Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 17:30
roman-sentimental.gifAujourd'hui nous allons parler d'un livre que j'ai lu la semaine dernière et dont je ne sais que penser, il s'agit d'un roman sentimental d'Alain Robbe-Grillet.

En quatrième de couverture, Robbe-Grillet présente ainsi ce livre :

"Le présent récit est une sorte de conte de fées pour adultes, ce qui lui permet d'outrepasser en maintes occasions les lois de la vraisemblance.
Il est écrit cependant avec un grand souci de précision, qui peut ressembler au réalisme le plus méticuleux, outrepassant cette fois les lois de la bienséance.
C'est d'autre chose qu'il s'agit, délibérément. Une autre bienséance et une autre vraisemblance...
Malgré les tendres couleurs des chairs nues adolescentes, les contes de fées pour adultes n'ont pas leur place dans la Bibliothèque rose."

Et l'avertissement de l'éditeur est celui-ci :

"L'Editeur tient à signaler que ce "conte de fées pour adultes" est une fiction fantasmatique qui risque de heurter certaines sensibilités."


Et donc si vous n'avez jamais entendu parler de ce livre, qui a apparemment fait parlé de lui lors de sa sortie en 2007, en gros tout part d'un mystérieux narrateur qui se réveille dans une pièce blanche et qui regarde un tableau et qui se met à se faire un film sur ce tableau et tout le reste du livre nous nous retrouvons embarqué dans une histoire où se mêle inceste, torture(et quand je dis torture, l'inquisition à côté c'est des marrants), viol, pédophilie, prostitution, le tout décrit avec soin et certainement plus de détails que l'on voudrait en avoir.

Certaines scènes rejoignent assez bien le marquis de Sade niveau horreur, la différence majeure étant que le désir de Robbe-Grillet ne se porte que sur des adolescentes et des enfants, tandis que le libertin sadien a des goûts plus variés.
Je préfère nettement le marquis de Sade, parce que chez Sade les sévices sont l'illustration d'un système philosophique fondé - pour aller vite - sur l'idée que TOUS les goûts sont dans la nature et que de ce fait il n'y a aucun mal à les assouvir puisque nous ne faisons qu'obéir à un besoin que la nature nous a donné, et aussi sur l'application de la loi du plus fort au sein de la société. Je trouve Sade fascinant(mais jamais je ne relirai les cent vingt journées de Sodome) parce qu'il est à mes yeux l'illustration de ce que craignait Rousseau, un homme chez qui la raison aurait complètement étouffé la voix de la nature, car le libertin sadien est un être très rationnel,  il fait de grands discours pour exposer ce qui lui donne droit d'agir comme il agit. Ce que j'aime le plus chez Sade, c'est que jusqu'ici je n'ai pas réussi à trouver de faille dans sa démonstration, même si je pense qu'un système où ne règne que la loi du plus fort et où les serments ne sont pas respectés sera obligé de retomber dans le contrat social, puisque pour que la société fonctionne il faut qu'il y ait des ententes qui se forment entre les individus. Certains de ses arguments sont très pertinents, donc c'est stimulant philosophiquement d'essayer de les contrer.

Sade, au moins, est facile à comprendre, Robbe-Grillet est plus difficile à cerner dans ses motivations, car j'ai passé l'essentiel du livre à me demander quel était le sens de toutes ces scènes de torture et finalement celle-ci a l'air d'être dans ce passage à deux pages de la fin :

"La troisième gamine, Nuisette, déclare en conclusion que, dans l'univers dit normal où elles vivaient avant d'être vendues comme objets de plaisir, tout ce qui est amusant est interdit.
Consommer des petites filles sauvages, de l'une ou l'autre façon, assommer les bébés phoques pour en voler la fourrure, manger du foie gras, descendre avant l'arrêt complet, pratiquer l'amour avant l'âge légal, (...) faire gicler son pipi dans un urinoir signé, élever des chiens andalous, chasser à courre telle ou telle variété de biches, rêver de cochonneries, prêter ses charmes intimes contre de l'argent, (...)décrire avec soin sa libido, et caetera, et caetera..."


J'ai sauté les éléments se référant à certaines pratiques sexuelles incestueuses ou sadiques.
Un des buts de ce texte est de jouer sur les tabous moraux de notre époque et pose la question du rapport entre morale et littérature, peut-on tout écrire ?  Le texte est très littéraire, rien que dans ce que je viens de citer, on pourra noter la référence à l'urinoir de Duchamp, et apparemment il y a beaucoup de référence au reste de l'oeuvre de Robbe-Grillet et à la littérature, j'ai surtout relever les emprunts à Sade.
Nous sommes dans l'univers du fantasme, qui obéit à d'autres règles que le monde normal, où règne la morale, dans ce monde, les prisonnières de guerre sont vendues pour Tous Usages(y compris la mise à mort sans raison ou la torture), tout un trafic a lieu pour approvisionner le marché et les lois sont un mélange de notre morale et de cruauté, par exemple celle qui dit que la peine de mort est interdite, ce qui fait que l'on détache les criminelles qui ont été torturées pour les laisser agoniser pendant des heures de façon à ce qu'elles meurent d'une mort naturelle.

Vous vous demandez peut-être à ce point de la narration comment j'ai bien pu me retrouver avec ce livre entre les mains(car non, je ne prends pas de plaisir à lire des scènes de mutilations ou d'atrocité accomplis sur des êtres humains et en particulier pouvant impliquer des nourrissons). Eh bien c'est très simple, j'étais à Buffon à la recherche d'ouvrages littéraires à emprunter et parmi les ouvrages de Robbe-Grillet, ce titre a attiré mon attention, parce que j'ai eu l'impression d'en avoir entendu parler en prépa, du coup je l'ai emprunté pensant qu'il serait utile de connaître ce livre. Finalement après lecture, je pense que j'ai dû en entendre parler simplement à cause du bruit qu'à fait sa publication.
Je ne regrette pas d'avoir lu ce livre, pour la bonne et simple raison que je ne l'ai pas lu par agrément  donc il n'est pas question de plaisir mais d'utilité et c'est ouvrage est parfait pour un sujet sur morale et littérature, ou même sur tout peut-il être pris comme objet littéraire ? donc je n'ai pas entièrement perdu mon temps avec cet ouvrage.
Pour un avis qui cerne assez bien les enjeux de ce texte, je vous renvoie à l'article publié par l'express à l'occasion de la sortie du livre et que vous trouverez ici.

Ce livre rentre dans mon challenge Abc pour la lettre R.


challenge-Abc-2010.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by The Bursar - dans Sea - sex and sun
commenter cet article

commentaires

Cachou 15/02/2010 00:13


Mais alors qui dans son système a le droit d'assouvir ses désirs (en d'autres termes, qui est comme "le plus fort" à ses yeux)?


The Bursar 15/02/2010 00:30


Trouve-toi une édition de la philosophie dans le boudoir, ça existe en censuré(ça ne s'appelle pas censuré, mais abrégé mais je pense que la scène très choquante de la fin ne devrait pas
figurer)sinon, la version intégrale est bien, il est facile de distinguer les discours des passages pronographique et de sauter la fin, et on y trouve expliqué l'essentiel de la doctrine de Sade,
ça te permettrait de mieux saisir, parce que tu compliques trop à chaque fois, Sade ne va pas si loin que ça dans ses raisonnements et c'est très basic, celui qui a les moyens d'imposer son désir à
un autre l'assouvi et celui qui est le plus faible subit. Je viens de retrouver deux passages auxquels je pensais, dans la Justine ou les malheurs de la vertu :

"ce n'est nullement par vertu que me croyant, je le suppose, le plus fort de la troupve, je ne poignarde pas mes camarades pour avoir leur part, c'est parce que me trouvant seul alors, je me
priverais des moyens qui peuvent assurer la fortune que j'attends de leur secours ; ce motif est le seul qui retienne également leur bras vis-à-vis de moi. Or, ce motif, vous le voyez, THérèse, il
n'est qu'égoïste, il n'a pas la plus légère apparence de vertu."

"Les hommes naquirent tous isolés, envieux, cruels et despotes, voulant tout avoir et ne rien céder, et se battant sans cesse pour maintenir ou leur ambition ou leurs droits ; le législateur vint
et dit : Cessez de vous battre ainsi ; en cédant un peu de part et d'autre, la tranquilité va renaître. Je ne blâme point la positio de ce pacte, mais je soutiens que deux espèces d'individus ne
durent jamais s'y soumettre : ceux qui, se sentant les plus forts, n'avaient pas besoin de rien céder pour être heureux, et ceux qui, étant les plus faibles, se trouvaient céder infiniment plus
qu'on ne leur assurât."


Cachou 14/02/2010 23:55


Je me demande si certains arguments de Sade ne seraient pas réfutables grâce aux nouveaux arguments contre la loi du plus fort darwiennienne, qui s'avère être plutôt la loi du plus malin (ou pour
certain, pas de loi du tout).

Mais je me dis justement que cette réflexion sadienne peut être mise en parallèle avec un des gros problèmes éducationnels actuels (j'y pense parce que j'en discutais avec ma mère récemment et
qu'on en reparle dans un article sur Philipe Mérieu, car le sujet revient dans son dernier livre), je nomme le problème de la satisfaction immédiate. Beaucoup d'ados n'ont plus l'habitude de
retarder la satsfaction du plaisir (du coup, le plaisir de l'anticipation disaparait lui aussi) et ont du mal à accepter de ne pas voir leurs désirs satisfaits immédiatement. De ce fait, comment
s'investir dans un travail à long terme qui ne montre pas immédiatement de résultat? C'est pourtant ce que sont les études, un travail de longue haleine qui demande de pouvoir retarder la
satisfaction. C'est exagéré comme parallélisme, mais la réflexion sadienne, telle que je la comprends à travers tes mots, n'est-elle pas une justification de la satisfaction immédiate d'un plaisir
parce qu'il est demandé par la "nature" de l'homme qui en ressent le besoin? Mais comment Sade justifie-t-il l'existence d'un monde où les hommes pensent d'abord à satisfaire leur besoin? La
société ne saurait plus exister àces conditions, si?


The Bursar 15/02/2010 00:09


Ne pas confondre la loi du plus fort Darwinienne avec Sade, d'autant que chez Darwin ce n'est pas la loi du plus fort, l'idée que Darwin parle de loi du plus fort est une déformation qui est venu
d'un des commentateurs, je crois. Darwin, c'est survival of the fittest, ce qui est différent. La loi du plus fort c'est ce qui est énoncé par Calliclès dans le Gorgias, et que l'on trouve chez
Rousseau dans la description de l'état de nature, c'est un état où seul le plus fort peut assouvir ses désirs.

Et je ne pense pas que Sade corresponde à la situation actuelle, Sade est dangereux dans ses idées et éloigné du concept de satisfaction immédiate, le libertin sadien peut s'investir dans des
projets à long terme et justement tiré de là du plaisir.  Je pense que tu n'as pas saisi un des points que je sous-entendais dans tous les goûts sont dans la nature, ce que Sade défend par là,
c'est le fait de trouver son plaisir dans le fait se faire uriner dans la bouche, de consommer des excréments ou de se faire fouetter, plus toutes sortes de particularités sexuelles décrites en
détails dans les 120 journées de Sodome. Les hommes chez Sade ne pensent pas d'abord à satisfaire leur désir, Sade expose une vision du monde pervertie qui légitime certains actes mais il ne
développe pas un système et ne va pas exposer comment s'organiserait un état sadien, une partie de ses remarques ont simplement pour but de tourner en dérision la morale et la religion.


Angua 12/02/2010 14:42


La Jalousie n'a pas été une lecture transcendante, mais ça se laisse lire! Je n'en ai pas un souvenir excellent, mais pas cauchemardesque non plus.


The Bursar 12/02/2010 14:55


J'y jetterai peut-être un oeil à l'occasion.


Angua 12/02/2010 14:04


Voilà donc un roman de Robbe-Grillet que je ne lirai pas! J'avoue que c'est un auteur qui me tombe des mains, et à part La Jalousie quand j'étais étudiante... quelque chose me rebute chez lui!


The Bursar 12/02/2010 14:20


La Jalousie est bien ? En dehors de celui-ci, je n'ai lu que les gommes. Ce roman est particulier, je ne le relirai pas et disons que ça m'a fait découvrir un aspect de Robbe-Grillet dont je me
serais passée.


Citations : Terry Pratchett

Interesting time, p.43
*****
Interesting Time p.19
*****
Le Huitième Sortilège p.87
*****
La huitième Couleur p.91
*****
*****

*****

*****
Apes had it worked out. No ape would philosophize, "The mountains is, and is not." They would think, 'The banana is. I will eat the banana. There is no banana. I want another banana."
Unseen Academicals p.76
*****
'I would like permission to fetch a note from my mother, sir.'
Ridcully sighed. 'Rincewind, you once informed me, to my everlasting puzzlement, that you never knew your mother because she ran away before you were born. Distincly remember writing it down in my diary. Would you like another try ?'
'Permission to go and find my mother ?'
Unseen Academicals,  p.187
*****
'The knees should be covered. It is a well-known fact that a glimpse of the male knee can drive women into a frenzy of libidinousness.'
Unseen Academiacls, p.130
*****
"Lord Vetinari's rules : if it takes an Igor to bring you back, you were dead. Briefly dead, it's true, which is why the murderer will be briefly hanged. A quarter of a second usually does it."
Unseen Academicals, p. 98
*****
"I'm a wizard ! We can see things that are really there, you know,"said Ridcully. " And in the case of the Bursar, things that aren't there too."
Hogfather, p 98

Perdu Dans La Vallée ?

Malakos is here too !!!

Archives

Le mot de l'auteur

 

Bienvenue au sein de la vallée des grenouilles séchées,  blog d'une prof de lettres classiques fan de Star Trek et de Terry Pratchett.
Vous trouverez ici mes impressions sur des ouvrages que j'ai lu, des films qui ont retenu mon attention et parfois des séries.
 
Sur ce, je vous souhaite une bonne navigation mais méfiez-vous d'une chose, j'ai une tendance à m'adresser plus à ceux qui ont lu ou vu ce dont je parle, donc quand ce n'est pas votre cas, évitez de continuer votre lecture quand vous atteignez le paragraphe commençant par "dans le détail" ou voici la partie spoiler mais dans la plupart des cas, les spoilers sont en surlignés.

The Bursar

Et pour me laisser un message sans lien avec un article c'est par là :



 
 

One Challenge to rule them All

logo fondcomble

 

Pour s'inscrire, c'est par là.


Pour consulter les billets publiés par les autres membres de la Communauté ou laisser les liens de vos article, c'est ici.


Pour les logos des différents niveaux c'est là.


Pour les différents logos généraux, c'est ici et .

 


***********************


De mon côté, je vais faire le challenge Valar !

 

Jusqu'ici j'ai peu avancé.

J'ai lu :

The Hobbit

Le Silmarillion

The Fellowship of the Ring

The Two Towers

 

L'adieu au Roi, chansons pour J.R.R. Tolkien

Beowulf

 

 

Challengevalar 2

mes coups de coeur

Mes coups de coeur 2009














Mes coups de coeur 2010

sherlock-holmes-2009

Homère et Shakespeare en banlieue
seigneursOlympe
team medical 01
koi-suru-bo-kun-kaiosha-1
starship troopers
lovely_teacher.jpg
hei-sensei.jpg
rocky-horror-picture-show-posters.jpg
petits meurtres à l'anglaise
galaxy-quest-deluxe-edition-dvd
Couverture-Princesse-Soso.jpg
maurice.jpg
Mes coups de coeur 2011
gemmell legende
bowie labyrinth jim henson movie poster
grammaire
st trinian
Mes coups de coeur 2012
Crimson Spell