Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 18:00
Phedre.gifMa lecture de the jane Austen's guide to dating a mené Neph à me proposer de faire une sorte de lecture commune sur le thème de la drague, donc aujourd'hui Neph va vous parler de l'Art d'Aimer d'Ovide et moi, du Phèdre de Platon, puisque le Phèdre est un des deux ouvrages sur lequel je travaille dans le cadre de mon mémoire sur l'homosexualité grecque.

Pour vous le présenter brièvement, le Phèdre est un dialogue de Platon mettant en scène Socrate et Phèdre au bord le l'Illyssus, les cigales chantent, il fait une chaleur étouffante et donc tous deux s'installent dans l'herbe pour parler d'amour, ou plus exactement tout commence avec Phèdre qui revient d'une conférence de Lysias avec entre les mains le discours de Lysias où celui-ci démontre - dans la tradition des éloges paradoxaux à la mode à l'époque dans les écoles de rhétorique - qu'il vaut mieux accorder ses faveurs à qui n'aime pas plutôt qu'à qui aime. Phèdre lit ce discours à Socrate, puis Socrate, n'appréciant pas la manière dont la démonstration est faite, se retrouve à faire un discours sur le même sujet. Ensuite, Socrate va faire un nouveau discours destiné à racheter le précédent car il pense avoir commis un acte impie contre le Dieu Eros et il va faire l'éloge du transport amoureux, ce qui va être l'occasion d'un des mythes platoniciens, celui de la procession divine et de l'âme comme un attelage aîlé. Ce sera l'occasion de développer une théorie de l'amour qui sera ce que nous appelons l'amour Platonicien, c'est-à-dire le fait qu'il convient de ne pas céder au désir charnel, car le véritable amour ne passe pas par la satisfaction d'appétit sexuel mais par le fait de vivre ensemble et de chercher ensemble à atteindre la sagesse.

La dernière partie du dialogue est une discussion, non sur l'amour mais sur la rhétorique, les discours précédents étant considérés comme des exemples de rhétorique et le tout s'inscrit dans une réflexion sur le lien qui devrait exister entre rhétorique et vérité.

lapin offrande amoureuseJe ne vais pas vous parler des théories de Platon, ni des aspects philosophiques de ce texte, ou des problèmes critiques mais de ce que les trois discours nous apprennent des relations amoureuses à Athènes au IVème siècle avant notre ère.
Tout d'abord le sujet du discours de Lysias est : faut-il accorder ses faveurs à celui qui n'aime pas plutôt qu'à celui qui aime ? la personne qui accorde ses faveurs est un adolescent ou un jeune homme, puisque chez les grecs, les relations étaient essentiellement entre un jeune homme, qui occupait un rôle passif, et un homme plus âgé, qui est le partenaire actif dans la relation. Il faut savoir que seul le partenaire actif est considéré comme éprouvant du plaisir dans la relation, ce qui fait que la séduction du jeune homme implique de lui proposer des avantages, ainsi à la fin du Banquet, Alcibiade explique comment il a décidé d'offrir ses faveurs à Socrate - qui ne les a pas accepté - dans le but de profiter de l'enseignement de Socrate. Dans le Phèdre, ce qui est proposé au jeune homme, c'est une sorte d'allié, qui sera là pour le soutenir dans l'adversité. La relation est fondé davantage sur un échange de services que sur de l'affection. Ce qui initialement suscite la relation, c'est la beauté du jeune homme. L'idée d'aimer quelqu'un qui n'a aucune beauté est impensable chez Platon. 
Il faut noter aussi que le sujet du discours de Lysias aurait été complètement immoral si cela avait été une femme et non un jeune homme qui devait décider de la personne à qui offrir ses faveurs. Les femmes de la bonne société athénienne ne choisissait pas leurs époux, le mariage n'était pas fondé sur l'amour mais sur des intérêts financiers et ces femmes n'étaient pas sensée sortir de chez elles et être vue par des hommes extérieurs à la famille, en plus de cela, l'adultère était sévèremment punis, le mari pouvant tuer l'amant s'il surprenait celui-ci en flagrant délis, donc du côté des femmes libres de bonne famille, les possibilités de séduction étaient très limitées et dangereuses.

pederastie-grecqueLes deux premiers discours du Phèdre nous peignent un portrait très négatif de l'amant, c'est l'homme qui n'honore pas ses promesses, qui s'en va dès qu'il a obtenu ce qu'il voulait, qui se vante de ses conquêtes, cherche à rendre l'aimé dépendant. De cette argumentation ainsi que de celle du troisième discours, nous pouvons souligner un trait qui rejoint le grand soucis de theJane Austen's guide to Dating : comment trouver un partenaire durable et pas juste intéressé par le sexe ?
Il y a même une série de constat sur des points sur lesquels on ne peut fonder une relation stable, ainsi, on a l'importance qu'il faut accorder au caractère de l'être aimé, afin de savoir si quand l'attraction due au physique sera passé, il sera possible d'établir une relation d'amitié, le fait que le bon compagnon c'est celui qui va aider l'être aimé à s'améliorer à s'épanouir alors que celui qui n'est intéressé que par son désir ne cherche qu'à encourager l'autre à prendre une forme qui lui plaît, donc à cultiver les traits physiques qui lui plaisent au lieu de chercher le mieux pour son aimé, et il vaut mieux quelqu'un qui va corriger l'aimé plutôt que le flatter sans cesse.

On retrouve derrière les arguments donnés dans les différents discours, des préoccupations qui sont toujours d'actualité et la recherche d'un compagnon durable est présente même chez Platon.



Partager cet article

Repost 0
Published by The Bursar - dans Chante - déesse...
commenter cet article

commentaires

Iluze 23/12/2009 19:17


Oh ça pourrait être une chouette lecture pour moi. Je note ^^.


The Bursar 23/12/2009 19:28


ça dépend ce que tu attends du livre, parce que c'est tout de même du platon.


Neph 22/12/2009 10:16


On s'amuse décidément plus chez les Latins :) Oui, j'avoue, je suis un peu de parti pris sur ce coup-là.
Si j'avais été Socrate, je n'aurais pas dit non à Alcibiade, moi.


The Bursar 22/12/2009 11:47


Certes, ton auteur n'a pas fini exilé au fin fond de l'empire Romain suite à l'immoralité de ce livre ???
On s'amuse dans Aristophane... j'aime beaucoup le Lyistrata avec le cousin d'Euripide en travesti.


Cachou 22/12/2009 00:25


On ne peut éprouver du désir que pour le Beau alors pour lui? Dur quand même ça je trouve, c'est privé du droit d'être désiré plus de la moitié de la population, non?


The Bursar 22/12/2009 00:37


bienvenue chez les Grecs. Un homme de bien en grec se dit Kalos k'agathos : un homme beau et bon, les Grecs avaient une tendance à croire que la beauté extérieure reflètait la beauté intérieur.
Après il faut penser que dans la relation pédérastique seul le partenaire actif est sensé éprouver du désir, donc il n'y a que le jeune homme qui est sensé être beau, l'autre a le droit de n'avoir
que la beauté intérieure comme c'est le cas de Socrate. Pour Platon, il n'y a pas de désir de la laideur, comme ce sera le cas chez Sade. Mais vois le bon côté des choses, le désir c'est mal parce
que ça nous tourne vers les choses terrestres au lieu de nous tourner vers l'amélioration de notre âme.


Cachou 22/12/2009 00:09


Des élèves de 14 ans que j'ai eu en morale ont décrété l'amour platonique impossible! Pour eux, pas d'amour sans attirance et concrétisation de celle-ci. Sans leur donner raison (loin de moi cette
idée), je dois dire que j'ai du mal à faire la différence entre amour et respect/amitié dans la vue platonicienne de l'amour. Qu'est-ce qui différencie ce sentiment d'une amitié fusionnelle?
Aborde-t-il la question?
Je pensais aussi que la théorie de l'amour de Platon était celle des âmes divisées en deux qui errent sur Terre pour retrouver leur moitié. Ce n'est pas lui qui a parlé de ce mythe?


The Bursar 22/12/2009 00:18


C'est pas Platon, même si c'est lui qui l'a écrit, il l'a mis dans la bouche d'Aristophane dans le banquet, donc comme ce n'est pas Socrate qui le développe c'est très difficile de savoir quel est
le degré d'adhésion qu'il faut avoir.
Dans l'amour platonicien, il y a désir, tout commence par le désir de l'autre mais il ne faut pas céder à ce désir car ce désir est illusoire : nous désirons l'autre à cause de sa beauté, parce que
sa beauté réveille en notre âme le souvenir oublié de l'Idée du Beau que notre âme a contemplé avant d'être incarné dans un corps, comme la beauté est un reflet du Beau nous cherchons à nous unir à
elle, dans l'espoir d'atteindre à nouveau le Beau, mais dans l'acte charnel nous ne pouvons atteindre le Beau, c'est une illusion qui nous empêche de nous élever, car elle nous mène à chercher une
satisfaction dans le monde matériel, alors que pour espérer atteindre les Idées, il faut au contraire se détacher de plus en plus des choses matérielles pour se tourner vers la contemplation.


Citations : Terry Pratchett

Interesting time, p.43
*****
Interesting Time p.19
*****
Le Huitième Sortilège p.87
*****
La huitième Couleur p.91
*****
*****

*****

*****
Apes had it worked out. No ape would philosophize, "The mountains is, and is not." They would think, 'The banana is. I will eat the banana. There is no banana. I want another banana."
Unseen Academicals p.76
*****
'I would like permission to fetch a note from my mother, sir.'
Ridcully sighed. 'Rincewind, you once informed me, to my everlasting puzzlement, that you never knew your mother because she ran away before you were born. Distincly remember writing it down in my diary. Would you like another try ?'
'Permission to go and find my mother ?'
Unseen Academicals,  p.187
*****
'The knees should be covered. It is a well-known fact that a glimpse of the male knee can drive women into a frenzy of libidinousness.'
Unseen Academiacls, p.130
*****
"Lord Vetinari's rules : if it takes an Igor to bring you back, you were dead. Briefly dead, it's true, which is why the murderer will be briefly hanged. A quarter of a second usually does it."
Unseen Academicals, p. 98
*****
"I'm a wizard ! We can see things that are really there, you know,"said Ridcully. " And in the case of the Bursar, things that aren't there too."
Hogfather, p 98

Perdu Dans La Vallée ?

Malakos is here too !!!

Archives

Le mot de l'auteur

 

Bienvenue au sein de la vallée des grenouilles séchées,  blog d'une prof de lettres classiques fan de Star Trek et de Terry Pratchett.
Vous trouverez ici mes impressions sur des ouvrages que j'ai lu, des films qui ont retenu mon attention et parfois des séries.
 
Sur ce, je vous souhaite une bonne navigation mais méfiez-vous d'une chose, j'ai une tendance à m'adresser plus à ceux qui ont lu ou vu ce dont je parle, donc quand ce n'est pas votre cas, évitez de continuer votre lecture quand vous atteignez le paragraphe commençant par "dans le détail" ou voici la partie spoiler mais dans la plupart des cas, les spoilers sont en surlignés.

The Bursar

Et pour me laisser un message sans lien avec un article c'est par là :



 
 

One Challenge to rule them All

logo fondcomble

 

Pour s'inscrire, c'est par là.


Pour consulter les billets publiés par les autres membres de la Communauté ou laisser les liens de vos article, c'est ici.


Pour les logos des différents niveaux c'est là.


Pour les différents logos généraux, c'est ici et .

 


***********************


De mon côté, je vais faire le challenge Valar !

 

Jusqu'ici j'ai peu avancé.

J'ai lu :

The Hobbit

Le Silmarillion

The Fellowship of the Ring

The Two Towers

 

L'adieu au Roi, chansons pour J.R.R. Tolkien

Beowulf

 

 

Challengevalar 2

mes coups de coeur

Mes coups de coeur 2009














Mes coups de coeur 2010

sherlock-holmes-2009

Homère et Shakespeare en banlieue
seigneursOlympe
team medical 01
koi-suru-bo-kun-kaiosha-1
starship troopers
lovely_teacher.jpg
hei-sensei.jpg
rocky-horror-picture-show-posters.jpg
petits meurtres à l'anglaise
galaxy-quest-deluxe-edition-dvd
Couverture-Princesse-Soso.jpg
maurice.jpg
Mes coups de coeur 2011
gemmell legende
bowie labyrinth jim henson movie poster
grammaire
st trinian
Mes coups de coeur 2012
Crimson Spell