Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 18:23
Aujourd'hui je vais vous parle de Et dormir dans l'oubli comme un requin dans l'onde, livre que Neph a eu la gentillesse de me prêter, il y  a quelques mois à l'occasion de mon passage à Dijon..

Ce livre au départ m'avait intrigué par son titre, qui est un vers tiré du Mort Joyeux de Baudelaire. Finalement je trouve que ce titre est une erreur, non pas parce qu'il n'illustre pas le livre, au contraire, mais simplement parce que le titre original n'est pas le vers de Baudelaire. Je pense que le traducteur a outrepassé ses droits dans cette affaire, car je suis contente pour lui q
u'il connaisse Baudelaire et qu'il ait fait une telle trouvaille, sauf qu'il introduit une référence qui n'est pas voulue par l'auteur et on ne fait pas référence à Baudelaire d'une façon gratuite, si cette référence était de l'auteur, la signification même du livre aurait été altérée parce qu'il aurait fallu comprendre la volonté de l'auteur. Je trouve que ce n'est pas la place du traducteur d'introduire des références là où il n'y en avait pas, il n'y a que dans les livres tels que les annales du disque-monde que ça s'y prête, car dans ce cas, les références sont là pour faire rire, non dans un but littéraire.

Après cette légère digression, passons à l'histoire.


Eric Sanderson se réveille chez lui totalement amnésique et il ne trouve rien qui puisse le renseigner sur lui-même si ne n'est un mot qui lui demande de contacter le docteur Randle et que celle-ci sera en mesure de répondre à ses questions. Le mot est signé : le premier Eric Sanderson.
Selon le docteur Randle il souffre d'une perte de mémoire causée par un état dissociatif qui a été provoqué par la mort de sa petite amie, Clio Ames.
Il reçoit ensuite une lettre mystérieuse du premier Eric lui disant que le docteur Randle ne peut rien pour lui et que qu'il va devoir suivre les conseils lettres des prochaines lettres qu'il recevra s'il veut échapper au danger qui plane sur lui et qui a été causé par une erreur du premier Eric.
Notre héros va donc devoir choisir entre écouter le Dr Randle ou suivre son ancien moi en quête de réponse quant à son état...


C'est une histoire très étrange, ne vous attendez pas à un roman facile à lire racontant le parcours normal d'un type qui veut retrouver son passé. Steven Hall nous emmène dans un univers étrange, où il existe des poissons conceptuels, êtres qui naviguent dans les eaux engendrée par les connexions que nous établissons par le langage. et dont certains se norrissent de nos souvenirs. On se laisse facilement prendre dans cet univers qui est très effrayant, car c'est un peu comme les dents de la mer mais avec un requin qui peut vous attaquer aussi bien sur terre que sur mer. L'écriture est inéressante, me faisant un peu penser à Mallarmé par sa manière d'utiliser la page blanche. La seule chose qui m'a gêné ont été les ruptures lexicales, car j'ai trouvé un brin décalé l'utilisation du verbe "baiser" dans un texte où l'ennemi est un poisson conceptuel. J'ai trouvé ça un peu trop vulgaire par rapport aux expressions qui appartiennent aux discours du narrateur.
Les différents personnages sont intéressants, ma préférence allant à Yann, le chat, qui est un peu la touche de normalité de l'histoire du haut de toute sa hauteur féline.


A ce point de l'article, nous allons dire au revoir à ceux qui n'ont pas lu le livre et ne veulent pas qu'on leur en révèle trop sur la tournure que prend l'histoire et sur sa fin.


La fin m'a pas mal intriguée, faut-il comprendre que toute l'histoire n'est qu'un délire du personnage ou qu'après son combat, la scène de la carte postale est l'équivalent de ce moment à la mode actuellement dans les séries américaines où le personnage choisit entre mourrir ou s'accrocher à la vie et donc qu'Eric choisit de ne pas revenir parmi les vivants, retrouvan ainsi Cléo/Scout dans la petite île de Naxos qui est leur équivalent de l'île des Bienheureux ? ou alors qu'il reste prisonnier du monde conceptuel ? ou que ce n'est pas son cadavre que l'on retrouve ? Une question lié à cela est comment peut-il raconter l'histoire ? Je pencherai pour le fait qu'il est à la mode d'écrire à la première personne l'histoie sans passer par une justification fictive comme dans la chronique des vampires d'Anne Rice ou par un récit fait à quelqu'un comme dans Le Lys dans la vallée. C'est un procédé que l'on retrouve aussi dans the Jane Austen bookclub et dans the Gun seller d'Hugh Laurie, c'est pour ça que je parle de mode, bien qu'on puisse aussi parler d'une évolution dans les codes régissant les récits à la première personne.
Je penche pour le fait qu'il est fou et que toute l'histoire est le récit de son délire. Le fait qu'il soit fou expliquerait pourquoi le dr Kendle dit à Eric qu'il ne doit pas lire les lettres écrites par son précédent moi et surtout comment on est passé du premier Eric au 11ème, car au début de l'histoire on nous apprend que notre Eric en est à sa onzième récurrence, or ensuite, il n'y a jamais d'explication relative aux dix précédentes récurrences et donc la raison pour laquelle c'est cet Eric précisemment qui reçoit les lettres. Je verrai bien ce détail inexpliqué comme un signe que nous donne l'auteur sur le fait que le personnage n'est pas sain d'esprit et qu'il ne faut pas prendre pour argent comptant ce qu'il nous raconte. Plus j'y pense, plus j'ai l'impression qu'il y a des signes indiquant qu'on se trouve au sein d'un délire, comme le fragment d'une ampoule, pourquoi le premier Sanderson a-t-il eu besoin de le coder puis de chercher à le décoder comme s'il n'en était pas l'auteur ? et les titres sont eux-mêmes étranges. Par ses lettres, il pourrait très bien entraîné sont autre moi dans sa folie, d'autant qu'il se crot poursuivi par des poissons conceptuels, or les poissons sont ce qui se trouvaient sur les dernières photos de Clio et dont il a conservé religieusement la pochette vide dans lesquelles elles se trouvaient après avoir été developpé, donc ça expliquerait pourquoi son obsession porte sur les poissons(après tout un tigre conceptuel, ça aurait pu aussi être sympa). Il y a aussi le fait que Scout soit Clio et les rêves où Clio lui parle.
Le seul hic c'est par rapport à Scout et Fidorous, sont-ils dans ce cas, tous deux des créations de son esprit ou d'autres fous que le premier Sanderson a entraîné dans son délire ?


Pour finir, voici aussi un petit paragraphe qui j'ai bien aimé :


"Au-delà des boutiques, des cafés et des bars du port, le long d'une jetée étroite battue par la mer, on peut voir ce qui reste du temple de Portara ; essentiellement, un immense portique de pierre surplombant la baie. Il est connu sous le nom d'arche d'Ariane, où, selon la légende, la fille du roi Minos de Crète a eu le plaisir de voir ce rat de Thésée, son amoureux héroïque, se tirer pour Athènes sans elle. Ariane, le coeur brisé, a fini par se marier avec Dionysos, dieu du vin et du chant, et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants. Ce qui, estime Clio, est une façon de dire qu'elle est devenue alcoolique et dingue, et qu'elle n'en a plus rien eu à foutre de rien."

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Neph 01/09/2009 20:51

Je suis contente qu'il t'ait plu ! Je penche aussi pour le fait qu'il soit fou et que Scout et Fidorous soient de pures inventions de son esprit malade.

The Bursar 01/09/2009 21:40


Je pencherai plutôt pour le fait qu'au moins Fidorous existe, car la folie de Sanderson semble trouver son origine sur le livre qui parle des poissons conceptuels, et FIdorous dit que c'est un
livre malade, contagieux, donc peut-être qu'ils partagent un délire, genre Trey est fou, et a entraîné le premier Eric a sa suite et aurait pu aussi convertir Scout... un petit délire collectif.


Cachou 01/09/2009 20:26

La preuve que j'ai dû mal à les reconnaître ^_^C'est fou, parce que les problèmes intérieurs de Spock, je pense mieux les connaître par la légende du personnage que par ce qui est dit dans la série. Du coup, je ne sais pas si ce que je sais viens d'un épisode précédent ou de tout ce savoir trékien qui circule partout autour de nous.Oh, soirée séciale ce soir: je regarde exceptionnellement Bones parce que ça se passe en Angleterre (oh, c'est Oxford, c'est bôôôôôôô)(je dis ça parce que ça commence tout juste)(et que je fais des infidélités à Star Trek)(mais bon, en même temps, j'ai fini les deux DVD loués cette semaine, alors...)

The Bursar 01/09/2009 21:36


J'ai déjà vu l'épisode où ils vont à Oxford, je l'avais regardé pour les mêmes raisons que toi, je voulais voir ce que pouvait donner la confrontation entre Booth et l'angleterre.
Le film donne un peu plus d'élément sur les vulcains qu'un épisode normal.


Cachou 01/09/2009 19:55

Oui, j'ai vu celui avec les deux Kirk. Très bien aussi, c'est à partir de ce moment-là que le personnage de Kirk m'a semblé un peu plus étoffé.Et celui avec les femmes qui deviennent belles grâce à de la drogue aussiAinsi que l'épisode où ils commencent tous à être contaminé par un truc qui les rend comme saoûl et pendant lesquel l'infirmière déclare son amour à Spock ()(mais bon, dans l'épisode d'après, elle craque pour le méchant Kirk, alors...) et Spock éprouve des sentiments (mais pourquoi il pleure?). Très bonne idée aussi!Mais je dois dire que j'ai un peu plus de mal à reconnaître les rôles secondaires. J'ai retenu ceux mis en avant dans le film, parce que je me suis dit ("tiens, c'est..."), mais les autres, je n'y arrive pas.

The Bursar 01/09/2009 20:13


Tu as confondu l'infirmière Chapelle et Janice Rand, l'espèce d'aide de camp du capitaine. Chapelle aime Spock.
Pour les rôles secondaires, tu es au début de la série, donc ils s'étoffent un peu ensuite pour ce qui est du Dr McCoy et un peu Scotty. C'est pas comme les séries de maintenant où tout le monde a
son moment en lumière, donc star trek c'est Spock, Kirk et McCoy, les autres sont interchangeables même si à force on les connait, c'est comme les infirmières dans urgences. J'aime beaucoup le fait
que c'est vraiment centré sur trois personnages.
L'épisode où ils sont contaminé, c'est un agent qui enlève les inhibitions de chacun et leur sentiments sont mis à nu, ce qui fait que Kirk se retrouve tout d'un coup pris entre son attirance pour
Janice et le prix à payer pour être un bon capitaine, tandis que Spock pleure parce qu'il est submergé par tous les sentiments qu'il doit réprimer en temps normal, car les vulcains ont des
sentiments beaucoup plus violents que les humains ce qui les a mené à devoir enfouir ceux-ci au plus profond d'eux-mêmes car cela risquait de les détruire. Spock étant mi-vulcain mi humain, il a
été encore plus tiraillé entre les deux, et donc ne pas montrer la moindre émotion est important pour lui car il cherche à se revendiquer comme un vulcain, donc l'épisode met à nu les tourments que
Spock cache en temps normal, car Spock est un personnage très tourmenté de part son appartenance à deux mondes dont il se sent exclu et surtout par le fait que sa nature vulcaine lui interdit de
dire ce qu'il ressent. Il pleure aussi parce qu'il n'est pas prêt à affronter tous ces sentiments qui tout d'un coup font surface.
L'épisode avec les deux Kirk est super, illustrant le mélange qui fait un bon commandant et je trouve l'épisode avec Mudd drôle, surtout avec l'équipage un peu sous le charme des femmes tandis que
Spock les regarde un peu de haut pour ça.


Cachou 01/09/2009 19:37

Tu m'intrigues, là. M'enfin, aussi, planter "Matrix" comme référence, c'est m'intéresser directement! (mauvaise)Au fait, je me suis trompée dans les titres de Star Trek, je ne pense pas encore avoir vu l'histoire dont tu parlais (mais alors pourquoi est-ce que ça me dit quelque chose?)J'ai été surprise, je ne m'attendais pas à ce que Kirk soit un tel séducteur et, surtout, un tel clown. Il se moque de lui-même à quelques moments!  J'aime bien aussi le personnage pour finir! J'ai bien aimé l'épisode où ils vont chercher le fiancé d'une scientifique qui s'avère être un créateur de cyborg et un cyborg lui-même.

The Bursar 01/09/2009 19:49


Quand je fais référence à Matrix, c'est juste pour illustrer la complexité de l'histoire donc expliquer pourquoi certains n'ont pas forcément aimé mais sinon ça n'a rien avoir, il n'est question ni
de réalité virtuelle ni d'élu, l'histoire n'a strictement aucun rapport. C'est un mélange des dents de la mer avec peut-être Fringe.

ça te dit peu-être quelque chose parce que Spock se comporte un peu comme ça dans un autre épisode. Kirk a un grand sens de l'humour, qui est en plus renforcé par le fait que Spock ne comprend pas
les plaisanteries, ce qui fait qu'il est souvent la cible de raillerie avec sa tendance à prendre pour un compliment des remarques qui étaient entendues comme des critiques de sa nature vulcaine.
Kirk c'est le beau gosse, un brin irréprochable, le héros des années 60, c'est aussi pour ça qu'il est nécessaire dans le film d'introduire un élément qui a changé la personnalité de Kirk parce
qu'il ne conviendrait plus maintenant, parce que les héros qui ne sont ni traumatisé(le retour de l'oncle Joe) ni des rebelles ne vendent pas. Kirk c'est aussi un peu l'intuitif. Spock résout les
problèmes qui nécessitent la science, Kirk ceux qui touchent la nature humaine.
As-tu vu l'épisode de l'incident de téléporteur ? et celui avec Mudd, le type qui essaie d'apporter des femmes à des colons ? Je les ai trouvé sympa. L'épisode où ils vont cherché le scientifique
n'est pas parmi ceux qui m'ont marqué, il faudrait que je le revois.


Cachou 01/09/2009 18:58

Je n'arrive pas à savoir quoi penser de ce livre. Beaucoup en parlent, de manière très différente, je n'arrive pas à trouver de points communs entre les critiques. Du coup, je ne sais pas... S'il croise ma route, peut-être, mais je ne le rechercherai peut-être pas.

The Bursar 01/09/2009 19:28


Moi, c'est parce que j'étais chez Neph à ce moment-là, que je me suis retrouvée avec ce livre, sinon c'est comm toi, je pense pas que je l'aurais cherché. Il est bien mais je pense que la diversité
des avis tiens au fait qu'il faudrait le rapprocher un peu du nouveau roman pour le style d'écriture, c'est à dire qu'on sent qu'on tient quelque chose de littéraire et pas juste un roman bien
écrit, donc c'est une lecture qui demande de la réflexion. En fait ça me fait penser à Matrix, au sens où il faut bien suivre et et que comprendre ce qu'est le poisson conceptuel c'est comme
comprendre ce que sont l'oracle ou le mérovingien, ça demande du temps, voir plusieurs passages.


Citations : Terry Pratchett

Interesting time, p.43
*****
Interesting Time p.19
*****
Le Huitième Sortilège p.87
*****
La huitième Couleur p.91
*****
*****

*****

*****
Apes had it worked out. No ape would philosophize, "The mountains is, and is not." They would think, 'The banana is. I will eat the banana. There is no banana. I want another banana."
Unseen Academicals p.76
*****
'I would like permission to fetch a note from my mother, sir.'
Ridcully sighed. 'Rincewind, you once informed me, to my everlasting puzzlement, that you never knew your mother because she ran away before you were born. Distincly remember writing it down in my diary. Would you like another try ?'
'Permission to go and find my mother ?'
Unseen Academicals,  p.187
*****
'The knees should be covered. It is a well-known fact that a glimpse of the male knee can drive women into a frenzy of libidinousness.'
Unseen Academiacls, p.130
*****
"Lord Vetinari's rules : if it takes an Igor to bring you back, you were dead. Briefly dead, it's true, which is why the murderer will be briefly hanged. A quarter of a second usually does it."
Unseen Academicals, p. 98
*****
"I'm a wizard ! We can see things that are really there, you know,"said Ridcully. " And in the case of the Bursar, things that aren't there too."
Hogfather, p 98

Perdu Dans La Vallée ?

Malakos is here too !!!

Archives

Le mot de l'auteur

 

Bienvenue au sein de la vallée des grenouilles séchées,  blog d'une prof de lettres classiques fan de Star Trek et de Terry Pratchett.
Vous trouverez ici mes impressions sur des ouvrages que j'ai lu, des films qui ont retenu mon attention et parfois des séries.
 
Sur ce, je vous souhaite une bonne navigation mais méfiez-vous d'une chose, j'ai une tendance à m'adresser plus à ceux qui ont lu ou vu ce dont je parle, donc quand ce n'est pas votre cas, évitez de continuer votre lecture quand vous atteignez le paragraphe commençant par "dans le détail" ou voici la partie spoiler mais dans la plupart des cas, les spoilers sont en surlignés.

The Bursar

Et pour me laisser un message sans lien avec un article c'est par là :



 
 

One Challenge to rule them All

logo fondcomble

 

Pour s'inscrire, c'est par là.


Pour consulter les billets publiés par les autres membres de la Communauté ou laisser les liens de vos article, c'est ici.


Pour les logos des différents niveaux c'est là.


Pour les différents logos généraux, c'est ici et .

 


***********************


De mon côté, je vais faire le challenge Valar !

 

Jusqu'ici j'ai peu avancé.

J'ai lu :

The Hobbit

Le Silmarillion

The Fellowship of the Ring

The Two Towers

 

L'adieu au Roi, chansons pour J.R.R. Tolkien

Beowulf

 

 

Challengevalar 2

mes coups de coeur

Mes coups de coeur 2009














Mes coups de coeur 2010

sherlock-holmes-2009

Homère et Shakespeare en banlieue
seigneursOlympe
team medical 01
koi-suru-bo-kun-kaiosha-1
starship troopers
lovely_teacher.jpg
hei-sensei.jpg
rocky-horror-picture-show-posters.jpg
petits meurtres à l'anglaise
galaxy-quest-deluxe-edition-dvd
Couverture-Princesse-Soso.jpg
maurice.jpg
Mes coups de coeur 2011
gemmell legende
bowie labyrinth jim henson movie poster
grammaire
st trinian
Mes coups de coeur 2012
Crimson Spell