarde par exemple le succès qu'a eu Coraline auprès d'eux, alors que c'est quand même un
film qui montre une gosse délaissée par ses parents et qu'une mère veut tuer. C'est dommage que tu ne t'intéresses pas à la question, c'est une réflexion de lecture très intéressante je trouve,
qui permet de se départir de préjugés envers la littérature jeunesse comme certains peuvent en avoir pour la littérature de genre. En fait, j'ai comme l'impression que la littérature jeunesse est
encore plus injustement perçue à notre époque que la littérature policière, SF, fantastique. Parce qu'il y a moins de monde pour parler des bons livres jeunesse, on ne connaît réellement que ceux
qui ont du succès ou qui sont devenus des "classiques". Regarde juste pour "La petite sirène": combien d'adultes en connaissent la vraie fin? (oui, c'est un sujet qui me passionne, comme tu peux
le voir, j'ai du mal à arrêter d'en parler ^_^)


 


Dans un autre registre, normalement je vais là aujourd'hui. Le paradis ^_^



The Bursar 09/04/2010 12:54



Je viens de lire Winnie-the-pooh, ça ne compte pas ?


On ne parle pas de la même chose pour les films pour enfant, je ne parle pas des ados, mais des moins de dix ans et même plutôt moins de 6 ans.


Une des raisons pour lesquelles je n'ai jamais lu ou presque de littérature jeunnesse c'est justement parce que de tels thématiques m'ennuient, je n'ai jamais eu le désir de lire des livres sur
ces thèmes, il y a la tv pour ça, le livre c'est l'évasion.


Et on peut aussi aimer les films pour enfant non traumatisant, les miyazaki c'est très bien mais c'est pas énormément traumatisant.



Cachou 09/04/2010 00:13



Mais les potions dangereuses, je voulais que ce soit la "gentille" reine à les faire, parce que la gentille est trop gentille et la méchante trop méchante.
Pour le côté "enfant", il ne faut pas oublier que les contes ont à la base des côtés très sombres. Daniel Pennac a bien montré ça dans une entretien où il explique "Le petit poucet" (les parents
qui préfèrent abandonner leurs enfants aux monstres de la forêt putôt que de les voir mourir de faim par exemple ^_^). En fait, Bruno Bettheleim le montre bien dans"Lla psychanalyse des contes de
fée", les contes sont sombres, ambigüs, parce que l'enfant a besoin de voir qu'il a le droit d'avoir des côtés sombres, que la vie, ce n'est justement pas la division entre les méchants et les
gentils. A la limite, les personnes qui se sont penchées sur l'étude d'histoire pour enfants ont montré que le côté bons contre méchants est là pour les adultes qui pensent que les enfants ont
besoin de voir ça, alors que les enfants eux ont en fait besoin de voir le côté sombre des choses.


Ca se voit bien d'ailleurs dans la fascination que l'on peur ressentir enfant pour les "méchants", pour le films d'horreur, pour tout ce qui est crade, dégueu, etc. Je trouve qu'on retrouve ça
dans Jack, parce qu'à la base, Jack, c'est quand même un personnage qui kidnappe la figure de la gentillesse, représentative de la récompense des gentils, par pur égoïsme, parce que lui estime
avoir le droit de vivre ça aussi. Il appartient à un monde sombre mais veut expérimenter quelque chose qui ne devrait pas faire partie de lui. Seulement, pour ce faire, il a des comportements
troubles, borderline, il fait peur aux enfants, il leur donne des cadeaux traumatisants, et ce avec les meilleures intension du monde. Du coup, je le trouve quand même "entre deux", représentatif
de cette lutte entre "je voudrais" et "je ne peux pas".


Par contre, dans "Alice", tout ce qui pourrait être trouble se transforme au final en une lutte basique entre les méchants et les gentils. Pas d'ambiguïté, parce que les méchants sont méchants et
les gentils gentils, juste un peu bêta, c'est tout. Alice fait ce qu'elle doit faire, dès le moment où elle comprend que les blancs ont besoin d'elle (on ne croit pas vraiment à ses hésitations,
on sait bien qu'elle va accepter). Et des personnages comme le Chat du Cheshire qui n'étaient pas forcément des adjuvants (c'est justement LA caractéristique du chat d'être jouette et d'induire
les gens en erreur), qui avaient justement cette ambiguïté nécessaire à mes yeux dans un récit pour enfants l'ont perdu en cour de route. C'est ça que je pourrais appeler "l'effet Disney", qui se
retrouve de plus en plus depuis une vingtaine d'année chez eux. Je me souviens que quand j'étais ado, la rumeur disait qu'ils allaient reprendre "Roméo et Juliette" et tout le monde plaisantait
(mais en le pensant) que si Disney reprenait cette histoire, tout le monde finirait vivant à la fin.
Comme pour "Le bossu de Notre-Dame" en sorte ^_^.
Après tout, quand on voit la beauté et la poésie de l'histoire originale de la Petite Sirène (que j'ai découverte gosse après avoir vu le Disney adapté de l'histoire - Disney qui est pourtant
resté un de mes préférés -, et que j'ai largement préférée à la version Disney), on peut se demander pourquoi Disney en a changé la fin, si ce n'est dans un souci de ménager les enfants, chose
qui n'est pourtant pas nécessaire comme beaucoup de psys pour enfants l'ont démontré et comme beaucoup d'auteurs jeunesse l'ont compris instinctivement.



The Bursar 09/04/2010 00:34



Mais elle est affreuse la vraie  fin de la petite sirène !!!!!!!! j'ai vu un dessin animé avec cette version-là quand j'étais gamine, mais c'était terrible, tout comme la mort de la maman de
Bambi, c'est pas un truc qu'on a envie de voir dans chaque film et quand tu es gosse, tu n'as pas envie de voir un truc qui va te faire chialer à grosses larmes(là tu me fais penser à Morticia
lorsqu'elle raconte Hansel et Gretel aux enfants en maternel).


La gentille c'est clairement une sale manipulatrice et la méchante, une pauvre femme qui a peur d'être abandonnée, je vois mal en quoi c'est caricatural.


Et je n'ai pas une très haute opinion de la psychanalyse, et ce n'est pas parce que j'ai actuellement envie de mettre le feu à mes livres de philo, que la psychanalyse est forcément remonté, donc
je ne me rendrais pas face à l'application de tels arguments à Alice au pays des merveilles et je maintiens que c'est de ta faute si tu n'as pas aimé le film, parce que tu t'es attendu à des
choses qui n'avaient pas leur place dans ce film, tu voulais un film pour adulte, et vu l'étendue de ce que tu arrives à tolérer dans les Harry Potter(et j'ignore ton opinion de Narnia donc on en
parlera pas), je te trouve trop sévère, car Alice est certainement d'une qualité supérieur à celle des adaptations d'Harry, les décors et les costumes sont beaucoup plus recherchés et sinon, ce
sont les codes habituels de ce type d'histoire, avec le caractère initiatique, qui montre comment l'héroïne passe d'un être passif à un être actif et trouve le courage de suivre le chemin qu'elle
veut, ça aussi c'est une chose qui vaut la peine d'être transmise aux enfants, pour le traumatisme, il y a déjà bambi.


Et je maintiens je déteste les lectures psychanalitique et ta lecture de l'étrange noël fait que nous ne parlerons pas de l'étrange noël pendant mon séjour ni de la famille Addams, parce que je
ne tiens pas à t'entendre faire de telles analyses sur mes films favoris.



Leyla 08/04/2010 23:52



Hey , je fais aussi un petit tour par chez toi !


Je n'ai pas encore eu l'occasion de voir le film , mais je le ferai très prochainement . Ravie de voir que je ne suis pas la seule à détester les chansons dans les Disney ( je me rappelle
d'ailleurs qu'en DVD , la télécommande à la main je sautais ces passages ) .


Quant aux décors et costumes , d'après les photos que j'ai pu voir : je ne doute pas une seconde qu'ils soient bien fait . 


A voir donc aussi pour moi :) 



The Bursar 08/04/2010 23:59



Par contre, ça ne vaut pas la peine d'aller le voir en 3D, l'avis jusqu'ici est que ça ne vaut pas vraiment la peine.


Le Disney que je déteste le plus est la petite sirène. La seule chanson que j'aime bien c'est Hakuna matata mais sinon, je trouve ça barbant, surtout dans les plus récents, parce que dans les
vieux comme les Aristochats, je ne trouvais pas ça trop agaçant, parce que c'était logique, alors que l'héroïne qui se met à chanter toute seule avec son chat ou autre créature, c'est étrange.


Le décor est bien les détails sont soignés et les costumes sont supers, il faut juste y aller en s'attendant à voir un film pour enfant, c'est-à-dire où les personnages ne sont pas sensés être
angoissants.



Cachou 08/04/2010 23:37



(tiens, je me demande comment Cachou réagira face à une peluche! ^_^)


Pour le côté sombre, j'aurais peut-être dû dire inquiétant ou trouble. C'est vrai qu'il y a des moments plus sombres, mais on n'est pas vraiment oppressés ou dérangés par eux (le passage des
têtes ne t'a pas fait penser à LOTR?). Par contre, dans Jack, on est dans un univers borderline où le héros n'est pas clairement identifiable comme gentil. Il a des penchants négatifs (même s'ils
sont moins marqués à la fin). Si on prend pour exemple le Chapelier, pour entrer dans cette optique (et coller peut-être ainsi plus à l'univers burtonien), cela aurait été bien si on avait plus
douté de sa "position", si son aide avait été plus ambiguë ou égoïste, si nous n'avions pas été assurés de sa loyauté envers Alice. Pour la Reine Blanche aussi, cela aurait rendu les choses plus
pimentées de la voir comme un personnage avec un côté sombre. Par exemple qui aime faire des potions qui peuvent être dangereuses, un truc dans le style. Juste une petite graine de folie qui
aurait rendu le tout moins "gentillet".



The Bursar 08/04/2010 23:53



meme chose que pour petite étoile, ce que vous attendiez n'était pas original, car la méchante reine qui fait des potions, c'est la méchante de base des Disney, c'est celle de Blanche-neige, de
la belle aux bois dormants, alors que là c'est la gentille reine blanche qui fait des potions bizarre à base de bouts de cadavre. Je le trouve bien parce qu'on a les marques de l'esthétique de
Burton comme le côté cadavérique du chapelier, la beauté des décors mais en même temps, on n'a pas une histoire qui sent le réchauffé parce qu'on y retrouve des éléments d'un autre film.  Le
problème de l'histoire est celui de savoir si Alice va ou non accepter de devenir la vraie Alice, donc il est normal que le chapelier soit un adjuvant(et je rappelle que c'est un film POUR
ENFANT, donc pourquoi tout d'un coup demander quelque chose qui n'appartient pas à ce genre d'histoire), c'est Alice qu'il faut convaincre, pas le chapelier, celui qui est plus trouble c'est
Chess.


Je ne suis pas d'accord avec toi pour Jack, car je trouve au contraire que la psychologie y est plus évidente que dans Alice, car les personnages y sont assez figés, pour moi, Jack est seulement
depressif, tandis que le chapelier est intéressant parce qu'il n'est pas toujours fou de la même manière, il est blessé. J'aime beaucoup le mal de vivre de Jack mais je ne trouve pas qu'il soit
complexe.


Et Cachou a pas intérêt à essayer de manger Thumper ! Thumper est à MOI, je partage pas avec les boules de poil grises avec des crocs.



Citations : Terry Pratchett

Interesting time, p.43
*****
Interesting Time p.19
*****
Le Huitième Sortilège p.87
*****
La huitième Couleur p.91
*****
*****

*****

*****
Apes had it worked out. No ape would philosophize, "The mountains is, and is not." They would think, 'The banana is. I will eat the banana. There is no banana. I want another banana."
Unseen Academicals p.76
*****
'I would like permission to fetch a note from my mother, sir.'
Ridcully sighed. 'Rincewind, you once informed me, to my everlasting puzzlement, that you never knew your mother because she ran away before you were born. Distincly remember writing it down in my diary. Would you like another try ?'
'Permission to go and find my mother ?'
Unseen Academicals,  p.187
*****
'The knees should be covered. It is a well-known fact that a glimpse of the male knee can drive women into a frenzy of libidinousness.'
Unseen Academiacls, p.130
*****
"Lord Vetinari's rules : if it takes an Igor to bring you back, you were dead. Briefly dead, it's true, which is why the murderer will be briefly hanged. A quarter of a second usually does it."
Unseen Academicals, p. 98
*****
"I'm a wizard ! We can see things that are really there, you know,"said Ridcully. " And in the case of the Bursar, things that aren't there too."
Hogfather, p 98

Perdu Dans La Vallée ?

Malakos is here too !!!

Archives

Le mot de l'auteur

 

Bienvenue au sein de la vallée des grenouilles séchées,  blog d'une prof de lettres classiques fan de Star Trek et de Terry Pratchett.
Vous trouverez ici mes impressions sur des ouvrages que j'ai lu, des films qui ont retenu mon attention et parfois des séries.
 
Sur ce, je vous souhaite une bonne navigation mais méfiez-vous d'une chose, j'ai une tendance à m'adresser plus à ceux qui ont lu ou vu ce dont je parle, donc quand ce n'est pas votre cas, évitez de continuer votre lecture quand vous atteignez le paragraphe commençant par "dans le détail" ou voici la partie spoiler mais dans la plupart des cas, les spoilers sont en surlignés.

The Bursar

Et pour me laisser un message sans lien avec un article c'est par là :



 
 

One Challenge to rule them All

logo fondcomble

 

Pour s'inscrire, c'est par là.


Pour consulter les billets publiés par les autres membres de la Communauté ou laisser les liens de vos article, c'est ici.


Pour les logos des différents niveaux c'est là.


Pour les différents logos généraux, c'est ici et .

 


***********************


De mon côté, je vais faire le challenge Valar !

 

Jusqu'ici j'ai peu avancé.

J'ai lu :

The Hobbit

Le Silmarillion

The Fellowship of the Ring

The Two Towers

 

L'adieu au Roi, chansons pour J.R.R. Tolkien

Beowulf

 

 

Challengevalar 2

mes coups de coeur

Mes coups de coeur 2009














Mes coups de coeur 2010

sherlock-holmes-2009

Homère et Shakespeare en banlieue
seigneursOlympe
team medical 01
koi-suru-bo-kun-kaiosha-1
starship troopers
lovely_teacher.jpg
hei-sensei.jpg
rocky-horror-picture-show-posters.jpg
petits meurtres à l'anglaise
galaxy-quest-deluxe-edition-dvd
Couverture-Princesse-Soso.jpg
maurice.jpg
Mes coups de coeur 2011
gemmell legende
bowie labyrinth jim henson movie poster
grammaire
st trinian
Mes coups de coeur 2012
Crimson Spell